1

Dans les pays musulmans, il n’y a aucune pitié pour les handicapés

handicape-tabasse.png

Il faut connaitre, pour comprendre !

Des populations ont été accueillis qui n’ont ni notre humanité ni la pitié que nous avons pour les faibles.

Dans ces populations, bien souvent l’on se moque de celui qui a un handicap.

Je me suis souvenu de cela en pensant au pauvre Jérémy Cohen, des salopards s’en sont pris à lui justement parce qu’il était handicapé, il a tenté de fuir et a été renversé par un tram.

Dans cette affaire, il n’y a pas de vrai coupable, ils ne faisaient que se moquer de Jérémy Cohen qui avait un handicap.

Le problème est que Sarcelles n’est plus tout à fait en France.

Nous Français,  avons en pitié les pauvres gens qui présentent un handicap.

Dans les pays arabes qui sont musulmans, il n’y a aucune pitié pour celui qui a une malformation, un handicap.

Dans ces pays seul le fort est respecté. Le faible est un lâche qui ne peut être respecté.

Pourquoi dans certains quartiers nos policiers sont agressés, ils ne réagissent pas aux agressions, ce sont, aux yeux de ceux qui les agressent, des lâches.

La politique du « Pas de vague » est absolument catastrophique.  Le jeune beur qui lance une pierre sur un voiture de police est très fier de l’avoir fait. Il est fier parce qu’il a jeté une pierre sur la voiture de police, content de le clamer, mais content que les policiers qui ont des instructions de « pas de vagues » n’aient pas réagi.

Ce malheureux policier qui a tiré et tué deux malfrats qui ont démarré le véhicule alors qu’ils étaient contrôlés.

Il est maintenant devant les juges, tout le contraire de ce qu’il faut faire.

Le fait de mettre ce pauvre policier devant les juges, cela va encourager à encore moins les respecter.

En vacances au Maroc les enfants qui venaient mendier, avaient très peur des policiers Marocains.

Ils s’encouraient dès qu’ils apercevaient un policier.

Le policier Marocains n’a pas reçu lui les instructions du pas de vague.

Nos policiers qui sont des hommes qui se sont engagés dans la police c’était pour faire respecter l’ordre et la loi.

Ils évitent certainement d’aller dans les quartiers où les jeunes ont pour habitude de caillasser les voitures de police.

Personne ne peut les blâmer. Ce sont nos responsables qui ne savent pas comment gérer la situation.

Bernard Atlan