Darwin, l'homme qui osa, de Catherine Bousquet

Deux siècles après la naissance de celui qui réussit à énoncer et à démontrer ce qu’on appellera plus tard l’évolutionnisme, Caroline Bousquet nous livre ici une biographie accessible de « l’homme qui osa! ».
Aujourd’hui, malgré les preuves irréfutables apportées par Darwin et ses successeurs, les intégristes de toutes obédiences: chrétiens et musulmans, notamment-mais ils ne sont pas les seuls- continuent à prétendre que seul « le créateur » est à l’origine de l’existence de tous ces êtres différents que compte la nature…
Aux Etats Unis, ils continuent à demander « un temps égal d’enseignement pour la théorie de l’évolution et la « science créationniste »»!?
Les obscurantistes poursuivent leur offensive et aujourd’hui « Darwin penserait sûrement » que ses détracteurs n’ont vraiment pas beaucoup… évolué! »
Charles Darwin aurait pu être médecin comme son grand père ou son père, mais rien n’y fit : ni le cadre familial, ni les pressions subies, il voulait observer et étudier les plantes et les animaux. C’est ainsi qu’il embarqua avec une autorisation paternelle arrachée pour un voyage autour du monde en bateau qui dura près de cinq années.
C’est dans ce cadre gigantesque que notre naturaliste fit les observations qui le conduisit plus tard à expliquer l’évolution des espèces et à mettre en pièces toutes les théories fumeuses des créationnistes.
L’étude fortuite d’oiseaux de la taille de moineaux ou de pinçons fut l’un des déclics : il découvrit treize tailles de becs différents provenant d’une espèce souche venant du continent, chaque sorte de bec correspondant à un mode spécifique d’alimentation…
Il ne fut pas un communicant impatient, si dès son retour de voyage il disposait d’un journal de 800 pages et de1800 pages de notes, il attendit plusieurs années avant de publier son « origine des espèces » qui sortit en librairie le 24 novembre 1959, soit13 ans après son retour…
Plus tard, Darwin appliquera sa théorie à l’homme; « …la sélection naturelle, comme dans le monde vivant, intervient aussi dans l’évolution de l’espèce humaine »: la continuité entre les primates et l’homme est ainsi précisée et démontrée….
Les funérailles de Darwin eurent lieu en grandes pompes à l’abbaye de Westminster…Ainsi ceux qui ont combattu ses idées et qui n’ignoraient pas que cet « hérétique »doutait de l’existence de dieu étaient prêts à enterrer religieusement l’homme en espérant se débarrasser de « l’évolutionnisme »!
Malheureusement pour eux, le darwinisme survécut et «l’ aventure ne fait que commencer »
Jean-François Chalot
«Darwin l’homme qui osa! »
de Catherine Bousquet
Editions Belin
159 pages
février 2009
6,95 €

image_pdf
0
0