Delevoye veut piquer la Caisse de retraites des professions libérales

Publié le 17 septembre 2019 - par - 11 commentaires - 1 319 vues
Share

Le gouvernement Macron veut jouer les Rapetous pour financer les privilégiés de la République et les parasites.

Pour compenser les déficits des « régimes spéciaux de retraite », il veut pomper dans les « régimes autonomes ».

Vous allez me dire, qu’est ce que c’est que ce charabia ?

1°) Les régimes « spéciaux » de retraites des « enfants pourris gatés de la République »

En fait c’est simple ; les régimes spéciaux de retraite, ce sont des régimes extrêmement généreux dont bénéficient les employés de certaines grandes entreprises publiques (SNCF, RATP) ou de branches entières comme celle des Industries électriques et gazières1 (EDF, GDF, Entreprises locales de distribution d’électricité et de gaz en France), les membres de certaines professions liées à la fonction publique (militaires, etc.) mais aussi d’autres professions (marins, clerc de notaire, salariés de l’Opéra de Paris, etc.).

Les différences de statut portent sur l’âge de cessation d’activité (généralement inférieur à 60 ans) et sur la durée de cotisation (en général moins que les 43 annuités exigées pour le régime général).

Le Conseil d’orientation des retraites (rapport du Conseil d’orientation des retraites p. 154 et 155), montre que les pensions sont servies beaucoup plus tôt et beaucoup plus longtemps ; les âges moyens au décès sont parfois un peu plus bas que dans le régime général. Aucun de ces régimes ne calcule la future pension sur la moyenne des 25 meilleures années mais le plus souvent sur la moyenne des 6 derniers mois (ou parfois sur le dernier mois de salaire).

Autrement dit les bénéficiaires de ces régimes spéciaux bénéficient :
1) des impôts de tout le reste de la population ;
2) tout en cotisant moins ;
3) moins longtemps ;
4) avec une règle de calcul beaucoup plus favorable, puisqu’il est évident que l’on a plus de chances d’avoir un calcul de retraite élevé si l’on prend la moyenne des six dernières années et non des 25 dernières années de travail – de surcroît dans des sociétés où l’emploi est garanti à vie, et l’avancement assuré à l’ancienneté. Le mode de calcul de la pension y est très différent du secteur privé : la pension à taux plein est égale à 75 % du salaire, généralement hors prime, des six derniers mois d’activité, et les retraites complémentaires sont marginales.

Ce sont ces mêmes privilégiés qui avaient bloqué le pays en 1995 et qui avaient fait croire à tous les autres qu’ils étaient des victimes… c’est vous dire si l’arnaque avait été bien relayée par les médias gauchistes, puisque la population avait gobé…

Ce sont ces mêmes privilégiés, qui sont habitués à faire des grèves qui paralysent le pays, avec des syndicats gavés de subventions.

Ce sont ces mêmes salariés qui bénéficient d’avantages historiques hallucinants (prime de charbon quand on est dans un TGV… ?), rémunérations déconnectées des performances de l’entreprise, primes diverses (primes pour « événements familiaux « toujours très élevées : un mois de salaire pour l’indemnité d’union, un mois et demi de salaire pour la naissance du premier enfant et un mois pour les naissances suivantes…), jusqu’à 16 à 31 jours de congés supplémentaires, télétravail, jusqu’à 2 560 à 5 830€ de primes, intéressement ou participation, bonne ambiance de travail, self, tickets restaurant, complémentaire retraite, mutuelle, prévoyance, salle de sport, parking, tickets cinéma, subventions vacances, chèques cadeaux, culture et sport, CE…

https://www.avantage-entreprise.com/1338-avantages-salaries-EDF-EDF-SA

https://www.nouvelobs.com/economie/20190205.OBS9731/les-genereux-avantages-des-salaries-d-edf-pointes-du-doigt-par-la-cour-des-comptes.html

Et bien devinez quoi, avec toute la gabegie qui existe dans la gestion de cette profession, pour ces enfants gâtés qui sont habitués à mettre le pays à genoux en le paralysant, leur système de retraite est toujours déficitaire…

C’est normal, ils agissent comme des sales gosses qui cassent tous leurs jouets et en demandent constamment des nouveaux au détriment des autres qui se tiennent bien.

2) Les régimes « autonomes » de retraites des professions libérales, les « laissés pour compte » de la République

À l’opposé des privilégiés pourris gâtés des régimes spéciaux, il y a les régimes autonomes.

Les régimes autonomes de retraites sont principalement ceux des professions libérales (médecins, avocats, infirmières, pédicures podologues, kinésithérapeutes, ostéopathes…).

Les professions libérales, vous les reconnaissez : ce sont ceux qui ne font jamais grève, qui n’ont aucune rentrée d’argent s’ils ne travaillent pas, qui passent souvent 60 heures par semaine à travailler, qui n’ont aucune garantie de revenus, qui doivent se battre pour se faire payer, qui n’ont aucune prime de quelque nature que ce soit et qui payent intégralement tout ce qu’ils consomment.

