Crèche Baby Loup : L’avocat de la CGT au secours de la nounou voilée

Publié le 12 septembre 2011 - par - 2 533 vues
Share

Les islamistes savent qu’ils peuvent compter sur la gauche, et ses avocats zélés, pour soutenir leurs attaques régulières contre la laïcité. Personne n’a oublié les exploits de Jean-Louis Brochen, époux Aubry, depuis près de vingt ans, dans la région lilloise. Même Caroline Fourest écrivait, en 2005, que ce dernier était « l’avocat des islamistes ». Plus récemment, Force ouvrière s’est fait prendre les mains dans le pot à confitures, dans les usines Peugeot, à Poissy, en distribuant un calendrier syndical avec les dates musulmanes, des conseils pour faire ses prières, ses ablutions, et les règles pour une femme voulant aller faire son pèlerinage à La Mecque. Sans doute une nouvelle conception du syndicalisme du 21e siècle.

La CGT s’était fait épingler, elle, à Roissy, en défendant un restaurant d’entreprise halal (1), suscitant le courroux d’autres centrales syndicales, notamment de la CFDT. Mais c’est autour de la crèche Baby-Loup, (2) et de sa nounou voilée, Fatima Afif, qu’apparaît réellement la connivence honteuse entre des associations musulmanes et certaines organisations syndicales, en l’occurrence cette fois encore la CGT. Rappelons que lors d’élections professionnelles, dans cette crèche unique en France, les amis de la nounou voilée avaient monté une liste – qui fit un piètre score – soutenue par la CGT locale. Lors de son premier procès, le 13 décembre dernier, Fatima Afif avait été déboutée, son attitude étant considérée comme insubordonnée, et avait été licenciée sans indemnité. Affaire terminée ? Ce serait sans compter sans l’acharnement judiciaire dont sont capables celles et ceux qui, au quotidien, se livrent à un véritable travail de sape de la laïcité. Donc, la nounou voilée, conseillée par ses amis, a fait appel. L’affaire sera jugée au tribunal d’appel de Versailles, ce lundi 12 septembre. Il est intéressant de constater que son avocat ne sera autre qu’un ténor du barreau, Michel Henry, connu pour être l’avocat privilégié de la CGT dans de nombreuses affaires. Les arguments qu’il développe sont effarants : « Il ne s’agit pas d’un problème religieux mais d’un problème culturel et même générationnel envers cette première génération d’intégration. Il faut être tolérant. Certains veulent faire de cette affaire un combat pour la laïcité mais la laïcité n’est pas l’absence d’expression de ses convictions, c’est la tolérance. »

Autrement dit, pour cet homme qui se réclame du mouvement syndical, la tolérance, ce serait, sur son lieu de travail, de devoir supporter la tenue prosélyte d’une femme voilée. Les catholiques ne disaient pas autre chose, au début du 20e siècle, quand ils qualifiaient de « laïcistes » le mouvement laïque qui, en cantonnant le religieux hors des entreprises, militait pour la liberté de conscience et l’émancipation des citoyens. Décidément, à gauche, on a le don de voir du culturel à la place du religieux, à l’instar d’un Delanoé, pour qui la rupture du jeûne du ramadan n’avait rien de religieux (c’est juste un des cinq piliers de l’islam) ! Les propos de Michel Henry constituent un véritable coup de poignard contre les femmes nées musulmanes, qui, à Chanteloup et ailleurs, se battent au quotidien pour être protégées des barbus et de leurs militantes, qui veulent imposer leur uniforme et leurs règles moyenâgeuses sur les lieux de travail. Une posture qui trahit le combat courageux d’une femme exceptionnelle, Natalia Baleato, qui a fui la dictature chilienne de Pinochet, pour venir chercher en France la liberté qui n’existait plus dans son pays. C’est d’autant plus criminel que devant la mission Gérin sur le voile intégral, le syndicaliste Carl Pincemin, de Force ouvrière, avait signalé la gravité de l’offensive religieuse, principalement musulmane, au sein des entreprises. (4) L’attitude de Michel Henry est d’autant plus impardonnable que dans le même temps, alerté par la gravité de la situation, le Haut Commissariat à l’Intégration (HCI) a remis un rapport recommandant au gouvernement de donner les moyens, par la loi, aux entreprises, dans leur règlement intérieur, de faire observer une stricte neutralité religieuse sur les lieux de travail, dans le respect d’une conception laïque cantonnant la croyance dans la sphère privée. (5)

On se rappelle que dernièrement, la confédération dirigée par Bernard Thibault a exclu de ses rangs Fabien Engelmann, secrétaire de la section des communaux CGT de Nivange, issu de chez Besancenot, pour son appartenance au Front national. Malgré le soutien de 20 syndiqués sur 23, l’organisation syndicale a estimé que la préférence nationale revendiquée par le parti de Marine Le Pen, et à présent par le secrétaire syndical des communaux de Nivange, était incompatible avec les principes égalitaires de la CGT.

On pourrait en conclure qu’à la « cégéte », il vaut mieux défendre la préférence halal que la préférence nationale…

Jeanne Bourdillon

(1) http://ripostelaique.com/cgt-le-halal-a-la-place-de-la-lutte-des-classes-a-air-france%E2%80%A6.html

(2) http://ripostelaique.com/les-islamistes-soutenus-par-la.html

(3) http://www.europe1.fr/France/Creche-Baby-Loup-l-affaire-jugee-en-appel-712659/

(4) http://ripostelaique.com/Syndicaliste-je-constate-avec.html

(5) http://www.assfam.org/IMG/pdf/HCI-Avis-laicite-entreprise-pdf.pdf

 

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.