L’islam fait un nouveau massacre à Nice : au moins 80 morts

Publié le 15 juillet 2016 - par - 89 commentaires - 5 686 vues
Share
av carnageAprès que Daech ait perpétré un nouveau massacre à Nice, la promenade des anglais a été bouclée par de très nombreux policiers.
av carnage NiceLe camion utilisé par les terroristes pour perpétrer le carnage de Nice et tuer près d’une centaine de citoyens innocents le jour du 14 juillet.
Malheureusement, le pire est arrivé, suite à la désorganisation actuelle de nos services de renseignements, suite à l’inefficacité de la direction centrale du renseignement intérieur. L’attentat sanglant de Nice montre que les citoyens Français ne peuvent plus mettre les pieds dans des endroits où il y a beaucoup de monde, type concerts, spectacles en plein air, feu d’artifice. Sinon, ils risquent de tomber sous le feu nourri des kalachnikovs des tueurs de l’état islamique présents sur le sol Français, ou sous les roues d’un camion fou piloté par des barbus extrémistes. 

Ainsi, à Nice, considérée comme une des villes les plus sécurisées de France, un camion a foncé jeudi soir dans la foule sur la Promenade des Anglais pendant le feu d’artifice du 14 juillet, faisant plusieurs dizaines de victimes (probablement plus de 60) selon la mairie et des témoins sur place. La préfecture de Nice jouait l’intox jeudi vers minuit (sur instruction du Ministre de l’Intérieur ?) en tentant de « minorer » les chiffres à «une trentaine de morts».

Selon des témoins, le véhicule, un van blanc, a foncé à pleine vitesse sur les gens, suscitant un mouvement de panique et jetant des débris tout autour.

De nombreuses ambulances et des membres des forces de l’ordre et des militaires se sont ensuite déployés en nombre, notamment autour de la place Masséna, la proximité du site étant totalement bouclée vers 23h30, selon l’AFP.

Des témoins ont relaté des échanges de coups de feu, sans que cela n’ait été confirmé par les autorités.

Cet «acte criminel a fait «plusieurs dizaines de morts», indiquait, dans la nuit le sous-préfet des Alpes-Maritimes Sébastien Humbert. Il y aurait « peut-être une centaine de blessés mais le bilan est encore très incertain » ajoutait le représentant de R2 D2 Bernard Cazeneuve.

Présent sur les lieux lors du feu d’artifice, un journaliste de l’AFP a vu le gros camion blanc foncer à pleine vitesse dans la foule, suscitant un mouvement de panique et jetant des débris tout autour. «C’était le chaos absolu» dans ces lieux situés au coeur touristique de la grande ville de la Côte d’Azur, devait relater notre confrère.

Selon des témoins joints par téléphone, « le camion a foncé sur la foule sur une longue distance, le long de la Promenade des Anglais, ce qui explique ce bilan extrêmement lourd. Il y a eu des coups de feu et le chauffeur a été abattu ».

Moins d’une heure après les faits, la préfecture des Alpes-Maritimes a évoqué un attentat et demandé à la population de rester cloîtrée chez elle. Un important dispositif de sécurité a été délimité dans le centre de Nice, où des dizaines d’ambulances, des membres des forces de l’ordre et des militaires se sont déployés.

Aucune prise d’otage n’a suivi l’attaque, a déclaré à l’AFP le porte-parole du ministère de l’Intérieur, infirmant de nombreuses rumeurs qui ont suivi l’attentat.

« A proximité de la Promenade des Anglais totalement bouclée, la place Masséna, en plein centre de la ville, était elle aussi complètement inaccessible jeudi peu avant minuit », selon un autre correspondant de l’AFP sur place.

Ce nouvel attentat intervient dans un contexte de menace terroriste très élevée, en particulier dans les grandes villes de pays, comme la France, intervenant en Syrie contre le groupe jihadiste Etat islamique. Il a été perpétré lors d’une date symbolique – le 14 juillet – et survient moins de deux semaines avant la fin programmée – le 26 juillet – de l’état d’urgence.

Il est a priori le plus important commis en Europe depuis les attentats qui ont fait 130 morts le 13 novembre 2015 au Bataclan à Paris et 32 morts le 22 mars 2016 à Bruxelles, commis par le même réseau du groupe Etat islamique, dont une quinzaine de jihadistes sont morts, la plupart en kamikazes. Une vingtaine de membres ou complices présumés sont derrière les barreaux en France et surtout en Belgique. Mais plusieurs centaines seraient toujours en liberté sur le territoire Français.

La France avait été victime des violences jihadistes les 7, 8 et 9 janvier 2015 lors des attentats contre l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo et un supermarché casher à Paris, qui avaient fait 17 morts et qui ont été suivis de plusieurs autres attaques ou tentatives.

Le député Eric Ciotti évoquait une centaine de morts

Au fil de la nuit, le nombre de Français tués grimpait. Plusieurs centaines de blessés ! Au milieu de la nuit, le député Eric Ciotti évoquait une centaine de morts.

Des images terribles ont été lancées sur internet, avec des dizaines de corps inertes, sans vie, jonchant la promenade des Anglais.

av cazeneu voiture

av cazeneuve 5

Ces pauvres Français étaient sans défense et ne disposaient pas da la voiture blindée qui permet au Ministre de l’Intérieur R2D2 Cazeneuve de se déplacer sans risque, avec quatre voitures d’escorte bourrées de gardes du corps, à travers la France.

Francis GRUZELLE

Carte de Presse 55411

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Dimason

Vous êtes ridicules de toujours lier des éléments tragiques à L’islam.
Et c’est comme ça que vous encouragez sans le savoir toujours ces terroristes à agir au nom d’une religion qui ne leur ressemble pas