Crise des Gilets jaunes : le pays dans l’impasse

Publié le 19 mars 2019 - par - 22 commentaires - 1 286 vues
Share

Toute l’Occitanie des zones périphériques s’est levée en masse le 17 novembre. Ce fut particulièrement le cas dans toute les vallées de la Garonne, depuis les cantons pyrénéens jusqu’au plus loin, en aval, vers Marmande et Villeneuve sur Lot.

Une mobilisation sans précédent

Nous avons assisté à cette occasion à l’éclatement, sans précédent connu, d’une colère extrêmement profonde de la France rurale et périphérique ultrapaupérisée. Cette colère s’est fondée sur la question sociale, sur une demande de réajustement de la redistribution de la richesse nationale, et sur un rejet massif de la caste politique et plus généralement des élites.

Identité – immigration, la parole interdite

Tout a été fait pour en interdire l’expression, mais cette colère s’est également très largement fondée sur des ressorts encore plus profonds : demande d’arrêt de la politique migratoire dont tout le monde comprend désormais qu’elle ruine la classe moyenne et exigence d’une reconnaissance identitaire du peuple de France sans cesse rabaissé chez lui au profit des minorités. Ces questions ont été interdites à la fois par les médias et par l’extrême gauche sur le terrain.

Une action combinée pour interdire la parole sur les sujets qui fâchent

Les vraies raisons de cette colère ont été volontairement brouillées par le pouvoir et par les médias qui peuvent ainsi prétendre que les Gilets jaunes ne savent pas ce qu’ils veulent. Ainsi, les porte-parole des Gilets jaunes que les médias ont fabriqués de toute pièce ne nous ont jamais représentés tandis que les leaders naturels étaient pris en main par les activistes de la France Insoumise qui ont canalisé leur expression.

À cela s’est ajoutée l’hypermobilisation de l’extrême gauche, alliée objective du pouvoir immigrationniste, qui a littéralement vidé le mouvement à Toulouse et Montpellier, mais aussi à Paris et dans toutes les métropoles dont elle a pris le contrôle. Les pseudo-assemblées générales de centre-ville sont toutes passées sous son contrôle, la parole y a été interdite sur l’identité et l’immigration ; mais aussi sur les revendications propres à nos catégories sociales exclues de la redistribution.

En effet, celle-ci va toute aux populations gagnantes ou protégées de la mondialisation, concentrées dans les métropoles d’une part, et aux minorités issues de la diversité concentrées dans les quartiers bénéficiaires de la politique de la ville, d’autre part. Rien pour la France périphérique encore majoritaire dans le pays et pourtant complètement laissée à l’abandon et pressurée.

Les forces coalisées d’extrême gauche ont également pris le contrôle des manifestations de centre-ville qu’elles ont progressivement vidées, y compris des militants de la gauche plus modérée qui ne se sont plus reconnus ni dans la cause dévoyée de son sens originel, ni dans les violences extrêmes. À cela s’est ajouté le jeu pervers du pouvoir qui a éborgné les Gilets jaunes pacifiques et laissé faire les casseurs, créant ainsi la peur chez les gens ordinaires.

Violence policière, faux débats et enfumage, le pouvoir dans un cul de sac politique

Pensant pouvoir placer les Français en état de sidération par la violence extrême de la répression policière et pensant les anesthésier par l’instauration d’un faux débat, le pouvoir s’est enfermé dans un cul de sac politique.
Ayant tout fait pour brouiller les raisons de la révolte, il s’est interdit de pouvoir y revenir. Il n’y a donc aucun espoir de le voir retourner sur ses pas.

L’opération d’enfumage de l’opinion est un flop avéré. Aujourd’hui le pouvoir ne parvient plus à convaincre, il n’a strictement plus aucune emprise sur l’opinion ; bien au contraire, la population est toujours en attente de solutions politiques dont elle a largement compris qu’elle ne viendront pas.

