De la dictature du prolétariat à celles de la charia et du migrantariat

Publié le 12 septembre 2015 - par - 1 commentaire - 840 vues
Share

HOLLANDE ET LE SABREComme on pouvait s’y attendre, aucun média larmoyant professionnel n’a fait état des informations sorties sur la sordide mise en scène Al Kurdi.

Comme vient de le souligner Michel Onfray : critiquer ou s’interroger sur les migrants et sur leur légitimité à être accueillis, de façon indifférenciée, en voyageant gratuitement, en étant nourris et hébergés, puis logés aux frais du contribuable vous criminalise, vous vaut les foudres « antiracistes » et les bois de justice.

Dictature de classe

Les partis socialistes ont, en 1918-1921, refusé la doctrine de la dictature du prolétariat ; ils lui ont préféré la démocratie politique (démocratie bourgeoise), comme cadre à la mise en œuvre de la socialisation progressive et pacifique des grands moyens de production et d’échange destinée à l’abolition des inégalités et des classes sociales.

Les Partis qui en sont issus, en France le parti du Congrès d’Epinay, se sont désormais convertis à une nouvelle doctrine : finie la dictature du prolétariat ; nous (les partis « socialistes » de l’union européenne) l’avons tué, le prolétariat ; à bas la démocratie politique, la souveraineté populaire, la liberté d’expression individuelle ou collective ! vive la dictature du migrantariat !

C’est ainsi que cette « nouvelle classe », érigée en classe dirigeante, – mais seulement dans les pays de la vieille Europe, pas dans les émirats du Golfe, pas en Turquie, pas en Arabie saoudite ni au Qatar ou en Algérie, ni en Afrique du sud -, peut, comme elle le désire, quand elle le désire bousculer les frontières ; frapper les douaniers et les gendarmes en scandant « Allah ou akbar ! »; jeter sur les voies les packs d’eau et les plateaux repas de la Croix rouge internationale; dévaster les hôtels trois ou quatre étoiles pas assez à son goût ; prendre d’assaut les trains et voyager gratuitement pour aller d’un pays à l’autre afin de se rendre là où elle veut, quand elle veut; être logée gratuitement, être soignée et nourrie aux frais du contribuable européen; recevoir prioritairement les logements sociaux et, dans l’attente, obtenir que l’on fasse déguerpir de leur centre d’hébergement des SDF autochtones; obtenir que l’on expulse de leur logement social des travailleurs pauvres allemands, pour qu’on lui bâtisse, sur leurs décombres, ses futurs lieux d’hébergement; que l’on exige de chaque pays de l’union européenne qu’il prenne sa quote-part de membres de la nouvelle classe dirigeante au nom de laquelle les lois vont évoluer ou changer radicalement; se faire construire les centres d’hébergement ou les logements sociaux que les budgets contraints ne permettaient paraît-il pas de mettre à la disposition des autochtones sans logement ou mal logés…

Au nom de la « diversité » et du respect «antiraciste » qui lui est dû, la nouvelle classe (selon les vœux de Terra nova), tenant lieu et place de l’ancien prolétariat (le prolétariat révolutionnaire dans le discours du « marxisme révolutionnaire », la classe ouvrière dans celui de la social-démocratie classique), le migrantariat va exiger et obtenir des positions visibles dans la société; il va se retrouver, – au nom de la non-discrimination -, à de nombreux postes décisionnaires ou concourant à la décision (médias, postes électifs, emplois de dirigeants dans les entreprises, ministères…). Les lois vont être changées pour ce faire…

Le dévoiement du discours socialiste va servir d’outil à l’anéantissement des nations en vue de leur soumission à l’ordre mondial de la dictature de la charia, passant par la domination du migrantariat, favorisant les dogmes économiques libres échangistes.

Szyja Waldmann

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
ves ESSYLU

Le cancer marxiste a pollué les esprits et tué le bon sens paysan des poilus de 14, la lutte des classes existe toujours comme le montre l’acharnement des gauchistes a mettre sur le dos des chefs d’entreprise les causes du « burn out », mais la recherche du nouveau lumpen, prolétariat pour raison électoraliste (bien d’avantage que le soi disant intérêt du « patronat » cher aux communistes décérébrés pour une main d’oeuvre qui est ingérable) a ajouté aux gauchistes l’idéologie immigrationniste et son corollaire dû à la provenance des immigrants; l’islampohilie