Delanoë veut interdire la voiture aux pauvres !

Publié le 1 novembre 2012 - par - 2 254 vues
Share

Dernier scandale en cours : le soi-disant socialiste Delanoë,  plus vert que vert, plus élitiste que les ultra-libéraux a trouvé comment obliger ces salauds de pauvres à circuler en transports en commun ou à remplacer leur appartement par une voiture, au choix.

En effet, le traître à la laïcité et à la patrie que l’on connaissait vient en sus de décréter que les voitures de plus de 17 ans n’auraient plus droit de cité à Paris intra-muros -élargi au secteur de l’A86- et que ceux qui passeraient à travers les fourches caudines de la haine écologique paieraient un péage sur les autoroutes franciliennes. Quant aux derniers Résistants, obligés de se traîner à 30 à l’heure à Paris, ils se lèveront encore plus tôt…

Une honte absolue.

Qui  paye Delanoë pour obliger le pékin moyen qui n’en peut mais à danser devant le buffet vide pour se payer la voiture dont il a absolument besoin ?

J’imaginais il y a quelques mois que le lobby verdâtre au gouvernement, malgré son poids électoral plus que ridicule, soutenu par le lobby des constructeurs de voitures trouverait moyen  de nous obliger à jeter nos vieilles -et néanmoins en état de marche- voitures.

Bingo ! Delanoë l’a fait, pour Paris. Gageons que son exemple sera bientôt imposé à la France entière.

Le prétexte écologique pour imposer au Français d’avoir moins de liberté et de souffrir, voilà le monde que nous prévoit l’alliance PS-Verts.

On se souviendra qu’il y a quelques années, un projet de périphérique à Bordeaux a été repoussé par une coalition menée par les Verts de la Mairie au motif qu’il fallait que les gens en bavent pour les obliger à prendre les transports en commun. Toujours le vieux rêve d’obliger les gens à vivre ensemble, à habiter ensemble, à voyager ensemble, histoire de tuer les individualités et le simple bonheur d’exister. Comme si nous devions expier la faute originelle, être né français et en France et de  prétendre être heureux malgré toute la misère du monde.

Résultat des courses, c’est chaque jour la galère et des milliers d’heures de travail perdues autour de Bordeaux, avec une pollution accrue par les embouteillages et ralentissements.

Parce que les transports en commun intra-muros ne peuvent remplacer une voiture, tout simplement, pour des raisons pratiques mais aussi parce que nous avons bien droit à cette liberté. Parce que la planète peut d’autant mieux supporter ça que ce sont les Verts qui sont les plus acharnés à faire circuler à l’échelle mondiale hommes et marchandises pour le plus grand bien du capital.

Parce que les transports en commun, en Ile de France tout particulièrement, sont calamiteux, tout simplement, obligeant les malheureux qui habitent en banlieue à partir une heure plus tôt le matin pour anticiper les pannes et retards en tous genres du RER.

Parce que ce système totalitaire que l’UE associé aux libertaires liberticides verts et socialistes est inacceptable et mérite qu’on se batte, et quel qu’en soit le prix, nous le paierons mais nous ne nous laisserons pas faire.

Je vous invite à protester auprès deDelanoë, de l’Elysée, de Matignon et de vos députés car cela demandera l’accord d’un Comité Interministériel et que tout cela pend désormais au nez de tous, partout en France…

Christine Tasin

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.