Dernière option pour la France : le vote Marine

Publié le 28 février 2017 - par - 13 commentaires - 800 vues
Traduire la page en :

L’heure de vérité approche, celle des élections présidentielle et législative 2017.

Dans cinquante huit jours, le clown sinistre qui vit à l’Elysée deviendra probablement gardien de nuit à Eurodisney, persuadé qu’il est de l’historicité du château de Blanche Neige et de l’antiquité du site…

Mais en même temps, la mer monte et la mort par submersion nous attend, et avec nous, ce que les 1500 ans de l’Etat français représentent.

Or, quel est le risque, et quels peuvent être les rédempteurs ?

Mélenchon, Hamon et Macron ont en commun le phonème final de leurs noms et la détestation de la France. Pourquoi ? On se perdrait entre Freud et Marcuse à tenter de percer ce mystère et nous n’en avons plus le temps ! Mais tous veulent que la France disparaisse, et les Français avec elle.

Fillon, qui partage avec eux cette sonorité terminale, a une ascendance politique qui nous a menés au gouffre devant lequel nous vacillons. Comment, et par quel mystérieux ressort, un européiste pourrait-il nous extraire de cette Union Européenne qui nous liquéfie ?

Il n’y a qu’une seule formation politique qui affirme qu’on ne peut impunément détruire la France, et qu’à tout le moins, elle mérite qu’on la libère des chaînes dont on l’a chargée depuis 72 ans.

Car la France, et l’Europe, ces géants de l’Histoire, se sont laissées ficeler sur une plage par des nains qui les craignaient. Et le pire, c’est que les pays d’Europe, la France avec eux, et les Etats-Unis ont fabriqué eux-mêmes ces liens illusoires et se sont inoculés le somnifère nécessaire au succès de l’opération sous la forme de la charte des Nations Unies. Ce qu’ils ont cru être un moyen de tenir le monde a fini par devenir leur credo, et les nains purent danser sur le ventre de ce Gulliver avant de songer à l’euthanasier.

Il faut briser ces liens. Il faut à la France et à nos frères d’Europe des chefs d’état qui ne songent qu’à représenter leurs nations sans aspirer à je ne sais quelles fonctions mondiales qui ne seraient qu’une trahison de plus.

Certains diront qu’on risque d’y perdre « la Paix ».

Quelle paix ? Celle des cimetières assurément !

Aussi devons-nous crier : « Debout les morts ! ». C’est l’heure du réveil ou de la sortie de l’histoire.

Debout les morts des millénaires passés, qui, pour beaucoup, n’auraient pas pensé être tombés pour voir leurs descendants abdiquer leur liberté et leur souveraineté sur l’autel d’une fallacieuse « sécurité ».

Mais debout, surtout, les morts-vivants qui hantent nos pays d’occident, et qui ne se reproduisent plus, qui ne savent même plus pourquoi ils vivent, sauf à penser qu’ils se plaisent dans ce parc d’attraction où leur vie s’écoule de la table aux spectacles qu’on leurs offre, oubliant qu’ils sont promis au tombeau.

Il faut que sonne l’olifant, que le peuple accoure et se reconnaisse pour ce qu’il est : un héritier.

En avril, une seule voie est possible dès le premier tour, celle qui met en furie les traîtres et les envahisseurs : le vote pour Marine Le Pen.

Georges Clément

Comité de Lépante

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi