Dame Darrieussecq a donc quitté Paris, avec un stock de masques…

Publié le 21 mars 2020 - par - 40 commentaires - 5 614 vues
Traduire la page en :

Loué soit l’hebdo Le Point ou, comme on dira sous peu, quand la France sera devenue dar el islam, el hamdou Le Point. Qu’il soit rendu grâce à son directeur d’avoir donné une tribune à dame Darrieussecq, la bobo de chez Bobos and Co, la bobo, non pas au carré, ni même au cube, mais à la puissance 10, l’essence même de la bobo. Oui, dame Darrieussecq – dame, comme les dames dévotes ou confites en dévotion – publie dans Le Point le Journal d’une confinée. Étienne Dolet ne s’abaissera pas à filer les jeux de mots faciles sur confiné : con fini ou, puisque l’heure est à la parité, conne finie. Pour dire les choses avec exactitude, Le Point a accepté de rémunérer dame Darrieussecq pour qu’elle fasse part de ses états d’âme aux lecteurs de cet hebdo.

Dame Darrieussecq est agrégée de lettres et psy. Elle a suivi une analyse, ce qui lui donne le droit de jouer à la psy : ça peut rapporter gros, plus que d’enseigner le latin. Elle est aussi écrivaine. Oui, pour une fois, le féminin est approprié : vaine, au sens que cet adjectif a en latin, à savoir vide (où il n’y a rien) et vaniteux.se (comme on écrit dans les parages de dame Darrieussecq). Des maisons de commerce se font du fric – du blé, de l’oseille, des dollars, du flouze, des c… en or, etc. – en vendant les bouquins de dame Darrieussecq, qui a tout pour plaire aux dominants : bobo certes, mais aussi très bien-pensante en toute chose, dévote en tout, soumise aux doxas de l’époque, parlant et écrivant comme les journaleux aiment que l’on parle ou que l’on écrive. Elle n’est pas l’essence de la bobo, mais sa quintessence. Plus bobo qu’elle, tu meurs ! Les prescripteurs en livres louent ses bouquins, que les militants se croient obligés de faire acquérir par les bibliothèques publiques (avec l’argent de tous) pour remplir les rayonnages. Elle est donc bankable. Elle tient de Charbovari, dont la conversation était comme les trottoirs des grands magasins à la veille de Noël : y défilent les idées de tout le monde.

Elle préside la commission du CNC d’avance sur recettes, qui finance le célébrissime cinéma français de qualité : la vache à lait de l’exception française. Elle est pour les migrants, tous les migrants, dont elle fait les messies d’un ordre nouveau ; elle est pour l’islam, mais pas encore pour la charia appliquée aux femmes ; elle milite socialaud et socialope ; elle est inclusive ; elle tient la langue française pour sexiste, non pas parce que le nom langue est de genre féminin, mais parce que quand deux femmes promènent leur chien dans un parc, celui qui raconterait cette promenade est obligé de reprendre les deux noms, femmes et chien, par le pronom ils, de genre masculin. Le scandale absolu, qui met les femmes au-dessous des chiens ou en fait des sous-chiens : taht el kelab, comme disent les amis de dame Darrieussecq.

Donc, dame Darrieussecq a quitté Paris en voiture dimanche 15 mars à 23 heures, avec un stock de gants et de ces masques qui font défaut aux médecins et infirmières qui essaient de contenir l’épidémie, et cela quelques heures avant que le Président Macron n’annonçât officiellement le confinement. Évidemment, dame Darrieussecq et son chercheur de mari, qui fricotent avec les dominants, ont eu vent de rumeurs et ont bénéficié d’un délit d’initiés. Vite, Liliane, fais les valises et on se casse. Et où ? Dans un village du Pays basque, où dame Darrieussecq a une vaste résidence secondaire. Elle est sans scrupule : il y a quelques années, elle accusait les Basques français d’être racistes. Et pourquoi ? Parce qu’ils voulaient, comme dit Spinoza, persévérer dans leur être et rester fidèles à leurs ancêtres ! Que dame Darrieussecq ne vocifère-t-elle pas contre les Algériens, les Pakistanais, les Saoudiens, les Indiens d’Amérique, les Papous, les Inuits, les Evenks, les Patagons, etc. – tous ceux qui ne partagent pas ses opinions. Or, il a suffi d’un virus pour que la haine antiraciste de dame Darrieussecq se dissipe d’un coup : entre l’épidémie et le racisme, elle a choisi. Le plus loin possible des malades, mais au plus près des (supposés) racistes. Voilà à quel fil de soie sont attachés ses engagements tapageurs !

