Déclaration d’amour torride de Macron à Ursula

Merci Ursula !
(Poème très très très vaguement inspiré par Pierre Corneille…)

(Le décor : Nous sommes au Palais de l’Elysée. Depuis qu’il n’a plus une majorité de godillots à sa botte au Parlement, le Marquis Emmanuel de Morveux d’Enarque se morfond. Pour complaire à Bruxelles il envisage bien une réforme des retraites mais il a peur des mouvements de rue. Il sait, en revanche, qu’en jouant les rouleurs de mécaniques, le Chef des Armées, il gagne cinq points dans les sondages, car les imbéciles aiment la guerre, à condition de la faire faire par les autres…)

Ô mon Dieu, c’est génial, je bénis Zob-Ensky (1) !
Qui finira, j’espère, par battre la Russie.
Voilà une offensive qui tombe à point nommé,
Pour redynamiser ma popularité.

Mes discours filandreux qu’admiraient les gogos
Cet art du mensonge pour enfumer les veaux,
Tout ceci ne prend plus, les Gaulois en ont marre,
Leur vie de tous les jours devient un cauchemar.

Et que n’aurais-je fait pour complaire à Bruxelles,
Et faire de ce pays le larbin de Biden ?
Je me voyais déjà, ridicule, humilié,
Chassé comme un malpropre, demain, de l’Elysée,
Retournant au Touquet, chez ma vieille blondasse,
Que le poids des années a rendu bien fadasse.

Certes je lui sais gré de m’avoir déniaisé,
Et appris le théâtre et aussi le français.
Mais je n’ai plus envie de partager sa couche
Et encore moins, bien sûr, de la voir sous la douche.
J’ai eu un coup de foudre, et je l’avoue sans gêne,
Pour la belle Ursula, la mère Von Der La Hyène.

Oui j’ai enfin trouvé la femme de ma vie,
Je ne pense qu’à elle et j’en rêve la nuit.
Cette haridelle blonde, plus cynique que moi,
A un mépris du peuple qui me laisse pantois.

Je suis très arrogant et pourtant je l’envie :
Elle ferait tuer l’Europe pour punir la Russie.
Chaque jour elle aboie et flagorne Biden,
Sous son sourire mielleux, elle distille la haine,
Et contre les Cosaques, impose des sanctions
Toujours plus farfelues ; quelle imagination !
De la blonde Ursula je me prends à rêver
En cuissardes de cuir et maniant le fouet,

Je voudrais qu’à genoux elle me trouve soumis,
Qu’elle se plaise à me battre et qu’elle m’humilie.
En bref, qu’elle devienne une rude maîtresse,
Je suis prêt pour cela à lui offrir mes fesses.

Depuis quelques années, tout foire autour de moi,
Ce pays me déteste, un peu plus chaque mois.
Je ne supporte plus les larbins de ma Cour
Et voilà qu’aujourd’hui je découvre l’amour.

Quelle chance que Poutine, le Tsar des Cosaques,
Soit sorti de ses gonds ; il en avait sa claque
Que Biden prestement menace ses frontières,
Dans le secret espoir de faire naître une guerre.

Mais je dois bien l’avouer, en fait c’est une aubaine,
Que les troupes cosaques soient entrées en Ukraine.
On peut les menacer des pires punitions,
Toujours leur imposer de nouvelles sanctions.
Oh, que j’aime Ursula quand elle clame à l’envi
Son total soutien au mafieux Zob-Ensky.

Pour être au diapason, moi, je ferai comme elle,
Je dirai que la guerre finalement est belle,
Tant pis si, en Ukraine, il y a quelques nazis,
Car en fait je m’en fous, ce n’est qu’un alibi,
L’Amérique ambitionne d’étendre sa puissance :
On peut lui faire confiance en matière de nuisance.

Je m’en vais sur le champ parler au populo,
En y mettant le ton, avec des trémolos.
La guerre est un sujet qui plaît aux abrutis.
Surtout quand ils n’ont pas à y risquer leur vie.
Et je vais promptement grimper dans les sondages,
Malgré tous mes mensonges et autres dérapages.