Le pouvoir temporise en attendant les élections européennes et laisse le pays flotter dans un vide politique inédit. Les Français ont parfaitement compris qu’il n’y aura aucune réponse politique aux questions posées par la révolte des Gilets jaunes. La colère est pour le moment comprimée, elle ne trouvera pas de réponse de la part de ce pouvoir. Il n’y a strictement aucun espoir de le voir revenir à la raison. Tout au contraire, il y a tout lieu de penser que faute d’avoir été entendue, elle va rebondir de manière encore plus exacerbée. Le pouvoir s’y prépare par toute une série de mesures liberticides qui nous font basculer en dictature assumée. Beaucoup se demandent d’ailleurs s’il ne cherche pas délibérément à provoquer un chaos pour masquer sa responsabilité et instaurer un régime autoritaire.

La France insoumise rudement sanctionnée

Ce parti qui partage avec le pouvoir le même objectif de remplacement de notre peuple se retrouve rudement puni pour avoir l’avoir aidé à éluder les questions migratoire et identitaire. Le voilà relégué à moins de 7 % d’intentions de vote aux européennes derrière les Verts ; ce qui consacre sa déchéance finale. Nous pouvons l’annoncer, ce parti va disparaître pour exactement les mêmes raisons que le parti socialiste ; son immigrationnisme forcené et la doctrine terra nova de privilège des métropoles et des minorités ethniques vont le ruiner. De profondes scissions partagent la gauche. De plus en plus de gens la fuient car ils ne supportent plus son parti pris immigrationniste. Une large partie de l’électorat se trouve en déshérence et ne voit plus aucun espoir de solution électorale, les taux d’abstentionnisme sont à des niveaux jamais vus fragilisant toute légitimité tirée des urnes.

L’impossible fusion des populisme à l’italienne

Le mouvement des Gilets jaunes révèle l’immense attente du peuple de France, qu’il vienne de droite ou de gauche, pour une fusion des populismes à l’italienne. C’est à dire pour une politique qui soit à la fois sociale et identitaire menée par une coalition des deux populismes.

Or en l’état , cette coalition est impossible en France pour des raisons de loi électorale, le scrutin majoritaire et l’éclatement des forces l’interdisant ; mais aussi pour des raisons historiques et de personnes. En effet la présence de Jean-Luc Mélenchon d’un côté et de Marine Le Pen de l’autre la rendent totalement impossible pour le moment. L’un incarnant une politique à la vénézuélienne dont personne ne veut, l’autre, trop floue et portant le poids des multiples dérapages qui ont rendu infréquentables des idées pourtant justes. Leur présence bloque le pays en interdisant la solution attendue et renforce le pouvoir en place qui grâce à une loi électorale totalement inique est assuré de se maintenir.

Pas de solution politique en vue

Enfermement forcené d’un pouvoir qui ne sait plus où il va et dont la légitimité ne lui permet pas de conduire une politique aussi radicalement libérale et autoritaire d’une part, et impossibilité de fusion électorale des attentes populistes du peuple de France de l’autre, le pays se trouve dans une très dangereuse impasse politique alors que la situation est globalement explosive, que toutes les crises convergent et que la violence n’est plus contenue.

On apprend à l’instant que Maxime Nicolle annonce un très gros événement à Toulouse pour le 13 avril. La capitale de l’Occitanie est annoncée comme la capitale des Gilets jaunes. Cela reste à voir…

Tout peut repartir de Toulouse, mais sans le ralliement des Gilets jaunes de la France périphérique, cet événement restera un énième coup d’épée dans l’eau. C’est à l’extrême gauche de venir parler aux leaders naturels de la France périphérique, elle sait où les trouver autour de Toulouse. C’est à elle de desserrer l’étreinte sur les questions qui fâchent. Pas de participation des Gilets jaunes de la France périphérique sans accord préalable sur ces questions.

Il est encore temps de bien faire, mais il faut se dépêcher si on veut mobiliser pour la date prévue.

