Courrier à Valls afin d’autoriser la Marche contre le Fascisme Islamiste du 10 novembre

Publié le 5 octobre 2012 - par - 3 189 vues
Traduire la page en :

Ministère de l’Intérieur

Place Beauvau

75008 Paris

Monsieur le Ministre,

C’est avec consternation, inquiétude et colère que j’apprends que la manifestation du 10 novembre « Marche contre le Fascisme Islamiste » pourrait être interdite.

Comment est-il possible de concevoir que dans notre pays, si attaché aux libertés et aux droits de l’Homme, l’on puisse interdire d’une marche dénonçant ce nouveau fascisme qui prend peu à peu le pouvoir sur notre sol ?

L’islamisme est hautement dangereux pour la paix civile, pour le bien-être de l’ensemble des citoyens de ce pays. Vous n’ignorez certainement pas ces différents appels au meurtre criés dans les rues de Paris, ces « mort aux Juifs » hurlés il y a plusieurs mois et réitérés il y a quelques semaines sur les Champs-Elysées, accompagnés de surcroît de prières sur la voie publique, dans une scène totalement inconcevable.

En France, le respect des lois vaut pour tous, la loi de 1905 ainsi que la liberté d’expression n’ont pas à faire exception. En tant que responsable de la sécurité de vos concitoyens, vous vous devez de faire respecter ces lois.

La charia est un danger pour l’humanité, la charia prône la haine, la charia tue partout dans le monde, y compris en France et vous le savez fort bien, vous qui en avez eu un petit aperçu lors du débat sur burqa à Montreuil il y a deux ans et demi. La charia lapide, la charia coupe des mains, la charia appelle au meurtre des mécréants, des homosexuels, des apostats. La charia infériorise les femmes, toutes les femmes, la charia exige le voile, le niqab. La charia considère les femmes non voilées comme des prostituées… toutes les femmes non voilées… Imaginez le jour où la charia obligera votre épouse à se voiler, Monsieur le Ministre…

Les Français ne veulent pas de cela, les Français veulent vivre libres sans être menacés par des injonctions d’un autre âge, sans être menacés par un dogme qui les considère comme des mécréants à convertir par la force ou à faire périr par le fil du glaive.

Cette marche du 10 novembre est un symbole très fort pour nous tous, Français libres et soucieux de le rester, pour dénoncer ce fascisme islamique et ceux qui le propagent. L’interdire serait un désaveu très grave du peuple.

La liberté d’expression est dans notre Constitution dont je me permets de vous rappeler l’article 10 : « La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté, dans les cas déterminés par la Loi. »

Evoquer un possible risque sécuritaire est troublant et inquiétant, car d’une part cela signifierait que les gendarmes et les policiers n’ont plus la capacité de nous protéger, de protéger une simple manifestation, ce qui serait absolument gravissime. D’autre part, cela confirmerait la dangerosité de ces islamistes que nous entendons précisément dénoncer, ce qui, allié avec le déficit sécuritaire des forces de l’ordre et de l’Armée, laisse présager du pire pour la France. Sans compter le dramatique signal envoyé à ces fous d’Allah…

Vos hommes, ceux dont vous êtes le patron, je vous le rappelle, sont quotidiennement molestés, violentés, frappés, harcelés, lapidés, tués. Cette manifestation, nous entendons la faire aussi pour eux. Serait-il raisonnable que vous-même ou la Préfecture vous y opposiez ?

Monsieur le Ministre, il est tout simplement inconcevable d’interdire cette manifestation, le message en serait désastreux, le peuple ne le comprendrait pas.

C’est pourquoi je vous demande d’intercéder auprès de la Préfecture pour que cette Marche contre le Fascisme Islamiste se déroule comme prévue le 10 novembre prochain, et que vous prévoyiez un service de sécurité en conséquence, d’autant que ce service est financé à cet effet par l’argent du peuple.

La loi, la Constitution, les droits de l’Homme ne peuvent être impunément violés. Charge à vous de les faire respecter.

Dans l’attente d’une réponse évidemment positive de votre part, je vous prie de croire, Monsieur le Ministre, en ma respectueuse considération.

PS : Le présent courrier sera diffusé au public par voie de presse.

Caroline Alamachère

 

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi