Depuis ma plainte pour viol contre Tariq Ramadan, j’ai peur quand je sors de chez moi…

Publié le 8 mai 2018 - par - 130 commentaires - 3 424 vues
Share

Suite à plusieurs échanges, nous avons eu le plaisir de rentrer en contact avec Henda Ayari, la première femme qui a déposé plainte contre Tariq Ramadan. Comme nous n’en avons pas toujours parlé en bien, nous lui avons proposé, afin de clarifier certains malentendus, une interview, ce qu’elle a accepté. D’où cet échange fort intéressant…

Comme ma mère, j’ai été victime d’un mariage forcé… et moi, cela était avec un salafiste

Riposte Laïque : Les Français ont fait votre connaissance à l’occasion de la sortie de votre livre « J’ai choisi d’être libre », et sur votre plainte contre Tariq Ramadan. Avant d’aborder ces deux questions, pouvez-vous expliquer votre parcours à nos lecteurs ?

Henda Ayari : Je suis née en France, en 1976, à Rouen, je suis issue d’un mariage mixte d’une mère d’origine tunisienne et un père algérien. Mes parents ont divorcé très tôt, car ma mère n’a pas accepté le mariage forcé avec mon père. J’ai malheureusement subi le même sort, en allant en vacances en Tunisie l’été 98, je me suis retrouvée mariée avec un homme que je ne connaissais pas qui était salafiste et qui m’a embrigadée (de force) dans cette doctrine sectaire. Après plusieurs années d’enfermement et de soumission et de maltraitance j’ai décidé de m’enfuir de mon domicile avec mes trois enfants le 26 juin 2006. J’ai mis plusieurs années pour sortir de cette doctrine sectaire, le déclic a été les attentats du Bataclan. J’ai compris le réel danger du salafisme à partir de cette date, j’ai ensuite décidé de parler de mon passé sur ma page Facebook pour dire que j’avais honte d’avoir été une salafiste mais que j’étais fière d’être devenue une femme libre.

J’ai écrit ce livre pour aider les autres femmes qui subissent le voile islamique

Riposte Laïque : Parlez-nous de votre premier livre, « J’ai choisi d’être libre ». Qu’est-ce qui vous a poussé à l’écrire ?

Henda Ayari : Après avoir posté mes photos avant/après (avec et sans voile salafiste : le djilbab) sur ma page Facebook le 26 novembre 2015, j’ai reçu énormément de messages car mes photos ont fait le buzz, j’ai été contactée par une journaliste et une maison d’édition (Flammarion) qui m’ont proposé d’écrire mon histoire. J’ai eu envie d’écrire pour que mon histoire puisse  aider d’autres femmes à ne pas tomber dans les mêmes pièges que moi et avertir des dangers du salafisme.

Je souhaite vraiment que Tariq Ramadan ne puisse plus agresser d’autres femmes

Riposte Laïque : Vous avez donc été la première femme qui a osé déposer plainte contre Tariq Ramadan, pour viol. Votre courage a aidé d’autres femmes à faire de même, et aujourd’hui, le prédicateur est en prison. Etes-vous satisfaite de ce fait ?

Henda Ayari : Je suis surtout soulagée que mon agresseur ne puisse plus s’en prendre à d’autres femmes car je sais que le nombre de victimes est bien plus importants qu’on le croit… J’ai confiance en la justice et si cet homme est aujourd’hui derrière les barreaux c’est parce que la justice estime que cela est nécessaire. Je souhaite vraiment qu’il ouvre les yeux sur le mal qu’il m’a fait à moi et à d’autres femmes, qu’il reconnaisse ses agissements mais surtout qu’il le regrette sincèrement car je ne suis pas aveuglée par la haine ni un esprit revanchard qui me pousse à avoir une soif de vengeance je ne cherche pas la justice ni à me reconstruire en voulant détruire les autres, je veux juste que justice se fasse dans les meilleures conditions possibles, j’ai totalement confiance en la justice de mon pays, et je m’estime heureuse d’être en France car je ne pense pas que cela aurait été la même chose dans un pays arabe, dans ma vie j’ai toujours eu tendance à pardonner, et je souhaite un jour arriver à pardonner à ceux qui m’ont fait du mal, mais même si on pardonne, on n’oublie jamais…

