Déconstruction : les dessous de l’attaque des « Woke » contre la science

Nous entendrons par wokisme ce corpus idéologique qui réunit tous ceux qui ont vocation à se plaindre, tous ceux qui considèrent que si leur vie, leur statut social ou leur surface financière ne sont pas en accord avec leurs espérances, c’est uniquement parce que les Occidentaux blancs, et principalement les mâles, œuvrent depuis des millénaires pour qu’il en soit ainsi. Le nom « woke », qui signifie « éveillé » en anglais, montre immédiatement l’humilité de tous ces gens, puisque par définition, les non-woke sont donc des « endormis », des bœufs.

S’agrègent donc autour de ce concept les féministes, les minorités sexuelles, raciales et tous ceux qui s’estiment légitimes à se plaindre et à réclamer des compensations. Ils sont bien entendu implicitement extrêmement hiérarchisés ; tout en haut de la pyramide trônent les transsexuel.l.e.genr.é () .es.binair.e.s.ou non (veuillez excuser ma syntaxe approximative) noires handicapées, qui ont vocation à tirer la grande majorité des bénéfices, puis par ruissellement on retrouvera tout en bas la femme blanche hétérosexuelle féministe. Au milieu, toutes les combinaisons les plus improbables sont envisageables. Une sorte de pyramide de Ponzi qui ne fonctionne que par cooptation.

Tout ce petit monde n’a qu’une seule obsession : faire cracher au bassinet et humilier le Monstre, l’Infâme, unique responsable de toutes ces discriminations : l’homme blanc hétérosexuel. Si possible chrétien.
Bien entendu, un certain nombre de concepts fondateurs furent nécessaires à la construction de cette idéologie, représentatifs des différents courants. Ainsi, « le privilège blanc », « la culture du viol », « le patriarcat » et « le racisme systémique » forment le socle du wokisme.
Muni de ce trousseau idéologique, que n’importe quel abruti peut s’approprier en quelques instants et surtout auquel il peut s’identifier, les leaders de la non-pensée woke sont donc partis à l’assaut des systèmes universitaires des pays occidentaux.

Comme tout parasite ou nuisible, les woke ont choisi comme porte d’entrée les endroits les plus friables de nos universités, là où les fondations sont faiblardes, où tout est discutable, où tout est affaire d’opinion, où tout le monde peut raconter n’importe quoi, là où les étudiants sont connus pour être les plus faibles intellectuellement, à savoir les prétendues « sciences humaines ».

La stratégie de conquête universitaire des woke est simple. Ils mettent un pied dans la porte, parviennent à placer l’un des leurs à un poste de maître de conférences, ce dernier deviendra professeur, ne recrutera que des thésards woke qui deviendront eux-mêmes professeurs. En quelques années ils parviennent à s’emparer de pans entiers des universités.

Jusqu’à maintenant cela ne représentait pas vraiment un problème car il faut le dire, on se fout royalement des sciences humaines. Tout le monde sait parfaitement que ce sont de gigantesques usines à chômeurs prétentieux qui finissent dans le meilleur des cas dans les centres de tris postaux. Ils sont un peu – si l’on peut se permettre une analogie biologique – la couche de graisse incompressible du corps de la société. Un étudiant woke a au moins le mérite, de par son statut, de ne pas figurer dans les statistiques du chômage.

Tout aurait pu en rester là. Mais les woke sont ambitieux, hargneux, vindicatifs. Il leur en fallait plus.
Depuis quelques semaines nous voyons se répandre dans la presse dite « progressiste » et féministe des articles sur le condor de Californie.
Slate, Le Huffington post, Libération n’ont d’yeux que pour cet oiseau qui n’est pourtant qu’un charognard géant peu ragoûtant.

Cette soudaine passion pour l’ornithologie mérite toute notre attention car ces idéologues malfaisants ne font jamais rien par hasard ; leur instinct de destruction est sans égal et tout article qui semble de près ou de loin scientifique a nécessairement un but malsain bien précis.
Le point de départ de cette épidémie d’articles vient d’une découverte récente sur cette espèce d’oiseaux. Des biologistes ont observé des cas de reproduction par parthénogenèse sur certaines femelles. La parthénogenèse n’est pas un phénomène nouveau, il est observé depuis longtemps chez les reptiles, mais il n’avait jamais été observé chez des oiseaux de grande taille.

