Faillite de la médecine pasteurienne ? Pasteur est mort, vive Béchamp !

Alain de Peretti est docteur vétérinaire, président de l’association Vigilance Halal et par ailleurs contributeur régulier de Riposte Laïque

Alain de Peretti a accepté de répondre aux questions de Riposte laïque au sujet de la controverse longtemps occultée qui a opposé Louis Pasteur et Antoine Béchamp au sujet de la nature-même de la maladie

***

Riposte Laïque : « Le microbe n’est rien, le terrain est tout ». Cet aphorisme, nous le devons au Dr Antoine Béchamp. En quoi est-ce une vision des choses vraiment novatrice dans le domaine de la médecine ?

Alain de Peretti : Cet aphorisme médical est véritablement révolutionnaire ! Il fut en effet formulé par Antoine Béchamp, médecin contemporain – et rival – de Pasteur. Béchamp semble avoir découvert les bactéries – qu’il avait nommées microzymas – avant Pasteur. Il accusera d’ailleurs ce dernier de plagiat, mais sa voix fût étouffée par les « talents » de communicant de Pasteur. Antoine Béchamp mourra quasiment inconnu, malgré l’hommage que lui rendit le grand médecin Claude Bernard.

Sans diminuer les mérites de Louis Pasteur, la vision pasteurienne de la maladie a orienté la médecine moderne dans une impasse dont nous pouvons, avec la « pandémie » actuelle, mesurer les ravages. Et c’est là que les concepts d’Antoine Béchamp reviennent sur le devant de la scène.

RL : Qu’est-ce qui distingue fondamentalement ces deux visions de la médecine, celle de Pasteur et celle de Béchamp ?

AdP : La vision pasteurienne fait de la maladie en général et des microbes en particulier (bactéries, virus, champignons, protozoaires) quelque chose d’extérieur au malade, qu’il faut éliminer à tout prix.  On utilise donc « larga manu » des médicaments comme les antibiotiques et toute la pharmacopée « anti » (anti-inflammatoires, antiacide, antidiabétiques, anticancéreux, etc.) Et tout est biaisé dans cette vision de la maladie qui devient en quelque sorte totalement étrangère au malade, lequel est perçu comme une mécanique à réparer, alors qu’il possède en lui-même tout pour guérir !  À condition de l’y aider, bien entendu…

RL : Pouvez-vous nous donner quelques exemples ?

AdP : Eh bien prenons l’exemple de la grippe. La grippe s’appelle aussi « influenza » du fait que le médecin italien qui l’a décrite l’a baptisée « influenza di freddo », influence du froid, de par sa prévalence en hiver. Une autre expérience a montré que les poules, naturellement résistantes au bacille du charbon, pouvaient contracter ce bacille si on leur plongeait les pattes dans de l’eau glacée. D’innombrables observations ont confirmé le rôle du « terrain », c’est-à-dire du patient lui-même, dans le développement de sa maladie.

Dans une épidémie ou une épizootie, tous les sujets ne sont pas atteints, car il y a des phénomènes d’immunité naturelle dont la recherche médicale devrait se soucier.

RL : Donc, contrairement à ce que pensait Pasteur, les humains ne sont pas condamnés à vivre en guerre perpétuelle contre les microbes ?

AdP : Nous vivons en effet en paix et en harmonie avec des milliards de virus et bactéries, tant internes qu’externes, avec lesquels nous sommes le plus souvent en symbiose. On connait par exemple le rôle bénéfique du « microbiote » (les microbes interne de notre tube digestif) dans l’immunité : ces microbes servent d’agents d’information et de sentinelles pour notre corps. Il est difficile de se représenter l’énorme quantité d’échanges d’informations et d’interactions que notre système digestif entretient avec notre organisme tout entier, mais on peut dire que notre intestin est en quelque sorte notre deuxième cerveau.

En fait, et c’est un des miracles de la vie, tout est fondé sur l’harmonie, et sur un équilibre subtil. Les maladies apparaissent lorsque cet équilibre est rompu. C’est là qu’intervient le terrain, c’est-à-dire la constitution intime du malade, ainsi que son environnement qui agit sur son terrain. On sait que le stress, la pollution, l’activité physique, l’hygiène, l’alimentation, le tabac, l’alcool, la drogue ou encore la génétique, ont une incidence directe sur l’apparition des maladies et la réponse que notre organisme y apporte.

