Dans la France de Hollande-Valls-Taubira, c’est pourtant facile de ne pas être dissous

Notre Premier ministre a montré qu’il pouvait servir à quelque chose, lors de la dernière séance parlementaire. Alors qu’une obscure député socialiste de Brest nous arrachait les larmes sur le si gentil Clément Méric, victime innocente de hordes sauvages fascistes, et voulait, sur cette affaire, servir la soupe à Manuel Valls, (49e minute) c’est le fade Jean-Marc Ayrault en personne qui a tenu à répondre à sa complice, et à réaffirmer que la République saurait se défendre face à la Bête Immonde ! (51e minute)

http://www.lcp.fr/emissions/questions-d-actu-les-questions-au-gouvernement/vod/148213-seance-du-mardi-11-juin-2013

Il a donc évoqué la prochaine dissolution des JNR, de 3e Voie, et, mystérieusement, d’autres groupes d’extrême droite, sans les citer, pour le 26 juin prochain. Rappelons que Valls avait avoué réfléchir à la dissolution du Printemps français, et que Harlem Désir (tiens, un crâne rasé dirige le PS ?) avait demandé, quant à lui, celle des Identitaires. L’islamo-journaleux Askolovitch, plus modeste, s’est contenté de demander l’interdiction de Riposte Laïque et de Boulevard Voltaire.

Ri7vautours Valls, taubira, etc 001J’avoue être consterné par la naïveté de ceux que les médias et les politiciens appellent, avec une moue de mépris, les groupes nationalistes. Il est pourtant extrêmement facile de ne pas être dissous, en France. Quelques exemples :

– Il suffit de vandaliser, à plusieurs reprises, l’Eglise Notre-Dame, comme l’ont fait les Femen.

– Il suffit d’agresser de paisibles manifestants venus en famille, comme l’ont encore fait les amies de Caroline Fourest, lors d’une manifestation contre le mariage homo et ses conséquences.

– Il suffit, comme la fait Act Up, de perturber une messe à Notre-Dame, et de mettre KO le curé, forcément homophobe.

– Il suffit de faire régner la terreur, dans les rues de Rennes, chassant au faciès tout ce qui a les cheveux trop courts pour être honnête, comme l’ont fait les vaillants antifa bretons.

– Il suffit de menacer de mort un commerçant tourangeau, président de Vox Populi, comme l’ont fait 200 sympathiques antifa à Tours.

– Il suffit d’empêcher un rassemblement de patriotes toulousains, organisé par Résistance républicaine, comme l’ont fait encore d’autres courageux antifa à Toulouse.

– Il suffit d’attaquer à 15 contre 1, pour tuer, un jeune qui ne pense pas comme vous, Anthony, dans les Hautes Pyrénées, comme l’ont fait d’autres paisibles antifa.

– Il suffit de casser les carreaux de l’espace Charenton, pour les dissuader de relouer leur salle aux organisateurs des Assises internationales contre l’islamisation de nos pays, comme l’ont fait d’autres gauchistes.

– Il suffit d’insulter et de virer physiquement Dupont-Aignan d’un rassemblement démocratique devant l’ambassade de Grèce, comme l’ont fait Mélenchon et ses sbires.

– Il suffit de soutenir les propos racistes de Houria Bouteldja, comme l’a fait toute la gauche qui a soutenu l’égérie des Indigènes de la République, à Toulouse.

– Il suffit d’empêcher Marine Le Pen de s’exprimer à Dauphine, comme l’ont fait les associations dites anti-racistes, les trotskistes et les nervis à Méluche…

– Il suffit de péter la gueule à des militants ou dirigeants du Front national, comme le font de courageux gauchistes en nombre, quand ils se sentent investis du devoir de défendre la démocratie.

– Il suffit, au nom de la défense des libertés, de demander l’interdiction des initiatives de l’autre camp, comme le fait la gauche et ses filiales dites antiracistes depuis des années.

– Il suffit de poignarder un militaire dans le dos, comme l’a fait, après avoir fait une prière, un paisible représentant de la religion d’amour, de tolérance et de paix.

– Il suffit de faire sauter quelques bombes, dans les métros parisiens, comme l’ont fait, en 1986 et 1995, quelques autres soldats d’Allah.