Son récit de confinée est un chef-d’œuvre, non pas de littérature, mais d’a-littérature. Dans un siècle, il sera mis au niveau des réquisitions de Pinard ou des délires mystico-occultistes de Leroux. « Les affiches d’une expo sur l’Exode nous poursuivent » : voilà une phrase qui en jette. Tout est de la même farine. Le récit fourmille de mots ou de noms qui n’ont pas d’autre fonction que de signaler de quel camp dame Darrieussecq pense ou écrit : le camp du Bien évidemment, dont elle est la première dévote. Il en va ainsi de la phrase : « Je relis Hervé Guibert ». Guibert a publié 14 romans, 6 recueils de nouvelles, des livres de photographies : des milliers ou dizaines de milliers de pages. Évidemment, dame Darrieussecq n’a rien lu de tout ça, sinon quelques pages ; elle ne relit donc rien de cette œuvre, puisqu’elle est tout occupée à surfer sur le net et à commander ses courses au drive du supermarché proche ou à pondre le Journal d’une confinée que lui a commandé Le Point. Mais, si elle mentionne Guibert, c’est qu’il est un martyr, martyr du sida et qui, malade, n’a pas hésité à contaminer compagnons de parties carrées, amants et amantes. Voilà une référence qui fait de dame Darrieussecq la grande prêtresse du camp des Saints et qui établit une équivalence entre sida et virus chinois ! Autre signal de bien-pensance : un de ses amis est accro, dit-elle, à Grindr, le site de rencontres gay (en novlangue, PD en langue ancienne). Le malheureux se lamente, le confinement l’empêche de se faire mettre : voilà sur quels désastres il débouche.

Les bourgeois à l’ancienne, ceux du Second Empire ou de la Belle Époque, ne buvaient pas du champagne, ni du bourgogne, mais des étiquettes : Mumm, Veuve Cliquot, Aloxe Corton, Clos Vougeot, etc. qu’ils prononçaient avec la même obséquiosité dévote que celle qu’ils manifestaient à la messe dominicale. Dame Darrieussecq fait de même. Son étiquette obligée est Bruno Latour, le sociologue vénéré, qui pense que tout est social, que la physique quantique est sociale de part en part et que tout s’explique, même la formation de l’univers, par l’opposition entre dominants et dominés. Cette autre phrase aurait pu être écrite par ces papes de la Bêtise que sont Bouvard et Pécuchet : « L’hypothèse Gaïa, un rééquilibrage de la planète par elle-même, la Terre comme entité globale qui compense l’action des humains (leurs antibiotiques aux poulets, leur surchauffe polluante, leur déforestation, leurs étals d’animaux morts…) par une sorte de surpuissance donnée à l’infiniment petit, le virus qui nous supprimerait… » Dans les comptes-rendus de l’Assemblée nationale serait ajoutée entre parenthèses la phrase : « grands éclats de rire ».

La plage sur laquelle elle déambule, en dépit du confinement, est déserte ou quasiment déserte : comme elle est vaine, ça lui donne le sentiment d’appartenir aux happy few. Comme elle est de gauche et socialope, elle se croit obligée de s’en prendre aux « riches », c’est-à-dire à ceux qui ont une villa qui donne sur la plage et ne sont pas obligés de prendre, comme elle, la bagnole pour faire des pâtés de sable : « Les riches, écrit-elle, sont favorisés jusque dans le confinement ». Voilà un condensé – pas un confiné, mais presque – de Bourdieu, Fassin, Latour… Et, en plus, elle est hypocrite : elle a donc tout pour plaire et compétente – con pétante – pour présider une commission du CNC.

Ce qu’il y a de bien avec la Bêtise, c’est que toutes les occasions lui sont bonnes pour s’auto-célébrer.

Étienne Dolet

 

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Notifiez de
bernard

Je me fous de la mère Dard-au-sec! Je n’ai jamais rien lu d’elle ni de ses pareils. Ce sont bobos tourbeux et sales qui puent l’anarchie derrière leur rideaux humanistes….

Johanna

Bravo. Il y a déjà quelque temps, Etienne Chouard faisait remarquer que l’on incitait les gens à n’avoir plus de vergogne. Il me semble bien que c’est un des slogans principaux de mai 68, que de se moquer du “qu’en dira-t-on”, de vivre sans temps mort, et de jouir sans entrave.
Ces principes s’étant répandus dans toute la société, on constate un ensauvagement général, plus criant encore dans les “quartiers sensibles”, pour d’autres raisons, mais où des pratiques locales sont permises justement à cause de l’effondrement des barrières par ailleurs.
Tous ces pseudo vertueux donnent des leçons d’humanisme pour se faire mousser, et s’en servent comme de paravents pour mener leur petites vies mesquines de nantis arrogants.

