Crash de l’A320 : n’en déplaise à Hollande, la piste de l’attentat progresse…

Publié le 26 mars 2015 - par - 13 176 vues
Share

hollande-au-qatarDepuis le début de cet accident, de nombreuses questions se posent. Personne ne trouvait d’explication rationnelle à cet accident. Hier soir, nous avons hésité à publier un article de Lucien Oulahbib, évoquant la possibilité d’un attentat d’Al Quaida. Ce matin, nous apprenons, par le New York Times, et absolument pas par nos médias, ni notre gouvernement, qu’un des pilotes de l’A 320 est resté bloqué hors du cockpit.

http://www.francetvinfo.fr/faits-divers/accident/crash-dans-les-alpes/crash-dans-les-alpes-l-un-des-pilotes-est-reste-bloque-hors-du-cockpit-selon-le-new-york-times_859125.html

Le fait, d’autre part, qu’on ne parle que des victimes espagnoles et allemandes, et absolument pas des trente turcs présents dans l’avion, est une autre anomalie.

Alors, cet accident est-il un nouvel attentat de type 11 septembre, en France ? Nous vous proposons, pour mieux comprendre les questions qui se posent, deux articles complémentaires. Le premier est paru sur le site Minurne-Résistance, et est intitulé « Airbus 320 : 30 Turcs tués ». Le second est celui de Lucien Oulahbib, que nous n’avions finalement pas publié hier soir.

Ce qui est certain est que, pour ce régime, à la veille du deuxième tour, la piste d’un attentat (que les duettistes Hollande-Valls avaient évacué quelques minutes après l’accident) ne tombe vraiment pas bien…

Jeanne Bourdillon

AIRBUS A320 : TRENTE TURCS TUÉS

http://www.minurne.org/?p=1592

On parle des Allemands tués, des Espagnols tués, pourquoi la communication officielle oublie-t-elle les Turcs ?Un Airbus A320 s’écrase à 11 h du matin. À respectivement 12 h 45 et 12h 54, les sites internet du Monde et de Libération l’annoncent en ajoutant, « il n’y a aucun survivant, selon François Hollande« . C’est officiel, un certain nombre de journaux français prennent leur information et leurs directives éditoriales directement à Frère-Elysée.com et non plus à l’A.F.P. ou aux sources évidentes et directes qu’auraient dû être Germanwings, Lufthansa et l’aéroport de départ, Barcelone, pour des journalistes professionnels.

Le député UMP Luca s’en est étonné : « On croyait avoir perdu FH depuis ce weekend électoral meurtrier. On vient de le retrouver comme commentateur du crash de l’A320 ! Reconversion« , a-t-il tweeté ce qui a scandalisé les députés socialistes. D’accord, le ton persifleur n’était pas de mise à propos d’une catastrophe qui a fait 148 ou 150 morts, mais cette manie qu’a prise cet homme qui, il est nécessaire de le rappeler parce que ce n’est toujours pas évident, est le président officiel de la République, pas celui de France-Télévision, a de quoi surprendre. On ne lui demande pas non plus d’être président des Petites sœurs de la Compassion, même s’il tient très bien le rôle, on lui demande de s’occuper des graves problèmes de la France et de laisser le commentaire des faits divers à la presse et aux enquêteurs dont c’est le métier.

Cet accident, si c’est un accident, est terrible, et nous partageons la souffrance, la douleur des familles des passagers et de l’équipage, moi le premier qui parcours entre 40 et 50 000 km par an en avion, et dois le reprendre très prochainement. Mais un accident d’avion reste un accident et sans le réduire à un fait divers banal comme les accidents de la route qui font globalement énormément plus de morts dans le monde, on n’attend pas du président et de ses ministres qu’ils se transforment en commentateurs permanents du fait divers, se substituent à la presse, surtout quand ils n’ont rien à dire puisque les causes du drame ne sont pas encore connues, ne le seront peut-être jamais, seules des suppositions plus ou moins crédible étant pour le moment possibles.

