1

Déconstruisons la France avec Macron : tout savoir sur Jack Lang

Aujourd’hui, nous pénétrons dans le panthéon intime du président de la République. Pour nous y accueillir, un personnage particulièrement cher à Emmanuel Macron : Jack Lang.

Riposte Laïque : Un Grand Français donc, à vos yeux.

Emmanuel Macron : Pas que grand. Immense. La France à lui seul et je pèse mes mots. Parti de rien pour arriver nulle part, mon rêve pour une patrie enfin apaisée, représentée en quasi-totalité par ce géant.

RL : Lang. Un homme de théâtre formé en Lorraine, monté à Paris pour y brûler quelques planches.

EM :  Lang de bois ! Non, ça, c’est la légende. La vérité est ailleurs.

RL : Chez Fox Mulder et Dana Scully !

EM : Pas du tout.

RL : Et où donc ?

EM : À la gare de Laroche-Migennes.

RL : Non !

EM : Si. Un truc de dingue. Lang est en stage de hallebardier chez les Joyeux Dépeceurs de Blaireaux Solognots. Pour améliorer l’ordinaire, il trie des topinambours et des rutabagas en partance pour l’Allemagne. Et là, c’est soudain l’embellie.

RL : Dites. On n’en peut plus.

EM : Nous sommes en 1981. François Mitterand, juste élu en mai, attend sa correspondance TER pour Château-Chinon en lisant un vieux numéro de Je suis partout.  Il remarque le tout jeune homme, jauge très vite ses capacités et, d’un trait de génie, lui propose la Culture.

RL : Du topinambour ?

EM : Non. Des Français. Jack flaire le bon coup et accepte. On connaît la suite.

RL : La fête de la Musique et les 5 % sur le livre.

EM : Ça, c’est pour amuser le populo. L’essentiel est dans deux actions qui classent pour toujours un héros national.

RL : ………………?

EM : La taille des costards de Francisco Smalto et le record du monde de l’ardoise laissée chez un traiteur libanais. Car pour niquer un Libanais, mon pote, faut en avoir dans le pervers.

RL : Pfouuuuuuu, c’est du lourd. Et cette histoire d’aubade sur le balcon de l’Institut du monde arabe ?

EM : Épique. Lang a pris l’habitude de jouer de la guimbarde en contemplant les incendies d’églises dans Paris. Rendez-vous compte de la symbolique, face à Notre-Dame en feu. Néron souhaitant l’embrasement de la ville entière. Là, on sublime carrément la déconstruction ou alors je n’y connais plus rien !

RL : Et bien sûr, il pense alors au Maroc, sa seconde patrie.

EM : Et son œuvre majeure, la protection de l’enfance abandonnée en errance nocturne. Il sauve ainsi des dizaines de pauvres gosses qu’il restaure, habille et libère à l’aube sur ces quelques mots d’un humanisme jusqu’ici inégalé : « Tu te souviendras à jamais d’avoir été sauvé toute la nuit par un grand écrivain catholique français« .

RL : Paul Claudel !

EM : Non. Jean d’Ormesson.

RL : Sacré Jack ! Toujours le mot pour rire. Merci, Monsieur le Président et à très bientôt pour déconstruire toujours plus avant la France, avec vous et personne d’autre.

Jean Sobieski