Martin Moisan

https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/haute-garonne/toulouse/gilets-jaunes-maxime-nicolle-annonce-mobilisation-grande-ampleur-toulouse-13-avril-1641008.html

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Francis

(suite)

Communiquer désormais de manière crypté sécurisé et montrer pattes blanche aux organisateur du mouvement.
Que chaque GJ se créer un numéro d’immatriculation ou un pseudo assez personnel visible sur lui validé en interne qui montrerait la preuve qu’ils sont GJ et non casseurs ou pilleurs venant des banlieues.
Clouer le bec de ces merdias et voter le FREXIT loin du joug de la tyrannie de l’U.E ou plutôt désunion Européene

Francis

Il faut tout d’abord que le mouvement retrouve une intégrité et une dignité qu’elle puisse se débarasser des casseurs et de l’ultra gauche qui la parasite pour cela elle devra renforcer sa securité interne et débusquer les traitres et collabos au sein du mouvement à commencer par Drouet and co (ce n’est qu’un exemple il y’en a d’autre plus habile toujours dans l’ombre jamais inquiété donc plus dangereux.).

saurer

Le gouvernement a trouvé la solution pour résoudre la crise des GJ. Faut dire que l’idée, est habile, originale, sinon géniale, et garante du succès : interdire les manifestations !!!

Pedro de la Mancha

Les médias appellent l’extrême droite les patriotes nationalistes. C’est vrai dans certains cas. Pour moi la véritable extrême droite c’est avant tout l’ultra capitalisme mondialiste qui nous met dans cette situation inédite. L’ultra libéralisme sonnera la mort des nations et des cultures si nous ne réagissons pas plus que ça.

pellerm

Tant que nous resterons dans l’UE , le gouvernement , quel qu’il soit ! ne pourra satisfaire les demandes des gilets Jaunes , qui sont contraires aux directives de Bruxelles ..
Une seule solution , voter UPR et François Asselineau , et .. FREXIT !
Lorsque nous aurons retrouvé notre souveraineté et nos Libertés …tout sera possible !

senechal

Je ne fais pas confiance à cet individu, c’est un beau parleur, mais il reste un énarque, et s’il avait les commandes de l’état, il ferait comme ses prédésseurs.

dissident

« C’est à l’extrême gauche de venir parler aux leaders naturels de la France périphérique, elle sait où les trouver autour de Toulouse. C’est à elle de desserrer l’étreinte sur les questions qui fâchent. »
Non sérieux ? Faut ne rien avoir compris à ce qu’est « l’extrême gauche » : mondialisme, alter ou non c’est pareil, LBGTisme genré, escrologisme et veganisme sont ses mamelles « idéologiques ». Aux antipodes des préoccupations des gueux de la ruralité …

DUFAITREZ

De mon point de vue, le Mouvement doit faire une pause.
Une Alerte forte a été donnée. Attendre les réponses. 16 avril.
Mai 2019 après mai 68 ? Tout dépendra du résultat…
Le minimum ? Dissolution.

senechal

Et bien moi de mon point de vue les GJ ne doivent rien lâcher, mais changer diamétralement de stratégie, car l’équipe à castagneur est en train de peaufiner une contre-attaque.
Par exemple molester le personnel des permanences de nos « chers » représentants politiques que ce soit le sénat, l’A N et autre représentation de l’oligarchie ayant pignon sur rue.
Croyez moi, ce serait beaucoup plus productif et les G J n’auraient pas accrochés à leurs basques les black-bock et autres voyous qui ne cherchent que le pillage.

PIstou

L’estron de Nice a fait interdire une manifestation. Comme girouette celui la au fait dans quel parti il est actuellement.

Eric des Monteils

Castaner qui limoge le préfet pour n’avoir pas assez éborgné et amputé de gilets jaunes . . . .Celle-là, il fallait la faire quand même ! Mais rien n’arrête les véritables salauds, à la botte de pouvoirs bien au-dessus d’eux ; de ceux que l’on ne nomme jamais, ou presque. Jusqu’où, jusqu’à quand ?

meulien

il ne peut y avoir de rassemblement des droites tant que la droite bourgeoise,ne reconnait pas sa complicite avec le gouvernement de gaulle,qui a fait torturer et massacrer des francais d’algerie qui ne desiraient que rester francais,dans des departements francais.

