1

Decathlon, la marque de la honte !

« L’extrême droite » aurait gagné la bataille contre Decathlon, cette marque de sport populaire, en retirant son « hijab sportif » de la vente.

Les marques n’ont qu’un seul objectif, gagner des parts de marché, et de l’argent. Elles se fichent des conséquences, de celui qui va passer la ligne d’arrivée le premier et qui sera perdant au final ! En clair, les marques n’ont aucune âme, aucun sentiment, aucune compassion autre que le tiroir-caisse, la valeur des actions, et ne craignent que le boycott éventuel de leurs produits.

Decathlon se moque des femmes obligées de se voiler. Les marques se fichent de savoir que derrière leurs produits proposés à la vente, il y a des drames qui se jouent.

Decathlon dit que son « hijab sportif » est fait pour que les femmes puissent « enfin » faire du sport ! De qui cette marque se moque-t-elle ? Qui interdit à une femme de revêtir une tenue de sport, des chaussures de sport et de sortir courir dans un parc, ou un bois. Qui ? Si ce n’est des hommes au nom d’une religion !

Que pense Decathlon des interrogations d’une gamine de 15 ans totalement formatée, islamisée jusqu’au trognon, qui pose des questions à un imam, sur un site islamiste, pour savoir si elle peut sortir en groupe, avec des animateurs sportifs, d’autres garçons, pour disputer un match dans une ville voisine !(Source)

« Je suis une lycienne de 15 ans. Comme vous le savez, on nous enseigne à l’école l’éducation physique, comme les autres matières. Dans ce cours, nous pratiquons de nombreux sports comme le basket bal , le volley bal, le hand bal, le marathon, et le saut en hauteur.(…) Quand  il faut prendre un bus pour une sortie sportive, « Nous, les filles, nous occupons l’arrière du bus et les garçons la partie avant, aux côtés du professeur et du chauffeur, M’est-il permis de rester dans ce club? (…) Faites-moi parvenir votre réponse dans les meilleurs délais car je tiens à exécuter les ordres de la religion (…) ! »

Les ordres de la religion ? Voilà le genre de questions que se pose une enfant islamisée ! Se conformer à la religion ! Quelle est la réponse ? La femme peut faire du sport mais elle doit religieusement respecter des critères ! Quels sont-ils ?

Exercer le sport aussi loin que possible des regards des hommes y compris l’entraîneur, le professeur, les élèves, les administratifs et les spectateurs (…)

Il serait préférable, meilleur, plus prudent et plus discret pour la femme de pratiquer le sport chez elle, loin des clubs, des salles et des écoles, même si ces endroits sont exempts de la mixité.

Quand les endroits où elle pratique le sport sont mixtes, l’interdiction de la pratique est évidente. Il faut attirer l’attention ici sur le non-respect de cette condition dans bon nombre de sports féminins et masculins comme c’est connu à travers les tenues portées par les nageurs, les lutteurs, les basketteurs, les volleyeurs, les athlètes.

Pratiquer le sport dans un temps limité car il n’est pas permis à la femme de se laisser distraire de ses obligations religieuses.

Ne pas écouter de la musique pendant les entraînements et le jeu. Ne pas chercher à ressembler aux mécréantes dans leur coiffure et leur tenue, et éviter d’adopter leurs noms puisqu’il nous est interdit d’imiter les mécréants en général. (Idem Source)

Une fois ces conditions remplies, il est permis à la femme de pratiquer le sport. Toutefois, nous conseillons à nos sœurs de se protéger, de veiller à bien utiliser leur temps et de ne pas les consacrer à ces activités. Le fait pour une femme de se protéger consiste à se conformer aux ordres d’Allah dont l’un des plus importants est de rester au foyer et de ne le quitter qu’en cas de besoin en application de la parole du Très-haut : Demeurez dans vos foyers. (Coran, 33:33)

Comme dit plus haut, Decathlon, comme toutes les autres marques, tente de se défendre en assurant que c’est dans l’intérêt des musulmanes, que le but essentiel est de permettre aux femmes musulmanes de sortir de chez elles, et de pratiquer un sport en toute liberté !  Cette gamine de 15 ans prouve le contraire ! Elle prouve que l’islamisation fait des ravages et que ces marques y contribuent largement !

En Algérie, mais aussi en Iran, en Arabie saoudite, en Égypte, en Afghanistan, Pakistan, des femmes luttent pour se libérer d’un signe de soumission aux hommes, d’un refus d’êtres des humaines inférieures par nature, (S4v34) puisque le dieu des musulmans dit qu’elles sont des champs de labour (S2v223), qu’elles doivent être disponibles aux hommes, quand ils le veulent sinon, les djins les hanteront toute la nuit si elles se refusent !  Sans compter qu’elles peuvent être battues par leurs maris en toute légalité islamique !

Que penser de cet imam Abdoul Karim al-Khoudayr qui affirme tranquillement que réclamer l’introduction de l’éducation physique dans les écoles de filles revient à suivre les pas de Satan. Ce qui nous est interdit ! Qu’en pense Marlène Schiappa ?

En Algérie, le hashtag «Prisonnières du hijab en Algérie» a fleuri sur les réseaux sociaux depuis le début du mois de février. Derrière ce slogan, des femmes dénoncent le voile comme un « instrument d’oppression ». Qu’en pensent les marques comme Decathlon ?

La campagne en Algérie s’est également répandue en réponse à un phénomène alarmant depuis le début de l’année 2019 dans l’est de l’Algérie : le suicide par pendaison avec leur voile d’une dizaine de femmes. Inutile de demander à l’islamiste Yasmine Bellatar, grand ami d’Emmanuel Macron, minable humoriste, il est dit-il, furieux de la reculade de Decathlon !

Si le voile islamique est une liberté, pourquoi des millions de femmes musulmanes dans des pays musulmans rêvent de la liberté qu’ont les femmes occidentales de ne pas porter ce foulard de la honte ?

En fait, utiliser comme argument « la liberté des femmes » d’avoir des chaînes, c’est cracher à la figure de celles qui sont obligées de les porter en silence parce que contraintes !

Gérard Brazon (Libre Expression)