Délit d’islamophobie : après avoir aidé les islamistes, Fourest gémit…

Publié le 12 avril 2015 - par - 2 941 vues
Share

Ri7FourestsifaouitepertopoRL

L’offensive des associations musulmanes sur le territoire français pour créer un délit d’islamophobie s’accélère, avec des complicités de plus en plus visibles. Pour le plus grand plaisir des disciples d’Allah, les islamo-collabos de la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH) viennent de reconnaître la pertinence du propos.

Relayant donc l’offensive de l’OCI dans toutes les structures où elle sévit, le CCIF et d’autres s’engouffrent dans cette nouvelle brèche, et demandent, bien évidemment, à ce qu’on amalgame à du racisme tout ce qui touche à la moindre critique de l’islam.

Rappelons l’inoubliable article 22 de la convention des Droits de l’Homme en islam, signée en 1990 au Caire par tous les représentants de l’OCI : « Tout homme a le droit d’exprimer librement son opinion, pourvu qu’elle ne soit pas en contradiction avec les principes de la charia ».

18-12unisfaceislamophobie

Les attentats de Charlie Hebdo, au lieu de faire rentrer sous terre ceux qui ont la même religion que les assassins, ont encore accentué leur offensive, avec la complicité de ce gouvernement d’islamo-collabos Valls-Cazeneuve. A Montpellier, ce samedi, Eric Zemmour tenait ces propos : « Charlie Hebdo est le très bon exemple de la grande force des adeptes et des apôtres de l’idéologie dominante post-soixante-huitarde. Les attentats des 7 et 9 janvier sont quand même la faillite de tout le discours de ces trente dernières années. Voilà des gens qui ont été élevés en France, qui sont issus de l’immigration, du regroupement familial, de l’école, du vivre-ensemble, de l’intégration, etc., et qui tuent en plein Paris des Français. C’est un échec total pour l’idéologie dominante. Et bien vous aurez remarqué que par un effet fantastique de manipulation des esprits, on a commencé par manifester pour la liberté d’opinion et puis ça s’est fini par « faut lutter contre l’islamophobie ». Les victimes de ces attentats ont servi à légitimer la lutte contre l’islamophobie, moi je dis chapeau… On passe désormais à une nouvelle étape qui est la construction des mosquées. Si Coulibaly et Kouachi ont fait un carnage c’est parce-qu’il n’y avait pas assez de mosquées. Et tout ça en trois mois ! Aujourd’hui, vous avez un premier ministre qui dit « je suis d’accord pour un financement public des mosquées ». (…) Ça prouve que finalement « seule la force prime le droit » comme le disait le chancelier Bismarck. « Je suis Charlie » a été un sas de décompression sémantique et rhétorique pour passer définitivement du monde de la liberté démocratique même si elle est illusionnée, au monde de l’interdiction de toute liberté au nom du « vivre-ensemble ».

Même Caroline Fourest paraît avoir enfin compris le danger. « Ce terme d’islamophobie est non seulement glissant mais dangereux: il vise à mettre des cibles sur le front des défenseurs de la laïcité. Même si des gens de bonne foi l’utilisent dans un sens plus neutre, ce terme ne veut pas dire phobie envers les musulmans mais phobie envers l’islam. Si le fait d’être critique envers le religieux est jugé, dans des rapports officiels, équivalent à du racisme, c’est là une intimidation intellectuelle inacceptable ».

Certes, mieux vaut tard que jamais, surtout quand, face à Tariq Ramadan, on a prétendu mieux défendre l’islam que lui ! Mais nous rappelons à cette même Fourest que le 18 décembre 2010, elle manifestait aux côtés de tous les crétins gauchistes et pseudo antiracistes, derrière une banderole « Unis face à l’islamophobie » et tenait des propos d’une rare stupidité, qualifiant les organisateurs des Assises internationales contre l’islamisation de nos pays de « racistes ».


Manifestation pour dénoncer les « Assises contre… par afp

A cause de gens comme elle et ses complices de gauche comme de droite, les islamistes ont accéléré leur offensive pour criminaliser la critique de leur dogme.

En nous insultant, le jour des Assises, Fourest et ses potes ont consolidé les islamistes dans l’amalgame « islamophobie-racisme », et ceux-ci ne sont pas du genre à faire des nuances. Les « anti-islamophobes » parmi lesquels sévissait l’ineffable Corbières, ont sans doute voulu exposer les organisateurs de ces Assises, et les livrer à la vindictes des extrémistes musulmans. Mais ceux-ci ont tué leurs copains de Charlie Hebdo, jugés islamophobes, eux aussi, pour le plus grand désespoir des cinquante guignols à l’imbécilité criminelle qui manifestaient le 18 décembre 2010, à proximité de Forsane Alizza, par ailleurs !

Il est bien temps de gémir, maintenant que nous sommes aux portes d’un délit d’islamophobie en France !

Lucette Jeanpierre

 

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.