Débat Cassen-Ramadan : texte complet d’échanges parfois vifs, mais toujours courtois

Publié le 17 octobre 2013 - par - 696 vues
Share

Résumé du débat Pierre Cassen contre Hani Ramadan

Première partie
Extraits recueillis par Carole Maillac
d’après vidéo de Guy Sauvage

Je viens d’écouter la vidéo du « duel » Cassen-Ramadan, en Suisse, éditée par Guy Sauvage. Autant Hani Ramadan était dans le flou artistique caractéristique de la rhétorique émotionnelle et victimaire musulmane, autant l’argumentation de Pierre Cassen était rigoureuse, construite, implacable dans l’exposé de la réalité de ce que nous connaissons en France et de tout ce qui fait obstacle à un vivre-ensemble possible, à savoir :
– Une multiplication de voiles dans la rue, portés par des gamines de plus en plus jeunes ;
– Une multiplication de boucheries de viande halal, 50% des abattoirs étant de type halal alors que seulement 10% de la population serait musulmane ;
– Une revendication de viande halal dans la majorité des écoles ;
– Des émeutes musulmanes et attaques du commissariat « par 400 apprentis djihadistes » à Trappes et Argenteuil à la suite du contrôle d’une femme intégralement voilée qui ne respectait pas la loi de la France ;
– Un fort pourcentage (80% d’après le Washington Post) de détenus musulmans dans les prisons françaises (alors que seulement 10% de la population…) ;
– La vandalisation des églises et des cimetières chrétiens est dix fois plus importante que la vandalisation de mosquées. Ce sont les symboles chrétiens qui sont le plus visés dans notre pays ;
– Dans les hôpitaux, de plus en plus de médecins hommes se font agresser par des musulmans radicaux qui ne supportent pas qu’un homme examine leur femme ;
– On peut constater une multiplication de construction de mosquées (une mosquée nouvelle tous les cinq jours). À ce propos il faut rappeler la définition qu’en fait le ministre turc Erdogan : « les mosquées sont nos casernes, les minarets nos bayonnettes, les dômes nos casques et les croyants nos soldats. Pas besoin de commenter !
– On peut constater une multiplication d’agressions antisémites. Le président de la Licra a dit : « l’antisémitisme en France a changé de donne, au 20e siècle il venait de l’extrême droite, au 21e siècle la totalité des agressions antisémites viennent de jeunes nés musulmans ;
– On peut constater que les attentats dans les métros de Paris, que ceux de 1986 et 95, que Khaled Kelkal, que Youssouf Fofana, que Mohamed Merah sont des lecteurs du Coran, que ce sont des gens qui ont tué au nom de l’islam ;
– Les entreprises françaises, qui étaient fortement imprégnées de laïcité et préservées de la religion, quelle qu’elle soit, sont confrontées depuis 30 ans à des demandes de salles de prières, de restauration halal, et de plus en plus de demandes d’accommodements d’horaires et d’aménagements lors du ramadan ;
– 77% des Français estiment aujourd’hui que l’islam est incompatible avec les valeurs de la République.

« Ce débat, conclut Pierre Cassen, doit servir à ce que les musulmans qui défendent leurs valeurs, qui sont attachés très fortement à leurs pratiques puissent comprendre que nous sommes également, nous, attachés aux nôtres. Aucun pays musulman n’aurait accepté le dixième de ce que les pays occidentaux acceptent depuis dix ou vingt ans. Nos valeurs à nous c’est la liberté de conscience, c’est l’égalité des hommes et des femmes, c’est le droit de croire ou de ne pas croire, c’est la liberté artistique, c’est le droit d’aimer la personne de son choix, quel que soit son sexe, quelle que soit la couleur de sa peau, quelle que soit sa religion. Ces valeurs là sont incompatibles avec l’islam qu’on voit fonctionner en France, dans les pays européens et partout dans le monde. À partir de là il est légitime que nous disions aux musulmans : vous avez le choix entre la priorité des lois humaines, de la démocratie ou des lois divines. Si vous considérez que les lois des hommes, les lois de la démocratie sont supérieures aux lois divines vous avez toute votre place ici. Si vous considérez par contre que vous devez nous imposer les lois de Dieu, que vous devez nous imposer la charia, l’islam contre nos principes de laïcité, contre les valeurs exposées plus haut, votre place n’est pas dans ces pays-là, votre place est dans un des 57 pays de l’OCI. »

« Enfin, M. Ramadan a mentionné l’article 18 de la Déclaration universelle des droits de l’homme. Or cette déclaration universelle des droits de l’homme de 1948 n’a été signée par aucun pays musulman de l’OCI. Par contre, les Droits de l’Homme de l’OCI, déclaration du Caire de 1990, nous disent, article 22 : « tout homme a le droit d’exprimer librement son opinion pourvu qu’elle ne soit pas en contradiction avec les principes de la charia. » Et article 25 : « la charia est l’unique référence pour l’explication et l’interprétation de l’un quelconque de ces articles. »

