Dans les cantines scolaires lyonnaises, la viande non taxée religieusement est considérée comme impure

Publié le 27 février 2008 - par
Share

Regards de Femmes a déposé un recours au tribunal administratif de Lyon concernant la délibération du conseil municipal de Lyon sur la procédure de passation du marché pour les repas des élèves dans les restaurants scolaires : « le cahier des charges intègre (…) la substitution d’un repas complet sans viande au repas « sans porc » actuellement proposé, en alternance au menu classique ».

La viande servie à l’école, n’étant pas « taxée » religieusement, est considérée comme « impure » par des parents qui interdisent à leurs enfants d’y toucher. Sous prétexte que quelques enfants « par conviction religieuse refuseraient de manger les viandes proposées dans les assiettes et parfois de toucher aux légumes associés », après avoir consulté des « autorités religieuses », la mairie de Lyon a décidé de proposer aux élèves un repas sans viande.

La ville de Lyon a donc voté une délibération qui entérine chez des jeunes enfants l’idée que la nourriture servie à l’école et mangée par leurs camarades de classe est « impure ». Elle participe au conditionnement des élèves à ne consommer que des viandes sur lesquelles les religieux perçoivent des taxes.

Les personnels des restaurants scolaires disposeront-ils de listes indiquant la religion des parents pour savoir qui refuse de manger la viande servie à l’école ?

L’école de la République est un espace de liberté où les élèves sont à l’abri du prosélytisme des idéologues, religieux ou politiques. Toutes les attitudes qui manifestent une soumission à des impératifs venus d’ailleurs, étrangers ou hostiles à la mission de l’école, sont à proscrire fermement.

Le partage mutuel des cultures a lieu dans les écoles où tous les enfants se côtoient, partagent savoirs, jeux et nourriture, apprennent à vivre ensemble.

Or en favorisant « l’apartheid » alimentaire, la ville de Lyon, avec la bénédiction des autorités religieuses, n’organise-t-elle pas la fragmentation de l’espace commun ?

Michèle Vianès

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.