1

De Lola à l’Ocean Viking en passant par Callac

haltealinvasion.jpg

Qu’ont en commun ces trois événements, traités qui plus est le jour du 7e anniversaire de la tuerie du Bataclan ? Qu’y a-t-il de semblable entre la mort de Lola, l’arrivée à Toulon de l’Ocean Viking et le projet Horizon de Callac, qui prévoit d’installer 70 familles de clandestins africains, devenus des réfugiés politiques (ben voyons) au cœur d’un petit village du centre de la Bretagne ?

La réponse est simple : l’invasion migratoire et l’islam, favorisés par quarante ans de politiques immigrationnistes criminelles de la part des gouvernements dirigés par Giscard d’Estaing, Mitterrand, Chirac, Sarkozy, Hollande et Macron.

Le régime de Macron fait venir par centaines de milliers, tous les ans, des immigrés qu’il se refuse à expulser, mettant délibérément en danger nos compatriotes. Jamais l’assassin algérienne de Lola n’aurait dû mettre les pieds en France. Jamais, comme des dizaines de milliers d’autres expulsables, elle n’aurait dû rester une journée de plus, après la décision de justice, appelée OQTF, de quitter la France. Si Macron défendait les Français, si Darmanin faisait son travail, Lola serait encore vivante.

On a vu, lors de ce drame, et surtout suite à l’émotion qu’il a suscité dans la population, la connivence entre ce régime, les collabos immigrationnistes et les médias, qui ont inversé la charge accusatoire, ciblant Éric Zemmour et ses amis, coupables de dire la vérité et de descendre dans la rue pour rendre hommage à Lola.

Dans un registre complémentaire, nous sortons de la mascarade de l’Ocean Viking. Tout le monde connaît à présent la connivence entre SOS Méditerranée, financée par l’État et 80 régions, départements ou communes, et les passeurs mafieux. Le gouvernement sait pertinemment que les migrants montent dans un canot quand ils savent qu’il y a un bateau à quelques centaines de mètres de là qui vient les chercher. Damien Rieu, reprenant une enquête d’un expert espagnol, démasque l’ampleur de l’escroquerie mise en place par SOS Méditerranée.

Damien Rieu révèle toute la vérité derrière l’expédition du navire de migrants Ocean Viking et ce n’est pas beau à voir!

Ces réfugiés ne sont absolument pas des naufragés de la mer, ce sont des envahisseurs, qui viennent en Europe pour profiter des aides sociales (surtout en France) et renforcer, pour la plupart d’entre eux, la cinquième colonne de l’islam. Jusqu’à ce jour, c’est l’Italie qui en accueillait un maximum, et les répartissait ensuite dans d’autres pays européens que les règles de l’UE contraignent à accepter. Seuls les quatre pays du Visegrad, sous l’impulsion de Viktor Orban, refusent ce chantage.

Or il se trouve que les Italiens ont élu Giorgia Meloni, qui a fait l’essentiel de sa campagne sur le sujet de l’immigration. Même si celle-ci déçoit beaucoup de ses supporters par ses positions européistes et atlantistes, même si elle se vante d’avoir déjà accueilli près de mille migrants (a-t-elle été élue pour cela ?), sur un tel dossier, elle se devait de se différencier de la politique de Draghi et de de ses prédécesseurs. D’où le refus de l’accueil, et le fait que le bateau, qui pourtant était passé près de Tunis, a fini par arriver à Toulon. Quel est le terrible message que porte cette décision de Macron, qui, en 2018, avait refusé, dans un contexte semblable, l’arrivée de l’Aquarius ? C’est un précédent terrible, un message clair pour les passeurs et les clandestins : la France, déjà submergée de clandestins africains, va remplacer l’Italie, et en accueillir encore davantage, avec les conséquences inévitables que cela engendrera : augmentation de la délinquance, des viols, des crimes, offensive accrue du communautarisme musulman et mise en danger délibérée des Français.

Naturellement, comme pour Lola, ceux qui ont osé protester contre cette décision, à l’image du député RN Grégoire de Fournas, qui avait dit tout haut  ce que des millions de Français pensent « Qu’ils retournent en Afrique », ont été stigmatisés dans les médias, et qualifiés de monstres sans cœur, sans oublier bien sûr les anathèmes habituels de « racistes » et de « fascistes ». Le sommet de la pourriture a été atteint par le maire de Toulon, Hubert Falco, homme de droite vendu à Macron, qui se permet d’insulter Éric Zemmour et Giorgia Meloni, pour mieux dissimuler l’ampleur de sa trahison.

https://pbs.twimg.com/media/FhTQTGwWAA4NVr4?format=jpg&name=small

https://pbs.twimg.com/media/FhTQTG7WAAIIjkV?format=jpg&name=small

Quel rapport avec Callac ? Ils auraient dû faire arriver le bateau à Brest, ainsi le maire Jean-Yves Rolland et son âme damnée, celle qui porte la culotte au conseil municipal, Laure-Line Inderbitzin, auraient-ils eu les clients pour concrétiser le plan Horizon de Marie-France Cohen, et quelques autres projets de l’association Viltaïs. Dans cette petite ville bretonne, les choses sont très claires. Selon les chiffres donnés par le maire en personne, 80 % des habitants ne veulent pas du projet Horizon. Il ne faisait pas partie du programme de l’équipe municipale, qui ne l’évoquait même pas six mois après son élection. Cela justifierait donc pour le moins un référendum. Or, le maire et ses complices s’y refusent, argumentant que les esprits des habitants seraient troublés par la propagande de « l’extrême droite ». Belle forme de mépris pour ses administrés, jugés sans doute trop stupides pour faire la part des choses entre les arguments de l’équipe municipale et ceux des adversaires du projet Horizon.

Toujours est-il qu’à deux reprises, des rassemblements, déclarés, de notre mouvance ont été perturbés la première fois, et attaqués la deuxième fois par des milices de gauche qui osent se dire antifascistes, avec la complicité de la municipalité. La caste au pouvoir et les médias complices entendent, comme pour Lola, comme pour l’Ocean Viking, interdire aux Français, aux Bretons, aux Callacois, de refuser l’invasion migratoire et ce qu’elle entraîne, l’islamisation de leur pays, leur région et leur ville, le Grand Remplacement, le changement de peuple, de culture et de mode de vie, sans oublier l’inévitable ensauvagement qui accompagne, dans les grandes villes, puis dans les bourgades et demain à la campagne, ce changement de population.

À travers les épisodes de Lola, de l’Ocean Viking et de Callac, c’est une terrible agression, perpétrée par l’appareil d’État et ses collabos, que subissent nos compatriotes, sommés d’accepter, résignés, leur disparition programmée et la mort de notre pays.

La bataille de Callac, qui devra être victorieuse, marquera-t-elle un premier recul des collabos immigrationnistes, et montrera-t-elle la voie de la résistance à tous les autres Français, confrontés à des situations similaires ? La réponse, à présent, appartient aux habitants de Callac. Soit ils seront capables, sur place, dans la ville, d’imposer un rapport de forces suffisant, avec les moyens à la hauteur des enjeux, pour faire plier les complices actifs du Grand Remplacement, Jean-Yves Rolland et Laure-Lire Inderbidzin (qu’ils croisent tous les jours), soit, comme les Français, ils seront Grand-Remplacés…

Et cela est valable pour tous les Français qui seront concernés par les dizaines de Plan Horizon qui vont se mettre en place, si la bataille de Callac était perdue.

Qu’ils sachent que le bruit des bottes est toujours précédé par le silence des pantoufles…