De la survie du mariage

Publié le 1 juin 2021 - par - 8 commentaires - 579 vues
Traduire la page en :

De nos jours, le mariage est une mauvaise affaire. C’est de l’esclavage. Le couple est emprisonné par des contrats et des signatures juridiques. Il y a la possibilité réelle de tout perdre. Par rapport aux temps anciens, cette institution a radicalement changé, à bien des égards pour le mieux, mais aussi à bien des égards pour le pire. L’acte de se marier n’est plus autant imposé à l’homme ou à la femme qu’il ne l’était autrefois. La possibilité d’aimer et de sortir avec un partenaire s’est élargie, passant du rituel des couples hétérosexuels aux rencontres occasionnelles et aux couples LGBT. Personne ne peut prétendre que les femmes ne sont pas mieux loties si on compare la situation actuelle au passé. Ce texte est un pamphlet, dont le but est d’éduquer les curieux sur les avantages et les inconvénients de l’union.

On pourrait soutenir que la grande majorité de la procédure est simplement un ensemble unifié de lois, et un tel argument sera puissant, dans de nombreux cas, ce sera la vérité. Le mariage a été conçu pour protéger, élever et assurer la stabilité. Tout d’abord, nous devons aborder l’union. Unification au sens des finances, des entités juridiques et tout ce qui distingue un individu d’un autre. Dans presque toutes les cultures, on crée l’union par la famille. La famille sous la forme de la norme nucléaire, c’est-à-dire un homme et une femme qui donne naissance à une progéniture. L’unité de relation humaine peut évoluer vers l’unité d’un clan, et peut ensuite devenir l’unité d’une tribu. Ces unités ont tendance à être archaïques, supplantées par l’avènement de la civilisation, qui préfère la famille à la relation avec l’étranger. Une famille nucléaire est unie sur le plan financier et sur le plan de la responsabilité des enfants, qui, jusqu’à l’âge adulte, sont des êtres autonomes mais soumis à leurs parents. Quels sont les objectifs ? Premièrement, la fertilité. La procréation tend à être une affaire coûteuse, qui dans de nombreux cas et heureusement, est supportée. Nous trouvons ici le premier problème : la nécessité de payer, de soutenir etc.

Tout cela est né historiquement du fait que les femmes mariées ont été encouragées et, parfois, forcées à travailler à la maison, et que les hommes mariés ont été encouragés à travailler en dehors de celle-ci, afin de gagner de l’argent et des devises. Cette situation opprime fortement les deux sexes. Au XXIe siècle, les tâches domestiques ont été allégées. L’État peut se permettre d’alléger ce fardeau, il préférerait que ce ne soit pas le cas, mais il peut s’en accommoder. Nous pourrions crier au sexisme. Si l’on soulage les hommes, la facture générée principalement par les enfants devra être payée par l’État. Ce qu’il ne voudra jamais faire de son plein gré.

Les femmes sont celles qui produisent, mettent au monde la prochaine génération. Elles ont le monopole de cette capacité, sans elles, on ne peut pas produire d’autres humains. Les femmes célibataires ont tendance à se concentrer sur les mêmes choses que les hommes célibataires. Elles s’intéressent d’abord et avant tout à l’amélioration de leur qualité de vie. Quel est le principal obstacle à cette amélioration ? Les enfants. Cette réticence à avoir des enfants n’est pas une bonne nouvelle.

Pourquoi le mariage est-il dangereux pour les hommes ? Il n’y a rien de mal ou de misogyne à se poser la question. Les prises de position tendent à être de nature revancharde. Les soucis que les hommes rencontrent subsisteraient si l’institution sacrée était inversée. Le seul changement qui se produirait serait que les deux sexes seraient désormais confrontés aux inconvénients. Les femmes réfutent les arguments des hommes, selon lesquels le mariage devrait être modifié pour revenir à ce qu’il était autrefois, afin de se concentrer sur la libération éventuelle du sexe masculin. La société du progrès (progressiste) attaque le phallus et les groupes traditionnels. Les obligations financières perdurent même après le divorce. Lors deux âmes s’allient, le mysticisme s’estompe au fil des années. La faute est à la condition humaine. À l’ancienne, l’union de deux adolescents vierges enclenche l’excitation puisque ils sont totalement inexpérimentés en matière de sexe. Ils découvrent tout un tas de choses différentes. La nouveauté est durable. Après les premiers instants, l’amour fougueux n’est plus, mais le couple a maintenu un cadre dynamique.