Ce sont eux-mêmes des micros, petites ou moyennes entreprises, celle qui sont déjà accablées de charges diverses et notamment d’Urssaf/RSI.

Figurez-vous que pour ces gens bien qui savent compter, ils ont, il y a longtemps, décidé de faire une caisse de retraite autonome, qui n’est financée par personne sauf par eux. Elle ne coûte donc rien aux autres citoyens. Et que croyez-vous qu’il arriva ? Vu que ces caisses sont gérées de façon responsables et prévoyantes, elles sont bénéficiaires !

Le total des excédents devant servir jusqu’à 2050 pour assurer les retraites de leur profession, forment un total de 50 milliards d’euros.

Bien entendu, ces caisses de retraites participent déjà, par solidarité, au financement des retraites générales (celles du secteur privé) et celles des régimes spéciaux via un système de « compensation » annuelle.

Spécial ça veut dire « avantagé par rapport aux autres et à leur détriment » – autonome cela veut dire « indépendant des autres »

La réforme proposée

Qui est Jean-Paul Delevoye ?

Monsieur Delevoye, haut commissaire aux retraites de Macron, est celui qui a décidé, pour lui, de percevoir à nouveau les pensions liées à ses anciennes fonctions (retraite du régime général ainsi que celle d’ancien élu local – il a notamment été maire de Bapaume (Pas-de-Calais) – issues de ses cotisations auprès de sa caisse de retraite complémentaire, l’Ircantec. Depuis sa nomination au gouvernement le 3 septembre dernier, il additionne donc son salaire avec ces pensions de retraite. Élevé au rang de ministre délégué auprès de la ministre de la Santé Agnès Buzyn au début du mois de septembre, le « M. Retraites » du gouvernement bénéficie de la confortable rémunération des principaux ministres, soit 10 135 euros brut mensuels. Son nouveau statut lui a même permis d’augmenter ses émoluments – pour la même mission -, de l’aveu de son entourage puisque cette double rémunération n’est pas encadrée par la loi. Pas plus que sa perception par les ministres n’est soumise à un quelconque plafond.

https://www.capital.fr/economie-politique/le-joli-bonus-financier-quempoche-jean-paul-delevoye-au-gouvernement-1349749

Quel est l’objectif de la réforme ?

C’est bien simple, pour payer les frais des privilégiés pourris gâtés de la République, on va prendre les économies des cigales que sont les professions libérales…

Et comme ça ne suffit pas, et que d’ailleurs, ça ne suffira jamais, on va même doubler leur cotisation ! Oui, vous avez bien lu, les professions libérales déjà écrasées de charges vont avoir 100 % d’augmentation de leurs cotisations de retraites, au profit des autres ! et pour toucher moins à la fin…

Les mots les plus simples pour qualifier cela : vol et escroquerie.

Du vol, car les économies des caisses de retraites des professions libérales leur appartiennent et proviennent de leur seul argent durement gagné. C’est une atteinte à leur économie, à leur droit de propriété.

De l’escroquerie, car on veut vous faire croire que c’est plus juste pour la France….

De plus, n’oubliez pas que l’on va retirer la gestion des retraites à ceux qui la font de façon avisée, pour la confier à ceux qui ne sont pas gênés par le fait de constater qu’il y a 67 millions de personnes en France, mais 84 millions de personnes qui bénéficient de prestations sociales dont 3 millions de centenaires ( !) au lieu des 22 000 recensés, et qui curieusement habitent souvent de l’autre côté de la Méditerranée…

Cela signifie que, en une seconde, il est possible de faire 15 milliards d’économie par an, en coupant les vivres des escrocs et autres parasites.

https://www.lunion.fr/id90902/article/2019-09-04/fraude-sociale-67-millions-de-francais-84-millions-de-cartes-vitales

Enfin il y a bien sûr ces chers « migrants », qui n’ont jamais cotisé, qui ne cotiseront jamais, mais qui auront nécessairement droit à une retraite sous menace de tout casser…

C’est pour cela que le 16 septembre, les avocats, infirmiers, pédicures et autres ont défilé en masse dans les rue de Paris.

Seul problème : ils n’ont rien cassé. Ils n’ont rien brûlé. Ils ont tout laissé propre. Ils n’ont occasionné aucun dégât. Il n’y avait même pas besoin des CRS pour les encadrer.

On pourra donc les empapaouter sans vergogne et sans aucun problème de conscience ou autre…

Ça me rappelle la manif pour tous… : cocus parce que trop bien élevés

https://ripostelaique.com/manif-pour-tous-cocus.html

Sauf si…

ALBERT NOLLET

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Vincent

IL est clair que ce n’est pas clair du tout sur ce point. Et si ctte population devait passer sur le régime général, elle ne perdrait nullement les avantages annexes (garde du corps, bureau, chauffeur), voir même en demanderait d’autres pour compenser. Il suffit juste de voir comment un Fonctionnaire lambda est remboursé de ses frais de déplacement , au forfait, sur justificatif alors que un député n’a besoin d’aucun justificatif. Voir aussi le financement d’un local de député, attaché au député et non pas à sa fonction..aberrant.

