De l’assignation à domicile à la liberté surveillée, pas de quoi pavoiser !

Publié le 12 mai 2020 - par - 8 commentaires - 655 vues

Nous ne sommes pas encore sortis de l’auberge, si l’on peut dire, mais nous avons fait un pas en avant sur la voie de la reconquête de nos libertés individuelles en passant d’une assignation à domicile de 56 jours à un régime de semi-liberté.

Fini l’attestation nous auto-autorisant à mettre le nez dehors. Un soulagement certes ! Mais, attention, nous voilà prévenus, il n’est pas question pour autant de relâcher la vigilance, d’aller faire ses courses sans un masque ou de serrer la main d’un ami. Le virus est toujours là ! Il rôde prêt à nous terrasser ! L’État nous fait confiance, mais c’est à nos risques et périls !

Conscient de l’exaspération qui montait, en même temps que du besoin de relancer la machine économique, Macron a pris la décision de desserrer l’étau qui nous contraignait à nous terrer chez nous en fixant au lundi 11 mai la fin de la période de confinement. Un vrai bonheur de pouvoir enfin sortir de chez soi, sans crainte d’être contrôlé, pour respirer l’air de la campagne, profiter du printemps, des fleurs et du chant des oiseaux !

Une permission de sortie soumise, cependant, à de sévères restrictions. L’obligation notamment de rester dans un rayon de 100 kilomètres de son domicile, sauf « motif professionnel ou familial impérieux » précise l’attestation qu’il faudra présenter en cas de contrôle. Une distance calculée « à vol d’oiseau » a souligné le facétieux ministre de l’Intérieur, suscitant la perplexité chez les gendarmes et les policiers. Pourquoi une distance de 100kms ? « Pour éviter les brassages de population » a doctement expliqué le Premier ministre.

Diantre ! Pas question d’aller dans le département voisin où l’herbe est forcément plus verte. En clair, que chacun reste chez soi et les vaches (que nous sommes) seront bien gardées.
Soumis depuis le début du confinement à des mesures restrictives des libertés fondamentales comme celle de pouvoir se déplacer librement, d’organiser une réunion ou de pratiquer sa religion, les Français vivent mal et acceptent de moins en moins de se voir traités comme des enfants par un exécutif qui par ses mensonges et ses contradictions s’est largement discrédité au fil des semaines et des mois.

Dans un sondage réalisé par Odoxa les 5 et 6 mai pour le Figaro et France info, ils se montrent très sévères vis-à-vis du pouvoir. 54 % des personnes interrogées estiment que le gouvernement n’a pas pris la mesure de la gravité de la situation. 75 % l’accusent de ne pas avoir dit la vérité. À la question « l’exécutif a-t-il pris les bonnes décisions au bon moment ? » 74 % répondent par la négative. Enfin ils sont 76 % à considérer que le gouvernement n’a « pas fait ce qu’il fallait pour bien équiper les hôpitaux et les soignants face à l’épidémie ». Un même pourcentage dénonce sa gestion erratique de la crise et son manque de clarté dans ses explications.

Condamnation sans appel

66 % des sondés, soit les deux tiers des Français, estiment que l’exécutif n’a « pas été à la hauteur » dans la gestion de la crise. Une condamnation sans appel vis-à-vis du pouvoir qui n’a pas d’équivalent en Europe. Une étude réalisée du 30 avril au 4 mai par Odoxa auprès de nos voisins européens montre, à l’inverse, que pour une majorité des personnes interrogées (hors la France) leur gouvernement a été à la hauteur de la situation dans la crise du Covid-19. Ainsi les Britanniques plébiscitent leur Premier ministre Boris Johnson à 63 %, les Allemands saluent à 60 % l’action menée par Angela Merkel dans sa gestion de la crise. Et même en Italie, premier foyer de l’épidémie en Europe et qui a longtemps été le pays le plus touché, 50 % des sondés approuvent leur gouvernement.

