Courrier des lecteurs : Jack Lang, islamo-collabo

boite aux lettres
Article no 393 de Maurice Vidal
J’ai lu avec attention le propos de Maurice Vidal. Il est vrai que la loi de 1905 est en train de vaciller pour tenir compte des exigences des musulmans tels que le hallal généralisé, les horaires de prières etc. Une consultation des citoyens sur le sujet est improbable avec la gouvernance actuelle. Par contre, cette loi sera “aménagée” par petites touches indolores comme par exemple la formation de 60 imams pour les prisons, financée par les contribuables ! Il n’y a pas eu de contestation de cette disposition par les 4000000  “Je suis Charlie” dont la principale marche était ouverte par M. Boubaker.
Le pire est à craindre si la réaction du Maire de Castres ( cf communication de sa lettre par Josiane Filio et RL)  n’est pas soutenue par d’autres maires.
JL
 
La violence comme mode d’expression
Je viens de lire l’article relatant les actes de racisme anti-noirs en Tunisie, consternant!  Mais souvenons-nous, pendant le mondial de foot de 2010 de sinistre mémoire, l’équipe d’Algérie s’est fait sortir par l’équipe des Etats-Unis, et le soir, des franco-maghrébins brûlaient des voitures en France! Nous, on ne voyait pas le rapport, or il y a un point commun à ces actes; beaucoup dans ces communautés  ont la violence en eux; c’est souvent leur mode d’expression favori; et nous même dans le Haut Moyen-âge avions une réputation détestable, nous étions alors incultes, brutaux, et l’épée remplaçait la parole et les mots que nous n’avions pas.  Attention je ne dis pas que l’usage de la force est à proscrire elle est même parfois recommandée, mais dans des cas bien spécifiques et pour le bien commun. Eux ne comprennent pas qu’on puisse opposer une loi, notre Loi -qui vient du fond des âges et qui n’est pour eux que du papier imprimé- à la force , ils ne veulent pas voir de “Bleus” dans les quartiers, car pour eux seul le rapport de force prime, nous nous en apercevrons bientôt si rien n’est fait.
Je répète encore une fois qu’il n’y a nul racisme dans ce constat, et si des Italiens des Espagnols des Polonais ou des Français  se comportaient ainsi je les accuserais de la même façon, j’en veux simplement aux gens qui nous font du mal et qui nous rendent la vie impossible. Je pense ne pas être le seul!
MR
 
Centre suisse Islam et société, Fribourg
Bonjour,
Sur mon site personnel dont l’audimat est assez limité, j’ai publié un article à propos du Centre suisse Islam et société, Fribourg, intitulé :
Subventionner des lobbies communautariste? Des alternatives existent
(texte en fichier joint).
http://www.deleze.name/~marcel//philo/societe/centre_islam.pdf
Avec mon soutien et mes meilleures salutations.
Marcel (Suisse)
 
Interview Jack Lang
Ce matin, par hasard, j’ai entendu Jack Lang vers 11 heures, sur France info, s’exprimer au sujet du coran.Ce politique osait affirmer que le coran ne contenait aucune ligne incitant à la violence et ajoutait qu’un spécialiste qui avait traduit ce premier, affirmait la même chose.
Jack Lang reconnaissait les horreurs commises par Daesh et Boko Haram mais disait qu’elles ne reflétaient pas les principes de l’islam et du coran.
J’espère que vous saurez retrouver ce témoignage sonore digne d’être conservé dans le musée des impostures et qu’un de vos spécialistes de l’islam lui répondra.
Je doute fort par contre que Jack Lang accepte un face à face télévisé avec un vrai spécialiste.
La méthode est toujours la même pour tous les problèmes graves: mentir, désinformer, truquer et ne jamais accepter un vrai face à face.
Compliments pour votre travail de réinformation.
FX
 
En Suisse romande également, le combat contre l’islam :