RL : Et c’est précisément sur ce point que les conceptions de Béchamp sur la maladie s’avèrent plus pertinentes que celles de Pasteur ?

AdP : La doctrine pastorienne passe en effet le plus souvent à côté de ces considérations. D’autant plus que le découpage de la médecine en segments et spécialités empêche de percevoir le malade de façon globale (holistique).

L’idéologie vaccinale – je parlerai même de « religion vaccinale » ! – est typique de cette vision médicale partielle et partiale. Faire du vaccin l’alpha et l’oméga d’une politique de santé est absurde. C’est une forme de « pensée magique » en la matière.

On me pose inlassablement la question : « Êtes-vous pour ou contre les vaccins ? ». Question absurde ! Un vaccin peut avoir son intérêt – le plus souvent transitoire d’ailleurs – pour maîtriser une épidémie, en attendant la correction des facteurs influant sur le terrain.

Par exemple, la poliomyélite a pu être maitrisée par la vaccination, mais c’est le traitement des eaux usées qui l’a (quasiment) éradiquée !

RL : Quelle analyse faites-vous de la « pandémie » actuelle ?

AdP : Sur la base de ce que je viens de préciser, voici l’analyse qu’on peut faire de cet « épisode covidiste ». Elle tient en sept points :

  1. Nous nous trouvons en face d’une maladie virale à coronavirus très contagieuse. Elle affecte statistiquement relativement peu de personnes, et ceci de façon relativement stable. Prenons l’exemple archétypal du paquebot de croisière Diamond Princess (mars 2020). Il s’agit du premier « cluster » statistiquement significatif. Nous avons en effet affaire à un milieu clos de 3700 personnes (passagers et membres de l’équipage), avec une forte proportion de personnes à risque (retraités âgés, venant de pays développés donc présentant des maladies « de civilisation » : diabète, obésité, hypertension…). Bilan : 700 cas cliniques, 7 morts. Donc 1 % de létalité, dans les pires conditions : bateau confiné et isolé, sans infrastructure hospitalière, personnes à risques (quasiment un EHPAD flottant…) et 0,18% de mortalité générale ! Ces chiffres ont peu ou prou été confirmés tout au long de l’épidémie jusqu’à ce jour, un an après, avec même une forte tendance à la baisse du fait d’une meilleure connaissance de la maladie.
  2. On ne parle JAMAIS de la prévention pour renforcer l’immunité. Or, en supplémentant en vitamine C, vitamine D et Zinc, on évite de nombreux cas et on diminue la gravité de ces cas. Première observation : une de mes connaissances, directeur d’une usine de 500 ouvriers, lot statistiquement significatif, a proposé ce traitement préventif, et 120 d’entre eux l’ont accepté. Sur ce lot, un seul cas très léger, et sur les 380 restants, 45 cas cliniques de degré variable, dont un mort (qui présentait par ailleurs des comorbidités). Ces chiffres parlent d’eux-mêmes. Deuxième observation : un médecin coordonnateur de deux EHPAD (plus de 100 personnes) a mis tous les pensionnaires sous vitamine D seule. Il y a eu un « cluster » dans les deux, mais sans aucun décès ni hospitalisation ! Dans les facteurs de résistance naturels, et donc liés au terrain, on a observé que les hommes étaient plus sensibles (le genre serait-il inscrit dans la nature ?…) et les personnes de groupe sanguin O+ sont beaucoup plus résistantes.
  3. La « grosse presse » ne parle que pour les critiquer des traitements simples et peu onéreux, à faire de façon précoce : Ivermectine, Hydroxychloroquine, Azythromycine, qu’heureusement de nombreux médecins de terrain ont appliqué avec succès sans attendre les résultats d’études randomisées en double aveugle…
  4. On ne parle jamais de moyens simples comme des purificateurs d’air pour les lieux fermés, qui existent avec des filtres irradiés par des rayons ultraviolets, ce qui permettrait de rouvrir restaurants et autres lieux publics !
  5. L’idéologie pasteurienne fait du vaccin la solution à tout ! Aucune nuance possible : le dogme pasteurien, la « religion pasteurienne », ne supporte aucune discussion, alors que la raison nous demande au contraire d’être dans la nuance : le vaccin peut en effet être UNE solution, mais le plus souvent transitoire, en attendant les progrès de la recherche en matière d’hygiène ou de traitement. Dans le cas du coronavirus SARS Cov 2 les vaccins sont expérimentaux, en phases de probation. Envisager une vaccination de masse de sujets bien portants pour une maladie qui, cliniquement parlant, ne touche au final que très peu de gens, le plus souvent de façon bénigne, est une erreur ! Sauf pour les fabricants de vaccins qui ont parfaitement compris leur intérêt dans cette histoire…
  6. Il est quasiment impossible d’empêcher un virus de circuler, sauf à utiliser la technique vétérinaire d’abattage de tous les animaux du foyer et leur incinération sur place. C’est ce qu’on a fait avec les visons au Danemark. Vouloir empêcher un virus de circuler entre humains est donc un non-sens absolu !
  7. On remarque qu’on ne nous parle plus du tout d’immunité collective, alors que le virus a circulé dans la population de façon importante pendant plus d’un an, entraînant fatalement une immunité solide et durable, comme le souligne l’ex-sous-directeur de Pfizer dans un article à lire sur le blog de Jeanne Smits. Si on ajoute l’immunité vaccinale, même sujette à caution, il est vraisemblable que nous avons atteint l’immunité collective, ce qui entraînera nécessairement la décrue progressive de l’épidémie.

