1

De sous-citoyens, les antivax sont devenus des non-citoyens

Décidément, Macron aime se distinguer en déshonorant la fonction présidentielle. C’est « no limit ».

Quand ce n’est pas à Saint-Martin, presque en transes devant un jeune Black dépoitraillé, quand ce n’est pas sur les marches de l’Élysée à écouter des chansons pornos, c’est en se réjouissant de persécuter les non-vaccinés que s’illustre notre Président.

https://lemediaen442.fr/les-francais-se-reveillent-avec-un-president-qui-les-emmerde/

Après « Suce ma bite et lèche mes boules », on a droit à  « Je vous emmerde tous » !

Et là, c’est du hard. À Saint-Martin, on croyait avoir touché le fond, mais non. Jugez plutôt :

« Eh bien là, les non-vaccinés, j’ai très envie de les emmerder. Donc on va continuer de le faire, jusqu’au bout, c’est ça la stratégie. Et donc, il faut leur dire : à partir du 15 janvier, vous ne pourrez plus aller au restau, vous ne pourrez plus prendre un canon, vous ne pourrez plus aller boire un café, vous ne pourrez plus aller au théâtre, vous ne pourrez plus aller au ciné. »

Et il enfonce le clou, plus vicieux que jamais :

« Quand ma liberté vient menacer celle des autres, je deviens un irresponsable. Un irresponsable n’est plus un citoyen. »

Évidemment, c’est le tollé général et l’opposition sort l’artillerie lourde : « indigne »,             « consternant »« abject »« sidérant »« méprisant ». 

Propos ignobles certes, mais ne nous y trompons pas. Ce n’est pas un regrettable écart de langage, c’est en réalité un propos parfaitement calculé et assumé en directions des 90 % d’électeurs vaccinés. Car Macron sait très bien que la majorité des Français donne tort aux non-vaccinés, rendus coupables de saturer le système hospitalier.

Mais cette ahurissante charge contre une frange de la population qui est dans son droit le plus strict, en refusant un vaccin aux effets de long terme méconnus, pourrait bien se révéler contreproductive. 

Car un Président n’a pas à se comporter et à s’exprimer comme un troupier de corps de garde. La vulgarité a aussi ses limites.

Il y a quelques jours, il s’excusait d’avoir blessé les Français par ses insultes incessantes, et aujourd’hui, il décrète qu’il va emmerder des millions de Français qui refusent de se plier à ses diktats, et il ajoute sans honte que leur irresponsabilité en fait des non-citoyens !

Il y a des limites à l’insulte, il y a des limites à la haine envers ceux qui ne cèdent pas à sa volonté. Il enrage que 5 millions d’irréductibles lui tiennent tête, malgré les persécutions dont ils sont déjà l’objet. S’il le pouvait, il les destinerait au bûcher.

Macron a plus d’égards envers les jihadistes qui ont combattu nos soldats en Syrie que pour les non-vaccinés respectueux des lois. Il a refusé de les déchoir de la nationalité française pour ne pas en faire des non-citoyens. Il brade la nationalité française à tout-va, mais en revanche un non-vacciné, c’est un malfrat qui ne mérite pas d’être français !

Par conséquent, je crains fort que son petit calcul électoraliste ne se transforme en fiasco, et dévoile son vrai visage de dictateur prétentieux et arrogant, que beaucoup de citoyens n’ont pas encore démasqué.

Nous vivons depuis cinq ans une présidence de caniveau où rien ne nous aura été épargné. L’Élysée est devenu le royaume du sordide et de la bassesse. Il serait temps de se débarrasser de ce Président immature, qu’on dit intelligent alors qu’il ne cesse de détruire la France et de la salir. C’est lui l’irresponsable qui disloque la nation.

Cinq années d’insultes à la France et au peuple gaulois, ça suffit. Macron est indigne de notre France millénaire.

Jacques Guillemain