Délit d'amalgame, instrument de coercition mentale

pasdamalgame
Après chaque massacre perpétré par des adeptes du djihad islamique revendiqué sous des avatars aussi divers que nombreux dans la galaxie du combat coranique, «Daesh», «Al-Nosra», «Boko-aram», «Al-Quaïda», «Hamas» etc…, ou encore à l’issue de crimes commis par des «déséquilibrés-tenant-des-propos-incohérents» qui égorgent ou décapitent des passants dans la rue aux cris de «Allah ouakhbar !», nos médias s’empressent de faire témoigner des imams, des «savants» de l’islam et toute sortes de bons musulmans modérés et d’innocentes ménagères voilées pour déclarer haut et fort, la main droite sur le cœur ou sur le Coran que «Non, ces terroristes ne sont pas des musulmans ! Non l’islam ce n’est pas ça, bien au contraire, ces crimes sont commis par des fous qui trahissent le message d’Allah le clément et miséricordieux». Aussitôt ces propos sont repris en choeur par nos champions du «vivre-ensemble», laïcards de la globalisation, athées existentialistes et autres adeptes de la mixité culturelle obligatoire. «Pas d’amalgames !» répètent-ils comme un mantra. «Non, l’islam ce n’est pas ça !» professent ces perroquets savants emplumés en théologie et nouveaux spécialistes de la « coranerie. »
Il est savoureux de relever au passage la duplicité de ces mêmes belles âmes vides lorsqu’elles relatent avec un enthousiasme vengeur, les «crimes» de «leur» christianisme : Jésus ultra-violent flagellant les gentils marchands du Temple, Croisés pataugeant dans le sang mauresque au pied de Jérusalem, inquisiteurs à tonsure torturant de nubiles hérétiques, conquistadors sous la bannière catholique massacrant des bons sauvages à coups de canons et de crucifix, pères missionnaires en casque colonial convertissant de pauvres nègres à coups de sermons et de trique, phalanges chrétiennes libanaises massacrant des réfugiés palestiniens à Sabra et Chatila, serbes chrétiens et coupables contre kosovars musulmans et innocents, et bien sûr curés pédophiles égarés entre les fesses de leurs petits catéchumènes.
Pour les adeptes du « Padamalgam » il n’y a pas à tergiverser, ni à évaluer dans la nuance. Ces générations de «criminels » issus de l’occident chrétien et auteurs de ces crimes contre l’humanité étaient bien des chrétiens, de bons croyants, pas de doute, pas d’excuses, pas de pardon. Ces templiers, ces inquisiteurs, ces conquistadors, ces colons, ces esclavagistes, ces pédophiles, ces «cathos intégristes» intolérants sexistes et homophobes qui manifestent contre le mariage des homos, l’avortement et l’euthanasie, ces arriérés superstitieux d’un autre âge  sont bien des chrétiens aveuglés par les messages haineux des évangiles distillés par un Vatican réactionnaire corrompu et hypocrite.
Les pharmaciens de la nouvelle morale immigrationniste-libérale qui délivrent le «Padamalgam» sans ordonnances ne font aucune nuance et pataugeant sans vergogne dans l’amalgame vengeur lorsqu’il s’agit de dénoncer les crimes de leur propre culture judéo-chrétienne.
Pour les mahométans, pas de doute par contre. Les siècles de razzias sur les côtes européennes, les conquêtes sanglantes en Asie et en Afrique, les génocides contre les Assyriens, les Arméniens et autres infidèles de toute obédience, quatorze siècles d’esclavagisme arabo-musulman exercés principalement sur des millions de noirs, traite négrière assortie de castration systématique pour les «marchandises» mâles, les décapitations de masse, les exécutions par flagellation, les attentats innombrables commis par des cohortes de «Martyrs» enivrés à l’idée de gagner un paradis peuplé de vierges lascives, les massacres de chrétiens d’Orient et d’Occident, de juifs, d’hindouistes, de bouddhistes, le mépris des infidèles, des femmes asservies comme des esclaves, le viol des fillettes mariées de force et voilées contre la convoitise lubrique des frères, des cousins et des pères,  l’exécution des apostats, la lapidation des épouses adultères, la mise à mort des homosexuels, le créationnisme enseigné comme vérité absolue dans les écoles coraniques : toutes ces horreurs ne seraient donc pas le fait de l’islam ? Tous ces assassins et bourreaux, chefs de guerre sadiques, imams pédophiles, machos incultes et fanatisés noyant leurs frustrations dans le viol et les coups, toutes ces engeances que l’islam a fécondées pour faire triompher son idéologie n’auraient donc pas été inspirés par les actes du prophète Mahomet ?
Tout ces crimes sont justifiés dans les sourates et la biographie d’un prophète guerrier et sanguinaire usant de fourberies et de meurtres pour asseoir son pouvoir sur ces adversaires politiques et même sa propre famille. Tout est englobé dans le Coran. Tout y est relaté et codifié, les menaces, les avertissements, la législation juridique des châtiments. Les règles de comportement avec les esclaves, les règles alimentaires, vestimentaires, l’art de mener la guerre aux juifs comme aux chrétiens, le pardon pour les crimes de guerre et les viols, l’art de vaincre les impurs par la ruse quand on ne peut le faire par la force et cela pour les confondre et finalement les asservir. De cet art est né le pieux mensonge qui consiste à faire croire aux imbéciles et aux naïfs infidèles que les crimes de l’islam ne sont pas l’islam, car l’islam vient en paix chez les infidèles. Que les islamistes sanguinaires et belliqueux ne sont que faux prophètes et ennemis du vrai islam, qui lui, n’est bien sûr, que paix et amour.
Allez circulez et croissez en paix, braves musulmans modérés, vous ne risquez rien, nous ne faisons pas d’amalgames entre la jeune tête voilée et la ceinture d’explosifs. Pas d’amalgame entre le fusil et la balle, pas d’amalgame entre le discours du Coran et son application dans le monde. Nous préférons rêver à nos chimères égalitaristes parfumées à l’eau de rose des droits de l’Homme. Nous préférons nous draper dans la jupe de nos si féminines aspirations pacifistes. Nous jouissons à nous mettre les «doigts de l’homme» dans l’oeil jusqu’au coude nous assurant ainsi une cécité apaisante et pacificatrice. Nous préférons la soumission paisible plutôt que la résistance belliqueuse. Nous sommes les enfants du verseau, «nous sommes Charlie », «nous sommes Paris» nous ripostons à vos fusils d’assaut en jouant du pipeau et en revendiquant notre droit à la fête, la sacrée fête ou notre spiritualité peut s’exalter dans l’alcool au son des rythmes binaires. Nous sommes sous la bannière des pacifistes, citoyens et béats. Homo festivus ne mourra pas ! On nous a inculqué la non-violence et la haine de notre culture, de notre histoire, de notre religion, de notre civilisation et même de notre couleur de peau. Plutôt que de nous égarer sur le champ des batailles que vous avez menées jusqu’au sein de notre quotidien, nous préférons nous soumettre car nous avons tant à expier. Tout ce mal que nous vous avons fait pour jouir de notre confort hédoniste de citoyens-consommateurs.
Vous êtes plus d’un milliard et demi dans le monde mais nous continuons, dans notre aveuglement coupable, à vous voir comme une minorité d’opprimés faibles, stigmatisés, paisibles et tolérants égarés sur nos terres judéo-chrétiennes par la faute de quelques tyrans belliqueux et corrompus par nos moeurs colonialistes et qui vous ont poussés à l’exil, et qui ne représentent surtout en rien cet islam que nous nous apprêtons à adopter de guerre lasse dans nos contrée stériles et nos vies sans idéaux.
Quand un jour vous viendrez faire glisser vos lames acérées sur nos tendres gorges blanches et délicates, nous murmurerons, agenouillés devant vos bourreaux, dans un dernier et doux sanglot de compassion: «Pas d’amalgame, surtout pas d’amalgame !»
Dominique Bianchi
Article paru en premier sur lesobservateurs.ch