POLYEUCTE

La “Misérable”… qu’elle a sûrement financé !
Heureusement le Festival de… Connes risque d’être annulé….

wika

Excellent article qui aide à comprendre le pourquoi de certaines “oeuvres” cinématographiques qui remportent le César par rapport à d’autres bien plus méritantes.
Il faut comprendre, monsieur Dolet, que si des personnes aussi indispensables que cette dame sont contaminées et meurent, le cinéma risquerait de tomber entre les vilaines mains de gens moins “ouverts” que cette si cultivée et indispensable personne.

Pierre ESCLAFIT

Oh les basques faites comme les Corses, mettez un peu de TNT dans la maison de cette salope.

jev

Et les journaleux qui claironnent à hue et à dia que le freluquet a monté dans les sondages de 13%… Bande d’enfoirés, menteurs, nous prenant pour des gamins de maternelle, comme si ce morveux de 40 ans allait me donner des leçons de quoi que ce soit. à mon age (70).. Pôv c…n! Je ne sais pas pour qui il se prend, mais je pense que c’est lui le plus malade et qu’il aurait besoin d’être interné… Avec lavage de cerveau… Ou peut-être d’autre chose plus efficace afin qu’il ne coûte plus rien au pays… Bon débarras!!!

jev

Des morveux (ou le morveux), des cons, des incapables, des criminels, des in-cons-pétants, régime de dictature, de psychopathes… Et j’en passe… Ma nièce a été réquisitionnée alors qu’elle est infirmière libérale… Elle a été obligée de s’acheter des vêtements, blouse, pantalon, chaussures, gants protèges chaussures, bonnet, etc… Même pas un seul masque, et ce, sur la région toulousaine… Mon épouse lui a confectionné des masques en tissus, qu’elle pourra désinfecter en les trempant dans de l’eau bouillante pendant quelques minutes…. La Macronie et sa troupe d’incapables, j’espère qu’ils seront traduits devant un tribunal populaire et sévèrement condamnés (prison et amendes)… Mais je reste dubitatif et ne crois plus en notre putain de justice sous le joug de MACARON!!!

Georges Clement

Cher monsieur Nolet, je vous salue pour votre esprit, votre talent et votre acuité.

ricco delestaque

Je ne connaissais pas la Dame en question, mais ce portrait peut être celui de pas mal de ces gens. Ceux qui “savent ” et qui ne sont pas “des riens, des gens de peu ” Le CNC, le CSA ça c’est bien, l’INA également. Mais ça me fait également penser aux gendarmes ” par ci devant nous a comparu la dame
Une telle “…A propos Etienne, comment qu’elle va vot’ dame à vous ? é va t y bien ?

Marcorix

Bravo, ce n’est qu’en les montrant du doigt ces petits (ou petites) morveux-euses que l’on pourra en apprécier les mérites ou les amples défauts. Les démasquer maintenant pour ne plus tomber dans le piège de la bobardise dissimulée derrière tous ces ignobles masques qui les font passer pour des gens bien, nous servira à y voir clair après la pandémie. Et puis, permettez-moi un compliment: la “cruauté ” littéraire avec laquelle vous décrivez cette icône de la bôboitude nous remplit de joie… chose précieuse en ce moment.

Annie

et pendant ce temps une infirmière libérale , ma petite nièce, a été obligée pour se protéger d’acheter des masques au noir !!!! il faut faire rendre gorge à ces pourris , ce comportement me rappelle mon enfance la guerre et son cortège de profiteurs , mais à la fin ils ont payé pas tous hélas !

efromfourme

Magnifique article M Dolet : ” vous m avez fait rire , monsieur ” dans ce portrait ou rien ne manque du bobo bonobo islamo écolo collabo qui se plante au pays basque avec ses masques et ses vins millésimes et donne leçon de moraline au petit peuple raciste amateur de clopes de pmu et de pastis..
on.dirait du La bruyère
quel style
merci

Ivan Greindl

On ne peut dire mieux : je partage entièrement cet avis, vous m’avez ‘volé’ ma réponse ! ;-))

Jonathan Zaroff

En ce qui concerne ces gens-là, il n’y a jamais eu qu’une chose à dire et elle se résume en un mot :

une balle !

Irminsul

Encore un fois bravo !

bernard

Intéressant mais visiblement vous n’avez pas lu Latour ou ne l’avez pas compris…puisque vous lui faites dire ce qu’il ne dit pas. Vous avez lu et mal compris (mais se comprennent-ils eux-mêmes?) Sokal et Bricmont… Au travail jeune homme!

