1

Défendre nos traditions, donc nos crèches, contre les islamo-laïcards

Les traditions sont toujours importantes dans la constitution d’une Nation. Elles peuvent être multiples et comme en Bretagne, au Pays Basque, en Corse, elles ont de nombreux aspects.

Toutefois, ces différents aspects ont le plus souvent les mêmes sources, dont l’une est plus puissante que d’autres, comme celle de nos racines gréco-romaines alliées aux racines judéo-chrétiennes. Ce que le général de Gaulle avait résumé autrefois, et qui est maintenant susceptibles de nous traîner devant les tribunaux de la bien pensance.

Charles de Gaulle serait en effet traîné devant la 17éme chambre pour « propos racistes » de nos jours, et que dire de Desproges, de Coluche, de Thierry le Luron, et tous ces humoristes qui autrefois, ne craignaient pas de dire ce qu’ils pensaient et qui faisaient rire le peuple de France, toujours prêts à se moquer de ces politiques et autres syndicalistes, de tous ces savants de la République coincés du cul !

Aujourd’hui, nous vivons dans un monde de gauchistes liberticides au nom de la Liberté. De féministes contestataires qui elles, se baladent à poils dans les rues, histoire de valoriser leurs ovaires, et de castrer ce qui reste de mâles blancs en France, et nous interdisent désormais de pisser debout en paix. Notez bien qu’il n’y a jamais eu autant de barbus en France parmi la jeunesse, que depuis qu’ils ont perdu leur courtoisie, leur virilité, et l’amour de la femme « avenir de l’homme ».

Hier encore, ils étaient tous chauves, se rasaient la tête, et depuis quelques temps les hommes de tous les âges se font pousser la barbe pour faire viril. Les poils sur le visage, plutôt que le courage des hommes bien burnés ! Comme une sorte de mimétisme aberrant devant le dernier artiste sorti de la boîte médiatique, du dernier film. Observez bien ces animateurs, présentateurs, qui viennent débrayés, mal rasés, mal habillés, portant des pantalons déchirés qu’un clochard refuserait de porter. La tradition, c’est le respect de l’autre, de son environnement, des us et coutumes et de soi-même en premier lieu, et non de la mode.

La tradition dans un sens plus large, c’est le respect de la mémoire, de ce que l’on est, d’où l’on vient, et la volonté de porter haut les valeurs que nos ancêtres nous ont transmises. Qu’elles soient issues de la terre, ou de nos croyances pour ceux qui en ont.

Le respect des traditions passent aussi par le respect de nos voisins et invités, ce qui implique que ceux-ci doivent respecter les vôtres. « A Rome fais comme les romains » ! Il n’y a pas plus beau conseil que cette affirmation donnée aux invités dans un pays, une ville, un groupe, une famille. Celle du respect dû à ces hôtes, jusqu’à ce que l’invité, l’ami de passage, celui qui s’installe dans un pays qui lui donne l’asile, trouve lui-même normal de vivre comme un Romain, comme un Français. Ses traditions venues d’ailleurs, n’ont pas à s’imposer et à remplacer les traditions d’origines.

La Croix sur nos églises, sur nos tombes, sur nos calvaires, sur nos entrées de cimetières, sur les tableaux, les sculptures, et autres, font partie de nos traditions séculaires. Idem pour nos crèches ! On est chez nous !

Si cette volonté d’abandon de nos signes et de nos traditions se fait avec la complicité de dirigeants politiques, ce n’est tout simplement que de la trahison envers ceux qui accueillent et reçoivent. Ces dirigeants s’immiscent alors dans les âmes, les esprits, les croyances et commettent un forfait contre ceux qu’ils sont censés gouverner.  C’est pire encore, lorsque ceux-ci veulent forcer leurs administrés à ouvrir les portes de leurs maisons, les frigidaires et bientôt les lits des femmes pour favoriser une mixité, un métissage. C’est plus qu’une faute, un forfait, c’est un crime.

C’est dans cet ordre d’idée, que j’approuve les propos de Gilbert Collard qui affirme avec force cette vérité concernant les traîtres qui se prétendent laïcs et souhaitent en fait, détruire toutes nos traditions :

 «Il y a 20 ans, on ne nous emmerdait pas à propos des crèches. Les laïcards sont des propagandistes du communautarisme. Ils ne font la guerre qu’à la croix ou la crèche. Je ne les ai jamais vus s’émouvoir (lorsque) qu’Anne Hidalgo fête à la Mairie de Paris une fête musulmane (le Ramadan) (…) J’ai jamais vu une crèche emmerder la voie publique, empêcher les gens de circuler, faire du bruit, empêcher l’accès à des commerces. Une crèche, ce n’est pas très grand. Une prière de rue, c’est une rue.» (Source)

Je refuse d’avance les commentaires des anti Gilbert Collard, car je sais que beaucoup de patriotes du clavier, ne l’aiment pas.

Je refuse ces débats stériles et anti France, dès lors qu’ils remettent en cause le combat premier qui est de sauver la France, sauver nos traditions, sauver notre culture, nos coutumes, et j’approuverai même le diable s’il existait, s’il acceptait de virer tous ceux qui veulent la mort de ma France, celle de mes ancêtres. Et qui sait peut-être, qu’il finirait par trouver le chemin d’une vraie humanité, celui de la paix, de la tolérance et de l’amour. Le vrai chemin, pas celui du monstre Allah-maniaque !

Moi qui suis agnostique, qui me demande encore s’il y a un dieu, un diable, je trouverai dans cette intervention, cette réalisation, de vraies raisons de croire. Au lieu de constater  l’infâme abdication de ces prêtres, curés, évêques, cardinaux de France, et même le pape lui-même, qui se prosternent devant l’islam et sa haine de nos libertés et de nos traditions ancestrales.

Si vous avez aimé cet article, partagez-le avec vos amis et contacts. Merci

Gérard Brazon (Libre Expression)