Créteil : vous nous avez imposé l’immigration, retour à l’envoyeur !

Publié le 23 octobre 2018 - par - 54 commentaires - 3 273 vues
Share

la-haine-001.jpg

Jeudi matin, un adolescent de quinze ans, élève du lycée technologique et professionnel Édouard-Branly de Créteil, a pointé une arme sur un professeur qui refusait de lui obéir, c’est-à-dire de le noter « présent » ; il a été filmé, évidemment, par un de ses camarades, que la scène fait beaucoup rire, tandis qu’autour d’eux s’agitent d’autres modèles d’intégration. Le mouvement est connu : cette scène a si bien fait le tour des réseaux sociaux que les chaînes ont dû se résoudre à la montrer, et à la commenter. Mais, comme toujours avec la propagande quand l’ongle du réel gratte son mur, on ne l’a montrée et commentée qu’en mentant.

Le premier mensonge touche à l’image, le second à la sémantique : on floute les visages, puis les mots. On a masqué les premiers, mais pas les mains : on sait donc l’origine de leur propriétaire, qui ne surprendra que le dernier carré de la LVFR (Légion des Volontaires Franco-Remplacistes). Puis on masque les mots : on présente l’arme, un pistolet à air comprimé, comme « factice » – je suppose que l’on a voulu dire « inoffensive » : un pistolet à air comprimé n’est pas « factice », c’est une arme ; quant à « inoffensive », ça reste à prouver : on tirait bien des grives, dans mon enfance, avec des carabines à air comprimé, ce n’était pas pour les « menacer » (mais je ne maîtrise pas assez le sujet pour m’aventurer davantage).

De toute façon, la question n’est pas là : c’est de menacer de tuer qui est l’essentiel. On pointe une arme et un autre tirera, on chante le jihad et d’autres égorgeront : les vagues de meurtres contre les Blancs auxquelles nous assistons ont été annoncées – on a beau se réclamer de la plaisanterie ici, et là de l’art, c’est toujours le crime que l’on recherche.

Le mensonge sémantique continue, cependant. Un certain Didier Sablic, professeur de sport dans ce lycée, « où tout se passe bien », dit-il (la preuve), a trouvé ces menaces de mort « inadmissibles » ; et des parents d’élèves membres d’un « collectif », n’est-ce pas (« Unis pour la réussite scolaire » : je serai charitable et ne commenterai pas), les ont qualifiés d’« inacceptables » – c’est aussi l’avis du président de la République. Inadmissible Inacceptable ? Mais ce qui est inadmissible et inacceptable, c’est de ne pas dire que c’est sans nom ! Et que ça mérite Cayenne, ou l’Algérie, ou le Mali – n’importe où sauf la France. Retour à l’envoyeur.

Les dignes parents d’élèves, quant à eux, ajoutent : « Nous condamnons le laxisme dont fait visiblement preuve l’enseignante dans cette classe. » Bien sûr, c’est la scène générale, ce pandémonium, qui frappe le spectateur, c’est-à-dire la prise de pouvoir, par des adolescents prédateurs, d’une femme dépassée par le chaos, le bruit, les menaces, les ricanements, les insultes, et, au fond d’elle-même peut-être, par l’idée qu’elle s’était faite, jadis, de son métier. Mais leur laxisme à eux, ces parents, ils y pensent ? La façon qu’ils ont eue de ne pas élever leurs enfants ? De les laisser retourner à l’état sauvage, et peut-être de les y pousser par bêtise, faiblesse, inconséquence et lâcheté ? Je voudrais bien les y voir, j’aimerais bien les voir plonger, une heure et tout vivants, dans la mare d’une classe avec leur vertu pour seule bouée.

Si j’ai écrit plus haut « retour à l’envoyeur », c’est que je pensais à ces autres envoyeurs, tous ces professeurs, parents, maires, ministres, journalistes, militants, syndicalistes, patrons, qui nous expédient ou applaudissent l’immigration de conquête, celle qui fait le monde inadmissible et inacceptable où nous vivons malgré nous. Que plus jamais tous ces salauds ne nous fassent le coup de l’inadmissible et de l’inacceptable ! Ces mots sont pourris, leur sens rongé et vidé de sa moelle ! Tout le monde sait très bien que des scènes où des élèves menacent et agressent des professeurs sont monnaie courante : vous, moi, et tous ces envoyeurs qui ont été des passeurs – tout le monde le sait. Qu’ils aient au moins la décence de fermer leur gueule.