DE L’INTÉGRATION
Editorial de Kevin Grangier, secrétaire général UDC Vaud, président du comité de campagne
La Suisse est souvent citée comme un exemple multiculturel dans lequel vivent quatre communautés linguistiques et deux confessions dans une sorte d’harmonie un peu mystérieuse. Une sorte de petit miracle. Malheureusement, il n’en est rien. La Suisse a trouvé son chemin à travers l’histoire en respectant un fédéralisme strict. Chacun balaie devant sa porte et évite de dire à son voisin ce qu’il doit faire. La place que prend désormais la communauté musulmane menace ce fragile équilibre.
Selon Le Larousse, l’intégration se définit comme suit : « Faire que quelqu’un, un groupe ne soit plus étranger à une collectivité, qu’il s’y assimile ». Ainsi, quand on invoque « l’intégration des étrangers », il s’agit en théorie d’assimiler l’étranger à l’identité suisse, qui est donc l’identité à laquelle l’étranger cherche à s’intégrer. Or, dans les faits, de plus en plus d’étrangers se communautarisent et développent des sociétés parallèles plus ou moins réservées à leurs semblables (par la nationalité, la langue, la religion).
La notion d’intégration n’est pas innée à l’être humain, quelle que soit sa nationalité. Il s’y résout si nécessaire mais va dans tous les cas tenter ou privilégier une socialisation avec ses semblables. Ainsi, si une communauté nombreuse arrive à s’établir sur un nouveau territoire donné, elle va le coloniser et non pas s’intégrer à la population indigène. L’histoire regorge d’exemples.
En Europe, la majorité des pays ont réglé la question en imposant un Etat, une langue, une religion. Les Italiens en Italie, les Espagnols en Espagne. La Suisse a fait la même chose. Les Vaudois dans le canton de Vaud, les Valaisans en Valais. Les cantons bilingues de Berne et du Valais ont clairement défini les districts germanophones des districts francophones, à l’exception de la ville bilingue de Bienne dans l’arrondissement de Bienne. Dans le canton de Fribourg, seuls trois communes sont officiellement bilingues (Morat, Courtepin, Fribourg). Les autres sont soit francophones, soit germanophones.
Ainsi, la Confédération a décidé de régler la question en… prenant la décision de ne rien décider et de laisser chaque canton s’organiser comme bon lui semble. Même approche fédéraliste au sujet du rapport entre l’Etat et la religion. Ainsi, pour pouvoir vivre en paix dans un même pays, les Suisses ont donc adopté une attitude prudente. L’image d’une Suisse multiculturelle telle que la perçoivent certains idéalistes n’est pas conforme à la réalité. Les Suisses se mélangent peu entre eux. Rares sont les Romands qui s’établissent et travaillent à l’est de Berne. Inversement, peu d’Alémaniques vivent à l’ouest de Fribourg.
La progression de l’islam en Suisse soulève donc de vieux démons que les Suisses ont préféré enterré voici deux cent ans afin d’éviter l’éclatement du pays. La volonté de l’Union vaudoise des associations musulmanes d’être reconnue d’utilité publique symbolise la revendication de ne pas vouloir s’intégrer à l’identité vaudoise mais au contraire d’obtenir – voire d’exiger – des Vaudois une reconnaissance et une légitimité officielle. La démarche de l’UVAM ne vise donc pas à « intégrer » les musulmans mais, au contraire, à développer une communauté parallèle.
Fort de ce constat, quelles sont les mesures nécessaires à notre portée ?

  • Premièrement, il faut partir du postulat que l’intégration des étrangers n’est plus possible à partir d’une masse critique. Si les membres d’une communauté sont trop nombreux, ils ne cherchent plus à s’intégrer mais cherchent au contraire à coloniser. La limitation de l’immigration telle qu’exigée par l’initiative UDC contre l’immigration de masse est donc une réponse appropriée pour limiter l’immigration et obtenir ainsi une intégration réussie des étrangers résidants en Suisse.
  • Deuxièmement, il faut affirmer l’héritage culturel chrétien de la Suisse et donc refuser toutes les revendications d’une quelconque reconnaissance publique. Les musulmans vivant en Suisse ont le droit de pouvoir pratiquer librement et sereinement leur religion. Toutefois, au nom de notre héritage et de notre histoire, le christianisme doit toujours bénéficier d’une primauté sur les autres religions.

Face à la faible natalité en Suisse, l’intégration des étrangers est un enjeu majeur pour l’avenir de notre pays, notamment pour sa cohésion et sa sécurité. A titre d’exemple, la France expérimente depuis trop longtemps une immigration maghrébine subie et incontrôlée qui, au lieu d’épouser les valeurs de la République, a développé son propre système de valeurs basé sur les enseignements coraniques.
La Suisse n’est pas épargnée par ce développement et les enjeux qui l’accompagnent. L’UDC attend des autorités qu’elles sortent de leur léthargie et qu’elles empoignent les défis que l’intégration des étrangers nous impose. L’UDC sera au rendez-vous. Ou seront les autres partis ?
Avec nos meilleures salutations
Secrétariat général de l’UDC du canton de Vaud
Kevin Grangier, Secrétaire général
 
Pour rire…
…Suite à la tribune dans Libé d´un prof démissionnant du lycée Averroès
http://www.liberation.fr/societe/2015/02/05/pourquoi-j-ai-demissionne-du-lycee-averroes_1196424
L´article qu’avait pondu l´islamo-fellateur dans BVoltaire
http://www.bvoltaire.fr/nicolasgauthier/lycee-averroes-ou-lexcellence-franco-musulmane,21858
Jacques
 

image_pdf
0
0