Depuis qu’il a été conspué au Puy-en-Velay, Macron a peur…

Publié le 9 janvier 2019 - par - 23 commentaires - 2 263 vues
Share

Comme l’a montré son allocution des vœux pour 2019, il ne s’en est pas remis. Son ego en a souffert et depuis, il ne cesse de dénoncer à tout propos la foule haineuse et la conspiration des « Gilets Jaunes ».

Ludovic Marin/AFP : Une vingtaine de manifestants attendaient Macron à la sortie de la préfecture de Haute-Loire. La visite était discrète et ne figurait même pas dans l’agenda du président de la République. Mais une poignée de manifestants étaient tout de même au rendez-vous, ce mardi en fin d’après-midi, aux abords de la préfecture du Puy-en-Velay (Haute-Loire), pour accueillir Macron sous les huées et les insultes.

La foule haineuse, c’est le diagnostic de Macron saisi par la peur, après avoir été pris à partie au Puy-en-Velay. Et depuis, il vit dans la peur après un passage éclair au Puy-en-Velay effectué sous les huées.

C’est pourquoi il vit, en quelque sorte bunkerisé, physiquement et mentalement, à l’Élysée.

La cellule de communication de Macron l’envoie le 4 décembre pour se montrer au Puy-en-Velay (Haute-Loire) où la préfecture avait été incendiée. Macron croyait voir ses sujets se prosterner à son passage quand il a ouvert la vitre de sa voiture officielle pour faire des mouvements de sa main royale-présidentielle en saluant la foule de ses sujets. Mais rien ne s’est passé comme prévu et le royal salut de Macron n’a pas eu l’effet escompté, alors que des passants l’ont hué au passage du cortège présidentiel. Macron hué et insulté à sa sortie de la préfecture de Haute-Loire, au Puy-en-Velay a eu la peur de sa vie face à la foule haineuse.

Conspué au Puy-en-Velay, Macron a peur de la foule haineuse. Et cela, il ne l’a pas oublié, incapable de résister à cracher sa haine hautaine et insolente, le soir de ses vœux contre les Français pour 2019.

Macron hué et insulté à sa sortie de la préfecture de Haute-Loire, au Puy-en-Velay. Macron s’est rendu discrètement à l’intérieur du bâtiment dont plusieurs parties ont été incendiées lors d’une manifestation de « Gilets Jaunes ». Il voulait communiquer sa compassion à la presse et montrer qu’il était prêt à échanger avec le peuple et les petits fonctionnaires qui étaient supposés lui raconter les moments d’angoisse face aux méchants « Gilets Jaunes ». « Vous allez tous griller comme des poulets ! » aurait crié un agresseur violent à une fonctionnaire. Puis Macron a eu la peur de sa vie sous les huées de la foule haineuse.

Devant les grilles de la préfecture, des manifestants lancent des projectiles.

Après le coup de l’avenue Kléber à Paris, c’est la deuxième fois en trois jours que Macron est accueilli par des sifflets et des quolibets. Macron, venu au Puy-en-Velay pour constater (dénoncer) les dégâts causés par l’incendie de la préfecture survenu lors de la mobilisation des Gilets Jaunes, repart sous les huées.

Macron était venu dénoncer les dégâts provoqués par l’incendie ayant frappé la préfecture en marge d’un rassemblement de Gilets jaunes le 1er décembre. Après avoir salué et apporté son soutien (virtuel) aux agents, Macron a regagné son véhicule sous les huées et les insultes de protestataires regroupés à proximité de la grille de la préfecture. Ces derniers n’avaient pas revêtu de gilets jaunes.

Marquée par des invectives telles que « Tous pourris ! » ou encore « Macron, démission ! », la visite éclair de Macron au Puy-en-Velay s’est déroulée dans une ambiance électrique ce 4 décembre.

Une communication présidentielle pour les médias mise à mal. Critiqué pour avoir tardé à réagir face à la colère des Gilets jaunes, et aux incidents qui ont eu lieu parallèlement, Macron entendait bien se remettre en selle en condamnant les violences commises en marge des dernières mobilisations nationales.

Résultat : En partant, Macron a voulu condescendre à ouvrir la vitre pour saluer de sa royale posture les gueux, mais il a été conspué et hué par ceux qui ne sont rien, certains criant « tous pourris » et « démission ».

Pour autant, cette opération de communication n’a pas eu tous les effets escomptés pour Macron, à quelques jours d’une nouvelle manifestation des Gilets jaunes qui devait avoir lieu le 8 décembre. Avant la visite mouvementée au Puy-en-Velay, Macron avait déjà essuyé, devant les objectifs des caméras, la colère de ses opposants. Le 2 décembre, au lendemain de la mobilisation nationale des Gilets jaunes du 1er décembre, il avait été accueilli par plusieurs dizaines de Gilets jaunes aux cris de « Macron, démission ! », après son passage à l’Arc de Triomphe, alors qu’il venait rendre hommage aux forces de l’ordre pour la télé.

Selon le gouvernement, à travers Macron, les Gilets jaunes « insultent la République » en s’attaquant à ses symboles. Force est de constater que Macron est actuellement la cible de la colère des Gilets jaunes.