RL : Conclusion, docteur de Peretti ?

AdP : Eh bien, c’est que dans cette épidémie, tout confirme l’intuition d’Antoine Béchamp : le microbe – un coronavirus en l’occurrence – a touché essentiellement des personnes âgées ou atteintes de syndromes « civilisationnels » (obésité en particulier), et stressées par une propagande anxiogène de masse. Les mesures prises ont été jusqu’à l’absurde, du fait d’une mauvaise conception médicale de la vie en général et des interactions des divers facteurs. Une bonne prévention, des traitements simples et éprouvés précoces, ainsi que des conseils d’hygiène de vie (grand air, soleil, exercices physiques…) aurait permis d’éviter le psychodrame dans lequel nous sommes enfermés depuis plus d’un an. Et on a oublié allégrement la définition-même de la santé donnée par l’OMS :

« La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité »

Y a-t-il plus belle confirmation de l’intuition d’Antoine Béchamp ?!

***

Propos recueillis par Henri Dubost

***

Addendum : interview en septembre 2020 du Dr Alain de Peretti sur les dangers sanitaires liés à l’abattage halal.

Média : Vive l’Europe, Daniel Conversano

 

image_pdf
0
0

41 Commentaires

  1. Avec cet article, vous avez déjà perdu quelques donateurs. Dommage…

    Faut pas trop vous fier aux commentaires élogieux. Il y a aussi des gens qui lisent occasionnellement RL sans commenter mais qui n’en pensent pas moins, j’en connais.

  2. Merci Alain, pour ces réponses claires, qui me confortent dans ma vision des virus et autres microbes, à savoir que nous vivons en symbiose, en « équilibre », et qu’il faut simplement faire que cet équilibre reste le plus longtemps possible..

    Je rebondis sur la phrase «La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité»

    Et là, on mesure très bien que tout à été fait pour que, sous prétexte de nous soigner physiquement, on nous rend malade depuis plus d’un sur les plans mental et social !!!

    Car, effectivement, même en l’absence de maladie physique, nous voyons bien qu’ils, les ordures du gouverneMENT, font TOUT pour nous rendre malade mentalement et socialement !!

    A DIFFUSER PARTOUT !

  3. Alors là,………O U I ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! !
    Des milliards de fois ! ! ! ! ! ! !.! ! ! ! !

  4. merci, j’ignorais les travaux du docteur Bechamp!! super article, clair et concis, facile à comprendre!!