Schématiquement la parthénogenèse est une forme de reproduction par laquelle une femelle donne naissance à un nouvel individu sans que l’œuf ait été fécondé par un mâle.
Les esprits les plus vicieux d’entre vous auront déjà compris de quoi il s’agit. Il n’en fallait pas plus à quelques féministes incultes pour se vautrer dans un anthropomorphisme grotesque. À en croire ces articles, Madame Condor de Californie et ses copines en ont eu assez de ces Messieurs Machos Condor et elles ont décidé de faire des bébés toutes seules par parthénogenèse.

Nous n’aurons pas la cruauté d’analyser en détail les conclusions que tirent ces pseudo-journalistes de cette découverte. Mélangeant théorie de l’évolution mal comprise et féminisme, elles en déduisent que ce phénomène est bon pour la nature car il évite les bagarres entre mâles pour l’accès aux femelles. La société Condor de Californie s’en trouverait ainsi apaisée, la violence éradiquée, les ressources épargnées.

Bien entendu, à aucun moment ne leur vient à l’idée que si la reproduction sexuée s’est imposée dans la Nature, c’est qu’elle permet de conserver une diversité génétique nécessaire pour que l’espèce puisse s’adapter à des modifications de l’environnement. La parthénogenèse, quant à elle, entraîne un appauvrissement du patrimoine génétique qui, s’il se généralise, aboutirait implacablement à la disparition de l’espèce.

De même, elles semblent ne pas avoir intégré le fait que ces phénomènes ne sont nullement le fait de la volonté d’individus mais le fruit de millions d’années de sélection naturelle, en tout cas selon le paradigme scientifique en vigueur de nos jours.
L’intérêt qu’il convient de porter à ces articles réside dans le fait qu’il représente une première incursion des woke dans les sciences de la vie. Cette apologie de la parthénogenèse n’a d’autre objectif que de démontrer le caractère superflu et même nuisible des mâles. La prochaine étape, qui ne tardera pas à venir, consistera à demander notre euthanasie pure et simple, ou pour le moins symbolique, par notre « déconstruction ».

La déconstruction. Voilà l’outil de base, la boule de démolition de tout woke qui se respecte. Les woke veulent déconstruire tout et tout le monde et repartir de zéro.
Mais qu’est-ce exactement que cette déconstruction ?
Ce concept, emprunté au philosophe français Jacques Derrida, qui eut un succès fou au États-Unis dans certains « nanocosmes » universitaires et psychanalystes dans les années soixante, nous revient donc en pleine gueule tel un boomerang.

Pour rester poli, le moins que l’on puisse dire, c’est que cette doctrine est aux mieux absconse, et au pire, inutile et incertaine.
Afin de se faire une opinion, rien ne vaut ces lignes d’un thuriféraire de Derrida, philosophe autoproclamé, décrivant la déconstruction comme : «  la construction d’une dimension supplémentaire à l’analyse, une dimension prenant en compte, en plus de l’objet analysé, l’analyste et son langage, une dimension où le contenu et le contenant de la production analytique s’enchevêtrent et se disséminent, une dimension hyperréflexive dans laquelle tout en-soi, quelle que soit son apparente fixité, se révèle dans un vertigineux mouvement hélicoïdal dont la force centrifuge le projette ailleurs que dans sa simple possibilité d’être, et finalement le projette dans l’impossible ». Certains appellent cela de la philosophie…

Ce salmigondis, une fois digéré et recraché par le sociologue Pierre Bourdieu, puis simplifié, devient la fameuse « déconstruction » des préjugés. L’induction logique, qui a permis le développement de notre science, est balayée d’un revers de main. Le but même de la sociologie est nié. Bien entendu aucun préjugé n’a de fondements. Toute généralisation est à bannir. Seule la particularité doit être considérée. Une seule forme de préjugé est cependant admise, celle envers les hommes blancs qui, eux, sont tous coupables de tous les maux passés, présents et à venir pour l’éternité.

D’aucuns pourraient considérer qu’il n’est pas nécessaire de se préoccuper des élucubrations d’une poignée de fous (en réalité des folles majoritairement) car ils sont extrêmement minoritaires et par conséquent marginalisés. Penser ainsi c’est commettre une grossière erreur d’appréciation.
Il est bon de rappeler que la Russie n’a pas sombré si brutalement dans la nuit communiste parce qu’une majorité de Russes se seraient convertis en quelques années. Il est avéré que le communisme soviétique s’est imposé alors que seul un petit pourcentage de la population adhérait à cette doctrine. La grande majorité n’y a juste pas prêté attention.