Couvrons les avantages. Ils ne sont pas si nombreux, et aucun d’entre eux n’est immédiatement apparent, mais ils existent. Étant donné qu’un homme se marie à un moment ou à un autre de sa vie, il devrait essayer d’épouser quelqu’un qui gagne ou possède plus de biens que lui. Les orgueilleux annoncent la domination féminine. Au contraire, c’est vous le dominant. Pour profiter, il faut savoir ranger sa fierté. La bien-pensance interdit l’épanouissement de la virilité. La vertu est un péché. Nul besoin d’être un pourvoyeur pour déclarer sa puissance. Le lion se comporte avec droiture. Les lions passent leurs journées à l’ombre, conservant leurs forces pour le combat ou la chasse.

Les piégés n’ont pas à avoir honte. L’idéal des deux amants maudits est rarement ce qui se produit. En 2021, la plupart des mâles se font plumer et fouetter, comme s’ils étaient de vieilles vaches stériles qui ne peuvent plus produire le lait qui coulait jadis en abondance de leurs mamelles. Il est très mauvais de s’installer sans raison stratégique, ou par peur. La peur d’être seul, la peur d’être ostracisé etc. L’échec ne vient pas des obstacles et des petits drames mais de la commodité toujours plus grande.

Devenons des moines ! Le moine vit à l’écart. Certains souhaitent imiter Jésus. Les moines bouddhistes recherchent l’illumination. Ils souhaitent atteindre la compréhension parfaite et la clarté de la pensée. Ils se privent de ce qui est considéré comme un poids pour l’âme et le corps. L’excès et l’inefficacité, l’achat de biens et de services dont on n’a pas vraiment besoin, voilà des choses qui doivent être réduites.

L’avare est connu pour compter ses pièces de monnaie, les meilleurs avares connaissent si bien leurs pièces que vous pouvez laisser tomber trois pièces de monnaie devant eux, deux qui ne font pas partie de leur trésor, et une qui en fait partie, et ils seront capables de vous dire laquelle est la leur simplement à partir des rayures et des entailles. L’ascète, quant à lui, ne thésaurise pas, mais coupe tout. Les meilleurs ascètes sont ceux qui ne possèdent vraiment rien, peut-être un couteau et quelques vêtements, tout le reste est jeté comme une simple vanité.

Hassan Ejaaibi

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Notifiez de
paxir

Personnellement à moins d’être fou d’amour et complètement aveugle, je me marierai jamais. Les juges aux affaires familiales sont à 95% des femmes. Tu es un homme, tu es coupable d’office. Quel intérêt de se mettre dans un contrat et que si tu en sors, tu vas prendre un maximum sur tes sous ?
Trop vu d’amis se faire totalement dépouillé pour quelqu’un qui va en plus te détester copieusement.

"à la" poubelle !

Ces derniers temps, certains hommes supplient carrément la femme de se marier. On voit des crétins faire leur demande à genoux en direct à la télé ! C’est d’autant plus rigolo que ces soumis féministes seront les premiers virés par leur virago en un divorce qui les privera de leur femme, de leurs enfants, de leur maison et de leur fric !

Schtroumpf grognon

Passons nous du mariage.

Patapon

Les femmes ont été longtemps considérées en Occident comme un fardeau nécessaire qu’il fallait compenser par une dot,pour accepter de s’en embarrasser.Le seul avantage des unions( mariages de raison) était la préservation ou l’accroissement du patrimoine et la survivance du nom,de la lignée, afin d’en transmettre l’héritage.Par l’enfantement,les femmes assuraient la perennite de la famille,un devoir dont elles devaient absolument s’acquitter.Les tâches domestiques,l’éducation des enfants, étaient leur domaine réservé.L’amour au sens où nous l’entendons aujourd’hui n’avait que rarement sa part dans ces arrangements d’intérêts.Le sage Montaigne disait qu’il suffisait au bonheur conjugal de vivre en paix et amitié avec son conjoint.

patphil

aujourd’hui il n’y a plus que deux sortes de gens qui veulent se marier: les homosexuels et les clercs défroqués

Atikva

“Personne ne peut prétendre que les femmes ne sont pas mieux loties si on compare la situation actuelle au passé.” Ça, c’est le mythe produit par le lavage de cerveau gauchiste qui a nom women’s lib. La réalité est toute autre, et les femmes en Occident sont les dindons de cette farce.

Système

Le mariage est une entreprise périlleuse, surtout pour l’homme. Que gagnerait il , d’ailleurs, à former un couple ? Il sera alors dominé par la femme, devenue depuis 20 ans le maître du foyer ; elle peut le congédier n’importe quand et garder les gosses ; il n’a pas son mot à dire.

Theodore

“Marie-toi, mon vieux, marie-toi, Puisque tu l’aimes, puisque tu l’dis, Puisqu’elle est la moitié de toi De ton travail et de ta vie, Marie-toi, mon vieux, marie-toi, Mais tu m’empêcheras pas de penser, Et je n’suis pas célibataire,…”
Mais n ecoute pas Hassan ( sa chevre a mal au cul souvent…) fini surtout pas moine…
https://youtu.be/N8CcA8DLVDg

Lire Aussi