  5. Sur le Diamond Princess, quelle aurait été la mortalité d’une population de 3700 personnes de moyenne d’âge largement supérieure à 60 ans, en l’absence d’épidémie ?
    Sachant qu’en France, environ 4% des +65 ans décèdent chaque année (source INSEE). Ce qui représente 0,33% par mois.
    Les passagers du D. Princess étant restés un mois sur le bateau, on peut estimer le nombre de décès « naturels » à 0,33% * 3700 soit 12 personnes. À comparer avec les 7 morts déplorés (14 selon Wikipedia en anglais). Approche imparfaite certes mais qui relativise encore la létalité du virus dans les conditions du D. Princess.

  6. « On ne parle JAMAIS de la prévention pour renforcer l’immunité. »

    On dirait que vous n’avez jamais été exaspéré par les publicités pour les cinq fruits et légumes par jour, vous !

    • Là, il faut traiter l’environnement, c’est à dire la cause de cette exaspération !!
      Comment ? En arrêtant de regarder les publicités !! ou en débranchant la télévision, donc la propagande en général…

      Parce que, sinon, vous créez l’effet qui se traduit par votre exaspération !!!
      Simple et/mais efficace !!

      je ne regarde plus du tout les pubs, et la télé plus généralement, très très peu…
      Seules les apparitions de Eric ZEMMOUR suscite vraiment ma curiosité et réussit à attirer mon attention…

  7. Alain de Peretti Merci de ces paroles de scientifique éclairé, elles confirment tous les combats des médecins qui soignent contre ceux qui font de la politique.

  8. Heureux sont les chiens ,chats et autres bêbêtes qui ont été soignés par ce docteur! qui d’autre part se préoccupe du bienêtre des animaux avec « Vigilance Hallal » merci docteur.

  9. L’adresse postale publique de l’institut Pasteur (qui a lamentablement échoué à créer un vaccin contre la [psychose] COVID…) se trouve tout au bas de la page
    https://www.pasteur.fr/fr
    Ne reste plus qu’à IMPRIMER L’ARTICLE ET LE LEUR ENVOYER PAR LA POSTE afin de tenter, désespérément, de les remettre sur les bons rails.
    Pour imprimer :
    cliquer sur l’icône verte Print Friendly en bas à gauche de l’article
    URL direct : https://www.printfriendly.com/p/g/3EwJrv
    Choisir taille de texte 90% et taille d’images 100%
    puis télécharger la version PDF en 4 pages et l’imprimer en 2 feuilles recto-verso (1-2 et 3-4).
    Pour envoyer : Mettre dans une enveloppe, écrire l’adresse, timbrer, poster.
    Voilà, morigéner les loosers de l’Institut Pasteur ça ne coûte qu’un timbre.

  10. intéressant…une vue décalée dans la cacophonie ambiante.
    merci de ces rappels historiques et physiologique.

  11. et faillite de ce gouvernement qui n’est même pas capable de donner des doses de vaccin dans les vaccinodromes!
    qui prétends qu’à plusieurs on est plus forts même si la bavière vient de commander des doses de vaccin russe , mais véran ne connait pas l’adresse du laboratoire de moscou

    • Non non, il n’y a pas de faillite! macron ne fait qu’obéir à ses patrons! cette épidémie est voulue pour nous « mater’ ! et si nous gaulois, nous nous laissons mater, le monde libre occidental est foutu ! seule la fois chrétienne(la vraie) peut nous sauver !!!!

  12. depuis le temps que je le dis que ces vaccins anti-covid c’est une escroquerie!
    les gouvernements nous prennent pour des andouilles, ils s’amusent a nous manipuler pour le plus grand profit des labos qui doivent les rétribuer royalement!

  13. Il me semble que vous escamotez le principal cheval de bataille de Pasteur, dont apparemment plus personne ne se souvient aujourd’hui, et qui l’a opposé – entre autres – à Béchamp, à savoir le mythe de la génération spontanée, défendue, peut-être pas avec les même mots, par Béchamp.

    La réalité a donné raison à Pasteur, c’est ainsi.

    Son principal travail, certes pas le plus spectaculaire, et qui n’a pas retenu l’attention de la postérité, a été celui des ballons en col de cygne, qu’en tant que scientifique vous ne pouvez pas ne pas connaître.

    Béchamp, lui, malgré quelques aménagements (sa génération spontanée ne se faisant plus à partir de matière inerte mais de matière vivante), a professé une ânerie insoutenable de nos jours.