– Il suffit, comme l’UOIF, d’inviter Youssouf al Qaradawi, gourou des Frères musulmans, qui demande à ses coreligionnaires de terminer le travail commencé par Hitler avec les juifs.

– Il suffit, comme le fait le CCIF, de se faire le porte-parole de l’OCI, en France, et, pour imposer la charia, de traîner devant les tribunaux Ivan Rioufol, après avoir voulu faire condamner Pascal Hilout et Pierre Cassen.

– Il suffit d’attaquer ces salauds de policiers, quand ils osent verbaliser une niqabée.

– Il suffit de torturer à mort un juif, comme l’a fait, avec des complices, Youssouf Fofana.

-Il suffit de dire que la charia s’appliquera, en France, quand les musulmans seront majoritaires, comme l’a fait le trésorier de la mosquée de Roubaix.

– Il suffit de dire aux musulmans qu’il faut égorger, mais le mieux possible, comme l’a affirmé dans un prêche l’imam de la mosquée de Toulouse.

– Il suffit de tuer quelques militaires et quelques juifs, comme l’a fait Merah, mais de dire que cela n’a rien à voir avec la religion dont il se réclamait.

– Il suffit de crier, dans les rues de Paris, « Mort aux Juifs », comme l’ont fait des musulmans aux Champs-Elysées, avant de faire une prière aux pieds des gendarmes mobiles.

– Il suffit de réclamer le boycott d’Israël, et de comparer ce pays à l’Allemagne d’Hitler, comme le font les militants de France Palestine et d’extrême gauche, soutenus par des élus de la République comme Noël Mamère et Alima Boumedienne, et par les gauchistes de Besancenot.

– Il suffit d’attaquer au faciès, lors de manifestation étudiantes, des jeunes blancs, qui se laissent dévaliser et cogner par des racailles issues de la diversité.

– Il suffit, autre exploit des jeunes racailles, d’attaquer les cortèges de manifestants du CPE, y compris syndicaux, comme le faisaient les fascistes dans les années 30.

– Il suffit de faire dégénérer les techno-parades, ou les fêtes célébrant un titre de football parisien, comme au Trocadéro, dernièrement, de casser les vitrines et de dévaliser un car de touristes.

– Il suffit de cracher sur la France, de menacer de violer les blanches, de tuer les flics, comme le font les amicaux rappeurs.

– Il suffit de scander « un flic, une balle, justice sociale », comme certains groupes gauchistes radicaux, mais anticapitalistes, bien sûr !

– Et bien évidemment de raconter aux bénêts compassionnels que le Coran est un livre de paix, et que ceux qui égorgent les non-musulmans, lapident les femmes, pendent les homosexuels et assassinent les juifs ont mal lu les versets qui le leur demandaient…

Il faut donc être vraiment stupide pour être menacé de dissolution ! Au lieu de se livrer à ces ludiques activités, les inconscients dirigeants des groupes menacés, ou de certains sites, se croyant encore dans un pays démocratique, osent multiplier les provocations haineuses : s’opposer au mariage homo, contester l’Union européenne, refuser l’islamisation de leur pays, et, bien plus grave, lutter contre la société multiculturelle qui doit faire le bonheur de tous, parce que tout le monde il va s’aimer !

Là, on ne plaisante plus. Patriotes ! Salauds ! Racistes ! Fascistes ! Néo-nazis ! Dissolution ! A mort ! Le roquet Manuel Valls ne suffit plus. On fait monter le Premier ministre en personne, super-Ayrault au feu, et on annonce la couleur : la République est en danger, on est en février 1934, les hordes fascistes menacent nos libertés.

Faut-il qu’ils fassent dans leur culotte, pour mentir aussi grossièrement, et avec la complicité des journaleux, raconter une histoire digne de Pinochet au Chili, ou de Jaruzelski en Pologne. La véritable extrême droite a de plus en plus le visage haineux de Jean-Marc Ayrault, Manuel Valls et Christiane Taubira, et il va falloir s’en débarrasser au plus vite.

Paul Le Poulpe

 

Paul Le Poulpe

image_pdfimage_print