Se contenter de ricaner des wokes c’est ricaner des termites qui rongent votre charpente. À la fin ils gagnent et le toit s’effondre. Comme le disait le comte de Montalembert : « Vous avez beau ne pas vous occuper de politique, la politique s’occupe de vous tout de même ». Il faut de même s’intéresser aux wokes avant que ces derniers ne décident de notre sort et de celui de nos enfants en entraînant notre société dans un maelström de bêtise et d’ignorance.

Les gauchistes et autres wokes se sont mis en capacité de proposer un système paralogique cohérent, facilement transmissible et aisément accessible aux esprits faibles.
Le responsable de tous les maux de la Terre est l’homme blanc occidental chrétien hétérosexuel. Ce dernier a exploité et violenté les femmes depuis toujours en les privant de nourriture (c’est ainsi que la grande pensée de l’anthropologue Françoise Héritier explique que les femmes soient plus petites que les hommes). De même il a, par la colonisation, exploité les richesses des Africains et nié leur immense culture. À partir de ces préceptes simples tout est donc permis à son encontre. Les minorités raciales ne réussissent pas dans le système scolaire, c’est que l’école est raciste et discriminatoire. Les ethnies africaines se massacrent entre elles, c’est l’héritage de la colonisation.

Les élites africaines sont corrompues, c’est bien entendu à cause des corrupteurs occidentaux.
Après avoir revisité l’histoire, la sociologie et l’anthropologie, les wokes débarquent maintenant dans les sciences, utilisant la biologie comme porte d’entrée. Au Royaume-Uni, les écoliers apprennent à l’école que la majorité des découvertes scientifiques seraient le fait de femmes, que l’Histoire des sciences, écrites par les hommes, aurait volontairement éclipsées. Einstein n’était que le vulgaire scribe de son épouse, Pasteur un pitoyable plagiaire de sa femme. J’ai même découvert il y a quelques semaines que Beethoven était de toute évidence…de race noire.

La prochaine étape de cette entreprise destructrice concernera, à n’en pas douter, les fondements mêmes de la rationalité, à savoir la logique et les mathématiques. L’illuminée Sandrine Rousseau a d’ailleurs déjà ouvert la porte en affirmant qu’elle préférait une sorcière à un homme rationnel.
En effet, la logique dite « standard », sur laquelle se fondent les mathématiques et a fortiori toute notre science, est basée sur trois principes fondamentaux que sont le principe d’identité, le principe du tiers exclu et le principe de non-contradiction (il existe des logiques alternatives mais à ma connaissance elles ne sont que des curiosités universitaires).

Les noms en eux-mêmes de ces trois principes sont parfaitement insupportables aux oreilles d’un woke. Pas assez inclusifs, trop genrés, trop blancs, trop masculins. Le mot principe est lui-même masculin. C’est insupportable.
De plus les mathématiques c’est difficile, exigeant. Les slogans et affirmations gratuites n’y ont pas leurs places. Les mathématiques et la logique sont donc des instruments de domination des mâles occidentaux blancs sur les femmes et les racisés. Il faut les déconstruire au plus vite.
Au moment même où j’écris ces lignes, je viens découvre qu’il existe une manière déconstructiviste de résoudre une équation du premier degré.

Il y a fort à parier que dans les mois qui viennent, les mathématiques seront attaquées frontalement, probablement dans les universités américaines les plus vérolées par l’idéologie woko-féministo-BlackLivesMatteriste. Les traditionnels petits problèmes de trains et de robinets seront certainement remplacés par des ateliers collaboratifs au sein desquels les étudiants auront l’opportunité de développer leur intuition. Ces nouveaux préceptes pédagogiques seront importés chez nous par nos gauchistes et cela en sera terminé de la capacité de la France à produire des ingénieurs et scientifiques de haut niveau.

On peut légitimement se demander pour quelle raison les universitaires raisonnables, qui représentent encore une majorité, ne s’opposent pas à cette mascarade ? La réponse n’est que trop évidente : par lâcheté, par peur d’être taxé de racisme ou d’incitation à la discrimination. Les plus courageux ont déjà été excommuniés.

Si ne nous parvenons pas à endiguer cette vague d’imbécillité, nous pourrons toujours caresser le secret espoir que ces gens développeront leur propre logique, leur propre science, qu’ils les utiliseront pour construire des trains et des avions woke… et qu’ils les emprunteront.
Quant à moi je continuerai à utiliser les modes de transport issus de la bonne vieille science moisie, occidentale, blanche, non racialisée et non déconstruite.