    Surtout de votre part, cet article me déçoit.

    • Dans un article du 17 juin 1866, Béchamp confirme que la pébrine est une maladie parasitaire, que l’attaque du ver vient du dehors, et que les germes du parasite viennent de l’air .Il n’est donc pas partisan de la « génération spontanée » ..

      • Bien sûr que si ! Lisez un peu ses théories, il ne s’est pas limité à la pébrine.

        Quant au terrain, vous savez avec quoi il voulait traiter les vers à soie ? Avec de la créosote ! Comme produit respectant le terrain on fait mieux !

    • Si vous aviez bien lu mon article sans biais cognitif vous auriez compris que la médecine, à mon sens, doit marcher sur 2 jambes . La jambe pasteurienne et la jambe bechamp. Claude Bernard, grand médecin ayant irrigué la philosophie des sciences, l’avais compris. J’ai volontairement usé de cet affrontement pour faire réfléchir et contribuer à un peu de sagesse dans ce monde de fous qu’est devenu notre société. 40 ans de pratique Veterinaire en milieu rural m’ont permis de constater l’importance du terrain dans l’apparition des maladies avec, notamment les ravages des élevages concentrationnaires, que les vaccins ne permettent pas de résoudre. C’est à ce pragmatisme que j’invite les lecteurs.
      Que ce soit Pasteur ou Bechamp, chacun a fait des erreurs d’analyse au vu de nos connaissances

      • J’ai bien lu votre article sans biais cognitif.

        Vous faites, je ne sais trop pourquoi, l’éloge de Béchamp en opposition à Pasteur alors que ses théories se sont révélées fausses.

        Vous dites « Par exemple, la poliomyélite a pu être maitrisée par la vaccination, mais c’est le traitement des eaux usées qui l’a (quasiment) éradiquée ! », or le traitement des eaux usées, à qui le devons-nous si ce n’est au développement des idées de Pasteur ?

        Je ne vois vraiment pas l’intérêt de faire intervenir Béchamp là-dedans !

        Claude Bernard, oui, mais Béchamp n’a rien apporté, à part des erreurs, et je ne vois pas l’intérêt de taper sur Pasteur au sujet des élevages concentrationnaires, ce n’est pas lui qui les a préconisés, que je sache !

        • Le Faste Fou :

          je vais résumer les propos du docteur de PERETTI :

          Si le vaccin s’attaque à l’effet, le fait de traiter la cause, dans son exemple le traitement des eaux usées, donc l’environnement, a fait que la poliomyélite à quasiment disparue !!

          Les 2 approches sont donc complémentaires, et à considérer …

          D’ailleurs Alain vous le dit, les erreurs ont été commises de la part de chacun de ces 2 personnes, personnes qui méritent notre reconnaissance, tout simplement !! :-)))

          Exemple de tous les jours :

          Se laver les mains (supprime l’effet)
          Eviter de toucher avec ses mains un milieu contaminé (excréments, cadavres, etc…) surtout le contact direct avec une plaie ouverte…
          Là, il s’agit de « traiter » la ou les causes …

          Donc les deux sont bien complémentaires !!

        • Je prends un autre exemple :

          Le virus de l’invasion :

          1 – Vous commencez par traiter en amont le problème à savoir l’invasion elle-même (la cause), c’est à dire en STOPPANT l’invasion (frontières mise en place, gardes armés pour les dissuader, etc…)
          2 – Vous traitez ensuite ceux qui sont déjà là, nés ou pas ici (ils restent des étrangers car haïssant le pays) c’est à dire que là, vous traitez l’effet !!

          Et puis zut, encore un autre exemple très simple, une facture d’eau trop élevée:

          1 – Vous commencez par trouver l’origine de la fuite d’eau, et vous résolvez le problème (la cause)
          2 – Vous maitrisez ensuite l’utilisation de cette eau , c’est à dire une fuite du contenant éventuelle ou volontaire, (l’effet)…1

          Vous mieux comprendre maintenant ?

          • Et bien tout ça, ce sont des raisonnements pasteuriens.

            Pas besoin de faire intervenir Béchamp là-dedans.

            Moi pas comprendre cette fureur de vouloir démolir Pasteur sous prétexte qu’il est connu et Béchamp non.

