1

Dépeçage d’Alstom : la haute trahison du menteur Macron

Vente Alstom Power : mensonges, cynisme et trahison 

Alors que le gouvernement voudrait faire passer le rachat des turbines Arabelle pour un exploit, rappelons que Macron, aux abois suite à l’enquête en cours, tente en réalité de faire oublier ses lourdes responsabilités dans la vente d’Alstom Power à Général Electric

Une faute impardonnable que l’on peut qualifier de haute trahison, dès lors que cette opération :

– a privé la France de son indépendance stratégique, la soumettant au chantage de GE pour l’entretien de nos centrales nucléaires,

– a été initiée discrètement par Macron dès 2012, dans le dos du ministre de l’Économie Arnaud Montebourg,

– suscite de lourdes suspicions quant au lien qu’il y aurait entre les bénéficiaires de cette vente de 14 milliards en 2014 et la liste des généreux donateurs de la campagne de Macron en 2017.

Quand on écoute les vidéos ci-dessous, on s’interroge. Y avait-il un deal avec quelque « puissance occulte » : « Tu nous vends Alstom Power et on s’occupe de ta campagne » ?

https://www.youtube.com/watch?v=AlBrJ7fy514&t=16s

https://www.youtube.com/watch?v=Xu3Y4ecnp9I

Après la diabolique machination politico-juridico-médiatique qui a torpillé Fillon dans des circonstances des plus troublantes, celui-ci n’ayant quand-même pas tué père et mère, le doute est permis.

D’autant plus qu’en cinq ans on a pu mesurer à sa juste valeur le machiavélisme d’Emmanuel Macron, capable de nier toutes ses turpitudes avec un aplomb que personne n’ose contester.

L’affaire Benalla en est un bel exemple, avec deux enquêtes parlementaires qui ont été sabotées et n’ont jamais abouti.

Calculateur, machiavélique et retors, l’hôte de l’Élysée est capable du pire.

Mais revenons à Alstom et essayons d’y voir clair

Avant son dépeçage, ce géant et fleuron industriel français, mondialement reconnu pour ses technologies de pointe, comprenait deux volets : la partie Transport et la partie Énergie.

C’est cette branche Énergie, Alstom Power, qui a été vendue à General Electric en 2014.

« Alstom Power comptait deux principaux secteurs : Alstom Thermal Power, spécialisé dans la construction de centrales électriques thermiques et systèmes annexes, ainsi que Alstom Renewable Power, qui recouvrait depuis mi-2011 les activités d’hydroélectricité, éolien, solaire et énergies marines renouvelables. »

Alstom Power était le numéro 1 mondial dans les secteurs suivants 

Et aujourd’hui ce sont les fameuses turbines Arabelle qui font tant parler d’elles. Rappelons que le savoir-faire qu’exigent ces turbines est un véritable trésor national. Un bijou technologique de nos centrales nucléaires que Macron a bradé avec la branche Énergie. 

Quand un ministre brade un trésor stratégique à un concurrent étranger, si ce n’est pas de la haute trahison, qu’est-ce que c’est ? Nous sommes les otages de General Electric pour l’entretien de nos centrales et GE a déjà exercé un chantage sur EDF pour obtenir gain de cause sur les renégociations de certains contrats !!!

Car une centrale nucléaire se divise en deux parties, l’îlot nucléaire (circuit primaire), où la fission nucléaire produit de la chaleur, et l’îlot conventionnel (circuit secondaire) qui transforme cette chaleur en courant électrique.

C’est cet îlot conventionnel vendu à GE et qui contient les turbines Arabelle que la France veut donc récupérer.

Résumons ce que dit Olivier Marleix, président de la commission d’enquête sur l’affaire Alstom.

On se souvient que Macron s’est rendu récemment à Belfort, site de construction des turbines. Interrogé par un syndicaliste sur le désastre industriel et humain consécutif à la vente à GE, Macron lui a répondu qu’il n’était qu’un sous-fifre à l’époque et que le gouvernement avait été mis devant le fait accompli.

Aucun mensonge n’arrête Macron.

En fait, si quelqu’un a découvert le pot aux roses, c’est Arnaud Montebourg.

Car depuis 2012, Macron intriguait déjà en coulisses avec ses amis Américains pour leur céder la branche Energie d’Alstom.

En tant que secrétaire général adjoint de l’Élysée, il avait en effet engagé 300 000 euros pour demander une étude de faisabilité sur cette vente. Discrète opération menée dans le dos du ministre Montebourg ! 

Une étonnante démarche, dont Macron n’a jamais parlé devant la commission d’enquête en 2015. Un oubli ?

Arnaud Montebourg a bien tenté de bloquer la vente par décret, mais Macron, sans doute puissamment soutenu par ses « amis extérieurs », a imposé ce massacre de notre filière nucléaire.

Nous avons perdu à la fois notre indépendance énergétique et nos capacités d’exportation, puisque nos clients devenaient tributaires du bon vouloir de GE pour l’entretien de leurs futures centrales.

Macron a été l’artisan d’un désastre stratégique, industriel, économique et humain sans précédent.

Et il le sait puisqu’il essaie de redresser précipitamment la barre, à la veille des élections. Mais sur l’emploi, le mal est fait. GE a trahi ses engagements de création de 1000 emplois.

Et au lendemain de cette immense défaite pour la France, l’incapable Hollande présentait cet arrêt de mort d’Alstom comme un succès. Quelle bassesse, quelle lâcheté ! Mais comment le peuple français peut-il élire des irresponsables de cet acabit ?

Cette misérable opération, faite sur le dos du contribuable et des salariés, n’a pas fait que des malheureux.

Le PDG d’Alstom a été largement récompensé pour ses bons et loyaux services et la myriade d’acteurs qui ont œuvré au dépeçage de notre joyau industriel se sont partagé un beau pactole.

Quant à Macron, il se dit que les nombreux et très généreux donateurs de sa campagne de 2017 ne sont pas tous étrangers à ce massacre de notre outil industriel.

Attendons-nous donc au pire avec un Président machiavélique qui a passé tout son quinquennat à préparer sa réélection et n’a engagé aucune réforme de fond, réforme des retraites, réforme constitutionnelle, réindustrialisation etc. Le pouvoir l’enivre, la France l’indiffère.

En cinq ans, Macron a surtout créé des emplois à l’étranger, en laissant libre cours aux délocalisations.

Le dossier Alstom résume à lui seul le désastre de son quinquennat apocalyptique. Macron a menti et a trahi le pays en sabotant notre indépendance énergétique et notre sécurité nucléaire.

Et non content de ce démantèlement d’Alstom, il a fermé la centrale de Fessenheim, un autre crime industriel, qui oblige EDF à acheter son électricité 5 fois plus cher qu’il ne la revend à ses concurrents. C’est cela Macron, le génie de l’économie, le Mozart de la réindustrialisation !

Jacques Guillemain