On ne parlepas non plus que les parents d’immigrés touchent le minimum vieillesse sans jamais avoir cotisé…inégalitaire et inadmissible. Mais je m’égare !

Cdt
Vincent

Vincent

Si il y a des incohérences, merci de m’aiguiller. Concernant mon traitement, je pense le mériter et travailler durement au service des autres pour une administration efficace, je n’ai pas à rougir et ne vois pas pourquoi je serais moins bien qu’un privé. Nous n’avons pas les même contrainte de rentabilité. Un service public doit être rendu et ne doit pas forcément être rentable. Après, je ne dis pas qu’il faille gaspiller l’argent public, au contraire, je suis le 1er à m’insurger contre cela.

Cdt
Vincent

Marnie

Le pillage des retraites du privé existe depuis longtemps. Exemple en 2010 : Il y avait eu un véritable hold-up d’Etat orchestré de main de maître par Christian Estrosi qui avait piqué 5 milliards d’euros pour assurer la retraite du personnel de la Poste.

POLYEUCTE

De mon point de vue, je défends la retraite par points depuis toujours par souci d’égalité.
Le Vrai pb est celui de la Transition au jour J en faisant table rase du passé de façon Juste, avant de repartir à zéro..
Répartir les excédents aux ayants droit, mutualiser les pertes pour les autres.
Pour ces dernières, l’aide de l’Etat sera nécessaire, donc injuste, car payée par tous.
C’est là le coeur du pb. mais je n’ai rien lu à ce sujet…
Pas trop compliqué ?

François Desvignes

Depuis Versailles, toute bataille sur les pensions finit par la révolution et la la révolution par leur suppression.

Or, 100% de zéro = 0

Le problème est surtout qu’il va falloir payer les retraites de ceux qui étaient venus chez nous pour assurer leur pérennité mais qui, en fait, ne sont inscrits sur les listes ni des régimes généraux ni des régimes particuliers.

Jill

Bonjour Vincent… Pour un fonctionnaire c’est clair, le montant de la pension de retraite, c’est 75% du dernier salaire net,hors prime et avant impôt.

Paul

Vincent pourrait reprendre son commentaire il y a quelques incohérences me semble-t-il.

Sur les régimes spéciaux et notamment les professions dépendant de la sécurité sociale ou les professions réglementées il ne faudrait quand même pas oublier que ça n’a rien à voir avec gagner son travail durement comme dans un privé concurrentiel.
Si l’État ne prélevait pas ces diverses taxes il n’y aurait pas de sécurité sociale il y aurait beaucoup de moins de gens qui pourraient payer les médecins que ce soit pour un problème essentiel ou une consultation superflue. Leurs régimes spéciaux serait moins gras.
Si l’État et toutes ses taxes ne réglementait pas les professions qui bénéficient de cette organisation alors il est très probable que le niveau de revenu de ces professions baisserait et que leurs régimes spéciaux serait moins gras.
On ne peut pas bénéficier d’un système étatique ventripotent et s’exonérer des charges qui vont avec

patphil

quid du régime des parlementaire, ex ministres ex présidents de la république ?
vont ils être aussi au régime général ?
jamais la question n’est soulevée ! chut !
car j’en mat ma main à couper qu’ils garderont leur privilèges

Vincent

Arrêtez d’opposer les regimes speciaux et le régime general.c’est faire le jeu des politiques qui veulent surtout apauvrir tout le monde sauf les privilégiés cachés derrière le battage médiatique et être le complice des médias qui ne font pas leur boulot. Le bon boulot c’est de faire des simulations.
Fonctionnaire depuis 27 ans , mon traitement mensuel net avant impôt sur le revenu est composé de 20% de primes(2666 brut,3300 net). En prenant ma retraite â 62 ans, considerant la prise d’un echelon supplémentaire, on me simule une retraite nette de 1875 €, soit 54% du net…Je n’ai pas fait le calcul en prenant la moyenne des 25 dernieres annees et le taux de retraite du privé ni meme comparé mon salaire brut actuel avec celui d’un prestataire faisant le même travail que moi , mais je pense y perdre financièrement. En effet, n’oublions pas que fonctionnaire est un statut, pas un travail.
Bref ce n’est pas aussi simple que ce que l’on nous vends pour nous opposer pendant qu’ils se gavent.
Mon commentaire est trop court pour vraiment échanger exhaustivement sur le sujet.
Cdt
Vincent

DURADUPIF

« Ils » s’en prennent, encore une fois, aux pauvres…