Demain, des camps-ghettos pour « personnes fragiles »…

Demain, des camps-ghettos pour personnes fragiles,
crise sanitaire et révolution politique exposée par la CDC-USA

À propos de l’agressivité, voire de la solution finale évoquée par Henri Dubost dans son récent article sur Riposte laïque : Violente campagne “antifasciste” aux USA contre les non vaccinés, il est urgent de prendre la totale mesure de la folie qui nous environne. Mais est-ce bien de la folie quand les choses se détaillent au point de devenir un cauchemar sanitaire, une persécution progressive et programmée des populations par une révolution politique totale ? Lisez.

Nous voulons partager ici quelques extraits de la page de la CDC américaine (Centers for Disease Control & Prevention) consacrée à la shielding approach. Elle consiste à ouvrir des camps-ghettos destinés à héberger les personnes fragiles retirées de leurs familles : handicapés, personnes âgées, etc. Ayez la patience de tout lire. Nous y sommes bien, séparer les populations, enfermer les résistants à la vaccination, et après … ? Vaste entreprise de déplacement-déportation des populations, d’isolement et de suppression de toutes les pratiques sociales et religieuses. C’est la première puissance mondiale qui ose publier de tels délires en matière de gestion des populations pour une maladie dont nous savons tous qu’elle est très faiblement létale. Lisez et partagez. Si vous voulez vérifier par vous-même, le lien vers la page de la CDC :
https://www.cdc.gov/coronavirus/2019-ncov/global-covid-19/shielding-approach-humanitarian.html

Il s’agit du blindage, une approche qui consistera à bientôt séparer les populations saines et vaccinées des populations fragiles. Tout dans ce projet ressemble à une doctrine de la séparation sanitaire, à une contrainte dictatoriale imposée à des personnes que l’on séparera de leur famille pour les isoler, les traiter, les tenir à l’écart.

Ces camps, ils sont nommés ainsi par la CDC, seraient des zones invisibles, desquelles les informations vers l’extérieur seraient sous contrôle. Tout cela rappelle furieusement les débuts des camps d’internement nazis ou staliniens. Quelques premières citations pour commencer :
« L’approche de protection vise à réduire le nombre de cas graves de Covid-19 en limitant les contacts entre les individus à risque plus élevé de développer une maladie grave (« à haut risque ») et la population générale (« à faible risque »). Les personnes à haut risque seraient temporairement relogées dans des zones sûres ou des « zones vertes » »

Ce blindage assume clairement la totale séparation des populations :
« L’approche de blindage suggère de séparer physiquement les individus à haut risque de la population générale pour prioriser l’utilisation des ressources disponibles limitées et éviter de mettre en œuvre des mesures de confinement à long terme parmi la population générale. »

Très étonnement, le CDC anticipe l’extermination accidentelle des populations dont il ne serait bien sûr pas responsable. Le risque est exposé, ce qui prouve que l’isolement n’est pas une solution, nous allons y revenir :
« L’introduction accidentelle du virus dans une zone verte peut entraîner une transmission rapide parmi les populations les plus vulnérables que l’approche tente de protéger. »

Mais entrons dans le détail de cette approche d’arrachement des populations fragiles.
Que sont ces camps ? Réponse de la CDC :
« Un groupe d’abris tels que des écoles, des bâtiments communautaires au sein d’un camp/secteur (max 50 individus à haut risque par zone verte) où les individus à haut risque sont physiquement isolés ensemble. Un point d’entrée est utilisé pour l’échange de nourriture, de fournitures, etc. Une zone de rencontre permet aux résidents et aux visiteurs d’interagir tout en pratiquant une distanciation physique (2 mètres). Aucun mouvement à l’intérieur ou à l’extérieur de la zone verte. »

Qui gère les mouvements ? Réponse de la CDC :
« Du personnel dédié doit être identifié pour surveiller chaque zone verte. Le suivi comprend à la fois le respect des protocoles et les effets ou résultats indésirables potentiels dus à l’isolement et à la stigmatisation. Il peut être nécessaire d’affecter quelqu’un dans la zone verte, si possible, afin de minimiser les mouvements d’entrée/sortie des zones vertes. »

Et la CDC expose sereinement les risques psychologiques et sociaux qui accompagneraient de tels isolements :
« Ainsi, en plus du risque de stigmatisation et de sentiment d’isolement, cette approche de protection peut avoir un impact psychologique important et peut entraîner une détresse émotionnelle importante, exacerber une maladie mentale existante ou contribuer à l’anxiété, la dépression, l’impuissance, le deuil, la toxicomanie, ou pensées suicidaires chez les personnes séparées ou laissées pour compte. »

Mais le plus délirant est dans ce genre de propos :
« Il n’y a aucune preuve empirique que cette approche augmentera, diminuera ou n’aura aucun effet sur la morbidité et la mortalité pendant l’épidémie de Covid-19 dans divers contextes humanitaires. Ce document met en évidence a) les risques et les défis de la mise en œuvre de cette approche, b) le besoin de ressources supplémentaires dans les zones à capacité limitée ou réduite, c) un calendrier indéfini et d) les conséquences négatives possibles à court et à long terme. »

Comment un tel organisme peut-il consacrer des pages à la promotion d’une approche de mise en camp-ghetto des populations alors qu’il admet l’inconsistante totale de la démarche ? Que vise alors un tel exposé ? La promotion d’une solution et la construction d’une argumentation pour commencer à insuffler des idées révolutionnaires ? Voyez.

1. La fin de propriété privée : en effet, déplacer, c’est violer le droit de propriété des uns et des autres en forçant à céder sa maison ou son appartement en « zone verte », pour organiser les camps des faibles. Le déplacement des uns forçant celui des autres. Le grand déplacement aliène les droits.

2. La généralisation de la surveillance des territoires et la fin totale de la libre circulation entre les camps-ghettos et les autres par nécessité. Des populations auront pour mission de tenir les chekpoints, d’empêcher la libre circulation. Je cite :
« Des protocoles de surveillance devront être élaborés pour chaque type de zone verte. Du personnel dédié doit être identifié pour surveiller chaque zone verte. Le suivi comprend à la fois le respect des protocoles et les effets ou résultats indésirables potentiels dus à l’isolement et à la stigmatisation. Il peut être nécessaire d’affecter quelqu’un dans la zone verte, si possible, afin de minimiser les mouvements d’entrée/sortie des zones vertes. »

3. La destruction totale des liens familiaux et sociaux par décision unilatérale de l’État en séparant les faibles et les autres d’autorité. La supervision des populations se ferait là encore par des tiers garant de l’état de santé psychologique de chacun au nom d’une doctrine politico-sanitaire. Les camps-ghettos se multiplieraient en fonction de certains types de maladies, assurant une atomisation totale de la société. Je cite :
« Les hommes et les femmes, ainsi que les personnes atteintes de tuberculose (TB), d’immunodéficiences sévères ou de démence doivent être isolés séparément. »
Concernant la surveillance médico-psychologique de tous :
« L’isolement/séparation des membres de la famille, la perte de liberté et les interactions personnelles peuvent nécessiter des structures/systèmes de soutien psychosocial supplémentaires. »

4. La destruction des libertés fondamentales, religieuses et rituelles en particulier dont la CDC écrit :
« Les célébrations communautaires (fêtes religieuses), les deuils (enterrements) et autres rites de passage sont les pierres angulaires de nombreuses sociétés. Une planification proactive à l’avance, y compris un engagement communautaire fort et une communication sur les risques, est nécessaire pour mieux comprendre les problèmes et les préoccupations liés à la restriction des individus à participer aux pratiques communautaires parce qu’ils sont protégés. »

Et le projet transforme toute la société quand la CDC glisse que :
« Dans certaines situations humanitaires, plus d’un quart de la population peut appartenir aux catégories à haut risque basé sur des conditions médicales sous-jacentes qui peuvent augmenter le risque d’une personne de contracter une maladie Covid-19 grave, notamment une maladie rénale chronique, l’obésité, des maladies cardiaques graves, la drépanocytose et le diabète de type 2. De plus, de nombreux camps et zones d’installation accueillent plusieurs nationalités, ce qui peut nécessiter une séparation supplémentaire. »

Elle insinue aussi une période inédite de pénurie, inexplicable, provoquée, dont les conséquences disculperaient encore les organisateurs, tout en assumant un rôle incroyable de prise en main de tout le commerce, de toute la distribution qui rappelle une économie planifiée de type communiste :
« La mise en œuvre et le fonctionnement des zones vertes nécessitent une forte coordination entre plusieurs secteurs qui peuvent nécessiter des ressources supplémentaires substantielles : fournitures et personnel pour entretenir ces espaces – abris, IPC, eau, assainissement et hygiène (WASH), articles non alimentaires (NFI) ) (lits, linge de maison, vaisselle / ustensiles, récipients d’eau), le soutien psychosocial, moniteurs / superviseurs, gardiens / préposés, la communication des risques et l’ engagement communautaire, la sécurité, etc. Compte tenu des réductions mondiales des pénuries de produits de base, restrictions de mouvement, fermeture des frontières, et diminution du camionnage et des vols, il est important de préciser quelles ressources supplémentaires seront nécessaires et comment elles seront obtenues. »