Alain Falento

 

 

 

 

image_pdfimage_print
27

48 Commentaires

  1. La déconstruction sert l’ « individuation »

    L’individuation, comme le multiakulti/multietniquage sert la division, la fin du « holisme autoritaire du blanc » support de l’état fort

    Alliance objective de bobo gôôôcho narcissique et de oligarque capitaliste (« libéral-libertaire » de Michéa)contre le peuple et son état avec une vrie vision politique (pas juste garde-chiourme)

    https://dailymotion.com/video/xdvnx8
    https://www.youtu.be/Dbbh9aymEx4?t=271

    extrait documentaire Arte « Das Netz », conférences de Macy, « tuer le holisme autoritaire du blanc » et son incarnation, l’état social et national; détruire la dangereuse cohésion du peuple en sapant son histoire, ses traditions et ses mœurs communes (la philia, la sittlichkeit) pour instaurer la féodalité d’une Cosmopolis occidentale

  2. Cohn le tripoté et Guattari (french theory/ philosophe déconstruction

    «Il faut favoriser une culture du dissensus œuvrant à approfondissement des positions particulières [pédé, femme, noir, gouine, où barbu] et une ressingularisation des individus et des groupes humains [ghettos multiakulti, ghettos consuméristes, ghettos d’intérêts particuliers, diviser pour régner, fin d’un peuple cohérent qui s’incarne dans un état fort, le « holisme autoritaire du blanc »]»

    https://books.google.fr/books?id=NMMGxzzDxj8C&pg=PA131&lpg=PA131

  3. Sandrine rousseau, devrait reconstruire les racailles qui agresse mila !d’ailleurs ont les entends pas les féministes !

    • elle est trop occupée à tenter d’attraper l’araignée qui lui chatouille le plafond.
      Elle a l’oeil du chasseur <:-p

    • Non, on ne les entend pas les féministes car féministes elles ne sont pas. Elles sont juste islamo-collabos et ne s’en prennent qu’aux blancs, fut-ce pour un simple baiser. Les autres, les racailles venues d’ailleurs, peuvent bien violer toutes les femmes, ces s. ne réagiront pas .
      Femmes françaises, inutile de compter sur elles si vous êtes violées par des muzs, elles ne diront rien contre eux, ne feront rien CONTRE eux et rien POUR vous, elles n’en auront rien à battre ! Elles vous diront peut-être même de vous taire, comme l’a déjà fait l’une d’elles. Elles ne servent absolument à rien, sinon à semer la haine entre hommes et femmes blancs .

  4. Le libéralisme, c’est une manière de voir le monde qui considère que l’individu est une entité totalement détachée du groupe, qui va jusqu’à nier l’idée même de communauté au nom de la liberté individuelle, reposant sur le principe selon lequel chaque individu doit pouvoir se déterminer librement à agir selon sa propre conception du bien et du bonheur. On ne fait simplement pas reposer un système social et politique sur cette seule idée de liberté individuelle. Il existe un certain nombre de valeurs communes. A partir du moment où le libéralisme se déploie dans l’histoire, il ne peut qu’aller au bout de sa logique : il ne peut s’arrêter en chemin.

    C. Robin

    Le gôôôchisme [contre le marxisme qui est communauté] est l’individu Roi, libre de tt déterminisme [social où naturel] donc amène ttes les déconstructions. Et le capital en tire profit: pas de communauté organisée s’opposant, nouveaux marchés libérés de la morale traditionnelle.

  5. Article très intéressant à méditer.
    Que les wokistes s’attaquent aux mathématiques, j’attends de voir ça !
    J’ai fait une recherche sur la méthode déconstructive de résolution de l’équation du premier degré, j’ai rien trouvé …
    Si quelqu’un a des infos je suis preneur 😋

    • C est sur Youtube. C est un américain qui propose des méthodes deconstructives pour résoudre les équations. Il ne propose rien de révolutionnaire mais le terme utilisé en dit long.

    • Cherche pas, quand ces femmelles lubriques arriveront au bout de leur connerie, en état de consanguinité total, elles ne pourront plus reculer et il ne leur restera plus que l’euthanasie.
      Et il faudra même les aider pour aller plus vite.

  6. « Ces nouveaux préceptes pédagogiques seront importés chez nous par nos gauchistes et cela en sera terminé de la capacité de la France à produire des ingénieurs et scientifiques de haut niveau. »

    Nous deviendrons alors des shadoks et on n’a pas fini de pomper !
    Les Chinois et les Japs se régalent par avance.