image_pdf
0
0

6 Commentaires

  1. Avec la gélule CEPACALISLAM en ventre libre en Pharmacie Hallal. Merci pour votre avant dernière phrase. A frémir…

  2. Merci pour ce texte M. Bianchi, je l’ai lu et relu plusieurs fois cet après-midi.
    Je vais le faire lire à mes proches.
    J’écris ce commentaire pour vous exprimer ma gratitude et vous dire à quel point ce que vous écrivez me donne du courage et m’incite à me battre, à ne pas baisser les bras.
    Ne pensez pas que vos écrits et ceux des autres contributeurs de RL soient vains, vous nous aidez à tenir le coup ! Je suis certain que beaucoup d’autres lecteurs sont dans le même état d’esprit que moi et je vous remercie encore, pour eux, pour moi. Continuez, s’il vous plaît.

  3. je suis anti pasdamalgam jen ai rien à foutre. je ne baisserais pas les yeux devant un « protégé pasdamalgam ». et dire qu’on interdit les lacrymo et les matraques télescopiques, ou les parapluies incassables comme on en vend sur le net. il faut se laisser tuer, violer,voler. eux, les polichinelles de l élysée ne craignent rien ils ont leurs gardes du corps. que veut dire le mot égalité pour ces gens là ? vous croyez tout de meme pas que je vais attendre qu’on m agresse et dire allez y servez vous ???? même pas en rêve. j appelle ça de la traitrise et non assistance à personne en danger. et que s’il faut que je me défende je le ferai. personne ne m empechera de le faire.

  4. « Tous ces assassins et bourreaux, chefs de guerre sadiques, imams pédophiles, machos incultes et fanatisés noyant leurs frustrations dans le viol et les coups, toutes ces engeances que l’islam a fécondées pour faire triompher son idéologie n’auraient donc pas été inspirés par les actes du prophète Mahomet ? »
    Qui n’a jamais existé. Cette fausse biographie a été commandée par les califes, et les « biographes » ont rivalisé d’imagination pour dépeindre un « prophète » coupable de tous les crimes. Ceci afin de justifier leurs crimes et turpitudes. Il suffit de se pencher sur cette « biographie » pour comprendre qu’elle est erronée, tant les invraisemblances y abondent. Malheureusement, beaucoup d’islamophobes avalent tout ce qui est rapporté dans ces hadiths mensongers sans prendre la peine de réfléchir.
    Pour délivrer les musulmans de leur prison mentale, il est impératif qu’ils sachent la vérité au sujet de leur religion, et ce n’est pas en entretenant le mythe du « prophète », qu’on parviendra à leur ouvrir les yeux.

  5. On n’a pas besoin d’amalgamer des gens qui croient au même dieu (Allah), honorent le même prophète (Mahomet) qu’ils ont le devoir d’imiter, lisent les mêmes livres « saints », fréquentent les mêmes mosquées, font les mêmes prières, écoutent les mêmes prêches, puisque ce sont les mêmes.

Les commentaires sont fermés.