« Je ne connais peut-être pas l’islam aussi bien que M. Ramadan », conclut Pierre Cassen, « mais je constate que partout où l’islam passe, que ce soit dans les pays occidentaux ou que ce soit là où il est, la liberté d’expression et nos libertés démocratiques trépassent. »

https://www.youtube.com/watch?v=YCGTTzssoaQ

 

Résumé du débat Pierre Cassen vs Hani Ramadan
Seconde partie
Extraits recueillis par Carole Maillac
d’après vidéo de Guy Sauvage

Je ne vais pas ici reproduire la totalité de la seconde partie du débat Pierre Cassen / Hani Ramadan car la majorité des interpellations des spectateurs n’ont  pas apporté un éclairage particulièrement intéressant sur le sujet. J’ai retenu seulement les temps forts que j’ai retranscrits pour tous ceux qui aiment prendre le temps de s’imprégner de démonstrations clairement raisonnées susceptibles de leur apporter des arguments justes et réfléchis car Pierre Cassen maîtrise le discours et c’est un plaisir de l’écouter. La parole est fluide, l’analyse directe, sans faux-fuyants, et l’expression toujours courtoise. C’est un homme qui ne transige pas  avec ses principes mais qui les expose avec rondeur et bonhomie.

Carole Maillac

––––––––––––––––––

— Un spectateur : « Vous n’avez pas parlé de ces musulmans français qui, sur des terrains de foot, de tennis ou autre chose, défendent leur patrie et sont fiers de voir le drapeau français se hisser, parce que nous, nous sommes intégrés mais c’est vous qui n’êtes pas intégrés, vous n’avez pas intégré que la société a évolué, qu’aujourd’hui la Suisse compte de plus en plus de musulmans, et que la France compte de plus en plus de musulmans… »

— Pierre Cassen : « Je remarque d’abord, Monsieur, que vous avez du mal à entendre parler les femmes, je remarque que vous n’avez pas été capable d’entendre Madame Vallette jusqu’au bout et que vous l’avez interrompue avec une certaine agressivité…
Je veux bien vous parler de l’assimilation du pays la France. L’assimilation du pays la France, c’est un pays qui a intégré par millions des personnes venues de Pologne, venues d’Italie, venues d’Algérie, venues de Tunisie, venues de toutes les régions d’Europe, avec un principe, c’est l’assimilation. On dit à Rome tu vis à la romaine, tu viens dans un nouveau pays tu acceptes les règles du pays. Vous citiez l’exemple du football et de l’intégration. Je suis désolé de vous le dire mais c’est un très mauvais exemple. En France nous avons eu trois matches de football au Stade de France. Nous avons eu un France-Algérie en 2001 : l’hymne national sifflé par tout un stade, d’enfants qui, je suis désolé, ne sont pas des enfants issus de la France. Nous avons eu France-Tunisie en 2006 : l’hymne national sifflé par tout un stade. Nous avons eu France-Maroc en 2008 : l’hymne national sifflé par tout un stade. Donc, je crois quand même que… Moi, j’ai le plus profond respect pour les musulmans ou pour les nés musulmans — ce serait intéressant de faire la différence entre nés musulmans et musulmans — qui ont donné leur sang à Monte Cassino, qui ont donné leur sang pour défendre la France, j’ai le plus profond respect pour ceux-là. Je n’ai pas de respect, je suis désolé de vous le dire pour les musulmans qui, en France, aujourd’hui, ne respectent pas les lois du pays d’accueil, et c’est une femme née algérienne
(Malika Sorel) qui le dit : « jamais une population nouvelle ne s’est aussi mal comportée dans un pays. » J’ai le respect pour ceux qui jouent la civilisation, j’ai le respect pour le discours de Madame, j’ai le respect pour un Alain Mimoun, j’ai le respect pour les musulmans qui sont davantage français que musulmans. Quand on se dit davantage musulman que français il y a un vrai problème. »