J-C Jourdan

Il n´ y a que toi qui lit et comprend ? Un peu de modestie.
Bernard, pour que soit compris developpe sacre bleue !!!
Suèdois des Cèvennes, Camisard

bernard

Persiste à dire : “Il cite mais n’a pas compris B. Latour qu’il n’a d’ailleurs probablement pas lu…puisqu’il lui fait dire ce qu’il ne dit pas”. Il suffit de vérifier cher Jourdan…en lisant B. Latour. Au boulot Jourdan!

BUTTERWORTH

LA REINE DU GALIMATIAS AMPHYGOURIQUE SON MAITRE A PENSER EUH PANSER EDDY MALOU VOIR VIDEOS

reuri

Les momos devraient visiter les appartements désertés des bobos et y installer des “migrants” bien dégueulasses.

SACHA ANNA

MDR !!!! Prendre des vidéos à diffuser en masse sur les chaines TV : L’horrible darieusec socialo-islamo-collabo va en faire un infractus ! GROSSE RIGOLADE !!!!

SACHA ANNA

Rejoindre la discussion…

Bribrilanarchistededroite

Comme ça tout le monde participe.

Caroline ARTUS

Une vraie conne, une foldingue d’un nombrilisme écoeurant.

ISA

Une caricature, cette bonne femme !

Aux Armes Citoyens

Mon frère, qui vit à Paris, est dans une colère terrible : le gouv. a réquisitionné tous les masques et les gels (dès les premiers cas) pour leur pomme et avec ça, ils nous ont fait croire, que la populace s’est précipitée dans les pharmacies, mais le gouv. a réquisitionné bien avant que les gens comprennent qu’on a à faire à un virus virulent.
Donc, pas étonnant que cette c…sse se barre avec du matos destiné aux EPHAD et aux centres hospitaliers…

patphil

il y a les zélites et les gueux
comme dans l’ancien monde

Clotilde Prouvost

Elle nous précise, insistante,qu ‘elle a confiné dans le garage leur voiture immatriculée 75 pour se promener avec leur autre-vieille voiture restée dans le garage.
Elle est très fine, Marie Darieussecq.

Jean-Louis

« Les riches sont favorisés par le confinement ». Elle parle d’elle?

Arthur 68

C’est exactement ce que j’allais écrire.

Dugenou

C”est bien connu depuis ce crypto communiste de JP Sartre que l’enfer c’est les autres!

Peg

peut-être jalouse parce qu’il y a plus riche qu’elle…

zéphyrin

merci, une bien brave femme cette darrieusèche.
dommage qu’il n’y a plus ETA

Jonathan Zaroff

Curieusement, ni l’ETA au pays basque, ni le FLNC en corse ne se sont jamais attaqués à ces bobos aisés et fortunés, parfois bien en vue, alors qu’ils s’en prenaient à des Français moyens et anonymes qui avaient eu la mauvaise idée d’acheter une bicoque avec des économies laborieusement gagnées.
Impôt payé à ces organisations terroristes pour qu’on leur foute la paix ?

Busurman

Si manière pour le Monde, Darrieusecq pour le Point. les Précieuses ridicules nous explique comment vivre dans 50 m2 en centre ville de leur résidence campagnarde de 300 m2. et beaucoup trouve t ça normal.
Marie-Antoinette e été guillotiné pour une fausse histoire de brioche. le mépris de ces ecrivaillonnes, lui, est bien réel.

.Dupond1

On va rigoler quand l’épidémie sera passée car elle va vouloir ramener sa gueule en dame patronesse et il y aura toujours un pékin pour lui rappeller meme en sous entendu ou elle était quand les infirmieres surmenées soulageait l’humanité souffrante ….les RS sont une source de renseignement formidable pour contrer ces menteurs arrogants et moralisateurs ,comme celui ci dessous fuyant vers un village de l’Ardeche
Tout ces journalopes sont discrédités a vie
https://twitter.com/hashtag/gerardmiller

Jonathan Zaroff

Au contraire, elle retombera sur ses pieds comme si de rien n’était. A la faveur de quelques interviews avec des journaleux qui n’auront rien à lui reprocher, ou de quelques articles qu’elle fera paraître dans l’un ou l’autre journal qui s’empressera de la publier, elle arrivera à se faire passer pour la grande dame pleine d’esprit qui a eu la sagesse de partir en emmenant ses “provisions” avant que le manant et le franchouillard aient eu l’indélicatesse de prendre d’assaut les magasins pour en vider les rayons.

efromfourme

je préconise 100 coup de fouet comme ses potes islamises de gauche adorateurs du pédophile prophète ce serait plus ” tendance “

JeanRod

Excellent article qui m’a fait sourire. Par les temps ambiants, c’est toujours ça de pris. Merci monsieur Dolet.

numa

bien envoyé

Lire Aussi