Dans le sud-ouest, une liste menée par Renaud Camus contre le Grand Remplacement

Publié le 16 mai 2014 - par - 1 212 vues
Share

Ri7Renaud Camus jpegSur le site « Contrepoints »du 30 avril 2014 , un article intitulé : France-Tunisie : de quelle amitié parlez-vous, M. Valls ? M. Farhat Othman, tunisien, ancien diplomate au Consulat général à Paris : écarté injustement du cadre diplomatique en 1996 par l’administration de l’ancien régime (Ben Ali) s’adresse au premier ministre.

Cet article de M. Othman est la quintessence de l’expression de la demande éternelle de réparations venant des pays maghrébins et sub-sahariens envers la France, demande derrière laquelle se cache le désir islamiste de conquête de l’Europe.

En effet, que signifient ces phrases qui s’adressent à Manuel Valls, dont nul n’ignore le tropisme promusulman “Vous dites bien que le changement en cours en Tunisie bouleverse la donne géostratégique en Tunisie et dans le monde, mais que faites-vous pour que ce bouleversement soit salutaire en réussissant véritablement à fonder une nouvelle démocratie ? Vous n’ignorez pas qu’il impose un changement de la politique aveugle de l’Europe en Méditerranée, créatrice d’un ‘holocauste moderne’ selon l’expression cruelle d’une voix juste d’Europe.”

Un holocauste moderne, pas moins, tous les artifices sémantiques seront utilisés tant par ceux qui au Maghreb sont attirés par les lumières des aides sociales et ceux qui en France font du remplacement des “Français de souche” par des Maghrébins et subsahariens, l’alpha et l’oméga de toutes politiques.

Mais cet article de M. Othman a le mérite de dire de façon franche, ce qui se cache derrière les incantations des droitsdel’ hommiste qui des deux cotés de la méditerranée entonnent le couplet sur “l’intérêt commun”, et que les lecteurs s’accrochent pour aller jusqu’à la fin de ce tombereau de phrases creuses dont l’objet apparaît comme par surprise au détour d’un mot.

“(Mr Valls) que n’initiez-vous le changement salutaire d’une pareille politique inepte, en vous associant, par exemple, à une Italie voulant recentrer sur la Méditerranée sa diplomatie, pour faire de ce lac de la mort un espace de démocratie ?”

Faisons un référendum en Italie sur cette nouvelle conception de la “mare nostrum”. Mais allons plus en avant dans le cynisme, et cela donne une anthologie de la “taqîya” coranique.

“Vous savez que la liberté de circulation est inscrite dans le sens de l’histoire, qu’elle est inéluctable ; pourquoi ne pas en faire un instrument efficace pour la consolidation de la démocratie en Tunisie que ce soit dans le cadre européen et à défaut – si vos partenaires le refusent – dans le cadre du mouvement francophone dont la Tunisie est un membre éminent, même si le français y est réduit désormais à une peau de chagrin ?”

“C’est ainsi et ainsi seulement que vous consoliderez le virage tunisien, périlleux, mais salutaire, vers la sécularisation avec un nouvel esprit démocratique qui sera du même coup, en Tunisie, un nouvel esprit islamique. ‘

Et voilà nous y sommes, le chantage à l’état brut, qui se marie un peut plus loin avec le violonanesque mensonge. ‘En effet, c’est dans la liberté de circulation du Tunisien que réside la frontière à ériger contre le terrorisme et l’intégrisme ; et elle sera hermétique contrairement à la frontière physique à laquelle vous tenez en Méditerranée et qui n’est qu’un nouveau mur de Berlin, mais sur l’eau.’

Et suivi, bien sûr par le couplet ‘ad hitlérium’.

‘Aujourd’hui, on a affaire à un ‘nazisme mental’ rampant qui gagne l’Europe à la faveur de sa politique migratoire, et il est en train de contaminer partout les esprits, cultivant de part et d’autre de la Méditerranée les sentiments de haine et d’exclusion au lieu de ceux de la paix et de l’amitié.’

Cet exemple multipliable à l’infini, démontre que d’un côté comme de l’autre de la méditerranée l’idéologie du grand remplacement est passée à la mise en place accélérée, et ce grâce au détour par ‘l’Europe’.

Rappelons que les 20 000 prisonniers, ‘libérés’ lors de la chute du président Ben Ali, passèrent en Italie et de ce pays en France où, sachant qu’il s’agissait de détenu de droit commun, ils furent généreusement accueillis pour une grande part à Paris, par le ‘Tunisien’ Bertrand Delanoë.

Le grand remplacement, loin d’être un slogan vide est une réalité, dont le rythme, selon les ‘colonisateurs’ est encore trop lent et l’Europe, bien sûr, à pour vocation première de l’accélérer.

C’est dans le seul grand Sud-ouest que celui qui mit l’éclairage sur cette réalité, Renaud Camus, a créé une liste pour les élections européennes, liste intitulée : LISTE ANTIREMPLACISTE – NON AU GRAND REMPLACEMENT.

Les listes du Front National étant comme la présidente de ce mouvement, peu intéressée par le ‘Grand Remplacement des Français de souche par la déferlante immigratoire’, c’est sur la liste menée par Renaud Camus que les défenseurs de l’identité civilisationnelle et culturelle de la France, que les patriotes du sud-ouest doivent diriger leurs bulletins de vote.

Au-delà de cette élection, c’est la création d’un vrai pôle des patriotes français qui se joue.

Lazare Zylbergleitt

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.