Critique de la Oumma, par Sujit Das

Publié le 21 février 2021 - par - 4 commentaires - 426 vues
Traduire la page en :

La maladie mentale collective (Démasquer Muhammad, Sujit Das, 2010).

« Les musulmans vivent dans une société vraiment dysfonctionnelle et malade. Une société composée de personnes ayant des croyances malades sera une société malade, comme c’est le cas de la société musulmane aujourd’hui. Les musulmans croient sincèrement que seul l’islam est la vraie religion et que toutes les autres religions sont fausses. Et ceux qui n’ont aucune religion ou qui sont athées sont encore pires. Mais le fait est que presque tous les terroristes sont issus de cette supposée vraie religion. Tous les grands conflits opposent les musulmans au reste des infidèles. La violence intracommunautaire est également présente. […] Partout, le caractère musulman est le même ; en Irak, au Soudan, en Somalie, en Afghanistan, au Cachemire, en Algérie, en Iran, au Bangladesh, au Pakistan, en Indonésie. […] Ils sont les produits d’une société malade. Le narcissisme de Mahomet agit sur eux comme une malédiction. L’islamisation commence dès la naissance et se poursuit tout au long de la vie. […] Le Paradis et l’Enfer sont programmés chez l’enfant. […] La peur agit et bientôt l’esprit innocent reçoit un message dit « spécial », qu’il est destiné à lire des centaines de fois sans jamais le comprendre.

Les causes de la décadence (Démasquer Muhammad, Sujit Das, 2010).

 « L’arrogance massive est l’unique cause de la décadence de la oumma. Leur société ne produit rien. […] Il n’y a aucune démocratie, aucune science et aucune liberté de conscience. Sans aucun doute, la créativité est la ressource humaine la plus importante de toutes, car elle permet d’éviter la stagnation. Sans créativité, il n’y aurait pas de progrès, et la société ne cesserait de répéter les mêmes schémas. Un esprit créatif découvre de nouvelles idées ou de nouveaux concepts, ou de nouvelles associations d’idées ou de concepts existants. D’un point de vue social et scientifique, les produits de la pensée créative (également appelée pensée divergente) sont généralement considérés comme ayant à la fois de l’originalité et de la pertinence. C’est la créativité et le talent qui peuvent transformer chaque brin d’herbe en une merveille de la vie. Une société créative se concentre sur la capacité de l’homme à grandir et à apprendre, les ressources et les valeurs humaines, l’originalité, la capacité d’apprentissage, les autres sociétés comme source précieuse d’idées ; et encourage ses individus à utiliser la technologie pour faire des choses totalement nouvelles et à construire une économie de la connaissance basée sur les idées, la créativité et d’autres ressources humaines sur la base de l’économie industrielle standardisée des ressources physiques. »

Hassan Ejaaibi

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Notifiez de
Eslafin

« Le malheur pour la société musulmane est qu’elle croit à la pérennité de la guerre. La guerre, c’est toute sa pensée active, et non pas la guerre savante et intelligente, mais la guerre seulement brutale. Tout est dans ces quelques mots : être musulman et tuer ; ne pas être musulman et être esclave ou tué. Sans ce principe, pas d’islamisme. La guerre est à très peu près l’unique travail social que l’islamie [= la oumma] se croit imposé. C’est à cette pensée qu’elle est demeurée le plus fidèle et le plus dévouée ; le reste n’est qu’éphémère. »

(Dr Nicolas Perron, “Femmes arabes avant et depuis l’islamisme”, Quelques réflexions ; Librairie nouvelle, Paris, et Tissier libraire-éditeur, Alger, 1858, page 603.)

Cela rejoins cette fable sur le berger dans le désert du Néguev qui selon sa religion se pose des questions ou pas Le berger musulman s’assoit sur une pierre et dit Inch Allah et ne fait rien d’autres.
Le berger Juifs ou Chrétiens se dit “qu’est-ce que je vais faire de cette pierre?”
La suite vous la connaissez.

Bharata

Vous pouvez trouver ce livre en anglais et le télécharger. L’auteur a volontairement renoncé à tout copyright pour qu’il puisse se répandre. Ici :
https://archive.org/details/SujitDasUnmaskingMuhammad

BobbyFR94

Merci Bharata je l’ai téléchargé !!

Je t’invite à mon tour à lire cet article qui est un extrait d’un livre ” The prophet of doom ” de Craig WINN, paru en avril 2004 (en anglais) et qui peut être également téléchargé depuis la page suivante :
http://www.coranix.free.fr/114/mein_korampf.htm

L’auteur a expliqué avoir reçu des centaines de menaces de mort, alors qu’il n’a fait que recopier des textes sans en modifier quoi que ce soit !!!

Mais en 2004, l’internet était bien loin d’être développé comme maintenant en 2021 …

INTERNET est en train de signer l’arrêt de mort du NAZISLAM, et ça, personne ne peut l’arrêter, ce qui rend fou de rage, et les NAZISLAMISTES, et les MONDIALISTES !!!

Lire Aussi