Daenincks, Stora et Thuram, faux amis de nos compatriotes canaques

Publié le 26 octobre 2019 - par - 744 vues
Traduire la page en :

Dans une vivifiante contribution publiée le 17 octobre 2019, notre camarade Marcus Graven “chambre”, comme il se doit, le promoteur numéro un d’un nouvel État en projet depuis bientôt un demi-siècle, la Kanaky, future terre de partage et de bonheur intégral.

https://ripostelaique.com/daeninckx-le-compulsif-denonciateur-fievreux-quitte-aubervilliers.html

Ce que l’on ne sait pas encore, mais je peux en témoigner, c’est qu’il y a moins d’un an c’est le même Didier Daeninckx qui (il s’agit bien de lui !) m’avait assuré à deux reprises ! (peut-être percevait-il une certaine incrédulité de ma part ?) que l’avenir de la Nouvelle-Calédonie passait par son ancrage dans la France !

C’était fin novembre 2018 au Salon du Livre de Colmar, Parc des expositions, à quelques mètres du stand où officiait Boualem Sansal avec lequel j’ai pu déjeuner et converser longuement. D.D. n’appréciait guère alors que je critique sans ménagement l’apparatchik canaque Paul Néaoutyine, son grand copain, dont il se portait comme un solide garant. Depuis lors, Popaul a été condamné pour violences conjugales et est sérieusement impliqué dans des affaires de favoritisme en tant que président de la Province Nord. Mais ne chipotons pas, il n’est pas le seul et le sort de la Nouvelle-Calédonie n’est pas suspendu aux basques de Popaul.

Au-delà des lénifiantes promesses relatives à l’accès à un statut international de “pleine responsabilité” et sur une bien hypothétique organisation de la citoyenneté en nationalité, bien des incertitudes et des doutes sont loin d’être dissipés.
La restriction du corps électoral toujours réclamée par les indépendantistes, la référence dans l’appellation du pays à une seule ethnie, le mot d’ordre inavoué “Chassez les Blancs” prévalant dans nombre de tribus, selon un de mes correspondants canaques, tout cela n’augure rien de bon !

Aboutirait-on, à force de consultations répétées, à l’avènement d’une Kanaky, qui, outre la question de sa viabilité, risque fort de receler très rapidement plus de citoyens de nationalité française que de nationalité kanake ou de doubles nationaux comme pour les originaires des Comores, bonjour les dégâts  !

La situation de la jeunesse kanake (bien plus qu’avec la Chine et les Anglo-Saxons) apparaît nettement plus prometteuse dans le cadre de la République française à condition bien sûr que notre pays ne persiste plus à s’enliser dans les voies de la repentance, de la décadence et de l’islamo-gauchisme !

Honte aux “anticolonialistes” frénétiques, aux “antiracistes” délirants qui, en célébrant les “martyrs” d’Éloi Machoro (un métis soit dit en passant) ou des assassins de gendarmes réfugiés dans la grotte d’Ouvéa, règlent en réalité des comptes remontant à mai 1945 à Sétif ou au 17 octobre 1961 à Paris.

Ces malades, entre autres, s’appellent Benjamin Stora (toujours lui !), Mehdi Lalaoui, Edwy Plenel.
Un fait est totalement passé inaperçu, outre la parution de cette tribune pro-Kanaky sur le seul site de Libération et non dans le quotidien, c’est l’absence quasi totale, voire totale du paraphe de toute Calédonienne et de tout Calédonien !
Pourtant des chanteurs, des écrivains et surtout des sportifs natifs du “Caillou” cela existe ! Didier Daeninckx a dû se rabattre sur un vulgaire et prétentieux Lilian Thuram (Lilian, tu rames, oui, tu rames complaisamment dans le courant toujours porteur, pour l’instant, de la repentance) pour brandir le flambeau de l’indépendantisme ! D’ailleurs, pourquoi lutter pour l’émergence de la Kanaky et non celle de la Gwad-Loop indépendante et aussi celle de la Marti-Nique indépendante !

Au fait, Lilian tu n’es pas le seul champion du monde de couleur de l’équipe Black-Blanc-Beur de 1998 ! (Avec toi on finira par l’équipe Black-Blanc-Beurk !).

Ne comprenait-elle pas un certain Christian Karembeu, originaire des îles Loyauté, Lifou précisément ?
Christian, dans les années quatre-vingt-dix était plutôt indépendantiste fougueux, au point de provoquer mon agacement, celui de Djamila Bouraï (fille de harki et non originaire de Bouraïl – côte ouest du Caillou -) ainsi que celui de Mohamed Choudjaiddine, Anjouanais rattachiste.
Depuis lors, l’ami Christian semble avoir mis pas mal d’eau dans son vin !

S’est-il rendu compte que la préservation de la nationalité française apparaît comme le meilleur moyen de faire bénéficier les jeunes Kanaks d’une bonne porte ouverte sur le monde d’aujourd’hui ? Ainsi, ils peuvent voyager et étudier comme ils veulent, sans oublier que l’engagement d’assez nombreux garçons et filles dans l’armée française (au 15-2 à Colmar par exemple) assurent à eux, à elles et leurs familles, des subsides très appréciables dans un monde financier impitoyable.

Christian a, je le pense, beaucoup réfléchi depuis vingt ans (ce qui ne semble guère le cas des agités D.D. et Lilian). Je relève en particulier qu’au début des années 2010, il a produit une série documentaire sur les îles. Après être passé sur son île natale, il explore les îles Marquises, Wallis-et-Futuna, notamment.
Voici ce que révèle l’édition de Paris-Match du 28 décembre 2011 : “Je découvre des paysages magnifiques, mais aussi des Français surprenants, comme Mamabolé, une Mahoraise de 90 ans. Elle a fait partie des “chatouilleuses”, ces femmes de Mayotte qui, dans les années 70, se sont battues pour le maintien dans la République française en chatouillant les élus comoriens en visite jusqu’à ce qu’ils repartent. En me disant au revoir, Mamabolé affirme d’un air malicieux qu’elle sera toujours prête à chatouiller pour la France”.

Pour ma part et je m’en réjouis, j’ai tout lieu de penser que la grâce a touché l’ancien adolescent fougueux de Lifou !
Moralité de toujours : “Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis”.

Jean-Michel WEISSGERBER
le 23 octobre 2019

POST-SCRIPTUM :
Dans la petite “tribunette” pro-Kanaky, il est tout naturellement indiqué : “Après l’intervention du président de la République à Alger qualifiant le colonialisme de crime contre l’humanité…” Ben voyons, mes chers porteurs de valises, anti-colons !

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi