De la religion au mondialisme

Des raisons religieuses, ou théologiques expliquent pour une grande part les conflits qui opposent les hommes, les peuples, les religions, aujourd’hui comme hier.
Les religions anciennes sont basées sur le culte du Cosmos, ou union des dieux et de la nature, sur le secret, sur la magie. Dans toutes les sociétés primitives fleurissent des pratiques de sorcellerie, de magie. Le magicien agit sur la nature par des moyens psychologiques. Il tente d’intimider les vents et les pluies par ses incantations. Il maîtrise des forces cachées, inconnues du profane. Durant l’Antiquité, les hommes adorent plusieurs dieux. Les Égyptiens adoraient les forces de la nature, le Soleil, la Lune, les étoiles, le Nil… Ils croyaient aussi en la vie future. Les Mésopotamiens adoraient les divinités qui commandent aux forces de la nature, aux éléments, aux astres. En Crète, la divinité principale était une déesse-Mère, symbole de la terre et de la fécondité. En Phénicie, chaque ville avait sa divinité principale, le « maître » de Baal. Les Perses adoraient les dieux qui commandaient aux forces de la nature et aux éléments. Ils honoraient ces dieux par des sacrifices ou par un feu perpétuel. En Grèce, les dieux très nombreux, la Terre-Mère, personnifient les forces de la nature. Les Romains révèrent une multitude de divinités. Des cultes accompagnent ces croyances, le culte de Cybèle, le culte de Baal, le culte d’Astarté, le culte d’Osiris. Les cultes des divinités donnent lieu à des rites, des cérémonies, des sacrifices. Toutes ces croyances et religions ont des points communs. Le polythéisme, adoration de plusieurs dieux. L’ésotérisme, connaissance réservée à des initiés. Le monisme de l’Être, conception d’un Être Un, s’accompagne d’un culte du Cosmos. Le cosmopolitisme, politique liée au culte du Cosmos, tend à fondre le particulier dans un Tout qui implique le monisme métaphysique. La métempsychose contredit l’union de l’âme et du corps dans une existence unique. Le mythe de l’éternel retour, auquel est liée la croyance en l’éternité du monde, en l’éternité de la Nature, d’où un temps cyclique. Le mythe de l’Androgyne, l’union des contraires, le Masculin et le Féminin. Dans la mentalité antique, il y a une identité du divin et du Cosmos, le monde est inséparable des divinités, Dieu et la Nature sont confondus, le Cosmos est le corps des Dieux. Entre -330 et +30, des écoles de philosophie se succèdent à Alexandrie. Dans ces écoles, les philosophes se considèrent comme des « illuminés », à l’exemple des ésotéristes égyptiens. Les doctrines égyptiennes conquièrent le monde gréco-latin. Pendant vingt siècles, ces croyances orientales vont constituer la source de l’anti-christianisme, sous des formes variées, la gnose, la Kabbale, l’islam, le protestantisme, le rosicrucisme, la franc-maçonnerie.

Jésus-Christ fonde une nouvelle religion, le christianisme, s’appuie sur la métaphysique dualiste et propose une nouvelle morale, toutes trois inconciliables avec les croyances et pratiques antiques. Cette nouvelle religion est issue du judaïsme. Le judaïsme, ou religion d’Israël, est très différente des autres religions d’Orient. D’un groupe de familles perdues en terre étrangère, Moïse fait une communauté unie dans la croyance en un seul Dieu. La conquête de la Terre promise par David, et l’établissement de la royauté, ajoutent au lien religieux, un lien matériel et politique. Le judaïsme originel prône une métaphysique dualiste. Dieu et l’Univers sont séparés.

