Crise de l’autorité : Valls dénonce d’un côté ce qu’il génère de l’autre

Publié le 1 août 2013 - par - 935 vues
Share
En février 2013, Manuel Valls découvrait que notre pays semblait vivre « une crise de l’autorité. »

Il en appelait même à « une justice sévère et impitoyable« , « implacable » et ce, suite aux conséquences dramatiques d’une course poursuite sur le périphérique parisien qui coûta la vie à 2 policiers.

Ri7Valls sans valseusesLe ministre semblait ne pas avoir de mots assez durs pour qualifier les futures sentences.

Depuis le mois de février, c’est- à-dire depuis :

– Le Mur des Cons,

– Le gazage des enfants à la Manif pour tous, et les gardes à vue pour port de tee- shirt rose  » papa, maman et les enfants »,

– Les émeutes lors de la victoire du  PSG,

– La honteuse désinformation quand il s’est agit d’Estéban,

– L’emprisonnement de Nicolas,

– Le détroussement des morts de Brétigny, le caillassage des secours,

– Les échauffourées de Trappes à cause d’un contrôle d’identité d’une personne en infraction

sont passés par là, et les Français ont eu tout le loisir de constater- ou d’être confirmés dans leurs soupçons voire leurs certitudes- que la justice, en effet, se montre implacable envers les victimes et toujours aussi indulgente pour les autres.

Juillet 2013, 5 mois plus tard, le même Manuel Valls en est toujours au même point puisqu’il dénonce toujours la même chose : « Nous vivons une crise de l’autorité (…) il faut restaurer pleinement l’autorité« 

Ou Valls ne se souvient plus de ce qu’il a dit seulement 5 mois plus tôt donc souffre de troubles de la mémoire et il doit être écarté de ses fonctions illico. Ou Valls avoue implicitement son impuissance à endiguer la violence des « jeunes » et il doit démissionner illico. Ou Valls est le complice à peine masqué de la montée en puissance d’une catégorie de la population, et en cela devient un traître à la nation et doit partir illico.

Ou, et c’est le plus probable, les trois raisons susnommées sont à égalité et la conclusion qui s’impose est la même : Valls doit être destitué de ses fonctions sur le champ.

L’abolition du respect de l’autorité est indissociable des méthodes de destruction massive que sont les pédagogies qui ont été durablement installées par la création des IUFM en 1988 sous le gouvernement Jospin et jamais remises en cause, malgré ses discours hypocrites, de la droite depuis.

Contre cette crise de l’autorité dont on nous rebat les oreilles depuis des lunes, aucun gouvernement ni de droite ni de gauche n’a jamais souhaité y remédier. Pire: « La gauche l’avait rêvé, la droite le fait ».

http://www.lecri.fr/2010/10/20/la-gauche-l%E2%80%99avait-reve-la-droite-le-fait-par-philippe-nemo/19506

Valls pourra prendre ses airs outragés, froncer du sourcil, adopter une posture martiale, utiliser des mots guerriers, il n’a pas plus de courage que tous ses prédécesseurs depuis 40 ans mais il est une chose qu’il a en commun avec eux, c’est de dénoncer d’un côté ce qu’il entretient de l’autre. C’est aussi d’apposer, d’une part,  des phrases n’ayant, en apparence du moins, aucune rapport entre elles, d’autre part des phrases dont le sens est très ambigu.

(…) « Ceux qui continuent à prôner le port du voile intégral dans l’espace public défient les institutions« . « L’Islam de France doit être plus fort. Aujourd’hui il y a trop d’espace pour ceux qui le contestent, mais contestent aussi la République« .

Placer sur le même plan des individus qui défient les institutions ( comprendre les burqas en goguette et leurs maris chatouilleux donc les personnes de religion musulmane ) et non pas les individus qui contestent l’islam mais le « trop d’ espace » qui leur est imparti (pour exprimer leur désapprobation) est une curieuse façon de s’exprimer.

Le ministre sous entendrait- il par « espace » celui que représente internet dont le réseau social twitter est dans la ligne de mire de la porte- parole Madame Belkacem ?

http://www.france24.com/fr/20121228-twitter-najet-vallaud-belkacem-racisme-internet-france-tweets-homophobie-juif-reseaux-sociaux-hashtag

Les lois de censure Pléven et Gayssot qui  amènent Eric Zemmour, Pierre Cassen, Pascal Hilout, Ivan Rioufol à comparaître devant la 17 ème chambre seraient- elles devenues insuffisantes au regard de ce gouvernement socialiste qui doit impérativement obéir aux ordres de Bruxelles ou de Washington qu’il lui faut accélérer le processus de changement de civilisation ?

Quelle étrange assertion que « l’islam de France doit être plus fort » juste après avoir condamné l’attitude des individus- ayant tout à voir avec cet islam- qui se revendiquent précisément de cette « religion » en portant publiquement voile, hidjab, ou burqa. L’islam de France, par ces comportements contraires à la loi de 1905  entend justement  se montrer plus fort que cette dernière, aussi, affirmer que l’islam doit être plus fort ( encore plus ?) pour combattre les dits comportements est un raisonnement parfaitement spécieux.

Un « islam plus fort » a autant de sens que décréter  » un catholicisme plus fort », sauf à poser le postulat de départ que si on cherche à nous imposer, quelque en soit le prix à payer, la « religion de paix et d’amour » qui fait des ravages humains dans chacun des 57 pays où elle régente la vie des peuples, je crains qu’il ne faille comprendre que l’islam, en effet, devra être le plus fort afin de transformer la République Française ( ou ce qu’il en reste) en une République Islamique.

Pour peu que nous ayons gardé 3 sous de jugeotte, les paroles de Manuel Valls qui ne veulent rien dire tout en disant beaucoup sont à prendre avec la plus grande gravité d’autant qu’il ne perd jamais une occasion de dire que « s’attaquer à un musulman, c’est s’attaquer à la République », plaçant le fait d’être musulman avant l’identité française.

Venant d’un ministre, il est de notre devoir de patriote d’y voir un sombre présage.

Caroline Corbières

http://www.al-kanz.org/2013/07/18/valls-islamophobie/

 

 

 

 

 

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.