––––––––––––––––––

— Pierre Cassen : « Il n’y a rien à voir, Monsieur Ramadan, entre l’antisémitisme et l’islamophobie. L’antisémitisme c’est du racisme, contre les juifs, réellement contre une partie de la population, et le racisme ce n’est pas une opinion c’est un délit. Ce qui correspond à l’antisémitisme ce serait l’arabophobie. L’arabophobie serait de la même façon un délit raciste. Nous avons le droit d’être islamophobes, nous avons le droit d’être athéophobes, nous avons le droit d’être catholicophobes, nous avons le droit d’être boudhistophobes, comme avant nous avions le droit d’être anti-communistes, comme nous avons le droit d’être anti-consumérisme, ça fait partie de notre liberté de conscience. L’islamophobie n’est pas un délit, l’islamophobie est une opinion et renvoyer dos à dos l’antisémitisme — avec ce qu’a été l’horreur nazie — avec l’islamophobie, je suis désolé, c’est banaliser l’horreur nazie. Et puisque j’entends parler des nazis et puisque j’entends justement parler avec horreur des crimes nazis, permettez-moi, on va dire, en toute complicité, de vous rappeler quand même que le mufti de Jérusalem, Al Husseini — je suis désolé, je sais que ça ne vous fait pas plaisir — le mufti de Jérusalem, Al Husseini, représentant des Frères musulmans, a fait un accord avec Hitler lors de la dernière guerre mondiale et qu’il a offert 20.000 soldats aux SS dans les Balkans. Permettez-moi de vous dire que les pays musulmans comme l’Égypte, comme la Palestine ont recyclé énormément de dignitaires nazis. »

––––––––––––––––––

— Un spectateur : « Le titre de l’article « Que faire des musulmans une fois le Coran interdit ? » Madame Tasin, qui est une de vos amies, disait qu’à la fin on va interdire la burqa, on va interdire les minarets, on va interdire un tas de choses, les musulmans vont être fâchés, qu’est-ce qu’on doit faire ? Il faut leur tirer dans le tas, ça veut dire il faut les exterminer ! »

— Pierre Cassen : « Je trouve étonnant quand même cette espèce de permanente inversion des valeurs quand j’entends certaines interpellations. Depuis le départ je n’ai jamais eu un mot contre l’intégration et contre les personnes qui choisissent un pays en en acceptant ses valeurs. Monsieur, je vous écoute. Manifestement si je vous entends vous êtes quelqu’un qui défendez les valeurs de la Suisse, vous êtes bien dans ce pays, vous êtes dans un pays formidable où on demande l’avis des citoyens. Je vous demande de mesurer cette chance que vous avez en Suisse. Nous en France par exemple on vote en 2005 contre le traité constitutionnel européen. On le vote par le dernier référendum que nous avons eu. Le peuple français a voté majoritairement “NON” à ce traité constitutionnel européen et malgré tout, les dirigeants, qu’ils soient de l’UMP ou du PS, ont signé un traité de Lisbonne qui a violé complètement notre vote. Donc j’ai envie de vous dire : appréciez la chance que vous avez en Suisse d’être le seul pays qu’il y a en Europe — et peut-être au monde — où on demande l’avis des citoyens. Je tiens à vous dire qu’un débat comme celui-ci en France n’est pas possible. Soyons clairs, un débat comme celui-ci en France aurait été perturbé par des gauchistes et aurait été perturbé par des spectateurs à l’attitude beaucoup plus violente et beaucoup plus belliqueuse et beaucoup moins tolérante qu’il y a eu ce soir. Et donc je voulais là-dessus remercier la salle.
Et j’ai envie de dire : les musulmans, à partir du moment où vous nous dites on est dans un pays moi je trouve que c’est bien, moi, j’avoue que le pays que j’aime c’est un pays où on voit les bras des femmes, où on voit de temps en temps un petit peu le torse des femmes, où on voit de temps en temps un mollet de femme, où on voit de temps en temps un genou de femme, juste, et puis un début de cuisse de femme, moi je vous avoue que je préfère — peut-être que Monsieur Ramadan n’a pas les mêmes goûts féminins que moi — mais moi je vous avoue que je préfère vivre dans un pays où les femmes sont habillées comme ça plutôt que dans un pays où on ne voit que les yeux.
J’avoue que je préfère ça et je vais finir sur l’interpellation de Monsieur sur le texte d’une dame qui s’appelle Christine Tasin et qui a écrit dans Bd Voltaire. Je connais par cœur ce texte et, Monsieur, comme je sais que vous êtes honnête, je pense que vous l’avez lu jusqu’au bout. Alors si vous l’avez lu jusqu’au bout, comme vous ne l’avez pas cité je vais me permettre de vous dire ce que contenait ce texte. Christine Tasin pense — c’est un point de vue qu’elle a le droit de défendre, vu aujourd’hui où nous en sommes — Christine Tasin pense que l’islam n’est pas qu’une religion mais que l’islam est un projet politique dangereux et qu’à partir du moment où ce projet politique — exactement comme le communisme à une époque, les partis communistes ont pu être mis hors la loi de certains pays — si on considère que ce n’est pas une religion mais que ça se dissimule derrière une religion pour donner un projet politique qui est complètement incompatible avec nos valeurs démocratiques et notamment avec nos libertés, je pense qu’il n’est pas scandaleux de dire que l’autorisation ou pas dans les pays occidentaux peut être posée. À part ça Christine Tasin a écrit, je vous demande de bien peser tout ce qu’elle a dit :
 » que faire avec les musulmans ? « . Elle a dit :  » s’il y a des musulmans intégristes, s’il y a des musulmans fanatiques qui veulent violer l’interdiction et qui veulent provoquer des manifestations violentes, dans ces cas-là la police devra faire son rôle et tirer dans le tas.  » Mais elle a conclu, et c’est cela que je vous demande d’entendre, elle a conclu dans son texte : “ je suis convaincue que la majorité des musulmans de France accepteront les lois de la république et que ce ne sera qu’une minorité qui voudra les violer ”. Je pense que c’est bien d’entendre tout et de tout dire. »

––––––––––––––––––

— Une spectatrice : « Je suis française. Je suis complètement intégrée en France, je connais la Marseillaise par cœur, je connais l’Histoire de la France, je suis française. Le problème c’est que en étant française, en ayant vécu toute ma vie en France, je ne me suis jamais sentie intégrée (…) mais la France justement ne me laisse pas être libre de porter ce voile là. »

— Pierre Cassen : « J’entends Madame qui se dit française et qui dit qu’elle ne se sent pas intégrée. Madame, si vous voulez porter votre voile ou votre burqa dans une entreprise, je suis désolé, vous n’êtes pas française de cœur, je vous le dis en toute amitié, vous n’avez pas intégré un principe fondamental c’est que c’est la laïcité par la séparation du religieux et du politique qui permet le vivre ensemble dans ces pays.
Moi j’ai toujours le respect pour les personnes qui défendent leurs valeurs, qui défendent leur identité, qui défendent leur culture. Moi j’ai le plus profond respect pour les musulmans qui défendent leurs valeurs. Je suis absolument convaincu que ce que j’ai dit tout à l’heure… Inversez les choses, supposez que vous ayez des chrétiens qui viennent dans des pays musulmans, qui veuillent y imposer le porc, qui veuillent y imposer des tenues pour le moins qu’on puisse dire qu’elles seraient jugées indécentes par les populations iraniennes, par les populations d’Arabie saoudite, qui multiplient les émeutes, qui multiplient les agressions contre des médecins, qui multiplient les revendications communautaristes, je suis certain que la majorité des musulmans les foutraient dehors tout simplement parce qu’ils ne respectent pas les lois du pays et je tiens à dire que les musulmans auraient raison de les foutre dehors parce que, encore une fois, je dis qu’à Rome on vit comme à la romaine. »

« Avec Hani Ramadan, […] je me félicite qu’on ait pu discuter respectueusement. Par ailleurs il y a deux projets de société totalement antagoniques, il ne faut pas se raconter d’histoires. Moi je suis attaché aux valeurs occidentales, je suis attaché à la laïcité, je suis attaché à ce qu’une religion ou un projet politique ne s’occupe pas de ce qui se passe dans mon assiette, ne s’occupe pas de ce qui se passe dans ma chambre à coucher, je suis attaché à tout cela, je suis attaché à la séparation du religieux et du politique, je pense que Monsieur Ramadan est un bon musulman, et à partir du moment où il est un bon musulman il souhaite naturellement que les valeurs de la religion qu’il défend progressent dans ce pays et finalement qu’un maximum de personnes s’adaptent à ça. »

— Hani Ramadan : « Donc ce soir on a fait la démonstration qu’on a des avis qui sont complètement différents sur beaucoup de choses mais restons dans cette mesure du dialogue ouvert. On est tous invités à vivre ensemble, Inch’Allah. »

— Pierre Cassen : « Et Monsieur Ramadan a un discours intelligent parce qu’il sait qu’aujourd’hui il n’a pas le même rapport de forces qu’il aura peut-être dans deux générations quand il y aura un rapport de forces différent. Moi je pense que je respecte totalement le fait : Monsieur Ramadan est un musulman qui veut imposer l’islam. C’est un combattant et moi je respecte les combattants. Simplement je me considère également comme un combattant, je ne veux pas que l’islam s’impose dans mon pays, j’accepte la croyance, j’accepte les musulmans à partir du moment où ils ont le respect de nos valeurs, à partir du moment où ils respectent le secteur privé et le secteur public, à partir du moment où leur religion est pratiquée discrètement, oui, je suis attaché à mes valeurs, je pense qu’aujourd’hui nous avons le devoir de défendre nos valeurs, nous avons le devoir de défendre notre civilisation et je le dis encore une fois aux musulmans présents : si vous êtes davantage suisses que musulmans vous avez toute votre place, si vous souhaitez imposer l’islam je suis désolé il y a des pays musulmans pour ça. Je ne change pas d’avis, c’est ma conclusion. »

https://www.youtube.com/watch?v=fRIE4zD8JxA

Transcrit par Carole Maillac d’après vidéo de Guy Sauvage

Carole Maillac

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.