Pendant la période hellénistique, une école juive cohabite à Alexandrie avec les écoles païennes de philosophie. Des juifs délaissent le judaïsme traditionnel, et choisissent le culte païen. Les hellénistes juifs recueillent l’ésotérisme égyptien et adhèrent au monisme de l’Être, confusion du Créateur et du monde. Le judaïsme se scinde en deux, le judaïsme exotérique, et le judaïsme ésotérique. Au Ier siècle, l’ésotérisme judéo-païen est à la source du gnosticisme, mouvement et philosophie des gnostiques, ennemis du christianisme, et partisans de la gnose, connaissance supérieure des mystères de la religion. De tous temps, les ésotéristes cosmopolites s’unissent pour persécuter les chrétiens. Les initiés juifs sont les alliés, voire les commanditaires des initiés non juifs. La tradition ésotérique juive, d’abord transmise oralement, est transcrite dans le Talmud, écrit pour lutter contre le christianisme. Les rabbins n’acceptent pas que le Christ offre le salut à tous, que Dieu ait puni les juifs d’avoir sacrifié au veau d’or, que Dieu ait scellé la Nouvelle Alliance avec son nouveau peuple, la Chrétienté. Le Nouvel Ordre Mondial met en œuvre une philosophie ésotérique, élaborée avant Jésus-Christ, composée aux premiers temps de l’Antiquité, perfectionnée à l’époque hellénistique, reprise et affinée après Jésus-Christ, par les gnostiques, par les talmudistes, par les hérétiques, par les Humanistes de la Renaissance, par les révolutionnaires de 1789, par les francs-maçons, par les marxistes, par les socialistes, par les libéraux, toute la classe politique, de gauche comme de droite. Le Nouvel Ordre Mondial met en application une métaphysique moniste, basée sur l’union de Dieu et du Cosmos. Un retour aux croyances païennes les plus anciennes, les plus archaïques, un retour au sacrificiel. Au début du Ier siècle, Jésus-Christ fonde le christianisme, et révolutionne les croyances. Dans la vision chrétienne du temps, il y a un début, qui correspond à la création ex nihilo, à partir de rien, et une fin, l’Apocalypse, donc une conception linéaire du temps. Le christianisme s’inscrit dans le dualisme de l’Être, et bouleverse la mentalité antique. Le christianisme rompt avec l’Antiquité, et propose une nouvelle civilisation, la civilisation chrétienne. Dès le début, et jusqu’à aujourd’hui, cette civilisation est combattue par les initiés des anciens cultes. Les initiés perpétuent le culte du Cosmos, sous diverses formes, la gnose, connaissance réservée à des « élus », la kabbale, tradition ésotérique juive, le naturalisme, croyance que la Nature est le seul principe, négation de la Surnature, c’est à dire de Dieu. Le christianisme est un enseignement exotérique, offert à tous, et universel, il respecte le particulier, la personne humaine. Le christianisme contredit le polythéisme, l’ésotérisme, le monisme de l’Être, les cultes cosmiques, le cosmopolitisme, le mythe de l’éternel retour, le temps cyclique, le mythe de l’Androgyne, la métempsychose. L’Être de Dieu, un Dieu transcendant, se distingue de l’Être de la Nature. Le Christ s’oppose au culte du veau d’or, à l’argent pour l’argent. Le Christ met fin à la magie, aux sacrifices humains, par le Sacrifice du Fils. Le Christ substitue l’Amour entre les humains aux anathèmes du monde antique. Le Christ offre la liberté à l’homme. Inadmissible et intolérable pour les initiés, pour les séides de la religion mondiale. Aujourd’hui, l’abandon du sacrificiel chrétien produit un retour au sacrifice d’innocents. Telle est la crise sacrificielle du monde moderne. Des millions de morts. Les ésotéristes des anciens cultes ne veulent pas de la paix chrétienne. Le monde ancien accueille mal le christianisme parce que le Christ abolit les anciens cultes. C’est un scandale pour les initiés qui perpétuent les pratiques archaïques. Et de nos jours pour une franc-maçonnerie qui s’appuie sur l’Islam, sur le sociétal, sur l’immigration, sur le mensonge, pour détruire le christianisme, la nation, la famille, la morale, la culture occidentale, l’homme blanc hétérosexuel. Les francs- maçons prônent une religion mondiale luciférienne qui se rapproche des religions orientales de l’Antiquité par de nombreux points, le cosmopolitisme, le culte du Cosmos, l’ésotérisme, la métaphysique moniste, la confusion de Dieu et de la Nature, l’éternité de la Nature, le temps cyclique, la magie. Sans oublier la débauche de sexe, les sacrifices d’êtres vivants, y compris des enfants. Une religion faussement humanitaire, faussement philanthropique. Une religion ouverte à la servitude et à l’esclavage. Le gnosticisme offre la Création au Diable. Pour les gnostiques et les kabbalistes, le vrai Dieu est caché, sa connaissance est ésotérique, réservée à des initiés, et seul ce Dieu caché est le Bien. Le Mal est dans la Nature, donc dans Dieu. Dieu est responsable du Mal. Dieu est la cause du Mal, d’où la négation de Dieu. Les gnostiques, les kabbalistes, les hérétiques, les Humanistes, les Rose-Croix, les francs-maçons, les athées, les satanistes, se retrouvent pour vénérer le Cosmos, pour promouvoir l’Homme-Dieu, étincelle divine. Tout ce que le christianisme critique et réprouve. Ils sont les artisans du cosmopolitisme, les agents de l’ésotérisme, les pratiquants du sacrificiel vivant, et même humain. Ils recourent à la magie, au symbolisme, et ainsi, se cachent, et cachent leur monstruosité. Dans un monde pourri par l’Argent, l’amoralité, le sexe, le mensonge, et l’hypocrisie, le christianisme, les valeurs traditionnelles, la laïcité, constituent un rempart à la destruction de la société, au maintien de la Civilisation, à la sauvegarde de l’homme, de l’humanité, de la Justice, de la Liberté, c’est à dire de la Vie. Une laïcité au sens de distinction du temporel et du spirituel, de neutralité politique, philosophique, religieuse des organes de transmission, de respect de la personne humaine, de son être, de ses croyances, de sa dignité. Une laïcité bien comprise et un christianisme bien compris peuvent s’entendre. Le Christ n’a-t-il pas dit: « Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu » ? D’où la haine viscérale anti-chrétienne. D’où l’inversion des valeurs. D’où la dérive de la laïcité en laïcisme, et la volonté d’éradiquer ce concept. Et les trois aspects de la muraille de protection s’effondrent. Le christianisme, les valeurs traditionnelles, la laïcité s’écroulent. Dans l’indifférence quasi générale.