Depuis ma plainte contre Tariq Ramadan, je me déguise dans la rue pour ne pas être reconnue

Riposte Laïque : Quel est votre quotidien, depuis que vous avez déposé cette plainte ? Etes-vous menacée, êtes-vous protégée ?

Henda Ayari : Pour tout vous dire mon quotidien est très difficile, il y a eu l’avant et l’après ma plainte contre Tariq Ramadan, depuis le jour ou j’ai déposé plainte, je suis régulièrement victime de menaces, d’insultes, de harcèlement sur les réseaux sociaux mais pas seulement, j’ai été traînée dans la boue, on m’a calomniée, diffamée, on s’en est pris à mon véhicule, qui a été vandalisé à plusieurs reprisses, je reçois des appels anonymes, des personnes m’insultent et me suivent même dans la rue, lorsqu’elles me reconnaissent. Je dois donc sortir en essayant d’être le plus discrète possible lorsque je fais mes courses, j’ai quitté le voile mais aujourd’hui je suis contrainte la plupart du temps de porter un chapeau ou une casquette et des lunettes pour ne pas être reconnue, cela est très angoissant.

J’attendais davantage de soutiens des féministes…

Riposte Laïque : Vous vous êtes étonnée, dans une récente interview, d’être peu soutenue par la mouvance féministe, notamment celle qui appelle à « balancer son porc ». Comment expliquez-vous cela ?

Henda Ayari : Je vous avoue qu’au départ, je pensais que de nombreuses associations féministes nous contacteraient moi et les autres plaignantes mais ce ne fut pas le cas, nous étions assez isolées, chacune livrée à nous même, cela a été très long pour que quelques unes d’entre elles réalisent la gravité des faits et se manifestent. J’ai reçu des soutiens via les réseaux sociaux des Femens, de l’association Regards de Femmes, en particulier mais c’est assez récent. Par contre j’ai eu des soutiens de politiques, qui n’ont pas hésité à me recevoir et à me faire part de leur soutien concret. Valerie Pecresse a été l’une des premières à me tendre la main, Patrick Karam également ainsi que Laurent Wauquiez.

Je comprends les inquiétudes des Français sur l’islam

Riposte Laïque : Vous considérez-vous toujours musulmane, croyez-vous à un possible islam de France, ou bien vous classeriez-vous comme une apostate ?

Henda Ayari : Cette question est assez délicate, car je suis moi-même en pleine réflexion sur ce sujet. Je me questionne de plus en plus sur certains aspects de la religion musulmane qui me gênent. Je m’interroge sur le comportement de certains musulmans qui veulent absolument voiler les femmes et les soumettre aux hommes. Leur objectif est de politiser cette religion afin d’islamiser le plus possible des populations qui ne sont même pas musulmanes à la base, certains ne se cachent pas et haïssent les non-musulmans.

Ils prônent la haine et la division en tentant de communautariser la population de confession musulmane. Ils poussent les musulmans à croire que la France est un pays raciste. Pour moi, le problème ce ne sont pas les musulmans, c’est le comportement de certains musulmans qui abusent et utilisent certains droits pour arriver à leur fin. J’ai lancé une pétition il y a un an pour dénoncer les candidatures aux législatives de femmes musulmanes voilées. Cela m’a beaucoup choquée, je ne comprends pas pourquoi la laïcité n’est pas respectée à ce niveau.

