Déclarer que la circoncision sur les mineurs est barbare, c’est attaquer l’Etat d’Israël et les juifs français

Publié le 5 juillet 2012 - par - 2 113 vues
Share

Le débat sur la circoncision des mineurs, suite à la décision du tribunal allemand de Cologne de l’interdire, a suscité un débat que Riposte Laïque n’a pas fui. Dans notre rédaction, Christine Tasin, Roger Heurtebise ont publié des points de vue qui divergeaient avec celui d’Alain Rubin. Nous recevons ce matin un texte d’un de nos contributeurs occasionnels, Philippe Grimberg, et nous y joignons la réponse de Christine Tasin, qui y est cité.

TEXTE DE PHILIPPE GRIMBERG

Christine Tasin écrit, dans le RL du 29 juin : « Oui, la circoncision est un acte barbare qui devrait être interdit pour les mineurs. »

Or, en ce qui concerne la circoncision rituelle dans le judaïsme,  dans la très grande  majorité des cas, les hommes juifs qui ont subi la circoncision rituelle à l’âge de huit jours ne souffrent ni physiquement ni mentalement de leur état de circoncis, et leur vie intime n’en est pas affectée ; les seuls qui s’en plaignent sont ceux qui refusent, voire nient leur héritage juif, et dont une partie finit pas cultiver la haine de soi, au point  de prêter main-forte, directement ou indirectement,   aux  individus, organisations, états qui promeuvent l’extermination des Juifs.

La circoncision sur mineur n’est donc pas   un acte inhumain, comme l’écrit Christine Tasin,  car c’est bien ce que sous-entend le qualificatif « barbare » dans  le contexte de son article.

Ainsi, dans l’esprit des Juifs, la circoncision n’est pas ressentie comme un acte barbare. Bien au contraire, c’est l’acte d’entrée officielle du bébé juif dans le peuple juif, dans Israël, ce qui est perçu comme fondamentalement bien. La circoncision est certainement le rite le plus important du judaïsme, il en est inséparable.

C’est pourquoi,  écrire et publier que la circoncision sur les mineurs est un acte barbare, revient à déclarer que le judaïsme est barbare, les Juifs sont barbares, Israël est barbare.

Déclarer que la circoncision sur les mineurs est barbare,  c’est déclarer que le judaïsme et  la civilisation française sont incompatibles, c’est rompre avec l’idée de civilisation judéo-chrétienne, dont le fleuron est  l’amour des Juifs pour la langue, la culture, les valeurs françaises, pour la France.

Amour à sens unique semble-t-il, encore et toujours.

Après la petite phrase de de Gaulle, celle de Christine Tasin…

Déclarer que la circoncision sur les mineurs est barbare, c’est attaquer les Juifs français, qui sont  on ne peut plus patriotes ; quel autre groupe social, ethnique, religieux, professionnel ou autre affiche le même rejet de Hollande et de ses associés fanatiques anti-français,  que les Israéliens-Français, qui, eux, ont voté à 92 % pour Sarkozy au deuxième tour ?

Déclarer que la circoncision sur les mineurs est barbare, c’est attaquer l’État d’Israël, qui est le fer de lance de la guerre contre l’Islam conquérant.

La diabolisation d’Israël fait désormais l’unanimité en France, comme à Gaza ou en Iran.

Philippe Grimberg

REPONSE DE CHRISTINE TASIN

Philippe, les Grecs considéraient que la pire des choses était « l’ubris », « l’excès »  et que le meilleur des biens était la mesure. « De la mesure avant toutes choses…  »

Votre « ubris » dessert considérablement votre cause. Votre défense aveugle d’une tradition qui n’est pas spécifiquement juive et donc ne peut pas vraiment « marquer l’appartenance à un peuple, à une nation » puisque vous partagez avec les musulmans le rite de la circoncision fait de vous le contraire de ce que vous revendiquez. Vous trahissez l’idéal de la majeure partie, effectivement, des citoyens français juifs de ce pays, qui n’ont d’autre souhait que de vivre en France, en Français amoureux de son pays et soucieux de préserver ses valeurs.
Or, la première de ces valeurs est la liberté d’expression. En lançant des imprécations tellement énormes qu’elles suscitent le rire plutôt que la culpabilité (attaquer la circoncision serait attaquer l’Etat d’Israël !!!!) vous vous placez du côté du communautarisme militant qui refuse les lois de la République -et donc la liberté d’expression- dès qu’il s’agit de son intérêt ou de celui de sa communauté.

Vous eussiez pu discuter, expliquer, contre-argumenter… je ne prétends pas détenir la vérité et vous auriez pu développer votre point de vue sur ce qui serait selon vous l’absence d’inconvénients à la circoncision. Pourquoi pas. Mais voir dans une réflexion sur le droit des enfants de choisir ou pas de subir ce qui est, que vous le vouliez ou pas, une mutilation,  de la haine pour les juifs et Israël vous dessert et fait oublier le reste.

Voyez-vous, malgré tout ce que j’ai pu écrire et que je pense, il y a un argument que vous auriez pu utiliser et c’est peut-être, à mon sens, le seul valable pour justifier la persistance de ce rite barbare (je persiste et signe) : les juifs ont été et sont hélas encore tellement persécutés, tellement mis à l’index, que sauver leur héritage  ( qui n’est pas seulement génétique mais qui est aussi et surtout une vision du monde, de la vie, un respect inégalé pour autrui, le respect des différences, l’acceptation des autres religions, le refus de tout prosélytisme agressif, la soif de culture et de savoir – vous êtes bien placés pour savoir que c’est en s’élevant au-dessus des barbares épris de la force brute et imposant aux autres leur fonctionnement que l’on peut espérer se sauver et sauver sa part d’humanité-  pourrait justifier que sur un certain nombre de générations, même si cela dure des millénaires, les enfants reçoivent, avec le don de la vie, le devoir de pérenniser leur héritage, leurs valeurs et doivent être « marqués » comme héritiers d’un peuple, afin que ce peuple ne disparaisse pas.

Je ne suis pas juive. Si je l’étais je ne me sentirais pas le droit de choisir pour mon fils et de le circoncire, mais je pense qu’intellectuellement on pourrait accepter que d’autres le fassent au nom de l’urgence de sauver un peuple persécuté, au nom de la sauvegarde d’une certaine conception de l’homme. Conception si durement mise en cause par l’islam et ses défenseurs qui sont en train de mener sur toute la planète une lutte contre la grandeur de l’homme, sa liberté, et la culture.

Vous croyez vraiment que quelqu’un qui a compris le raffinement et l’humanité des juifs chercherait à détruire Israël, le seul rempart démocratique contre la barbarie islamique au Moyen Orient ?  Ah Ubris quand tu nous tiens…

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.