Bruno Lafourcade

Print Friendly, PDF & Email
Share

54 réponses à “Créteil : vous nous avez imposé l’immigration, retour à l’envoyeur !”

  1. Def dit :

    Le jour où tu te retrouvera devant un barbu avec un couteau de 20 cm en train de taper faux moi signe, je viendrai te le pkqntef moi même, pauvre con

  2. Dunois dit :

    Les profs qui ont voté pour macrouille n’ont pas le droit de se plaindre ? Bien fait pour eux. Et puis, dans peu de temps, puisque les armes sont autorisées dans les établissements scolaires, on verra des gentils muzz pointer de vraies armes sur leurs profs et tirer. Puisqu’aucune force de l’ordre ne les en empêche, tout ça va se généraliser et beaucoup n’y verront que le « malaise des pauvres élèves » avec plein de fleurs et de belles bougies colorées… Qu’ils ne viennent pas pleurnicher, les profs.

    • hathoriti dit :

      Ils ont non seulement voté pour la macrouille, mais combien d’enseignants (90, 95% ?) sont bien à gauche ? Ils ont approuvé l’immigration et ont été les 1ers à chanter les louanges des « chances pour la France » …et la malchance pour leurs pays, Non? Alors, maintenant, qu’ils se démerdent avec leurs petits chouchous dont ils sont en train de comprendre qu’ils vont leur en mettre plein la gueule l Cela dit, je suis moi aussi, pour la remigration totale et complète !

  3. lafronde dit :

    Cette mise en scène de la violence révèle la grande misère des droits-créances. Droit à l’éducation, fourni par l’Education nationale, il permet aux familles, à travers leur ados-élèves, d’en abuser : la violence scolaire est un abus de droit à l’éducation, non sanctionné par l’Etat. C’est une violence qui vise le corps enseignant, les adultes référents, et aussi les autres élèves. L’Etat détourne les yeux et abandonne les victimes, et tout la communauté scolaire. C’est « Le Grand Abandon » dénoncé par Yves Mamou dans son livre éponyme. A lire pour tout patriote.

  4. logique dit :

    un pistolet à air comprimé n’est pas inoffensif. il existe des plombs très variés dont des plombs de chasse en croix et des plombs très pointus indéformables. Avec de tels plombs et à cette distance un tir dans la tempe (ou dans l’oeil) peut être fatal…

    • jeannot dit :

      Tous les journacrottes nous bassinent à longueur de journée, sur toutes les chaînes, que l’arme était factice, bref, on fait tout un fromage pour une blaguounette. Une blague de potache.. Mais continuez de croire à vos saloperie, sales journacrottes molles, dans vos cerveaux pourris, bientôt, vous aurez un pétard devant votre gueule et ce ne sera pas un pétard en plastique et j’espère qu’ils sauront s’en servir ! Pas un français digne de ce nom ne sera charlie ce jour là !

  5. Elliot dit :

    Bonjour ! Rien à ajouter à cet article ! Voilà les « chances pour la France », ces « sauvageons »….Plus de lois sauf la leur! On est mal barré ! Pour en terminer avec le pistolet, qu’il soit factice/air soft/à plombs/à billes/à flèches/etc…ce petit « sauvageon » a juste menacé sa prof avec une ARME ! Point barre ! Pour terminer, je suis tireur sportif et chasseur, je mets au défi tous ceux qui « analysent » cette situation de faire la différence entre un « vrai » et un « faux » pistolet quand tu l’as braqué sur ta tête….Tu pisses juste dans ton froc, surtout dans ces « périodes troubles » ou des « jeunes » des cités se foutent sur la gueule à coup de barre de fer et de AK47….Bonne journée !

  6. patphil dit :

    s’il n’y avait pas que les immigrationnistes qui subissaient; nous tous sommes concernés! le boumerang n’a pas encore frappé assez fort pour que les veaux se réveillent

  7. Papymiloud dit :

    Rajustez vos besicles, prenez votre canne et retournez donc voir ce qu ‘est devenue la banlieue rouge, où comment les djellabas et les nikabs fleurissent même en hiver le long des avenues Yourii Gagarine

  8. katastrov dit :

    La haine et la peur étant des reflexes de survie, j’ entretiens ces deux sentiments et c’est très bien ainsi.