Un désaveu du pouvoir par les Français que l’on peut constater aussi à travers les plaintes contre des membres du gouvernement qui se multiplient venant notamment du milieu médical. Nombre d’entre elles portent sur la gestion calamiteuse des masques. Autant de menaces que les ministres et le chef de l’État prennent très au sérieux. Personne n’a oublié les conséquences politico-judiciaires de l’affaire du sang contaminé !

Mais, pour l’heure, une autre menace se profile à l’horizon pour le gouvernement. En dépit des aides diverses apportées par l’État aux entreprises et malgré le plan de relance annoncé pour la rentrée, la menace d’un écroulement économique préoccupe l’exécutif. Les Français aussi s’en inquiètent. Dans un sondage réalisé par l’Ifop, 28 % des salariés craignent de perdre leur emploi dans les semaines et les mois qui viennent. Et si la santé reste actuellement leur préoccupation majeure, près d’un Français sur deux désigne la lutte contre le chômage et la lutte contre la précarité comme « tout à fait prioritaires ».

Si l’on ajoute à une hausse spectaculaire du chômage le niveau record de défiance vis-à-vis de l’exécutif, on doit s’attendre à une explosion sociale d’envergure pour la rentrée. Et c’est bien ce que redoute le gouvernement.

Alain MARSAUGUY

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
eusebe

FAITES CIRCULER LE PLUS POSSIBLE SVP :
MERDACRON se prépare une armée pour cogner LES GILETS JAUNES GAULOIS !
https://www.youtube.com/watch?v=PAgh1_BvpU8
Coup de gueule une famille verbalisée par des gendarmes près de chez eux
https://www.youtube.com/watch?v=Sl8pww8Zfho
2020 05 08 Coup de gueule contre ceux qui voient un virus invisible mais ne voient pas les Chemtrail
https://www.youtube.com/watch?v=hgLJdnjzZ5s
https://www.youtube.com/watch?v=kGmam5HtdQI

meulien

les bobos de la tele ,nous cassent les pieds depuis 15 jours pour l’ouverture des plages,aujourd’hui c;est fait pour une grande plage de l’atlantique,,,,ou il n’y a personne!

meulien

le ridicule ne tue plus en france….heureusement. Depuis 55 jours(de Pekin) la tele nous explique que ce qui manque le plus aux francais,,,c’est le sport! mais pour ramasserl legumes
c’est trop fatiguant

Thierry

Vas y toi ramasser des fraises vendue 25 euros le kilo et toi payer au SMIC

Eric des Monteils

Çà y est, j’ai enfin compris . . . si, si….Il font un concours pour savoir qui osera pondre la plus grosse débilité qui passera, et qui démontrera la soumission de ce peuple de connards râleurs et incapables d’exiger de reprendre ses libertés un instant confisquées.
Et le pire : ILS Y ARRIVENT !

Francis Carmache

C’est complètement stupide. Si quelqu’un habite à proximité immédiate d’un ou même deux autres départements et que ça lui est plus pratique de s’y rendre pour faire ses achats que d’avaler de la borne dans son propre département, ça va changer QUOI ? Quels sont les abrutis qui pondent des débilités pareilles ? Certainement des ravagés du bulbe qui se croient supérieurs au peuple.

amusé

c’est surtout vous qui êtes incapable de comprendre un texte : vous pouvez très bien aller au supermarché du département voisin. Maintenant si vous faites 120 kms pour acheter votre pain…..

Philippe DRU

Si je comprends bien, comme je réside à Saint-Martin, je n’ai pas le droit de me rendre en Guadeloupe puisque située à 250 km.
Je peux pas non plus aller à Saint-Barth puisque les frontières sont fermées.
Je ne peux me rendre ni à Anguilla, ni à Saba, ni à Saint-Eustache, ni à Saint-Kitts et Nevis, îles situées à moins de 100 km mais étant des territoires étrangers.
Je n’ai pas le droit de bronzer sur les plages paradisiaques.
Finalement je ne vois pas trop la différence entre pendant et après le confinement.

Lire Aussi