PS : croyants et incroyants peuvent adhérer à la morale chrétienne, se retrouver dans la civilisation chrétienne, qui seules ont permis un progrès rationnel, et une certaine qualité de vie, malgré quelques imperfections, malgré les fautes de certains chefs de l’Église. La question métaphysique ontologique, c’est-à-dire la question de l’Être, est fondamentale, parce qu’elle engage tous les humains, y compris les athées, et parce qu’elle offre deux réponses, le monisme de l’Être ou le dualisme de l’Être. IL N’Y A PAS D’AUTRE CHOIX POSSIBLE, LE MONISME DE L’ÊTRE OU LE DUALISME DE L’ÊTRE. Toutes les religions sont monistes, y compris l’athéisme, à l’exception du christianisme et du judaïsme originel, exotérique. La religion mondiale de l’humanité, moniste, emprunte nécessairement et obligatoirement à l’ésotérisme, à la magie, à la sorcellerie, aux cultes cosmiques, à l’androgynat, pratique nécessairement et obligatoirement le secret et le sacrificiel. Les mondialistes sèment la mort par tous les moyens: l’alimentation, les virus, les ondes électromagnétiques, les chemtrails, les vaccinations, les affrontements ethniques, le terrorisme…. C’est le drame de notre époque moderne et post-moderne. Et il n’y a aucune haine à dire cela. Chacun peut le constater.

Dans le texte précédent, « Islam, religion golem », j’ai fait une erreur par inadvertance : Ismaël, quatrième calife. J’ai relu trop vite et ne m’en suis pas aperçu. Je présente mes excuses aux lecteurs et assume cette erreur, comme j’assume tout ce que j’écris.

