De la Vendée à l'Angleterre, l'initiation à l'islam par la prosternation

Du flot d’images qui déferle quotidiennement par les canaux non censurés de l’information, je retiens celles, récentes, de toutes jeunes filles non-musulmanes prosternées sur le tapis de mosquées, en Vendée (!!!) et en Angleterre. Il y en a sûrement d’autres, non diffusées.

                                                           Visite en Grande-Bretagne…

                                                                 Visite en Vendée…

Il s’agit, nous dit-on, de visites culturelles destinées à enrichir les sensations intimes de la petite enfance européenne au contact du vivre-ensemble mondialisé. J’y vois plutôt l’entrisme du colon dans le système de pensée des peuplades promises à la soumission.

Le guide de service tient son triomphe, cela se voit dans le regard qu’il porte sur les fillettes ainsi figées dans l’attitude médicalement dite de la « prière mahométane » (les lecteurs gastro-entérologues de RL sauront à quoi cela s’applique lorsque ils soupçonnent chez leurs patients une pathologie interne sous-diaphragmatique).

L’amusement mêlé de parentale tendresse des parents et des enseignants conviés à initier leur progéniture aux mystères de la vraie croyance résume l’état des connaissances du plus grand nombre sur ladite croyance. On se pince pour croire vraiment ce que l’on voit. On mesure en même temps la masse de boulot à venir pour faire comprendre, même un peu, ce à quoi correspond exactement le geste d’adoration d’un Dieu si aimable avec ses créatures, dont les femmes tout particulièrement.

J’imagine les petits agneaux des écoles coraniques de France, d’Angleterre et d’ailleurs, sommés de réciter des Notre-Père à Sainte-Gudule, à Westminster ou à Notre-Dame, histoire de s’ouvrir l’esprit aux auras de l’Occident. La réciprocité réclamerait ce minimum, mais je doute fort que les œcuméniques du CM1 aient eu la simple idée et le courage, partant, de le proposer. Il y a fort à parier d’ailleurs que les jeunes cerveaux formatés au mépris de l’autre rejetteraient spontanément la proposition. L’enfant, ça se dresse très tôt.

À chaque jour son voyage en Absurdie, ce continent qui s’élargit sans cesse à l’image des îles volcaniques. Non contents de cheminer, béats, au bord du cratère, nous nous préparons à pousser nos enfants dedans.

Alain Dubos

image_pdfimage_print