Début du ramadan : derrière la résolution du CFCM, la bataille des jours fériés musulmans

Publié le 17 mai 2013 - par - 2 771 vues
Traduire la page en :

C’est sans nul doute un grand pas insidieux vers la revendication toujours latente de la communauté musulmane qui cherche à proclamer les fêtes religieuses islamiques jours fériés en France.

Le Conseil Français du Culte Musulman (CFCM) vient d’annoncer, avec deux bons mois d’avance, la date du début et de la fin du mois de Ramadan pour cette année, en se basant, pour la première fois, sur des calculs astronomiques. Le Ramadan débutera donc le 9 juillet et la fête de l’Aid Al Fitr, marquant la fin de ce mois de jeûne, interviendra le 8 août.

Selon un communiqué du CFCM, cette initiative est censée apporter de la prévision, de l’organisation et de la planification. Ainsi, explique le président de cette institution, Mohammed Moussaoui, les salariés musulmans pourront plus facilement demander des jours de congé à leurs employeurs, les établissements scolaires pourront prendre les dates du Ramadan en compte pour fixer les calendriers des examens et les abattoirs pourront mieux organiser leur activité.

Et le communiqué d’ajouter que « pour permettre aux musulmans de France de mieux organiser leur vie cultuelle et leur faciliter sur le plan pratique le déroulement de ses différents moments, il a été convenu qu’au début de chaque année hégirienne (1er Muharram), le CFCM éditera le calendrier annuel comportant les dates du début et de le fin du Ramadan et toutes les fêtes et manifestations religieuses ».

Le calendrier des fêtes religieuses islamiques ainsi fixé d’avance, rien ne pourra plus s’opposer à ce que ces fêtes soient déclarées journées fériées sur l’ensemble du territoire français.

Si cela n’a pas été fait jusqu’à présent, c’est parce que ces fêtes n’étaient annoncées que la veille de leur avènement, d’où l’impossibilité de les insérer dans un calendrier. Cet obstacle étant aujourd’hui surmonté, gageons que dans moins de deux ans les musulmans se mobiliseront pour en faire des journées de fête nationale, à l’instar de Noël et du 14 Juillet.  Et on ne voit pas les autorités françaises le leur refuser.

Cela n’aurait d’ailleurs rien d’étonnant. L’Aid Al Adha, la fête du mouton, donne déjà lieu à un jour férié à Melilla, ville espagnole à majorité musulmane enclavée dans le nord du Maroc. En Allemagne, Hambourg, la ville-Lander, autorise les employés et les étudiants musulmans à s’absenter les jours des fêtes religieuses islamiques. Ce sont de petits pas, mais les grandes marches commencent toujours par un petit pas. Une marche à laquelle les musulmans se préparent depuis longtemps en France.

Il ne faut pas l’oublier, la France est considérée par l’islam comme étant la « demeure de la guerre ». Selon les oulémas musulmans, un pays est considéré comme étant la « demeure de l’islam » (Dar al-islam) lorsqu’il est propriété des musulmans ou quand le système juridique islamique y est appliqué. A l’inverse, sera considéré comme étant « demeure de la guerre » (Dar al-harb) tout pays où le système juridique puise ses sources ailleurs que dans le Coran et les hadiths. C’est le cas de la France.

Dans sa tactique de conquête des « demeures de la guerre » – ces pays non encore soumis à la volonté d’Allah -, l’islam, disait René Marchand, l’auteur du roman « Reconquista ou mort de l’Europe », prend son temps, il avance avec prudence, ruse et dissimulation. Là, c’est à une grande offensive avec beaucoup de ruse et de dissimulation que l’on assiste. Et pour le moment, tout se passe à la perfection. L’annonce faite par le CFCM a été reprise par toute la presse française sans aucune remarque.

« Ils n’y ont vu que du feu », doit se dire Moussaoui, fait Chevalier de la Légion d’honneur par la grâce de Sarkozy en février 2012. C’est celui-là même qui, réagissant à l’agression récemment à Avignon d’un moine par un groupe de quatre jeunes musulmans qui en voulaient à son téléphone portable, déclare haut et fort qu’ « avant de mettre en avant l’appartenance religieuse de l’un ou de l’autre, il faudrait voir si l’agression était accompagnée de gestes et de paroles en rapport avec la religion ». « Donner une dimension religieuse (à cette agression) me semble contre-productif », clame l’Etalon-chevalier de Sarkozy qui officie autant à l’université que dans les mosquées d’Avignon même.

Que l’on rassure le sieur Moussaoui. La conversation entre la victime et ses agresseurs n’a porté ni sur la Trinité, ni sur les piliers de l’Islam. Les deux parties ont juste débattu des moyens de communication modernes, en l’occurrence un téléphone portable qui était en possession du moine.

A propos, y a-t-il eu jamais des gestes ou des paroles en rapport avec la religion quand les Coptes d’Egypte ou les chrétiens du Nigeria et d’ailleurs étaient massacrés par des musulmans dans leurs églises. Rien ne le prouve. Alors, là non plus, on ne peut pas donner à ces tueries une dimension religieuse. Ce serait contre-productif.

L’islam avance inexorablement de tous les côtés et sur tous les fronts. Même en calendrier. Le retard du calendrier musulman sur le grégorien est actuellement de 578 ans. Mais le musulman « avance » plus rapidement que le grégorien. Et s’il avance aussi vite, il va fatalement le rattraper et le devancer… C’est un signe ! jubilent les musulmans. Les deux calendriers devraient être concordants en l’an 20 874.

Mais le grégorien arrivera-t-il à subsister ne serait-ce que jusqu’à l’an 2100 ou même 2050 ?

Au point où vont les choses, et à moins d’un sursaut de dignité, bientôt ne sera plus en vigueur en France que le seul calendrier musulman.

Qu’Allah nous protège !

Messin Issa

Ancien journaliste marocain

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi