De quelques inepties pas toujours estivales

Publié le 8 juillet 2019 - par - 4 commentaires - 1 102 vues
Share

D’abord cette esbroufe politico-médiatique sur les homicides envers les femmes appelés pompeusement « féminicides » pour mieux cacher l’impéritie des analyses et des moyens ; il faut par exemple gratter sous plusieurs couches de données pour trouver des pistes qui, bien qu’anciennes statistiquement (leur renouvellement a été visiblement écarté ou noyé), montrent que les femmes d’origine étrangère ou hors métropole sont plus touchées en particulier en Seine-Saint-Denis (descendre à « Enquête Seine-Saint-Denis 2007″) (ce que confirme un rapport du Sénat) alors que dans le même temps une relative latitude quant à la définition de « relation non consentie » a émergé concernant un ressortissant étranger comme le révèlent les checkistes (à ne pas confondre avec les tchékistes bien sûr) ce qui laisse ressortir ceci :

étant donné le fait que dans la majorité des cas l’agresseur est le conjoint, concernant les femmes d’origine étrangère, ce dernier est vraisemblablement étranger lui aussi ; ce qui permet d’extrapoler sur les couples d’origine mixte ou sur l’agression de femmes seules (style Cologne) sans pour autant induire que « la » cause serait seulement l’origine étrangère, mais surtout que les « codes culturels » français et européens (peu appréciés des checkistes) ne sont pas maîtrisés y compris par les autochtones au vu des maigres « statistiques » laissées à disposition (en guise de brioche).

Ce hiatus avait pu être observé quant à l’origine des agresseurs d’homosexuels (il a fallu la vidéo sur l’agression d’un « trans » faite par des « démocrates algériens » à la station République pour que les checkistes rasent les murs devant l’évidence) ; d’où cette question lancinante : plutôt que de bourrer le crâne de la jeunesse et des plus grands sur la « construction sociale » des « genres » (mélangeant rôles sociaux et altérité sexuelle) sur la confusion entre pansexualité (LGBTIQ+) et homosexualité pour une grande part (naturelles) sur la PMA, etc, sans doute serait-il bienvenu de travailler sur la question de l’altérité réelle affichant ressemblance et différence entre sexes (au lieu de la nier comme le fait l’idéologie queer ou lesbien : « les lesbiennes ne sont pas des femmes ») hyper-représentée par l’équipe US de foot) du conflit, de la distinction entre sexualité féminine et masculine (au-delà des homosexualités) sur le fait que la pornographie devrait être expliquée, que les codes culturels, en particulier, et toujours aujourd’hui, ceux de l’Islam, freinent voire empêchent une approche sereine de ladite « égalité homme/femme » socle parait-il de « la » République.

Mais au lieu de cela, l’amalgame est roi, il est préférable de cacher la poussière statistique des réalités dérangeantes sous le tapis médiatique ce nouveau rouleau compresseur qui a été, cet été, jusqu’à effacer ce dernier au profit d’une énième preuve sur la fin du monde pour une vague de chaleur provenant du Sahara (comme cela se passe depuis des siècles).

Il en est de même ces temps-ci pour les tensions mondiales, d’aucuns mettant toujours en cause et en premier lieu les USA (avatar du « mâle blanc occidental » à bannir, honnir, occire) marionnette « sioniste » bien sûr que les bons lecteurs du bon Coran veulent remettre dans la bonne direction en particulier dans les pays anglo-saxons et nordiques. D’ailleurs il est particulièrement agaçant d’observer que les « modes » proviennent depuis les années 60 de ces pays, ne serait-ce que cette nouvelle « indignée » suédoise posant une année sabbatique pour faire « grève pour le climat » alors que les pays africains et sud-américains manquent cruellement de fonds qui partent de plus en plus dans les poches nanties de « labos » fabriquant à la chaîne de la statistique Nostradamus ou comment chaque jour modeler son « étude » pour prouver que la Terre en a au bas mot de dix à 40 ans encore, leurs aînés racontant les mêmes inepties dans les années 60 pour une fin du monde en… 2000. Sans parler de la gabegie des énergies renouvelables alors que jamais la Chine et l’Inde n’ont construit autant de centrales à charbon (pas encore fermées en Allemagne, loin de là…).

 

N’oublions pas également cette ascendante fabrication mondialisée de l’enfant miroir standardisé (une gamète ici, un ovule là, un sperme là-bas, une manip illégale sans l’être plus loin pour la couleur des yeux le Q.I…) ou encore l’exclusion de tout pro-israélien des universités occidentales en particulier américaines et européennes (françaises comprises) au profit de vrais défenseurs des causes féminines, homosexuels, de la liberté de penser et d’entreprendre comme ils le montrent, becs et ongles, en défendant voiles et burkinis, ces marqueurs en aval du djihadisme effectué en amont ; les  « dirigeants » occidentaux fléchissent sur les premiers afin, croient-ils, juguler le dernier alors qu’ils ne font que l’encourager.

Et que penser de l’Iran ? Tout serait vraiment la faute des USA ? Y compris sa volonté panislamique de regrouper tous les musulmans sous son aile y compris les sunnites (voir son soutien au Hamas) on serait loin alors du soi-disant combat entre « axe » sunnite et chiite alors qu’il s’agit d’un affrontement de puissance entre prédateurs musulmans sur leur « base d’origine » afin de mieux parler en son nom comme ont pu le faire les Ottomans (qui n’étaient pas arabes).

Pourtant chez les affairistes et les gauchistes et/ou pseudo-identitaires admiratifs du Coran, l’Iran khomeyniste c’est le gentil attaqué (idem pour la gentille Chine) alors que sa présence sur les collines du Golan ou au Hezbollah et Hamas n’a aucune utilité pour combattre les djihadistes… et que son projet est à la source de son appauvrissement actuel et non pas les récentes sanctions américaines ; on nous fait le même coup pour Cuba et le Venezuela.

Mais c’est ainsi : il existe une alliance objective de fait entre les couches autocentrées du techno-affairisme blanchi aujourd’hui à l’écologisme et les couches intellectuelles post-léninistes, pseudo-identitaires, anti-américaines (antisémites) et gaullistes qui parasitent les médias et la « culture » académique ; ces dernières fonctionnant comme bras armés idéologiques multiformes facilitant la tâche du techno-affairisme à coup d’anathèmes « anti-populistes » et « anti-extrême droite » envers une population laissée de plus en plus à l’abandon et sommée en même temps de se plier à ce nouveau marquage au fer vert.

Lucien Samir Oulahbib

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
POLYEUCTE

De tout et de rien… Comme trop souvent…

Le king

J’adore les analyses géopolitiques complètement à l’ouest de ce monsieur ! C’est sûr que lui , médiateur au proche orient, on ne verrait pas la fin du tunnel…

Eric des Monteils

Le « King », le Roi, mais le roi des quoi, au juste ? Ouiiiii : vous avec deviné, merci.

patphil

lucien samir
un nouveau prénom à ajouter aux quatre qui ont écrit ce jour des articles si judicieux et qui me donnent de l’espoir