Cette omniprésence médiatique agace de plus en plus de Français, et pas seulement à droite, surtout à gauche. Si l’abstention chez les socialistes a été plus forte dimanche dernier que dans les autres formations politiques, ce qui se voit dans les résultats par département où ceux qui étaient traditionnellement acquis au socialisme et au communisme se sont plus abstenu que les autres, c’est beaucoup parce que ces électeurs de gauche ont le sentiment que le président et ses ministres « ne font pas le job », trop occupés à faire de la com.

Avant-hier, les chiffres du chômage pour février ont été publiés. Dans l’émotion générale, ils sont passés inaperçus, ce qui arrange bien le gouvernement entre ces deux tours. « Le chômage progresse même en février de 30 400 personnes. Et ce alors que ces trois catégories confondues avaient déjà augmenté de 16 400 personnes en janvier. En comptant la totalité des catégories (A, B, C, D et E) et les DOM, on approche désormais des 6 millions d’inscrits, avec 5 918 000 demandeurs d’emploi » (Le Monde).

SafariSchermSnapz090

La courbe rouge (catégorie A) montre l’explosion du chômage en 2009 (crise de 2008), son fort ralentissement obtenu en 2011 par le gouvernement Sakozy et sa reprise forte à la hausse à pâtir de mai 2012 qui ne s’est plus démentie depuis.

Les annonces officielles sur le vol Germanwings sont tout de même quelque peu racistes ! On parle sur toutes les chaines de télévision et dans tous les journaux des Allemands et des Espagnols, 72 allemands et 35 espagnols, plus un Canadien, un Belge, trois Kazakhs… Mais il y avait aussi une trentaine de Turcs qui n’intéressent visiblement pas nos WFP (white french politicians). Bien la peine de lancer leurs chiens MRAP et LICRA aux trousse des gens de droite au moindre mot pouvant être interprété comme raciste, si le président lui même et les membres du gouvernement marquent un tel mépris, le pire qui soit, celui de l’oubli, pour les Turcs asiatiques et musulmans morts à bord de l’A320 sur le sol français.

Je ne veux pas encore me prononcer ou avancer des hypothèses sur ce crash. Mais j’ai observé quelques anomalies.

La première concerne la liste des passagers. Avec le nombre de contrôles que l’on passe dans un aéroport à l’embarquement, contrôle du billet et du passeport par les agents de la compagnie, re-contrôle par la police, comptage et troisième vérification à l’embarquement, etc. Comment se fait-il que personne ne soit capable de fournir une liste des passagers (pax-list) exacte en nombre, identité et qualité, 24 heures après l’accident ? Avant-hier encore, on parlait de 67 allemands et 45 espagnols, hier ils étaient 72 et 35, le nombre de Turcs restant imprécis. Les autorités invoquent la discrétion envers les familles, certes, mais on ne demande pas les noms, juste le nombre et la nationalité  !

La seconde concerne la chute : de 12 000 à 2 000 mètres en 6 ou 7 minutes, puis le vol reste stationnaire à 2 000 mètres, l’avion passant entre des montagnes de 1 500 à 2 700 mètres pendant 3 minutes environ. L’avion est resté silencieux pendant tout ce temps, autant les pilotes que les passagers qui utilisent leurs portables une fois l’interdiction liée au décollage levée par l’arrivée à la vitesse de croisière, et malgré l’interdiction s’ils constatent une anomalie dans le comportement de l’avion. On dit qu’il y a eu peut-être une dépressurisation qui aurait étouffé tout le monde, mais alors à quoi servent les masques à oxygène qui tombent soi-disant du plafond dans ce cas ? Surtout pour les pilotes qui ont subi un entrainement ? Et dans ce cas on peut imaginer l’avion descendant sans que personne ne réagisse, mais comment expliquer le palier à altitude constante pendant les trois dernières minutes ?

CA4CaoUUUAAf9aI

Le lieu du crash est étonnant : des pentes abruptes d’éboulis ravinés de terre grise mêlée de roches, ramollies par la fonte récente de la neige, des milliers de débris très petits éparpillés. On nous parle d’un impact de plein fouet à 600 ou 650 km/h. J’ai fait pas mal de haute montagne dans les Alpes (quand j’étais jeune), je connais ce genre de terrain, alors je me demande où est le cratère qu’auraient provoqué 70 tonnes de métal le percutant de plein fouet presqu’à angle droit. J’ai examiné les photos aériennes du site, et je l’ai peut-être repéré, il serait plusieurs centaines de mètres avant le lieu que fouillent les gendarmes, mais j’attends les conclusions de l’expert qui va agrandir la photo que je lui ai envoyée. S’il arrive à la même conclusion que moi, l’Airbus a percuté le sol, rebondi en l’air en explosant et ce serait ainsi que les débris se sont éparpillés sans laisser de traces d’impact violent. Cela, j’insiste, n’est pas confirmé pour le moment.

Et il y a les boites noires, indestructibles, dont la lecture va inéluctablement apporter des éclaircissements sur l’état mécanique et électronique de l’avion et les conversations. Fiables, les boites noires, quasiment toutes les catastrophes aériennes ont été expliquées grâce à elles. 5 000 mètre sous l’océan elles parlent, retrouvées dans la neige au bout de quinze jours, elles parlent, perdues dans des dunes, elles parlent.

Voilà quatre gros porteurs, deux malais, un algérien un allemand qui tombent en une année, triste série noire, et dans deux cas on ne les trouve pas, dans les deux autres, elles sont, dit-on, inexploitables. Quelle malchance ! Coïncidences ? Oui, peut-être, il ne faut rien exclure.

Cela dit, on vient d’annoncer ce matin que la boite noire de l’A320 retrouvée révèle que l’un des pilotes de l’Airbus est sorti du cockpit un instant et que l’autre lui aurait refusé l’entrée au retour. Pourquoi reste à trouver : suicide ou attentat ?

Mais il y a dissimulation d’Etat avérée dans le cas du crash malais en Ukraine, son gouvernement opposant un droit de veto à la publication de conclusions de la commission d’enquête qui ne concluraient pas à la culpabilité de la Russie ; dissimulation d’Etat aussi du fait des Etats-Unis qui refusent et découragent toute recherche du côté de leur base sur l’atoll de Diego Garcia pour le vol malais Kuala-Lumpur-Pékin ; dissimulation d’Etat probable du fait de la France avec complicité de l’Algérie, du Mali et du Burkina dans le cas du vol Air-Algérie (j’y travaille toujours), et avec ce vol Germanwings que penser de cette boite noire dont les spécialistes disaient avant-hier qu’elle aurait été lue avant vendredi, qui hier était devenue inexploitable avant longtemps et qui est au moins partiellement lue quelques heures après ?

On va encore m’accuser de complotite aigüe, mais je commence à soupçonner un lien ténu entre ces quatre crashs. Il est encore trop tôt pour en parler, mais je suis sur la piste de la puce de Freescale conductor d’un côté, qui pourrait expliquer MH370, à quoi servait-elle exactement ? Et surtout sur la technique de prise de contrôle du Pilote Automatique et peut-être de tous les ordinateurs d’un avion qui pourrait avoir été maîtrisée par des hackers islamistes, ou autres. Il y aurait donc de l’attentat dans l’air. Qu’on ne dise pas que c’est impossible, j’ai trouvé un ex-hacker, il m’a montré comment en quelques minutes il prenait le contrôle total d’un ordinateur d’une personne résidant à l’étranger dont nous avons trouvé et choisi le nom au hasard, contournant les codes de sécurité, ouvrant la caméra un bref instant pour voir la tête de la victime, allant voir ses photos de famille, me montrant qu’il pouvait accéder à son compte bancaire, etc. Le tout à son insu. Malgré les apparences ce n’est pas facile, m’a-t-il dit, il faut la connaissance de certains logiciels très spéciaux et savoir les modifier pour les adapter au type de matériel que l’on veut pirater, mais les ordinateurs d’un P.A. sont aussi accessibles que les autres.

En attendant, il est bon que l’affaire occupe tout le monde entre les deux tours de l’élection départementale, ça évite d’avoir à parler des problèmes de la France et de la nouvelle déculottée socialiste de dimanche prochain.

Maurice D.

ARTICLE DE LUCIEN OULAHBIB

Crash de l’A320:une action d’Al Keida?