Je me fous après tout de ces cons de Gaulois.
Ils n’auront plus d’essence, et tout leur manquera.
Or je serai content de les voir dans la merde :
Je sais qu’ils me détestent mais moi je les emmerde !
Et tous ces imbéciles, ces idiots, ces minus,
Croiront que le salaud c’est forcément le Russe.
Que si, finalement, l’Europe est tombée bas,
Ils doivent faire confiance à ma blonde Ursula.

Oui, dans quelques années l’Europe aura souffert.
Elle sera à genoux, elle connaîtra l’enfer.
Qui donc aura gagné, l’Ukraine ou la Russie ?
Ceci importe peu pour les Etats-Unis.
Ils sauront en vainqueurs, et comme un moindre mal,
Nous offrir, pourquoi pas, un nouveau « Plan Marshall ».
J’aurais depuis longtemps oublié l’Elysée,
Et je serais sans doute redevenu banquier.
Peut-être qu’Ursula partagera ma vie ?
Je suis sûr qu’elle aussi elle en a très envie.

(Il sort en ondulant des hanches, tel un mariolet de cour, pour aller sur le champ téléphoner à Ursula Von Der La Hyène et à Joe Biden et leur proposer de nouvelles sanctions contre la Russie…)

Cédric de Valfrancisque

1)- Qui doit son nom à sa capacité à faire de la musique avec son braquemart.

 

image_pdfimage_print

20 Commentaires

  1. Ah ! De l’excellent ! J’aime énormément le pastiche et celui-ci est très bon !

  2. Je me demande bien quel monstre d’Apocalypse, quel Antéchrist, pourrait naître de l’accouplement de ces deux-là. Croisons les doigts pour qu’une telle catastrophe n’arrive pas.
    Quoique je n’imagine pas trop l’union en question, mais plutôt une insémination artificielle vu le peu de sensualité qu’ils dégagent .

  3. Le gamin pervers a toujours aimé se taper des vieilles sèches depuis des années. A moins qu’il n’aime se faire mettre par des vieilles… à sec ?

  4. Quand elle doit s’envoyer en l’air, il lui faut du solide, du gros guerrier teuton bien outillé, pas du freluquet. Du guerrier teuton qui casse des noix avec sa b.

  5. Excellentissime, monsieur de Vafrancisque ! Le juste et le vrai se côtoient à chaque vers…

    Quand je pense qu’un jour j’ai croisé (il est passé à 3 m de moi!) le duo macronesque sur la promenade de la plage du Havre !

    • Moi à cette distance là je lui fous ma gaufre au nutella sur la gueule 🥳🥳🥳🥳🥳🥳

    • Sniper 338, quelle poésie 😅. Ne dégueule pas en présence d’autres personnes car c’est comme le fou rire c’est contagieux. Heu pardon j’ai un renvoi 😉

  6. Je ne suis pas sûr qu’il y ait beaucoup d’amour dans une association de malfaiteurs.
    De la connivence, ou complicité à la rigueur.

  7. Moins poétique :  » il aime se taper des vieilles carnes  » ….
    Ceci dit votre poème est un bijou !!!🥳🥳🥳🥳🥳🥳🥳🥳🥳🥳

    • Merci ça me fait plaisir. D’habitude je me fais engueuler par de « courageux  » anonymes.

      • Eh oui….courageux/ anonymes….oxymore des plus révélateur et par les temps qui courent cela prend une dimension très particulière .

  8. elle n’a pas une tête de baiseuse, plutôt une tête à pognon et seulement.

  9. Pour dénigrer ainsi nos Lumières Divines
    je ne vois qu’un compteur à moitié aviné.

    • Correction d’une horrible faute : lire « conteur » et non pas « compteur » (ça c’est le linky qui vous coupera le jus bientôt !)

    • Cher lecteur je puis vous assurer que je suis sobre quand j’écris. Il m’arrive de boire mais je ne dois pas être le seul. On me dit que certains font de grossières faute d’orthographe quand ils ont bu..

Les commentaires sont fermés.