Covid-19, immigration : la table de montage du techno-globalisme

Publié le 14 mai 2020 - par - 3 commentaires - 518 vues

Comment se débarrasser de Trump, Bolsonaro, Johnson, du moins ternir leur image pour les deux derniers en début de mandat, éliminer le premier avant novembre ? Et comment profiter de cette opportunité (car au départ Macron par exemple voulait continuer à aller au théâtre avant son confinement) pour imposer ladite  « transition » pseudo-écolo façon Hulot mais totalement techno-globaliste en réalité façon Soros/Gates ?…

Que faire ?  Triturer, cyniquement, en guise de Thèses d’avril, les chiffres du Covid-19 (comme ceux provenant du GIEC ou de la pollution de l’air urbain ) via une même mise en forme sur la table de montage multimodale : données amalgamées = experts pour faire peur = médias pour torturer les cerveaux, voilà l’idée évidemment écartée par tous ceux qui n’ont jamais lu ne serait-ce que Thucydide ou alors toute bonne saga historique relatant les intrigues politiques et amoureuses (au sens large) à travers les âges et transversales à toutes les époques, tous les milieux, tous les sexes.

Il suffit ainsi d’être classé « présumé positif » (même pas testé donc) pour être dénombré automatiquement Covid-19 en cas de mortalité :

« (…) L’ARS d’Île-de-France précise à France info que « on ne peut pas dire si les personnes âgées décédées dans un Ehpad sont réellement mortes de la maladie, puisqu’elles n’ont pas été testées, hormis les deux premières »… » (info du 27 mars).

Ce qui se distingue de la manière dont l’on compte en Russie (info du 14 mai) :

« (…) « si en France nous comptons largement, en Russie, on estime qu’il faut que le Covid-19 soit la seule cause du décès, explique Luc Lacroix. Si vous avez par exemple un problème cardiaque et le Covid-19, on ne comptera pas forcément le Covid-19 comme cause de votre mort. » À Tcheliabinsk par exemple, trois morts ont été recensées comme ayant été provoquées par le virus. Sept autres personnes sont mortes après avoir été testées positives au Covid-19, mais les statistiques officielles estiment qu’elles sont mortes d’autres causes, relate le Moscow Times*.

Alors que l’exactitude dite « scientifique » voudrait que l’on distingue, d’abord, les comorbidités au sens de classer celles-ci réellement à part comme le font les Russes ; on verrait alors bien mieux que le « comptage large » comme il est fait ailleurs ne tient pas (rappelons par ailleurs que la grippe asiatique de 1957 avait fait 110 000 morts aux USA et 1,1 million dans le monde). Sans parler du scandale lié à l’absence de traitement alors que le protocole Raoult a été adopté en Afrique avec un succès incontestable tandis que plus de la moitié des docteurs dans le monde l’ont appliqué dans des modalités à chaque fois singulières (testant, isolant et donnant d’abord l’antibiotique plutôt qu’après, c’est selon).

Cette « manip » s’observe avec plus d’acuité aux USA ces temps-ci, où la montée de Joe Biden dans les sondages était sinon corrélée du moins parallèle à une baisse plus ou moins relative du « chiffrage » Covid-19 ces temps-ci (car il ne faut pas trop affoler non plus, sinon le vote n’aura pas lieu en novembre…).

Sauf que les toutes dernières révélations de ces trois derniers jours stipulant que le dossier « russe » contre Trump non seulement était vide mais aura été orchestré en haut lieu sous Obama a vu soudain le chiffrage bondir, surtout lorsque l’on sait qu’il est amalgamé (morts avec et morts par) ce qui fausse la réalité ; le problème étant alors moins de taxer cette observation de « complotiste » que de savoir comment les complicités s’organisent au sein d’une administration locale et fédérale hostile à Trump, ce qui dépasse le camp démocrate, car là aussi la césure entre patriotes nationaux et globalistes s’effectue, comme partout.

Cette complicité est également visible en matière d’immigration, alors que l’on connaît déjà d’énormes problèmes (litote) dans certains endroits qu’il conviendrait mieux de résoudre avant toute chose. Or, qu’il s’agisse des politiques comme des artistes, journalistes, enseignants, juges des cours d’appel (surtout) membres enfin du Conseil constitutionnel, l’idéologie humanitariste (global care) exige que les passeurs soient désormais considérés comme personnes non pénalisables si elles agissent de façon « désintéressée » alors que ce terme doit être pris avec précaution car le « désintérêt » se comptabilise aussi en renommée atteinte, prestige, retombées politiques et également financières du moins de manière bien plus subtile que s’il s’agissait de « simples » passes mafieuses…

Bienvenue à Gotham ! Notre Babel. Reste à savoir ce que peut encore faire Catwoman (puisque Batman a rendu son tablier).

Lucien Samir Oulahbib

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
meulien

les francais veulent de l’immigration afin que leu rsenfants ne se salissent pas les mains dans des travaux manuels (comme le ramassage des legumes)

BUTTERWORTH

PLUS DE NARJENT PLUS DE MIGRANTS la situation economique sera pire que ce que vous croyez RETOUR A L AN MILLE AVEC SA CULTURE OU ANTIQUITE COMME PREVU VICEINTEL THE GREEKS WHO PRAY ZEUS PLAN EN COURS

Lire Aussi