senechal

Le peuple seul doit se soulever et ne compter sur ses propres forces et ses propres moyens, n’attendez rien de l’armée, ces militaires n’ont rien dans le pantalon, seul compte leurs breloques qu’ils arborent fiers comme des paons, leurs soldes et leurs prébendes, quand à l’humiliation de la France et à l’avenir bien sombre de la patrie, ils s’en foutent!.
J’ai entendu le Général De Villiers faire des éloges des abrutis de présidents que l’on a pu avoir ces 3 dernières décennies, y compris celui qui l’a humilié et giflé publiquement,
le macrocon!.
Le temps que l’on aura des décérébrés comme chefs d’état major, il ne se passera rien.

patphil

le grand débat terminé, il va bien falloir prendre des mesurettes! au nom des propositions émises!!!
reculer pour mieux sauter reste un adage d’actualité

senechal

Comme je l’avais prédit, il y a plus de deux mois, alors que les merdias nous en rabattaient les oreilles avec leur fameux « le mouvement s’essouffle », le soulèvement si il a pu tenir le coup cet hiver sous la pluie, le froid et le vent, ne peut que se renforcer et se développer avec le printemps qui est désormais arrivé.
Les services du maintient de l’ordre ne sont non seulement fatigués, mais désorientés et désemparés, faute de directives précises dont ils ne savent même plus qui dirigent les troupes et quels ordres ils doivent donner!.
Ce gouvernement est aux abois, il n’a jamais voulu prendre en compte ce mouvement, se sentant fort et protégé, il est désormais piégé!.
Rappelons le vieil adage: « il n’y a pas de citadelle imprenable ».

André Léo

L’avenir appartient aux patriotes, si ils arrivent à se rassembler dans une Union Nationale.
Ça parait difficile, tant les esprits de clans, les ambitions personnelles s’imposent avant l’Intérêt du Peuple. Ils se font populistes, ils prétendent défendre les intérêts du Peuple, mais ils se déchirent lorsqu’il s’agit de faire front contre la mondialisation capitaliste.

Bobos, demi bobos ou quarts de bobos de la pensée unique ne feront jamais de « révolution ». On le voit avec les tentatives d’union en vue des européennes.
Former un groupe de progressistes patriotes et républicains à Bruxelles ou au Palais Bourbon tient encore de la gageure. Combien d’années de Chirac, de Hollande et de Macron faudra-t-il encore avant l’union des Français pour la restauration de notre République laïque?

Francis

Le réveil viendra du peuple et de personne d’autre.

Démocratie veut dire étymologiquement « le pouvoir au peuple » et normalement aucun pouvoir politique n’avait le droit de récupérer cela.

Il appartient qu’au peuple de décider de son avenir le temps de la monarchie ou plutôt de l’Oligarchie insolente et crapuleuse serait de l’histoire ancienne si le peuple le décide n’oubliez pas nous sommes les 99% et eux 1% sans nous ils ne sont rien NE L’OUBLIEZ JAMAIS c’est nous qui faisons vivre ces connards et pas l’inverse.

Cela dit si nous aurions de potentiel Orban ou Salvini dans les tiroirs je ne cracherais pas dessus non plus.

Fleur de Lys

Laetitia Dewalle: « Que les anti-Gilets Jaunes versent à une association la prime d’activité qu’ils ont eue grâce à nous » [Vidéo]

https://www.breizh-info.com/2019/03/20/114667/laetitia-dewalle-que-les-anti-gilets-jaunes-versent-a-une-association-la-prime-dactivite-quils-ont-eue-grace-a-nous-video

Fleur de Lys

info – ces blessé(es) graves dont les meRdias de propagande ne parlent pas
Acte XVIII « Merci la police ». Marie-Laure, David, Laurence… ces blessés graves dont les médias ne parlent pas (PHOTOS) http://by-jipp.blogspot.com/2019/03/acte-xviii-merci-la-police-marie-laure.html

CRI

VIVE LES GILETS JAUNE ET QU ON S UNISSENT TOUS

Choupette

Toute l’occitanie ? Vraiment euh j’habite à Millau ça a voté en masse pour macron et merluche en 2017.et peu de gilets jaunes depuis le mouvement. Occitane région occupée par beaucoup de cocos de rouges de socialo gauchiasses