Jean Saunier

image_pdf
0
0

52 Commentaires

  1. Jésus reconnu comme messie par des juifs contemporains n’a pas « fondé une nouvelle religion ». Nous voici repartis vers un néo-marcionisme. Jésus s’est situé à l’intérieur du courant pharisien, né de la résistance contre l’occupant païen deux siècles auparavant. Il a certes opéré une réforme, un recentrage très personnel, mais en accord total avec les principes du judaïsme, qui d’ailleurs à cette période était diversifié. Jésus a récapitulé le message antérieur des sages d’Israël, des prophètes et des prêtres appelant tout le peuple à la sainteté, c’est à dire à la communion avec Dieu et à la considération du prochain.

    • Même si Jésus n’a pas voulu fonder une nouvelle religion, il a néanmoins réformé la religion dans laquelle il était né.
      Et il s’est fait baptiser pour marquer une rupture avec le judaïsme.
      Le christianisme n’est pas en « accord total » avec le judaïsme, car de nombreuses pratiques juives ont été condamnées par Jésus (esclavage, misogynie, polygamie, lapidation pour adultère ou pour apostasie…) ou invalidées par lui (interdits alimentaires, circoncision, taqiyya…)
      Jésus a prouvé aux juifs qu’ils ne pratiquaient pas correctement les 10 commandements (tu ne tueras point, par exemple), car les juifs tuaient pour certains motifs, et Jésus réprouvait cela.
      Les juifs raisonnaient d’une manière tribale, et Jésus voulait que chacun puisse exercer son libre-arbitre.

  2. L’athéisme est une vision globale de l’Univers. L’athéisme affirme que Dieu n’existe pas. Cette allégation implique un présupposé métaphysique, un Etre Un ou le monisme de l’Etre. Dieu et le Cosmos sont confondus dans un Grand Tout, l’Un. Les athées font de la religion sans le savoir ou sans le dire. Tout est religieux, y compris ce qui fait semblant de ne pas être religieux. Les contemporains l’ignorent parce que les marxistes ont imposé leur vision matérialiste de l’histoire. Pas de guerres politiques. Pas de querelles philosophiques. Il n’y a que des guerres de religion.

  3. Le titre est explicite. Il s’agit de montrer en quelques mots comment l’idéologie mondialiste recourt aux religions et croyances de l’Antiquité. Et les cachets sont superflus pour penser cela. Les preuves abondent, visibles ou cachées. La théorie du genre préfigure le retour à l’androgynat. L’éducation à la sexualité prépare une sexualité débridée et ouvre la porte aux paraphilies. La volonté d’une régression à l’état primordial, à l’état de nature est évidente. Le sacrifice de millions d’êtres humains par génocide programmé, par actes terroristes, témoigne de ce regain de violence. Et tout se décide dans les sociétés secrètes. C’est pourquoi nous sommes si bien informés.

  4. Ce texte est un constat. Il n’ s’agit pas de promouvoir ou de combattre la religiosité qui existe depuis la nuit des temps. Ce texte ne prétend pas poser le christianisme en modèle. Il laisse une totale liberté à chacun de pratiquer sa religion, individuellement ou non. Il essaie de ne pas porter de jugement et de s’en tenir aux faits. Certains commentaires sont hors sujet ou constituent un déni de réalité.

  5. un bel article ecrit post fumette ! DE GRACE ARRETEZ LA MOQUETTE ………

    • À vous et Dany, vos commentaires sont inutiles , exposent votre ignorance et n’apportent rien à la discussion

  6. Je ne partage sûrement pas « une haine anti-chrétienne ». Je peux même dire que j’ai souffert pour le christianisme. Né à Prague en 1942, j’ai souffert de la haine des marxistes. Le curé de notre paroisse, que je servais comme enfant de choeur, a été condamné à 16 ans de prison pour avoir lu en chaire une lettre de l’archevêque Beran. C’était pour cela que mon père a refusé d’entrer au parti communiste. Toute notre famille s’est alors retrouvée sur la liste noire. L’on ne m’a pas, permis d’aller à l’université, alors je me suis expatrié, dès que ça devenait possible. Mais je ne peux pas partager votre conviction que tout le monde est méchant, sauf les bons catholiques. Et tout en considérant l’actuel déclin du christianisme, aussi bien ici, en France, que dans mon pays natal, comme un grave