  14. Oui l’OMS a défini l’état de santé…comme le bien être…
    Knock disait que tout être bien portant est un malade qui s’ignore!
    Excellent article qui remet les pendules à l’heure quant à l’imposture de Pasteur.
    Philippe Decourt a écrit un excellent livre à ce sujet: LES VÉRITÉS INDÉSIRABLES. Archives internationales Claude Bernard.👍

  15. « Les antivax appuient leur discours sur plusieurs faisceaux d’argumentation. Faisceaux qui n’ont guère évolué depuis le 19ème siècle… L’opposition était d’abord religieuse/superstitieuse, puis est devenue plus « politique », pour enfin prendre un tour d’ « appel à la nature »/ »hygiénisme », puis des « effets secondaires » et enfin plus complotiste depuis la fin du 20ème siècle, avec une argumentation plus ou moins complexe et délirante sur une « volonté de nuire » des labos et des volontés de profit. Dans tous les cas notre affaire de Béchamps s’inscrit dans « l’appel à la nature »/hygiénisme/retour de théories médicales/biologiques dépassées pour justifier le refus de la vaccination.
    Malgré le faisceau de preuves qui ne fit que s’accumuler pour continuer à prouver les thèses de Pasteur, »

    •  » Depuis quelques temps, nous trouvons de plus en plus de références à « Antoine Béchamp Vs Louis Pasteur ». Textes, citations, sites font florès sur ce sujet dans la complosphère et en particulier la complosphère antivax.
      Et à lire ces textes, pour tout dire, on a l’impression de lire les récits de fous furieux qui vous font un récit de science-fiction.

      C’est pourquoi nous faisons cet article détaillé pour que vous puissiez un peu vous y retrouver dans ce chaos argumentaire et que vous compreniez de quoi il retourne.
      Afin que vous puissiez vous aussi leur répondre et ne pas laisser cette propagande se répandre sans réponse. »

      https://www.debunkersdehoax.org/le-conflit-pasteur-bechamp-ou-quand-les-pseudoscientifiques-dextreme-droites-ont-deux-siecles-de-retard/

      • Oui, c’est une impression du même ordre qui m’a envahie quand j’ai lu cet article.

        Venant du docteur de Peretti ça m’a profondément déçu. J’ai l’impression qu’il y a un delepinus malignus qui se propage dans la rédaction de RL.

      • Passionnant, cet article !

        La génération spontanée déjà réfutée par Francesco Redi en… 1668 !

        Mais le travail pour lequel Redi est connu est celui qu’il publie à Florence en 1668 sous le titre Esperienze intorno alla generazione degl’insetti (« Expériences sur la génération des insectes »). Il y démontre en effet par un grand nombre d’expériences que, contrairement à ce que la plupart des auteurs affirment depuis l’Antiquité, les « vers » ne naissent pas par génération spontanée à partir de viande en décomposition. Après avoir placé dans quatre flacons les cadavres d’un serpent, de poissons, d’anguilles et de la viande de veau, récipients qu’il bouche ensuite soigneusement avec du papier, et laissé ouverts quatre autres flacons semblablement garnis, il constate que ces derniers se remplissent de vers alors que les quatre premiers en sont entièrement dépourvus, même après plusieurs mois. Redi, qui recourt ici pour l’une des premières fois dans l’histoire des sciences du vivant à ce que nous appelons aujourd’hui des expériences témoins, soupçonne que ces larves proviennent de la « semence » de mouches s’étant posées sur ces chairs, et non pas des chairs putréfiées elles-mêmes comme l’affirment les partisans de la génération spontanée. Comme on lui objecte que la fermeture hermétique de ses flacons, en empêchant l’air de s’y renouveler, peut expliquer que la vie ne s’y développe pas, Redi répète son expérience en bouchant un récipient contenant de la viande et du poisson non plus avec du papier, mais avec « un très mince voile de Naples » qui laisse passer l’air, récipient qu’il enferme ensuite dans une sorte de garde-manger. Mais le résultat est le même. Les insectes ne s’engendrent donc pas spontanément à partir de matière morte, qu’elle soit animale ou végétale, mais proviennent d’œufs pondus préalablement sur elle. Toute vie procède d’une autre vie. Le mémoire de Redi, illustré d’une trentaine de gravures, aborde aussi tous les aspects de la physiologie des mouches, des scorpions et des araignées, et décrit même le comportement des tortu […]

        • Ce commentaire a été modifié par quelqu’un d’autre.