  9. Sourgens dit :

    On connaît bien ce genre de posture, qui commence par le déni: ‘Mais non, voyons, c est dans votre tête, regardez les statistiques, l’immigration n’a jamais été aussi faible. L’insécurité ? Elle est stable, voyez les chiffres ‘ et qui finit immanquablement par le fatalisme, tête baissée et les bras ballants ‘Maintenant ils sont là, qu est ce que vous voulez qu on fasse ?

  10. Branchey dit :

    Regardons la lune et pas le bout du doigt. Une bonne partie de cette jeunesse islamo-africaine se moque de notre enseignement et de sa culture occidentale. Soutenue par les parents, cette population pratique la revanche de l’ancien colonisé contre l’ancien colonisateur, en diffusant une religion qui est surtout un totalitarisme de conquête et nous introduit leurs guerres entre eux. Le tout avec la complicité de nos élites.

  11. Daniel Boutonnet dit :

    Dites-ça aux femmes qui par obligation prennent seules les RER après 9 heures du soir. Elles ont la peur au ventre dès que montent dans un wagon des « chances pour la France » dont vous faites peut-être partie. A fortiori à plusieurs, gueulant (car il n’y a pas d’autres mots), ricanant, s’affalant comme des veaux sur les banquettes et évidemment harceleurs, au minimum en paroles, dès qu’ils repèrent une jeune femme seule. Alors non nous ne sommes pas naïfs, la racaille hélas nous y sommes confrontés en permanence.

  12. Sourgens dit :

    Entendu ce matin sur une radio du service public une prof enseignant dans un lycée de Créteil commenter le braquage de sa collègue en affirmant sans rire ‘ca traduit le malaise des élèves ‘. Suivaient des considérations fumeuses sur ‘le climat de violence dans lequel ils vivent depuis leur enfance ‘, toutes considérations visant à exonérer ces chers petits de toute responsabilité, et à s’interdire bien entendu le recours à des sanctions, puisqu on ne punit pas une victime, on l’écoute, on cherche à la comprendre son désarroi. . Derrière ces discours aux effluves quasi religieuses, on trouve souvent des militants d’extrême gauche qui sont là en terre de mission. Les autres, ceux qui ont témoigné des insultes et des agressions qu ils vivent au quotidien, au point de ne même plus réagir comme dans la vidéo, ils fuient dès qu ils peuvent ces paradis du multiculturalisme inventés par la gauche et approuvés par la droite

    • isser notr dit :

      Vous savez, @Sourgens, ou peut-être ne savez-vous pas, que ces jeunes professeurs sont soumis à un lavage de cerveau durant leur formation.
      Ils doivent ingurgiter des théories qui victimisent systématiquement les élèves et les placent au centre de l’apprentissage et tout cela une novlangue pédante et incompréhensible.
      Ceux qui sont réfractaires à ce bourrage de crâne connaissent l’humiliation, voire l’exclusion.
      La formation des enseignants est devenue un univers stalinien.

  13. Jill. dit :

    Pistolet factice ;en effet un pistolet à air comprimé n’est pas une arme factice.

    • Tskvi dit :

      Factice ou pas, qu’importe? C’aurait ete tout bon avec un pistolet a eau??
      Et vous feriez la difference entre un pistolet a eau charge d’eau et le meme charge d’acide? Fortiche!

  14. Jill. dit :

    Toute cette clique gaucho récolte ce qu’elle a
    semé et commence à prendre peur… Soyez bien veillant avec un serpent, cela ne l’empêchera pas
    de vous mordre.

  15. Carter dit :

    Un pistolet à air comprimé est très dangereux, ça suffit amplement à éborgner quelqu’un, mais perdre un oeil, ce n’est pas grave je suppose…

  16. lavandin dit :

    ……nous avons quand même eu 250 morts et plus d’un milliers de blessés en 3 ans….devons nous tendre la joue gauche ?

  17. Emile dit :

    Je ne vais pas pleurer sur les profs …
    Ils ont fait majoritairement partie des gauchistes post soixante huitards qui nous ont conduit là où nous en somme….
    Égalitarisme , abolition du mérite , laxisme ,tolérance , pédagogie à la con primant sur enseignent , nivellement par le bas…etc…etc….
    Qu’en est il des jeunes profs ….?

  18. Brice dit :

    Les veaux sortent de leur torpeur. Après avoir approuvé la politique immigrationniste, ils désapprouvent aujourd’hui les conséquences. Les réactions sont identiques, à ce que vous rapportez, dans mon entreprise.