    • L’article ne dit pas que tout le monde est méchant, sauf les chrétiens.
      Il dit que seul le christianisme est une bonne religion.
      C’est l’avis personnel de l’auteur, et vous le déformez, en lui imputant des termes qu’il n’a pas utilisés.
      Ensuite, il n’y aurait jamais eu de déclin du christianisme en France si la Franc-Maçonnerie n’était pas à l’oeuvre, tous les jours, depuis des décennies, pour railler les chrétiens qui osent encore dire qu’ils sont chrétiens.
      Force est de constater que beaucoup d’auteurs juifs critiquent les chrétiens (et parfois le christianisme) d’une manière détournée, sournoise, ce qui est une manière de combattre le christianisme.
      Le christianisme n’est pas en déclin, ne vous en déplaise: il est juste continuellement combattu, et ses adeptes humiliés.

    • Quant à votre pays natal, et malgré le fait qu’il est le pays européen où l’athéisme est le plus répandu, il n’en reste pas moins que le christianisme est plus visible qu’en France.
      Pour avoir passé Pâques à Prague, j’ai été émerveillée par les décorations festives dans toute la ville, et les chants religieux chrétiens chantés par des enfants sur les places publiques.
      Même l’hôtel où je résidais était décoré d’après le thème pascal, avec des d’oeufs colorés et des agneaux partout, et c’était aussi le cas des restaurants de la ville.
      Donc à Prague, ceux qui ne sont pas croyants ne sont pas obligés de faire semblant, mais ils ne peuvent pas non plus demander à ceux qui croient de célébrer leurs fêtes religieuses en cachette.

    • Ensuite, vous n’avez pas souffert spécifiquement pour le christianisme, car les communistes vous auraient fait subir le même sort si vous vous étiez réclamé de n’importe quelle autre religion que le christianisme.
      En France, la plupart des intellectuels, journalistes, enseignants juifs sont de gauche, et assez souvent communistes (ils se disent marxistes, ou maoïstes…mais bon, il s’agit de la même racaille d’extrême-gauche).

    • Monsieur Janecek, je viens de lire un commentaire laissé par vous à la suite de votre dernier article, mais comme les commentaires sont fermés, je vous réponds ici.

      Vous dites:
      « Donnez des exemples, des lieux, des témoignages de chrétiens lapidés par les juifs ? »

      Les chrétiens lapidés à mort par des juifs ne peuvent hélas plus témoigner, puisqu’ils sont morts. Mais si vous ne connaissez pas l’histoire des chrétiens pendant les 3 premiers siècles qui suivirent la mort de Jésus, il est toujours temps de vous documenter.

      « Vous mêlez allègrement les juifs et les romains dans la responsabilité des arènes de la Rome antique. »

      Ce n’est pas moi qui mêle les juifs et les Romains, ce sont les juifs qui travaillaient main dans la main à la persécution et l’extermination des chrétiens.

    • « Quant aux juifs qui auraient massacré les chrétiens à Jérusalem avec les Persans, on frise le délire. Je suis atterré par vos déclarations qui ne reposent sur rien. »

      Donc vous n’êtes pas au courant que les juifs de Perse sont venus à Jérusalem en 614, accompagnés de l’armée persane (zoroastrienne), et qu’ils y ont sauvagement massacré les habitants chrétiens, pillé leurs biens, brûlé leurs demeures, et détruit le Saint-Sépulcre.
      Pour vous, toutes ces horreurs se sont produites à l’insu du plein gré des juifs: il n’y avait que les Persans qui massacraient les chrétiens, pendant que les juifs de Jérusalem dormaient chez eux avec des boules Quiès dans les oreilles.
      Et les juifs persans qui étaient venus avec l’armée zoroastrienne étaient là pour faire les guides touristiques.

