1

Défendez votre droit à aller dans VOS villes avec VOS vieilles bagnoles !

François des Groux a tout dit du nouveau scandale des propriétaires de vieille voiture discriminés, chassés des centre ville…
Les Français moyens n’auront jamais les moyens d’acheter une voiture électrique, si tant est qu’ils en aient envie, mais c’est un autre problème, que François a parfaitement expliqué. Réduits à ne plus hanter que les sinistres centres commerciaux des périphéries, réservés à la piétaille…  sauf à se garer dans la même périphérie puis à prendre bus, tramway, métro… pour faire partie des happy few ayant le droit de venir se charger les yeux de la beauté de nos centres ville, de nos cathédrales, de nos hôtels particuliers du XVIIème, de ceux qui auront le droit, au prix d’heures passées avec des « djeunes » mettant la musique à fond dans le bus, vous regardant de travers de venir boire un verre sur une place ensoleillée… comme les autres. Les autres ? Ceux qui ont et les moyens d’habiter en centre ville et d’y venir en voiture et ceux qui, vivant de la drogue, se fichant de la loi, logés en HLM près du centre, y font trop souvent la loi.

Bref, le Français moyen est et sera de plus en plus chassé des centres ville par de multiples facteurs. On ne me fera jamais croire qu’il s’agit d’un hasard et non d’une volonté politique. Prix des loyers et de l’immobilier, petits commerces disparus, impossibilité de stationner sauf à vivre dans une propriété ou résidence avec parking ou garage ; fourrière et amendes tombant comme à Gravelotte… et, cerise sur le gâteau, rixes, trafic, agressions faites entre autres par des petits enfants tout gentils, appelés aussi « mineurs isolés »…Et, à présent, on lui interdit formellement ces centres ville parce qu’il est trop pauvre pour acheter une voiture électrique !
Vous avez dit discrimination ?

Pour ma vieille diesel de 1998, je n’ai jamais acheté, quant à moi, leur fameuse vignette Crit’Air à la con car je refuse d’être triée comme dans la Rome antique où les premières classes (les plus riches) votaient, puis les un peu moins riches… et le vote s’arrêtait quand on avait atteint la majorité absolue, ce qui fait que, dans ce qui pouvait ressembler à une démocratie malgré le vote par classe (et. non par personne), les plus pauvres ne votaient jamais, leur voix n’était même pas décomptée. Des nostalgiques de la royauté nous diront sans doute que c’est comme cela qu’on préserve continuité, traditions, stabilité… voire ! C’est vrai jusqu’au moment où ça explose et qu’on guillotine le roi.
.
Et c’est bien ce qui pourrait arriver si on en croit les associations d’automobilistes qui n’ont jamais connu une telle révolte.
Le titre de F de Souche est clair : Vers un mouvement des Gilets jaunes puissance dix ? 
C’est que le gouvernement n’y va pas de main morte… l’imposture écolo-climatique venue de fascistes dits de gauche est en Marche :
Jean-Baptiste Djebbari, le ministre délégué aux Transports, a en effet annoncé la mise en place d’un système de vidéo-verbalisation dans la ZFE du Grand Paris d’ici la fin d’année 2021, ainsi que dans les autres ZFE déjà instaurées, afin de contrôler le respect des restrictions. 

Après les bonnets rouges bretons et les gilets jaunes, mouvements nés de taxes sur l’automobile, la mise en place des ZFE pourrait entrainer un nouveau mouvement de contestation. Les ZFE, ce sont les zones à faibles émissions, qui visent à interdire les voitures les plus anciennes, jugées plus polluantes, d’accès aux centres-villes. L’article 27 du projet de loi climat et résilience rend obligatoire la mise en place de Zones à faibles émissions-mobilités pour les agglomérations de plus de 150 000 habitants d’ici le 31 décembre 2024. Adopté à l’Assemblée nationale le 4 mai, le projet de loi est au Sénat.