  19. Novo dit :

    Salut Bisounours, certes nous ne sommes pas encore en république islamique mais en train de devenir. Dans les quartiers « normaux », encore vivables, cela se voit p. ex. par l’accroissement du nombre d’élèves qui harcèlent ceux qui mangent du porc (il faut avoir les enfants scolarisés pour le savoir). Dans des quartiers où même la police ne s’avanture pas, c’est déjà Kaboul et Bagdad. Et vous, dans quelle France vivez-vous? Dans quelques décennies, Kaboul et Bagdad sera largement répandu en France, avec quelques notions de maths et d’histoire la déduction n’est pas très difficile. Mais chaque Bisounours comme vous refuse de voir ce qui saute aux yeux, c’est d’ailleurs ça notre drame.

    • Calamity jane dit :

      Ce n’est pas un Bisounours mais un djihadiste potentiel.
      Je crois qu’il faut arrêter d essayer de parler avec l ennemi.
      L heure est trop grave.

  20. Colonel de Guerlasse dit :

    Et comme d’habitude, c’est l’inversion : c’est de la faute de la prof.
    Les répliques airsoft sont dangereuses à cette distance, et elle sont très bien imitées, il est donc difficile de faire le distingo. Ce qui frappe aussi, c’est l’attitude de soumission de la prof. Le marrant de l’histoire, c’est que le monde pourri des enseignants bizounours soit une victime de ses propres convictions politiques marxistes.

    • Joël dit :

      Soumission, pas sûr. Moi, je pense qu’elle crevait de trouille car bien incapable de voir si l’arme était vraie ou fausse. D’ailleurs elle n’ose même pas tourner la tête vers l’agresseur.
      Vous connaissez la chanson : un mauvais regard est si vite arrivé. Avec les conséquences que l’on sait.

  21. La Hire dit :

    « On n’est ni à Bagdad, ni à Raqqa, ni à Kaboul »
    …Mais vous faites ce qu’il faut pour que ça le devienne, n’est-ce pas ?

  22. Vent d'Est, Vent d'Ouest dit :

    Les parents d’élèves dénoncent le laxisme de cette prof qui se serait montrée un peu trop familière, trop cool avec leurs enfants qui, bien sûr, leur ont rapporté ce que les familles ignoraient jusqu’à là. Eh, bien, je ne connais pas cette prof mais j’ai été témoin dans un passé pas si lointain des mensonges et demi-vérités véhiculés par certains élèves qui étaient de connivence pour « descendre » qui un CPE, qui un prof, qui… même un(e) AESH qui n’avait pas l’heur de leur plaire pour telle ou telle raison, le plus souvent quand l’accompagnant(e) ne trouvait pas d’autre solution que de les recadrer lorsqu’ils perturbaient l’élève accompagné(e) par leurs comportements bruyants et indisciplinés et, par voie de conséquence, le travail de l’accompagnant(e) dudit élève lui-même/elle-même.

    Alors, je prends leur « indignation » avec des pincettes, ainsi que, plus grave, leurs accusations sur la foi de leurs gosses.

    Ras le bol de ces parents qui ne comprennent pas qu’ils se comportent contre les propres intérêts de leurs enfants, c’est tout juste s’ils ne condamnent pas ladite prof ! Eh, bien, si, c’est la faute de la prof, si j’ai bien compris la situation à l’issue de la réunion des parents d’élèves avec le principal !

    • Dupond dit :

      Vent d’Est, Vent d’Ouest
      J’évite le slogan « c’etait mieux avant » mais en primaire avec des lignes a faire signer par les parents et la giffle a se prendre en pleine gueule évitaient les réunions de parents d’éleves . En 1960 nos parents bossaient et n’auraient pas eu le temps d’écouter des discours souvent stériles de professeurs sans autorité . Les instituteurs et nos parents ne nous consideraient pas comme des « enfants rois » Mai 68 avec son « il est interdit d’interdire » a désarmé les enseignants de leur autorité ,s’y est adjoint le chantage au racisme et le bamboula un peu vicieux se servira du chantage a la négrophobie pour imposer son indiscipline : les blancs partiront dans le privé et les iluminés pacifistes se plaindront du communeautarisme

    • Vent d'Est, Vent d'Ouest dit :

      Aurais-je touché quelques vérités sensibles pour mériter autant de pouces baissés ? Sachez que cela me flatte davantage que cela me contrarie ! Cela prouve tout simplement un manque d’arguments de la part de ceux qui préfèrent vivre la tête dans le sable. Dormez bien.

  23. Ajax dit :

    Aurais-tu peur ?

