1

Couverture de Charlie : Soumission absolue!

DieuMichelAngeEn caricaturant le Dieu de Michel-Ange, de Raphaël et du Tintoret, Charlie Hebdo lance un message à tous les musulmans : le véritable agresseur au fond, c’est ce dieu de la majorité, ce dieu des « cathos » et des « méchants réacs », ce dieu d’une grande partie des votants FN, ce dieu des « souchiens » racistes et islamophobes…. Rien à voir avec l’islam!

En caricaturant le Dieu des « Illuminatis », ce triangle ridicule avec l’œil, Charlie reprend le discours Soralien en disant aux musulmans du monde entier : tenez bon, puisque les premières victimes de ces complots « maçonniques » sont justement les musulmans eux-mêmes… eux qui, à chaque lendemain d’attentat, s’empressent de s’avachir devant You Tube pour se donner bonne conscience, mais surtout pour se blanchir d’une quelconque responsabilité collective et religieuse…. Rien à se reprocher de se côté-là, aucune remise en question du Saint livre, par conséquent : rien à voir avec l’Islam!

Finalement, en caricaturant le « Père Noël » ou Saint-Nicolas, Charlie lance aux musulmans le message suivant : c’est bien cette fabulation païenne, corrupteur d’enfants, mais surtout le dieu de la consommation et du capital, le dieu de la finance et de la mondialisation qui « travaille en sous-main » afin de déstabiliser « l’ordre du monde » pour faire porter le blâme sur les musulmans… Prise trois : là non plus, rien à voir avec l’islam!

En réalité, le seul Dieu absent de cette construction grotesque truffée de messages subliminaux, c’est « Allah », le dieu des mahométans…

Et on a beau chercher, ne serait-ce qu’une seule petite référence à l’islam dans cette caricature immonde, rien n’y fait : la tunique et les sandales sont celle du Christ, de même que les quelques traces de sang sur les poignets, les stigmates du crucifié… La kalach, elle, représente l’arme du « loup solitaire », enfin nulle trace d’aucun signe islamiste particulier, pas même un petit croissant qui aurait pu discrètement s’intercaler dans l’ensemble… Décidément : rien à voir avec l’islam!

Par cette caricature, Riss a fait preuve du plus grand acte de lâcheté et de soumission qui soit : en représentant ainsi tous les « Dieux » de l’Occident sauf le seul qui compte vraiment, il a non seulement blasphémé honteusement le christ et le christianisme, mais toutes nos valeurs collectives basées sur l’humanisme, le rationalisme et le sens commun…

Il a également, de facto, contribué à accréditer aux yeux des musulmans, cette culture conspirationniste putride qui rabaisse le citoyen à un état d’aliéné mental cramé sur son ordinateur, barbotant dans ce fanatisme nouveau genre, allié à l’autre, la secte mahométane, afin de mieux « comprendre le monde » pour ainsi dédouaner l’islam, première victime des machinations…

Car la seule, mais vraiment la seule et unique caricature que Riss aurait dû proposer, ne serait-ce qu’en mémoire à toutes les victimes du 13 novembre, c’est l’image d’un Mahomet, bombe en guise de turban, kalach en bandoulière, ceinture d’explosif autour de la taille et Alcoran en main auréolé d’un tonitruant : « L’assassin court toujours! »

C’était la seule possible…

Ce dessin est tout ce qu’il y a de plus blasphémateur envers ce que nous sommes… ce que nous représentons… et ce à quoi nous continuons de croire!

Mais par-dessus tout, ce dessin, là, moins de deux mois après les massacres aux terrasses… est vraiment dégueulasse!

Marc Traversy