Par Lucien SA Oulahbib 

Selon les Échos  » (…) Le BEA n’était pas en mesure de dire si les voix enregistrées étaient celles des deux pilotes. Ce qui laisse planer l’hypothèse d’une intrusion dans le cockpit. (…)  »

Ainsi des hommes déterminés et bien entraînés peuvent forcer l’équipage à percuter la montagne…sans avoir besoin de faire exploser quoique ce soit.

Mais pourquoi un avion allemand transportant principalement des citoyens du même pays d’origine, mais aussi des Espagnols ? Il faut remonter au 11 septembre 2001 pour soutenir l’hypothèse suivante : Al Keida a toujours voulu chercher une alliance avec l’extrême gauche radicale, idiot utile formidable comme l’a démontré magistralement Khomeiny qui s’était allié avec tout ce qui comptait de gauchistes (jusqu’à Michel Foucault en France, puis ensuite Garaudy), sans oublier les porteurs de valises sartriens à l’époque de ladite « guerre d’Algérie » qui a livré ce pays aux nassériens totalitaires dont le FLN était l’appendice local.

La date du 11 septembre fait quant à elle référence au coup d’État au Chili le 11 septembre 1973 ayant renversé Allende qui était en train de se radicaliser (sous la pression ultragauche également du M.I.R) comme l’avait fait avant lui Castro. Observons également en Europe l’alliance entre Tarek Ramadan et le Monde Diplomatique, Dieudonné Soral étant leurs S.A en attente. Observons aussi l’action de l’ancien commissaire politique ex-directeur du journal Le Monde (et sa réplique actuellement journaliste sur une chaîne à financement wahhabite qatari), jusqu’à toutes ces accointances s’enfonçant très loin dans le service public, l’enseignement, bref, tout ce qu’a dévoilé Bat Ye’or depuis des lustres maintenant.

Ici, le 24 mars, il s’agirait d’indiquer aux Grecs de Siriza et aux Espagnols de Podemos que leurs gouvernements conservateurs payent la monnaie de leur pièce « austérité », comme les Américains ont payé les « crimes » de la finance mondiale (pourquoi les tours jumelles et pas une autre tour, n’importe quelle tour aurait fait l’affaire) voués aux gémonies par tout ce qui compte de « radicaux » du spectre politique. Dans ces conditions symboliques ainsi créés et en considérant que la crise de confiance et la crise économique iront en s’amplifiant malgré l’accalmie actuelle liée pour une grande part à la planche à billets tournant à plein régime désormais (sous les conseils américains) en Europe, Al Keida exigera via ses marionnettes (indiquées ci-dessus) de plus en plus de place aux exigences communautaristes, sans oublier les coups de boutoir des hordes de réfugiés chassés par le retour à l’ordre islamique pur et dur dans l’ensemble du Proche et Moyen Orient.

Certes, Al Keida, sur le terrain, dans l’empirie du combat au quotidien n’a plus la préséance sur ce retour à l’ordre et son émulsion impatiente représentée par le jeune djihadisme mondial se nourrissant des restes de nationalisme arabe encore debout (l’attentat de Tunis en étant l’une des métastases) et surtout de toutes les destructions multiformes (mentales, morales, institutionnelles) du postmodernisme, alimentées des contradictions non encore résolues de la techno-structure parasitant les diverses formes républicaines et démocratiques occidentales rentrant elles-mêmes à reculons dans la mutation multidimensionnelle de la troisième révolution industrielle (celle de la simulation active du réel et de la bio-informatique).

Mais Al Keida n’a pas dit son dernier mot (sur la direction réelle du Califat virtuel) c’est en tout cas bien elle qui a été à la manoeuvre le 7 janvier à Paris concernant Charlie Hebdo, et nous en voyons déjà les conséquences.

Aussi, même s’il s’avère que ce crash serait en fin de compte dû à une conjonction accidentelle de facteurs exogènes, cela n’infirme en rien la plausibilité du scénario qui est là en puissance avant de basculer en acte…Non plus donc « si » mais « quand »?…Puisque le pourquoi est connu, du moins de quelques-uns, au-delà du vaste enfumage qui s’épaissit de plus en plus (et aucun sommet mondial à l’horizon pour l’éclaircir sans être immédiatement accusé de « phobie » selon le plan prévu… quel plan ? Circulez ! il n’y a rien à voir).

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.