  24. Ajax dit :

    Après avoir été une chance pour la république, ils vont être une chance pour l’Afrique.

  25. Gib dit :

    Comment pouvez vous dire que ce n est pas l apocalypse il suffit de regarder dans les rues de Paris ou d ailleur et surtout dans les marchés il n y jamais eu autant de voilées de barbus en djélaba.
    Je suis désolé il y a même pas 20 ans tout ça n existait pas autant.

  26. Shaytan dit :

    INACCEPTABLE, avait martelé le flamby du haut de son scooter concernant l’utilisation d’armes chimiques par Bachar El Assad.
    Le surlendemain, son pote Obama renonçait à envoyer des troupes en Syrie.
    Il n’a suffit que de deux jours pour que la guimauve qui nous servait de président, reconsidère la guerre chimique comme tout à fait tolérable.

  27. Ulysse dit :

    Et elle est de quel côté, la « haine », selon vous ? Chez qui se manifeste-t-elle donc quotidiennement ?

  28. prospectum dit :

    Ah tien , un  » padamalgam  » s’est égaré ici ; A moins que cela soit un  » fopastigmatiser  » , j’ai pas bien vu la nuance de rouge de son pelage , l’age venant , la vue baisse , excusez moi .

  29. pbk dit :

    A propos de parents d’élèves, la FCPE est sur la liste des soutiens de Cédric Herrou.

    • Daniel Boutonnet dit :

      La précision n’est pas inutile en effet !

    • Vent d'Est, Vent d'Ouest dit :

      la FCPE à fuir absolument ! Déjà qu’elle avait sévi en 2015 via son siège national en soutenant la réforme du collège concernant la théorie du genre à enseigner aux collèges : http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2015/05/26/01016-20150526ARTFIG00359-pourquoi-la-base-de-la-fcpe-tempete-contre-sa-direction.php, entraînant la non reconduction du président d’alors dans ses fonctions d’administrateur.

      Par ailleurs, il serait intéressant de connaître l’avis de la base – c’est-à-dire les adhérents constitués en majorité de parents d’élèves qui cotisent donc par définition – au sujet de cet engagement politique alors que toute association de parents d’élèves devrait être APOLITIQUE, l’éthique et la décence voudraient que son engagement est par principe purement dans l’intérêt des élèves et non se disperser à des opinions politiciennes n’ayant aucun rapport avec l’objet de son activité.

  30. Dupond dit :

    Depuis giscard on a transporté des barbares muzz venus de pays ou il faut piocher pour bouffer !!! cette vieille ordure se flattera de « tolerer  » la polygammie …..quarante ans apres nous sommes au seuil de l’explosion avec des descendants issus d’assistés qui n’ont jamais vu un des leurs se lever de bon matin pour nourrir les siens mais attendre en faisant (bien reposé) des gosses que la CAF lui distribue le pactole si durement acquis . La famille lui a distillé les valeurs du coran c’est a dire la haine des non muzz qui doivent etre spoliés voir éliminés ……..Le résultat est là !!!
    https://www.lesinrocks.com/2018/10/23/actualite/bresil-bolsonaro-promet-la-prison-ou-lexil-pour-les-gauchistes-quand-il-sera-elu-111137123/

    • Mathieu dit :

      Pour vous rejoindre, il suffit de prendre une photo de la CAF avant et après pour s’apercevoir que le public a changé !

      • Daniel Boutonnet dit :

        Les photos de classe aussi !

      • Dupond dit :

        Mathieu
        +10000000000000
        En 1962 la conserverie de mon village a fermé et un de mes voisins s’est retrouvé au chomage . A l’époque il fallait pointer toutes les semaines et bien je vous assure que ce brave homme y allait en rasant les murs par la honte .Trois mois apres la commune se munissait d’un camion a ordure et nanti de son PL il fut embaucher . Son visage s’éclaira et nous étions heureux pour lui ….Les temps ont bien changé et la dignité s’en est allée lorsque l’on voit des « djeunes » a la force de l’age se pavanner a la terrasse des cafés quand des travailleurs sont sur le trottoir d’en face avec la truelle sur l’échaffaudage

      • Fomalo dit :

        Pas besoin d’avant. Les « vieux » Français ne s’en souviennent même pas, et pour cause. Il suffit aujourd’hui, tous les jours ouvrés de la semaine, où que ce soit dans les villes en étant dotées, de photographier les » queues » à l’entrée des C.A.F!