          Le commentaire original était :

          « Passionnant, cet article !

          La génération spontanée déjà réfutée par Francesco Redi en… 1668 ! »

          Modérateur ? Que fait votre webmestre de renommée internationale contre le piratage ?

        • C’est complètement idiot !

          C’est exactement ainsi que la science progresse : chaque scientifique pousse un peu plus loin, avec les techniques disponibles à son époque, les idées des scientifiques des époques précédentes.

          Sans quoi on pourrait aussi dire qu’Enstein était un usurpateur, puisque la théorie de la relativité date de Galilée.

        • Mes propres arrière-arrière-grand-père et arrière-arrière-grand-oncle, respectivement médecin et éleveur de moutons en Beauce, ayant eux-mêmes activement participé avec Pasteur à la vaccination des moutons contre la maladie du charbon, je connais bien l’histoire et je peux affirmer que tout ce qui est écrit dans votre « source », en tout cas en ce qui concerne la maladie du charbon, est totalement faux.

          Et puis que vous n’aimiez pas Pasteur et que vous vouliez détruire sa légende pourquoi pas ? Mais ça nous mène où et en quoi ça rend le vaccin contre le charbon inefficace, quel que soit son inventeur ?

          Vous auriez prouvé quoi, avec ce document falsifié ? Que l’inventeur de ce vaccin n’était pas Pasteur mais quelqu’un d’autre ? La belle affaire ! Le vaccin existe, c’est un fait !

        • Je constate, cher « webmestre de renommée internationale », que le piratage continue à fort bien se porter sur Riposte Laïque !

          • Même si l’ajout fait ici par la personne qui a piraté mon commentaire est plus intéressant que le précédent.

    • Sauf que dans une pratique quotidienne vous vous rendez vite compte des carences de la vision uniquement pastorienne. Ma vision est que les deux se complètent et ne s’opposent pas . Ce n’est pas fromage ou dessert , ou bien bouclier ou épée.

      • « vision uniquement pastorienne » ? Pasteur n’a jamais souhaité figer la science à ses découvertes !

        Quant à génération spontanée ou germes extérieurs à l’organisme non, c’est l’un ou l’autre, pas les deux.

        Une cellule saine est stérile, point. (Enfin, stérile de tout autre vie que la sienne propre, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit.)

  16. Il n’est pas défendu de varier ses sources !
    Voici l’avis du consensus Scientifique qui contredit Alain de Peretti et rejette la théorie non-prouvé de Béchamp :
    « CONFLIT PASTEUR/BÉCHAMP » OU QUAND LES PSEUDOSCIENTIFIQUES D’EXTRÊME DROITES ONT DEUX SIÈCLES DE RETARD
    https://www.debunkersdehoax.org/le-conflit-pasteur-bechamp-ou-quand-les-pseudoscientifiques-dextreme-droites-ont-deux-siecles-de-retard/
    ####
    Je vais suivre le consensus scientifique …. et vous ?

  17. Pasteur, Freud et d’autres sont des charlatans…….Ont ils guéri un seul malade ?

    • Personne ne dit ici que Louis Pasteur n’ était pas docteur en médecine mais un chimiste ayant fait de lui-même des recherches en microbactériologie qui lui a permit de faire ses découvertes que chacun connaît. Aujourd’hui un chimiste se mêlant de médecine n’aurait aucune aura.

    • Non! Mais Pasteur a pasteurisé beaucoup de cerveaux.
      Il n’ a même pas résolu un cas de rage car Jupille n’avait pas été mordu par un chien enragé.
      Et Victor Galtier a été le précurseur dans les etudes contre la rage. Études dont s’est inspiré Pasteur.
      Mais tout ça c’est bien sûr non pas de la recherche universitaire à l’aide de documents mais du complotisme d’extrême droite!
      L’invective en guise d’argument!

  18. « un bien portant est un malade qui s’ignore » dixit le docteur knock, livre de chevet des cours de gestion en dernière année de médecine…

Les commentaires sont fermés.