Il y a un manque de courage politique de certains qui ne veulent pas perdre les électeurs musulmans, qui ont permis à certains politiques d’accéder à des postes de pouvoir, le problème c’est que les Frères Musulmans gagnent du terrain au fur et à mesure des années. Ils commencent par normaliser le voile de la femme, qu’ils utilisent comme un outil de propagande de leur doctrine politique et sectaire qui a les mêmes racine que le salafisme à la base. C’est pour cela qu’ils sont en concurrence et se vouent une haine féroce, cela est un véritable danger pour le bien vivre ensemble dans notre pays. Je comprends la lassitude et les craintes des Français, mais c’est à eux de faire les bons choix lors des élections, car finalement tout le monde à une petite part de responsabilité dans ce qui se passe. J’ai pris conscience de la mienne, c’est pourquoi j’ai décidé de militer contre la propagation de l’islamisme et pour la défense des droits des femmes.

Il faut arrêter le chantage à l’islamophobie

Riposte Laïque : Considérez-vous, comme nombre de dignitaires musulmans, que la critique de l’islam, voire l’islamophobie, soit du racisme ?

Henda Ayari : Absolument pas ! Bien au contraire je passe mon temps à dire qu’il faut arrêter avec le chantage à l’islamophobie ! C’est un moyen pour ceux qu’on appelle Frères Musulmans de gagner du terrain tout en faisant taire ceux qui osent critiquer le comportement de ces musulmans ou plus simplement de l’islam. Je pense qu’il faut faire son auto-critique et commencer par faire le ménage dans sa propre communauté avant de vouloir dicter aux autres ce qu’ils doivent faire ou ne pas faire. Je pense que la France est un pays très tolérant mais que malheureusement certains en abusent un peu trop. Je comprends parfaitement les inquiétudes des Français c’est pour cela que j’ai décidé d’écrire au président Macron le 14 juillet 2017 afin de sensibiliser les politiques sur la question de la radicalisation en particulier salafiste en essayant de proposer quelques idées pour lutter contre ce fléau, même si mes idées ne sont pas parfaites et même si je n’ai pas réponse à tout et une solution pour chaque problème, j’ai quand même pris cette initiative, car cela me tenait à cœur,  malheureusement je n’ai pas été reçue ni entendue comme je l’aurais souhaité mais je ne perds pas espoir de continuer ce combat contre la montée de l’islamisme et surtout pour la défense des droits des femmes car ce sont des combats qui me portent aujourd’hui et j’en suis fière. Je ne dis pas que je sais tout et je n’ai pas la prétention de dire ce qu’il faut faire ou ne pas faire par contre je pense avoir un parcours et assez d’expérience pour donner mon avis sur certains sujets, en particulier l’islamisme et les droits des femmes.

Riposte Laïque : Souhaitez-vous ajouter quelque chose, chère Henda ?

Henda Ayari : Merci à vous de m’avoir permis de répondre pour pouvoir m’expliquer un peu plus clairement, suite à l’article écrit par une personne qui expliquait pourquoi elle n’avait pas confiance en moi, ce que je peux comprendre mais avant de juger une personne, je pense qu’il faut se renseigner et apprendre à la connaitre un minimum…

Propos recueillis par Cyrano

Voir également :

Print Friendly, PDF & Email
Share

130 réponses à “Depuis ma plainte pour viol contre Tariq Ramadan, j’ai peur quand je sors de chez moi…”

  1. jan le Connaissant dit :

    Cette Henda Ayari et une hypocrite, une dissimulatrice. Elles reste musul !!
    Elle n’accuse que l’islamisme ! Le salafisme !!
    Il faudrait lui rappeler que de dénigrer le salafisme, c’est insulter Mahomet !
    Car les salaf sont les sucèsseurs de Mahomet ! Ce sont les anciens . C’est l’islam de Mahomet. C ‘est le pur islam !!
    Lui rappeler aussi que les voiles sont prescrits par le personnage allah, dans 2 versets du coran !!
    Et qu’ aucun musul ne doit rejeter quoi que ce soit du coran, mais l’appliquer !!
    Bref, une hypocrite quoi, qui travaille pour son islam !!