De l’urgence d’être réactionnaire, d’Ivan Rioufol : un appel aux corsaires de la République

Publié le 12 mars 2012 - par - 974 vues
Traduire la page en :

C’est le soir que j’ai entamé la lecture du livre « De l’urgence d’être réactionnaire ». J’en ai lu la moitié avant d’aller au lit. Au petit matin, j’en ai fait un cauchemar : j’avais deux blocs de béton coulés autour des pieds. Impossible d’avancer. Autour de moi, d’autres personnes souffraient visiblement du même handicap. Cette image reflétait en quelque sorte ce que Ivan Rioufol décrit dans son essai : ces dernières décennies, la France souffre de terribles entraves qui nous empêchent d’aller de l’avant, comme auparavant. L’hypocrisie généralisée, la suffisance du politiquement correct et la dictature idéologique d’une certaine caste ont pris la forme d’une épée de Damoclès. Elle plane au-dessus de nos langues et de nos claviers. Réel handicap à la libre pensée et a son expression.  Boulets qui empêchent l’action. D’où le besoin urgent de ré-agir, d’agir à nouveau, d’être réactionnaire en commençant par se libérer.

Et voilà que la deuxième partie du livre me fait pousser des ailes, m’embarque littéralement dans un voilier de corsaires pour fendre les flots et défendre le pavillon de la République. Ce livre est un appel vrai, sincère, fougueux et convainquant à la mobilisation générale pour retrouver l’entrain et l’élan qui fera toujours la fierté de la France et de ceux qui y restent attachés. Sans sectarisme, mais avec fermeté et détermination, Ivan Rioufol secoue le joug pour revenir aux valeurs sûres qui font la grandeur de la France. Que vous soyez de gauche ou de droite, la lecture de ce livre ne peut que vous galvaniser. L’appel de la Liberté est peut être cette braise secrète au cœur de chaque Français qu’Ivan Rioufol a très bien perçue. L’appel d’air et l’appel à la libération qu’il provoque en ouvrant portes et fenêtres de l’esprit français est un acte de courage dont nous avions besoin. C’est bien autour de cette grande idée de la France que nous sommes en mesure de nous rassembler pour nous ressaisir et pour en finir avec les censeurs en tout genre qui n’aiment pas la France et qui ont peut être peur qu’elle renoue avec ce qui a fait sa gloire et son génie.

Être réactionnaire au sens voulu par l’auteur c’est justement agir pour réactiver cette France-là. Elle n’a rien de rétrograde, bien au contraire. Ses valeurs sûres sont celles du progrès qui a bel et bien changé la face du monde et que d’aucuns tentent de réduire à un colonialisme dominateur ou à une prétention démesurée à l’universalisme. Or, justement, c’est là que réside la grande idée française, la vraie fraternité humaine et l’égalité entre les êtres qui vous fait aimer la France. Peu importe que vous soyez noir ou jaune, né ici ou ailleurs, vous ne pouvez que succomber à cette grandeur d’âme et aspirer à la faire vivre pour passer sa flamme aux générations futures.

Pour parvenir à déceler et puis raviver cette flamme, Ivan Rioufol a constamment tendu l’oreille aux foules plus ou moins anonymes dont les cris s’élèvent aujourd’hui sur le net, sur ces places du forum électronique. Il restitue l’exaspération qui gronde, celle des petites gens qui n’en peuvent plus de constater que la réalité vécue par le peuple n’est pas du tout prise au sérieux par nos élites, par nos médias et par nos partis politiques.

Mais l’auteur voit aussi poindre et puis émerger une résistance à toutes les pesanteurs qui nous encombrent. Il en appelle aux corsaires de la République comme on a pu en appeler à ses hussards de l’instruction, du savoir et de la mémoire. J’aimerais tant que nos lecteurs répondent à cet appel, lisent ce livre et rejoignent les flots humains qui finiront par converger et faire advenir une renaissance de la France que nous aimons.

Pascal Hilout

_______________________________________________________________

Le 9 mars 2012, Ivan Rioufol nous a accordé une interview qui complète utilement cette critique (lien vers l’interview)

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi