Débat entre deux féministes sur la notion de racisme et la religion

Publié le 2 novembre 2009 - par
Share

Mahomet a dit :
« Vous combattrez tous les Juifs au point que si
l’un d’eux se cache derrière une pierre,
la pierre dira : Musulman !
Voilà un Juif derrière moi, tue-le ! »
El-Bokhari, Les Traditions islamiques,
titre 56, chap. 94, t.2, p.322

J’ai reçu une critique d’une féministe émérite pour mon texte sur l’Université de Toulouse :

http://elisseievna.blogspot.com/2009/04/soutenir-luniversite-de-toulouse-iii_16.html.

Elle qualifie mon texte de raciste et lorsque je lui demande ce qui serait raciste dans ce texte, elle me donne trois éléments :

– Le fait d’écrire des phrases qui selon elle « sont contre l’islam en général et, par là, raciste. » car pour elle  » C’est la définition du racisme quand on généralise contre tout un groupe ou une ethnie ou une religion » : pour cette féministe il serait donc « raciste » de critiquer une doctrine sous prétexte qu’elle est « religieuse », voilà une crétinerie caractéristique de la confusion intellectuelle qui nous empêche de combattre le nazisme d’aujourd’hui, … comme si le fait d’inclure un chapitre sur la métaphysique dans une doctrine politique, suffirait à interdire sa condamnation, aussi barbare fut elle : mais à ce compte, le nazisme de « Mein Kampf » (« mon combat »), qui se réclame lui aussi de la volonté du « Seigneur », de dieu, serait aussi une religion contre laquelle on ne devrait pas « généraliser »… et nous devrions également « respecter » les croyances d’Amérique du Sud qui ordonnaient des sacrifices humains en masse ?!

« Seigneur Tout-Puissant, bénis un jour nos armes; sois aussi juste que tu le fus toujours; décide maintenant si nous méritons la liberté; Seigneur, bénis notre combat ! »  » Le rôle que la France (…) joue aujourd’hui est un péché contre l’existence de l’humanité blanche  »  » Que le devoir sacré qui dicte nos actes nous donne la persévérance et que notre foi reste pour nous la protectrice et la maîtresse suprême ! » (Mein Kampf chapitre 13) ». On ne peut pas chasser le diable par Belzébuth » (Mein Kampf chapitre 14)

– Dans la phrase disant  » le droit islamique, lequel prévoit que les femmes doivent être soumises aux hommes et frappées en cas de « désobéissance » (coran 4/34) et que les musulmans doivent combattre les non musulmans jusqu’à les soumettre (coran chapitre 9 etc), », le fait d’écrire  » les musulmans doivent combattre les non musulmans jusqu’à les soumettre (coran chapitre 9 etc) :
… comme si c’était moi qui affirmait une telle chose et non le (dieu du ) coran … ! Confusion intellectuelle là encore.

– Le fait d’écrire « droit musulman » : comme si, sans doute, le « droit musulman » n’existait pas !

Ici je ne sais pas s’il faut parler de confusion ( il ne faudrait peut-être pas qualifier de « musulman » un droit) ou d’ignorance totale sur cette législation et cette discipline … Je renvoie ici à deux de mes textes sur la notion d' »essentialisation ».

(http://elisseievna.blogspot.com/2007/07/essentialisme-et-islamophobie-mme.html ) d’une part, et sur le droit musulman (http://elisseievna.blogspot.com/2008/10/droit-musuman-voile-et-jihad-judiciaire.html ) d’autre part, un droit qui existe bien…

Elisseievna

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.