En conclusion, comment un tel organisme peut-il exposer un projet de révolution sociale et politique aussi radical au nom de la santé publique à l’occasion d’une maladie qui, nous le savons tous, n’aura provoqué aucune surmortalité mondiale, aucune baisse tragique de la population mondiale et dont la létalité est infime ? Comment alors douter que tout cela masque un projet politique inédit dont les arguments s’insinuent étapes par étapes, dans une logique délirante mais implacable en apeurant les populations jusqu’à leur faire perdre toutes les valeurs civilisationnelles qui sont les nôtres. Cela me rappelle le livre de ce déporté, David Rousset, écrivant un livre magnifique : l’univers concentrationnaire en 1946, qui disait que la concentration justifie le mélange de « tous les peuples », elle exige de mélanger les croyances par « des hommes sans convictions », de créer des liens de dépendances par des « dignités défaites » et de désoler et déraciner jusqu’à produire « un peuple nu, intérieurement nu, dévêtu de toute culture, de toute civilisation. ». Nous y sommes et la CDC annonce une politique concentrationnaire totale. Le combat et la résistance doivent être absolus.

Pierre-Antoine Pontoizeau

 

 

 

 

 

image_pdf
0
0

16 Commentaires

  1. Qu’ils viennent me chercher! J’ai assez de plomb pour les recevoir comme il se doit et soutenir un siège.😡Ils ne m’auront pas vivant,je le jure! S’il fallait prendre le maquis,j ‘y suis prêt.Je puis me priver d’ a peu près tout,sauf de ma liberté et de ma dignité.Puissions nous être nombreux et déterminés à vendre chèrement notre peau,s’il était besoin.FRANCE,LEVE TOI! RESISTANCE! LIBERTE!

  2. L’Australie a un train d’avance! Ensuite la Nouvelle-Zélande dans une autre façon de réagir…

  3. Si les patriotes se révoltent et triomphent, il faudra enfermer ces pourris dans les égouts, c’est là leur véritable place!

  4. C’est digne de la Chine communiste ou de la Corée du Nord.

    C’est possible parce que de plus en plus de gens de pouvoir : politiciens, hauts fonctionnaires, gens de médias, dirigeants économiques, sont sensibles à l’idée du contrôle total de la population, et séduits par ce qu’ils voient dans les pays susnommés, sans le dire ouvertement bien sûr.

    Le problème étant aussi la crédulité de beaucoup de gens, et le désir de sécurité à tout prix de beaucoup ; leur ignorance de l’Histoire (et de l’actualité des pays totalitaires) aussi. Du coup, ces gens ne se révoltent pas contre ces monstruosités.
    Notre époque se dirige vers la barbarie, et l’Histoire sera recommencée pour la énième fois, avec de menues différences de forme.

  5. Dans la série: « l’inversion de toutes les valeurs », nous avons, si ces camps voient le jour: LE MAL, C’est LE BIEN (on vous fait mal, on vos discrimine, c’est par sollicitude, pour votre bien).
    Voilà où en est le « monde » con-temporain !!!

  6. j’ai cherché vainement….il manque les bergers allemands . Ils ont fait leurs preuves pourtant (rire)

  7. Je leur souhaite bien du plaisir le jour où ils viendront me chercher. Je ne partirai que les pieds devant, mais pas seul. A 80 ans, on ne craint plus grand-chose.

    • j’ai deja fait ce raisonnement,j’ai tout ce qu’il faut sous la main,comme vous je ne partirais pas seul, 78ans, je n’ai plus rien a perdre

    • Bien,Jean,! Nous sommes sur la même fréquence.Le temps venu,nous saurons comment agir et ils sauront de quel bois nous sommes faits.Pour le moment,j’invite tous les Francais Patriotes à se constituer en réseaux fiables,a s’unifier par le ciment de nos valeurs essentielles,à se tenir prêts à tout, et surtout au pire,lequel n’est jamais certain….

  8. Les ghettos pour enfermer les corrompu(e)s s’appellent prisons…

  9. controle de la communaute vampyr et autres dans les souterrains de new york ou ailleurs ahah

  10. BOF propos de simiesques bon courage pour controler gangs aux usa et ailleurs et gangs de motards inernationaux et autres mafias sans compter les milliers de sectes religieuses hyper armes rien que les reserves indiennes film rakka invasion alien

  11. heureusement que les neuneus ont voté macron le démocrate et pas la nazi marine, car sinon on serait en pleine dictature ……..
    le pire est qu’ils vont le refaire en 2022 …..

    • C’ est ce que j’ ai dit dans un comment précédent…..Zeimour va passer devant Le Pen et faire reelire Macron ….mais les ricains vont changer la donne avec les élections mi mandat de novembre 2022 et peut-être le retour de Trump puisque les républicains auront la majorité…n’ oubliez pas que la France est  » atlantiste » et sous le contrôle de l’ OTAN !

    • C’est ce que je pense depuis des mois.
      Pendant des décennies, on a fait peur aux gens avec Jean-Marie Le Pen – le summum était en 2002 – et en croyant bien voter en 2017, ils ont élu Hitler bis !

Les commentaires sont fermés.