“Ça va être les gilets jaunes puissance dix. On n’a jamais reçu autant de messages virulents, qui disent ‘si la mesure passe, je roulerai quand même’, je sortirai dans la rue pour manifester. Ces ZFE ne seront pas acceptées“, prévient d’emblée Pierre Chasseray Délégué Général de l’association 40 Millions d’automobilistes. […]

Un attachement particulier à la voiture qui expliquerait les vives réactions à chaque mesure politique. Mais les ZFE vont au-delà de l’atteinte au simple symbole, pour le sociologue spécialiste des mobilités péri-urbaines. “Avec les ZFE, on va renforcer les inégalités sociales entre les habitants des centres-villes, plus aisés, et ceux des périphéries, les plus modestes. Ces ZFE vont éloigner des agglomérations qui sont des lieux de pouvoir des personnes qui ne peuvent déjà pas y habiter pour des raisons budgétaires. Là, on va leur dire que le moyen qu’ils ont d’y accéder, leur voiture, ne convient plus“, poursuit Hervé Marchal. […]

« La voiture, symbole de liberté »

Car le rapport des citoyens à l’automobile est particulier. « La voiture n’est pas objet comme un autre, c’est un symbole de liberté. C’est un endroit qu’on habite, dans lequel on se sent bien, on y met sa musique, on y laisse des affaires personnelles. C’est pour cela qu’on a pas envie que les élites décident pour nous, et que cela suscite autant d’opposition à chaque mesure. C’est comme si l’on nous disait ce qu’on devait faire dans notre logement », décrypte le sociologue Hervé Marchal, auteur d’Un sociologue au volant. Le rapport de l’individu à sa voiture en milieu urbain.

Un attachement particulier à la voiture qui expliquerait les vives réactions à chaque mesure politique. Mais les ZFE vont au-delà de l’atteinte au simple symbole, pour le sociologue spécialiste des mobilités péri-urbaines. « Avec les ZFE, on va renforcer les inégalités sociales entre les habitants des centres-villes, plus aisés, et ceux des périphéries, les plus modestes. Ces ZFE vont éloigner des agglomérations qui sont des lieux de pouvoir des personnes qui ne peuvent déjà pas y habiter pour des raisons budgétaires. Là, on va leur dire que le moyen qu’ils ont d’y accéder, leur voiture, ne convient plus », poursuit Hervé Marchal.

7 voitures sur 10 bientôt bannie de 45 métropoles ?

Car pour accéder aux 10 villes les plus pollués, à partir de 2025, il faudra une vignette Crit’Air 1 ou 2, c’est-à-dire soit une voiture essence immatriculée à partir de 2006 ou un diesel à partir de 2011. Les autres agglomérations sont tenues de fixer leurs seuils. Selon l’association 40 millions d’automobilistes, 7 voitures sur 10 pourraient bientôt être bannies des 45 métropoles françaises.

[…]

Quand les gens vont malgré l’interdiction continuer de rouler car ils n’auront pas les moyens d’acheter une nouvelle voiture, et qu’ils recevront une amende de 68 euros avec la mise en place des radars, ils vont craquer” prophétise Pierre Chasseray. […]

https://fr.news.yahoo.com/mesure-automobile-zfe-origine-nouveau-mouvement-colere-france-142950571.html

Il peut paraître paradoxal que les Français soient si belliqueux pour défendre la liberté d’aller où l’on veut en voiture et si soumis quand on leur impose muselière, gestes barrières, commerces interdits et fermés, pass sanitaire, vaccination… sans doute que les dictateurs que nous subissons n’ont pas été aussi bons avec la voiture qu’avec la Covid. Ils n’ont toujours pas réussi à faire peur aux Français avec leur prétendu réchauffement climatique et les prétendus morts de la pollution…

Le jour où, s’appuyant sur la dictature sanitaire, ils vont comprendre et mettre toute leur perversité à terroriser et manipuler le François moyen pour qu’il accepte de voir le riche circuler avec sa voiture à 50 000 euros  sans moufter, exactement comme il a accepté que, au moment où l’on disait qu’il fallait mettre les vieux à la cuisine pour Noël, Macron et ses amis fassent des repas à 25…

Mais avec les Français, rien n’est jamais acquis ni définitif. Ni le bien ni le mauvais… 

Macron, prends garde à toi ! 

Christine Tasin