    • Monsieur Janecek, j’ai confondu un post de Gérard Brazon avec l’un de vos posts.
      Donc merci de ne pas tenir compte de ma réponse, que je vais tenter de faire parvenir à Monsieur Brazon sur un autre fil de discussion.

  7. Bonne réflexion, que malheureusement peu de personnes comprennent ! Lucifer a fait son oeuvre, il a rendu la majorité des hommes idiots, même parmis les lecteurs de RL.

  8. vous confondez religion et idéologie internationaliste comme le sont le marxisme et l’islam

  9. «  » croyants et incroyants peuvent adhérer à la morale chrétienne, » », merci, mais l’ éthique Grecque suffit amplement sans avoir besoin d’aller puiser dans un conte moyen oriental…

    • Oui, l’étique grecque suffit amplement, car elle autorise l’esclavage, la polygamie, la peine de mort, et qu’elle est d’une misogynie remarquable envers les femmes, et qu’elle autorise les enseignants, sous couvert « d’initiation », d’abuser sexuellement de leurs jeunes élèves.

      • «  »d’abuser sexuellement de leurs jeunes élèves » » Sortir un argument aussi nauséabond, faut vraiment oser….
        «  »C’est donc tout un travail que d’être vertueux en cherchant à atteindre la plénitude de son essence. Le bien-vivre est à la fois la finalité de l’action éthique dans la recherche du bien et représente la dimension d’un appel car l’incarnation de la règle et de la droite raison n’est pas d’exécution facile, digne d’éloge et belle.
        «  » L’homme meurt comme une olive qui se détache de l’arbre » dira Marc-Aurèle. …sacré concurrent pour le conte oriental ces Grecs Anciens, je comprends mieux la frénésie .de destruction de leurs oeuvres .
         » la peine de mort », ceux qui ont brûlé les Cathares, Giordano Bruno et tant d’autres…c’est les Grecs Anciens ??…))

        • Merci de ne pas vous contenter de citer des paroles, mais de voir les actes: les enseignants grec avaient bel et bien le droit d’abuser sexuellement de leurs élèves, si ces derniers voulaient rester leurs élèves. Et beaucoup de ces élèves acceptaient, car c’était un privilège, à cette époque, de pouvoir s’instruire.

        • ” la peine de mort”, ceux qui ont brûlé les Cathares, Giordano Bruno et tant d’autres…c’est les Grecs Anciens ??…)) »

          Où avez-vous lu ans les Evangiles qu’il fallait brûler les Cathares ?
          Comme tous les ignares, vous faites porter à Jésus les crimes de ceux qui ont fait le contraire de ce que Jésus voulait.
          Un peu facile. Et nauséabond aussi.

          Quant aux Grecs, ils n’étaient pas tendres non plus, et leurs Dieux, bien que fascinants, avaient tous les défauts des humains.

          Alexandre le Grand (qui est un Macédonien, mais qui a répandu la culture grecque) a fait crucifier tous les hommes adultes de la ville de Tyr, pour les punir d’avoir résisté pendant les 7 moins de siècles qu’il leur fit subir.
          Et ce n’est qu’un exemple.

  10. Une religion, quelle qu’elle soit, catholique, musulmane ou autre, peut se pratiquer individuellement…Je m’agenouille, je prie Dieu ou Allah, je m’en fout tant que je n’emmerde personne…A partir du moment qu’une religion emmerde les voisins, cette religion ne vaut  » rien » car une vraie religion doit observer le respect de l’autre..sinon ce n’est pas une religion, c’est un esprit emmerdeur…Et il n’y aurait pas besoin de mondialisme ni de séparatisme ni de toutes ces conneries..

    • Le christianisme est contre la conversion forcée, jugée comme un acte pervers. Et l’apostasie d’un chrétien n’est pas punie de mort, si l’on en juge d’après les propos de Jésus a dit dans les Evangiles.

      L’islam encourage les conversions forcées, et punit l’apostasie de mort.

      Le judaïsme a autorisé, par le passé, et les conversions forcées au judaïsme, et la peine de mort pour apostasie. Ce n’est plus le cas aujourd’hui.