Macron avait choisi de se rendre en Haute-Loire pour « témoigner personnellement de son respect et de son soutien aux agents » après l’incendie du bâtiment samedi lors d’un rassemblement de « Gilets jaunes », selon le service de communication de l’Élysée. Il y a salué les agents présents et il a remercié les gendarmes qui protégeaient la préfecture. Arrivé sur les lieux vers 16h00, il en est reparti vers 18h00 sans avoir pu faire de déclaration. Dans la soirée, le service de communication de l’Élysée a posté deux messages sur Twitter :

« Aux agents de la Préfecture du Puy-en-Velay : « Vous avez vécu (comme Macron royal Moi-même) quelque chose de terrible samedi. Rien ne justifie cette violence« . @EmmanuelMacron. « À travers vous (Moi), c’est l’État (LREM) qui a été attaqué. Mais qui d’autre que l’État (LREM) répond à la colère de chacun ? Qui éduque ? Qui soigne ? Qui aide ? C’est (Moi) vous. Je ne laisserai jamais attaquer l’État (à Moi LREM) pour cette raison. Votre tristesse je la partage (???). Je suis fier de vous. » @EmmanuelMacron

lexpress.fr avec AFP : « (Macron) qui s’est rendu dans la préfecture incendiée par des gilets jaunes, a été accueilli par des « Macron démission ». Les mesures du Premier ministre n’ont pas calmé la colère. À peine quelques heures après les annonces d’Édouard Philippe destinées à « apaiser » le mouvement des gilets jaunes, Macron s’est fait huer par quelques manifestants, lors d’une visite surprise à la préfecture du Puy-en-Velay. Macron hué à la sortie de la gendarmerie est la cible de toutes les critiques depuis la première journée de mobilisation contre la hausse des taxes sur les carburants. Le moratoire sur la hausse des taxes et des tarifs de l’énergie annoncé par le gouvernement a été qualifié de « premier pas » par plusieurs représentants des gilets jaunes, mais aucun n’a estimé qu’il s’agissait d’une mesure suffisante pour stopper le mouvement, ou restaurer la cote de confiance du chef de l’État, qui a atteint son plus bas niveau (23%), selon un sondage Ifop-Fiducial. Griveaux : les gilets jaunes ont des airs « insurrectionnels » ! lexpress.fr avec AFP : « Selon le porte-parole du gouvernement, ceux qui restent mobilisés forment « un mouvement d’agitateurs ».

Pour Griveaux, le mouvement des gilets jaunes est « devenu le fait d’agitateurs » voulant « renverser le gouvernement ». Le mouvement a pris une tournure « insurrectionnelle ». Après les « réponses concrètes » apportées par l’exécutif aux revendications sur le pouvoir d’achat, « le mouvement dit des gilets jaunes est devenu pour ceux qui restent mobilisés un mouvement d’agitateurs qui veulent l’insurrection et renverser le gouvernement. Pour preuve : « Ceux qui appelaient à débattre ne veulent pas participer au grand (mensonge) du débat national. » « Les choses n’ont pas réellement changé ». Toujours au sujet du débat national ouvert pour répondre à la crise, « le grand débat ne doit pas être un grand déballage ni une volonté de rejouer l’élection [de 2017], mais un moment de dialogue (maîtrisé) à l’issue duquel (nous) formulerons (nos) propositions. »

Le mouvement des gilets jaunes exprime sa défiance envers les médias : « Il faut de la transparence » !

Griveaux a répété les consignes de Macron conspué au Puy-en-Velay à ses ministres : « Le président est revenu sur trois reproches (que le peuple doit entendre) : le fait que les choses n’aient pas réellement changé pour beaucoup de nos concitoyens […], le fait qu’il est indispensable de redonner du sens (au racket fiscal) dans un monde où il faut lutter pour ne pas céder à l’immédiateté du moment, et le fait que nous devons aller encore plus loin dans le changement, et être plus radicaux dans notre manière de faire ».

Si la visite calamiteuse du Puy-en-Velay semble avoir mal tourné pour Macron, les dégâts causés à son image sont confirmés par une nouvelle vidéo en ligne qui montre de nombreuses personnes rassemblées le long de la rue qui ont pourchassé des voitures officielles, hué Macron, crié des insultes, et même exigé sa démission. Macron a été accueilli par le slogan « Démission ! » à la sortie de la préfecture et du commissariat de police. Résultat de la communication subtile de l’Élysée : Macron chute à 18% de popularité !

La mobilisation des Gilets jaunes est venue confirmer l’impopularité croissante de Macron : sa cote de popularité baisse de 3 points à 18% en un mois et celle d’Édouard Philippe chute de 6 points à 21%, pour atteindre leur plus bas niveau depuis leur entrée en fonction. (sondage YouGov pour CNews et Le Huffpost).

Le couple exécutif plonge de plus en plus dans l’impopularité avec 17% (-3) d’avis favorables et 77% (+6) d’avis contraires. 73% (+5) des Français jugent que l’exécutif a une « mauvaise » gestion de l’économie.

