1

Covid-19 : le virus « quasi certainement » créé en laboratoire

Le SRAS-CoV-2 fabriqué en laboratoire, on s’en doutait un peu…

Une étude publiée le 29 janvier dernier par le Dr Steven D. Quay et son équipe affirme, avec un risque d’erreur inférieur à 0,2 %, que le SRAS-CoV-2 – le virus responsable de la pandémie mondiale de Covid-19 – ne résulte pas d’une zoonose naturelle (transmission spontanée de virus de l’animal à l’homme), mais qu’il a été créé en laboratoire.

Cette étude (193 pages, 14,9 Mo…) est en libre accès sur Zenodo, une plateforme scientifique gérée par le CERN (Centre européen de recherche nucléaire). On y accède en cliquant sur SQuay_Bayesian Analysis of SARS-CoV-2 FINAL V.2 (2).pdf 

Le Dr Quay n’est pas le premier venu dans le monde assez fermé de la recherche de pointe en virologie.

Le Dr Quay a obtenu son doctorat en médecine à l’université du Michigan, était boursier postdoctoral au Massachusetts Institute of  Technology dans l’équipe du Pr Har Gobind Khorana, prix Nobel de médecine 1968 . « Senior Fellow » de l’hôpital Harvard-MGH et de la Stanford University School of Medicine, ses travaux de médecine sont cités plus de 9 600 fois dans la littérature scientifique mondiale.

Le Dr Quay a fondé six startups, inventé sept produits pharmaceutiques approuvés par la Food and Drug Administration (FDA), la haute autorité américaine en matière d’accréditation de médicaments sur le territoire des États-Unis. Il détient 87 brevets, et plus de 80 millions de personnes ont bénéficié des médicaments qu’il a inventés. Il est, par ailleurs, le fondateur d’Atossa Therapeutics Inc., une société biopharmaceutique spécialisée dans le développement de nouvelles méthodes thérapeutiques pour le cancer du sein.

« Je suis préoccupé par ce qui semble être des « conflits d’intérêts » importants entre d’un côté certains membres de l’OMS et de l’autre des scientifiques et médecins chinois. Ces liens d’intérêts pourraient expliquer l’impossibilité actuelle de procéder à un examen objectif de l’origine du SRAS-CoV-2 », a déclaré le scientifique en présentant son étude dans cette vidéo.

Le Dr Quay fait remarquer que pour les deux coronaviroses zoonotiques « exotiques » les plus importantes de ces dernières années, il a suffi de quatre mois pour trouver que l’une provenait de la civette, un carnivore proche de la mangouste, et de neuf mois pour comprendre que le MERS (Middle East Respiratory Syndrome, 2017, 2 000 cas, 600 décès) était dû au dromadaire.

En revanche, les recherches menées depuis plus de 13 mois par des laboratoires de virologie du monde entier n’ont toujours pas permis d’affirmer que la Covid-19 provient d’une zoonose. On se souvient que les hypothèses du pangolin et de la chauve-souris, avancées par les autorités chinoises au début de la pandémie, ont rapidement fait long feu…

« En ne prenant que des preuves scientifiques disponibles publiquement sur le SRAS-CoV-2 et en utilisant des estimations très prudentes dans mon analyse, je conclus que, de manière raisonnable, il ne fait aucun doute que le SRAS-CoV-2 s’est échappé d’un laboratoire », affirme le chercheur.

Rappelons que Pr Luc Montagnier, prix Nobel de médecine 2008 pour la découverte du virus HIV responsable du sida – a été descendu en flammes par les médias dominants – Le Monde en tête  – pour avoir, dès l’apparition de la pandémie, soutenu la thèse de l’origine non naturelle du SRAS-CoV-2 :

Le Pr Fourtillan, qui a participé au film Hold-Up, dénoncé comme conspirationniste par les « grands » médias, y soutient également cette thèse. Peu de temps après la diffusion de ce film, le Pr Fourtillan était interné pendant plusieurs jours en hôpital psychiatrique, contre son gré et celui de sa famille.

De son côté, le Dr Alexandra Henrion-Caude, sans formellement soutenir cette thèse, a affirmé à plusieurs reprises qu’il était scientifiquement légitime de se poser la question, entre autres dans cette émission de TV Libertés

Une position d’une parfaite orthodoxie scientifique, qui lui vaut néanmoins les foudres des médias aux ordres. La vidéo de cette émission, publiée sur la chaîne YouTube de TV Libertés, a même été censurée par la plateforme :

De son côté, Donald Trump a également publiquement affirmé que le SRAS-CoV-2 pourrait avoir été créé en Chine. Mike Pompeo, l’ancien secrétaire d’Etat de la Maison Blanche, a même formellement accusé le Parti communiste chinois (PCC) de génocide.

Des accusations en revanche totalement absentes du discours des Démocrates américains. Ce qui n’est pas nécessairement surprenant quand on connaît les liens d’intérêts de la famille Biden avec le PCC.

Le 23 janvier dernier, un an tout juste après l’annonce du confinement de Wuhan, une « mission d’enquête » de l’OMS sur l’origine de la Covid-19 est arrivée en Chine. Ce mercredi 3 février, les experts de l’OMS ont commencé leur visite de l’Institut de virologie de Wuhan.

Si les liens d’intérêts entre l’OMS et le PCC dénoncés par le Dr Quay (après beaucoup d’autres…) sont avérés, on n’a pas à attendre grand-chose de cette « mission »…

Henri Dubost