    • J’ai du mal à comprendre d’afficher un avis sur un sujet moral, en sanctifiant le désir.
      Le désir, s’impose au sujet et le sujet est donc en position de subir son désir.
      Ce qui fait « ignorer » cela au sujet…c’est qu’il espère tirer plaisir de son désir.
      Mais on peut désirer mentir, tricher, manipuler, voler, violer, torturer et tuer.
      En quoi le désir ne prend -il
      pas autrui pour une chose ?
      Heureusement, le judaïsme et le christianisme ont vu la nécessité d’accéder à l’amour, au respect de la personne humaine et donc de trier, parmi nos désirs, ceux que l’on peut satisfaire
      sans trop de dommages et les autres auxquels il faut renoncer parce qu’ils font du mal aussi à celui qui les assouvit.
      Le désir peut réduire la possibilité de l’être de déployer toute sa grandeur.

  11. Monsieur Saunier,
    Pourriez-vous utiliser les accents s’il vous plaît, car dans votre papier, il n’y en a aucun ! C’est pénible à lire.

  12. Tout va bien lorsque la religion reste ce qu’elle devrait être, l’expression d’une spiritualité à un moment donné et à un endroit donné. Mais dès que la religion acquière du « poids », pour beaucoup elle se transforme en organe produisant du pouvoir, du prestige et par là-même une certaine aisance financière. Elle devient un outil de réussite, un tremplin de carrière, bref, elle se préoccupe plus de choses matériels que spirituels…mais toutes les religions ont un bon fond, au départ en tous cas, car elles veulent améliorer l’homme et le rendre heureux…enfin, toutes sauf l’islam, car l’islam, chiite et sunnite, n’est pas une religion mais strictement une arme de pouvoir. Seule le soufisme représente une certaine spiritualité musulmane. A noter que, islam signifie « soumis »…

    • Le poids d’une bonne religion, qui n’est pas utilisée à de mauvaises fins par un pouvoir politique, ne pèse que sur les minorités qui n’aiment pas cette religion.

      • La différence entre une « Bonne Religion » et une « Mauvaise Religion » ?…celui qui tient l’ allumette va donner la réponse à celui assis sur le fagot…

        • Ne pas faire la différence entre les différentes religions est le plus sûr indicateur d’ignorance.
          Et de paresse intellectuelle, aussi.

  13. Toutes les religions ou idéologies ont le même défaut : celui de penser qu’elles détiennent la vérité et qu’ils ont le droit absolu d’asservir les autres par tous les moyens horribles qui existent. Le manque d’humilité, le non-respect de l’autre, des autres, prennent le pas sur la raison. Pourtant « en toute chose il faut raison garder ».

    • Vous renvoyez dos à dos toutes les croyances monothéistes comme si elles se valaient toutes, sans aucune analyse de fond. Si le clergé catholique a asservi durant des siècles le peuple ce n’est plus le cas depuis longtemps contrairement à d’autres. Ensuite l’emploi de mots tels que « l’autre » , les « religions » sont lepropre de ceux qui ne maîtrisent pas ce sujet.

    • « la vérité »….certains l’écrivent même avec une majuscule, pour bien montrer qu’il détiennent la vraie !!

    • Il n’y rien de tel dans le christianisme.
      Jésus n’a jamais dit que les chrétiens avaient le droit d’asservir les autres. Donc le chrétien qui asservit trahit Jésus.

  14. La plus ancienne civilisation, celle de nos ancêtres de l’âge du bronze, était la première civilisation monothéiste avec un dieu unique, le soleil!

  15. c’est ma faute, c’est ma faute, s’est ma très grande faute…disent les uns entendant l’autre joue
    tuez les tous disent les autres

    • Tendre l’autre jour n’a rien à voir avec la culpabilité.
      Tendre l’autre joue est une manière d’expliquer qu’il vaut mieux désamorcer un conflit naissant en faisant honte à l’adversaire agressif par un comportement serein, qui s’interdit la réaction naturelle, qui est de rendre la pareille à chaque offense.