    Si vous avez un lien concernant la résolution « wokiste » des équations, je suis preneur, merci par avance.

    • Vous trouverez ci-joint un lien vers le site de déconstruction mathématique
      Rien de particulier pour le moment mais on y voit poindre une volonté de destruction. Je suis quasiment certain que les Woke vont se lancer dans la logique dite « Intuitionniste ». L’intuition n’a rien à voir là dedans mais ils n’en savent rien. Le nom va leur plaire.Personne n’ira mettre son nez dans les détails.
      Il y a également dans les écoles californiennes une nouvelle méthode d’apprentissage des maths qui consistent à trouver la question à partir d’un résultat.C’est plus inclusif paraît-il.

      https://www.youtube.com/watch?v=5hqVZ0itLBE

      • J’ai été jeter un oeil sur la vidéo, je ne vois rien de nouveau dans leur méthode « déconstructive », les opérations de simplification, etc, sont interverties mais c’est exactement les mêmes.

  7. Quia dit que les races n’existent pas ?
    J’en vois de nouvelles sortes tous les jours, Nottement des tareés qui semblent se reproduirent entre eux.
    L’espéce humaine evolue in contestablement, ce n’est plus l’intelligence qui est le moteur de cette evolution, mais la connerie.
    La photo illustre bien ce tsunanmi des cons.

    • c’est du lourd, cette pétasse qui veut péter plus haut qu’elle n’a le cul, et se prendre pour une philosophe de ‘qchartier’, à force, va avoir de la merde à la place de la cervelle.
      C’est totalement abscon se qu’elle raconte. En fait elle arle à son miroir en espèrent qu’il va lui dire qu’elle est la plus belle et la plus intelligente. Ben c’est loupé

  8. Il n’y a pas que les cons dorés et Jean-Brizitte qui peuvent changer de sexe à volonté et pratiquer le cas échéant l’autofécondation.
    Parmi les oiseaux les dindes et les canards boiteux, mais aussi toutes sortes de poissons dont le requin, le maquereau et la morue. Également chez des insectes, les poux, cafards et morpions, et chez de nombreux reptiles comme la vipère lubrique et le Véran d’Incommodo.
    https://www.nationalgeographic.fr/animaux/2020/08/la-parthenogenese-comment-des-animaux-se-reproduisent-sans-saccoupler

  9. Alors là, bravo. Bel article, aussi instructif que bien écrit que drôle. Merci.

  10. Il suffit de lire ‘Nous n’avons jamais été modernes’ de B. Latour 1994 pour comprendre d’où vient ‘la déconstruction’ et que son avenir est scellé (après avoir fait bien des dégats pour le plus grand profit de certains).

  11. Bientôt le retour à la génétique selon Lyssenko!!!!!!!
    Signé un mâle blanc de plus de 50 ans, catho, hétéro, monogame

  12. Tous ces gens endoctrinés par leurs idéologies « wokiste », en sapant les équilibres de la nation font le jeu des courants nihilistes tel que l’islamisme radical. Ignorants, ils n’ont même pas conscience que quand la population musulmane sera en passe de devenir presque majoritaire, ils deviendront vite les prochaines victimes sacrifiées sur l’autel de l’intolérance.

  13. Déconstruction est un joli mot pour ne pas dire, régression civilisationnelle, ces gens se pensent progressistes, alors qu’ils favorisent l’effondrement de la « civilisation » occidentale actuelle. Ces adeptes du « wokisme » dans le déni, ou l’inconscience se retrouvent « associés » aux mouvances étrangères avec leurs lots de mentalités et moeurs divergentes, souvent incompatibles et déstructurantes pour notre société civique. Notre société est en réalité en début de phase de « destruction » et pas seulement de déconstruction. Et après, pour tout dire, il sera sans doute impossible de la reconstruire avant très très longtemps, notamment via l’immigration massive en passe de se poursuivre et même d’augmenter, vu la situation géo politique troublée qui s’annonce.