Après le Puy-en-Velay, Macron a peur du bilan des sondages et de la foule haineuse. Il a perdu très gros. Mais il ne cherche pas à calmer la colère des « Gilets Jaunes » avec sa soif de domination-répression juvénile. Mais, ce n’est pas la réponse que tout le monde attend, car il a perdu tout esprit politique.

Conclusion : Macron a peur. Il reste bunkérisé à l’Élysée et il supprime l’essentiel des cérémonies de vœux. Contrairement à la tradition, Macron, n’organisera aucune cérémonie de vœux à l’Élysée cette année.

Il entend se concentrer sur le grand mensonge du débat national LREM. Takaycroire !

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Aux Armes Citoyens

Tous ces emprunts c’est pour toute la racaille qui ne cesse d’affluer…
Et qui paye ?

DUFAITREZ

100° fois ! La longueur ne fait pas la qualité !
OUF ! Je ne suis pas seul ce jour !

Pistou

Sa grand-mère est obligée de lui changer les couches plusieurs fois par jour. Hier il a reçu un accueil houleux a Créteil je crois M6 la signalé sans montre de photo les autres chaînes n’en ont même pas parlé. La censure marche bien

Jill

Y’a pas un bunker ou il pourrait se planquer,
peinard ?

patphil

les foules haineuses vont elles se multiplier dans les campagnes…

Nuch

Oui trop long et répétitif

Aux Armes Citoyens

Bon article, qui va à l’essentiel.
Cependant, je ne comprends pas comment le barbu locataire de Matignon fait ENCORE 21 % de satisfaits, ni même les 18 % de maquereau el arabia.
Il y a vraiment des imbéciles pour croire ENCORE à des ordures génocidaires-immigrationnistes-collabo-vendus-profiteurs-anti-démocratiques.

BobbyFR94

Aux Armes Citoyens, parce que tu crois au chiffres donnés par ceux qui soutiennent le macron, maintenant ?

Ces chiffres sont BIDONS, comme l’est ce gouvernement de TRAÎTRES !!!

Aux Armes Citoyens

Aaah ! Il est vrai que je fais encore preuve de naïveté…
Corriger ce défaut, il me faut…

Marnie

Monsieur Macron la foule haineuse risque de gonfler si vous continuez à ne pas l’entendre et surtout à ne pas tenir compte de ses revendications qui vont bien au-delà de celles des seuls GJ.

bernard

Trop long comme d’hab. Vous vous écoutez écrire cher ami. On sait tout cela depuis des mois…Ne prêchez pas devant des convertis….

Richard Mauden

Et les autres ? Ils ne comptent pas pour vous ?

Marino Escoffier

Créteil : la visite d’Emmanuel Macron perturbée par des syndicalistes et des Gilets jaunes Quelques affrontements ont éclaté entre les forces de l’ordre et un comité d’accueil d’opposants à Emmanuel Macron mobilisés pour perturber l’inauguration de la maison du handball par le chef de l’Etat à Créteil. L’annonce de la visite du président Emmanuel Macron à Créteil pour l’inauguration de la maison du handball ce 9 janvier n’est pas passée inaperçue aux yeux de ses opposants. Plusieurs manifestants, dont certains arborant des gilets jaunes et d’autres des drapeaux de syndicats, l’attendaient le pied ferme. Informations sur les Publicités Twitter et… lire la suite

Nestor

Il ne faut plus lui lâcher les baskets, il faut lui réserver l’accueil qu’il mérite à chacun de ses déplacements, qu’il n’ait plus un instant de répit, qu’il ne sorte plus de son bunker élyséen jusqu’à ce qu’il entende enfin les français qui lui crient leur misère et leur mal-être !

Aux Armes Citoyens

Jusqu’à ce qu’il démissionne, lui et toute sa clique de vendus-collabos-immigrationnistes-traîtres-profiteurs.

patphil

rendez vous donc dans 3ans et demi car il ne se suicidera pas ni ne suicidera les godillots

sitting bull

Avec un peu de chance les G J vont enfoncé son Bunker et lui mettre un pied au cul a l Elysée ce prochain Samedi ..il va traverser la cour de l Elysée a coup de botte aux fesses

Dupond

Je craind que les FO ne leurs ouvrent le feu sur eux !!!

Dupond

C’est vrai qu’elevé en poulet de batterie climatisée ,bien nourris bien logé grassement rémunéré et et superbement protégé ; se retrouver en haute loire face a des bucherons qui vous défalquent un radar le temps de le dire et en rogne mettent le feu a la sous préfecture ça vous traumatise un mec car là on est loin de l’épaisse moquette des bureaux de rotshild ……il va en falloir des psy et autres neurologues pour remettre choupi d’aplomb !!! a ma bonne germaine la vie n’est pas un long fleuve tranquil pour nos gars de la république en marche (mdr)

Marnie

Votre commentaire m’a bien fait rire. Bavo !

Dupond

Marnie
j’en suis ravi !!! merci et bonne journée

Aux Armes Citoyens

En marche arrière…