      Et « tuez-les tous, Dieu reconnaitra les siens » est probablement inventé, comme le fameux « s’ils n’ont pas de pain, qu’ils mangent de la brioche ».
      Jésus a été giflé par!s son arrestation. Il a demandé la raison de la gifle, mais n’a pas tendu l’autre joue.

      Tout est fait, en France, pour discréditer le christianisme.
      Mais bien sûr qu’il n’y a pas de complot anti-chrétien.
      Sûr sûr sûr.

    • Simon de Montfort , auquel on prête cette formule , n’était pas chrétien . C’était un soudard utilisé politiquement par le pouvoir royal , sur ordre de Rome auquel il s’était honteusement soumis .

      • «  »Simon de Montfort , auquel on prête cette formule , n’était pas chrétien » »Un Croisé pas Chrétien ? vu sa filiation, ça me parait limite !!
        “tuez-les tous, Dieu reconnaitra les siens”…a supposer que ce trait soit apocryphe,le massacre de la population de Béziers, il a bien eu lieu ?

        • Oui, il a bien eu lieu.
          Mais pas sur la base des enseignements de Jésus, qui n’a jamais tué personne, ni ordonné le meurtre de personne, ni fermé les yeux sur un crime quelconque.

    • (suite) dommage, je pense qu’il faut réfléchir sur la question de savoir, pourquoi l’Eglise, qui détenait un énorme pouvoir pendant des siècle, na pas réussi mieux. Mettre tout sur le dos de « ces croyances orientales », parmi lesquelles vous rangez même le protestantisme, me semble trop facile.

      • L’Eglise a réussi mieux que n’importe qui, malgré certaines erreurs et errements.
        Elle ne réussit plus depuis qu’elle est infiltrée par la Franc-Maçonnerie.

  16. Si l’on vous suit, une rechristianisation de la société française est donc nécessaire, seul moyen de lutter contre le progressisme suicidaire. En revanche, impossible de confier cette tâche aux clercs issus de Vatican II, sûr moyen pour les gnostiques de tous poils d’infiltrer l’Eglise pour mieux la détruire. Il faut au contraire se tourner vers la Tradition qui transmet la Foi de nos ancêtres dans la fidélité au Christ. Recathéchisation !

    • Certes , il ne faut rien attendre de l’Eglise vaticanesque , héritière des crimes de l’Inquisition . Mais vous faites un contre-sens , par ignorance de l’histoire de l’Eglise . La véritable « tradition » ne provient pas du concile de Trente , elle provient de la Pentecôte de l’an 30 . Et a été portée , siècle après siècle par une Eglise indivise , « catholique » (par opposiiton à al gnose) , ce qui ne signifie pas « romaine » , et orthodoxe dans sa foi . Après l’échec de la tentative de conciliation de 1054 , seule les Eglises restées orthodoxes portent la tradition du véritable christianisme . En Gaule , puis en « France » , l’Eglise était orthodoxe . Aujourd’hui , c’est l’Eglise orthodoxe qu’il faut rejoindre si nous ne voulons pas crever d’inanition spirituelle .

      • Faux ! L’orthodoxie résulte du refus de reconnaître un pape comme chef,susceptible de surpasser l’autorité d’une nation. C’est une mauvaise interprétation du principe de papauté. Catholique veut dire universelle et romaine, conduite par son chef qui est à Rome. La tradition issue de l’enseignement du Christ est exclusivement catholique, car on ne peut pas faire l’impasse du pape, successeur de Saint Pierre.

        • Quand on voit le Pape Franc-Maçon que nous avons actuellement, on espère que les chrétiens orthodoxes n’ont pas ce genre d’immigrationnistès islamophiles à la tête de leur Clergé !
          Saint Pierre doit être en train de se retourner dans sa tombe, à mon avis…

      • «  » il ne faut rien attendre de l’Eglise vaticanesque ,héritière des crimes de l’Inquisition ». »..technique dite du Bouc emissaire ou comment se refaire une virginité …)) .

Les commentaires sont fermés.