  14. ah ! dommage Sandrine avec son petit sifflement de la langue quand elle parle …….mais bon à part çà ,comme les siens elle est abrutie ,et elle vie au crochet de la communauté

  15. Excellent article, démontrant bien l’immense, l’incommensurable bétise et crétinerie de ces femelles, pour la plus part et des eunuques (mâles émasculés), qui composent ce mouvement de décérébrés. C’est le non sens de la science, et de mettre tout sur le dos des mâles blancs, c’est reconnaitre qu’elles n’ont aucune capacité à résister à ces fameux mâles blancs, qui leur auraient pourris la vie, mais qui , dés qu’elles ont un pet de travers , se retrouvent subitemment avec plein de qualités et appelés à l’aide.
    Pourtant bien avant qu’on autorise, les lgbt et compagnie à avoir des droits (même si pour moi c’est contre nature… eh oui les wokes je vous emm…..), que cherchaient les femmes si ce n’est un mec pour se mettre à l’abri et ne pas avoir à travailller. Je ne vais pas m’éterniser sur les exemples, bien qu’on voit au bois de boulogne ce qu’elles recherchent.

  16. suite et fin… C’est tellement plus facile et moins fatiguant de réclamer de l’argent, et de préconiser des idées aussi farfelues, qu’imbéciles.
    Allez les femmes, les wokistes, au boulot. Servez-vous du peu de neurones dont vous êtes affublés et essayez d’évoluer. Et malgré la parthénogénése, deux gouinasses n’auront jamais de gosse, sauf à avoir recours à du sperme male, ou à un produit dérivé de leur pseudo nouvelle science déconstuite. CE qui reviendra à fabriquer des tarés dont nous avons là un bon exemple.

  17. Expression de folie dans son regard ! Cette femme est une hystérique qui sert au système afin de troubler et le combat principal ! Les femmes mis en place dans la vie politique servent nos ennemis à détruire nos sociétés ! Il faudra leur péter la gueule à ces salopes le jour où la donne changera, c’est à dire dans peu de temps !!! On a les photos, les noms les déclarations et vidéos ! Ce sera délicieux non de les raser, mais de les tourmenter à la méthode médiévale….

  18. dites moi le nom de la drogue qui rend le regard de sandrine rousseau aussi hallucinée à l’instar de son entière rhétorique, ou le nom du robot auquel elle est lié sous l’appellation intelligence artificielle, car elle est tout sauf humaine.

  19. Ses yeux d’illuminée ne laissent guère planer le doute sur son état mental et ses intentions.

  20. La seule façon avec ces gens-là, comme avec tous les marginaux, c’est de leur laisser quelques ZentralPark comme à Zürich en 1970, de les y enfermer avec mini-bungalows, de les y approvisionner sans limite en toutes drogues et choses. Puis on attend. Le résultat à Zürich est connu. Marre des dingues !

  21. Lyssenko a utilisé les mêmes méthodes : détruire ses adversaires qualifiés d' »ennemis du Peuple », utiliser chaque parce du pouvoir qu’il réussissait à obtenir par courtisanerie pour ne promouvoir que des défenseurs de ses délires pseudos-scientifiques. Il faut relire Jaurès Medvedev (in « Grandeur et chute de Lyssenko ») pour comprendre l’étendue des dégâts causés par ce type de charlatanisme.

  22. « …il est presque impossible de faire le compte des pertes résultant d’une mauvaise formation des cadres dans les écoles et dans les établissements d’enseignement supérieur, de génétique, d’agrobiologie et de médecine. Dans nos collèges secondaires, des millions d’élèves ont appris, dans les ouvrages stéréotypés de Veslov et sur le darwinisme, que la génétique morganiste est improductive, réactionnaire, qu’elle est vendue à la bourgeoisie, que les caractères acquis sont transmis génétiquement et ainsi de suite. (…) De telles manipulations de la vérité dépassent le domaine de l’agriculture. Vingt-cinq promotions successives de médecins sont sorties de nos facultés sans la moindre notion des lois de l’hérédité. » (Jaurès Medvedev in « Grandeur et chute de Lyssenko »).

  23. Voilà le résultat prévisible de l’idéologie Woke : un naufrage intellectuel et scientifique complet sur plusieurs générations, comme celui provoqué par Trophim Lyssenko en URSS. Le fait que Rousseau « l’amie des sorcières » soit vice-présidente d’Université montre que la gangrène est déjà bien avancée.

    • Oui j ai oublié de le préciser dans l article. C est sidérant et inquiétant.

  24. Moi je lis sur le visage de cette tarée l’étonnement, un étonnement inentendu, heureux!
    J’ai pensé qu’elle a été photographiée au moment même ou elle avait, pour la première fois de sa vie, un doigt frôlant son arrière train.
    Car elle ne doit pas avoir tous les jours l’hommage d’un homme, la pauvre !

Les commentaires sont fermés.