Davos : n’en déplaise à Macron, la vedette, c’est Trump !

A Davos, prétendument Sommet Economique Mondial, bien qu’en fait un non-événement qui ne sert à rien, mais où il faut absolument être vu, le formidable Président Donald Trump (celui qui a l’immense toupet de réaliser les promesses de sa campagne électorale) a parait-il été hué lorsqu’il s’est permis, dans un discours remarquable, de qualifier la presse de « méchante et fausse » !

« J’ai toujours eu une très bonne presse quand j’étais homme d’affaires. Ce n’est qu’en devenant un homme politique que j’ai réalisé à quel point la presse peut être méchante et fausse » a-t-il dit, déclenchant un tollé général chez les journalistes, seuls habilités à insulter les adversaires du politiquement correct… à savoir leur point de vue étriqué et sectaire.

Pourtant, vu du côté des patriotes français, largement admiratifs de cet homme d’Etat qui ne s’en laisse pas compter, il est clair qu’il devait trancher avec les larves présentes, dont Jacques MYARD Membre Honoraire du Parlement, Maire de Maisons-Laffitte et Président du Cercle Nation et République, résume bien l’ensemble, dans un communiqué de Presse :

« Tous s’y précipitent, tels des moutons de Panurge, raquettes de neige aux pieds, pour affronter la dureté climatique de la station des Grisons ; quel courage !


On assiste alors à une logorrhée verbale sur les états d’âme du monde, une réelle foire de monologues, chaque chef d’Etat soliloquant et déclamant ses panacées. »

Mais pour la secte des journaleux du monde entier, se voulant intouchables et ne supportant aucune leçon, quand ils démontrent pourtant majoritairement, et régulièrement, leur insupportable sectarisme allant de pair avec leur manque total d’objectivité ; entendre un discours sans langue de bois, c’est-à-dire à l’opposé des chapelets de mensonges dévidés par les mondialistes menant les peuples à la misère, c’est absolument intolérable.

C’est ainsi que les deux « sirènes américaines » de la photo, Sasha Kramer et Anya Schriffin, outrées, sont sorties, drapées dans leur « tolérance » tout à fait personnelle… identique à tous les gauchistes de la planète !


http://www.schwabfound.org/content/sasha-kramer
http://www.bibliomonde.com/auteur/anya-schiffrin-2119.html

Mais puisque les discours et la politique de Trump ne conviennent pas à ces deux punaises, je leur proposerai bien de faire un échange standard entre nos deux présidents… encore que Macron président des Etats-Unis (sûr qu’il doit en rêver) continuerait sans doute à perpétuer l’arrosage intempestif de la presse à l’aide de subventions, puisque, de toute évidence, les journaleux américains ont le même sens de l’équité à géométrie variable.

Pourtant dans son discours de vendredi, Donald Trump a promis au monde « l’amitié » et « la coopération » des États-Unis :

« Je suis là pour représenter les intérêts du peuple américain et pour affirmer l’amitié et la coopération des Etats-Unis pour construire un monde meilleur », a-t-il déclaré, ajoutant : « L’Amérique d’abord ne signifie pas l’Amérique seule ».