Derrière l’image et le discours de Trump, les prochaines guerres américaines

Publié le 16 juillet 2018 - par - 77 commentaires - 3 159 vues
Share

Beaucoup de lecteurs et de contributeurs de Riposte Laïque aiment bien le président des Etats-Unis, Donald Trump, chez qui ils voient le dernier espoir d’un Occident moribond. Cela ne nous empêche pas de donner la parole, de temps en temps, à quelques-uns de ses détracteurs. Jean-Loup Izambert, journaliste et écrivain, fait partie de ceux-là. Ayant déjà répondu à plusieurs entretiens, dans RL, il a accepté, une fois encore, de répondre à nos questions.

Riposte Laïque : Allons droit au but, vous nous désarçonnez, quand vous parlez de la situation américaine. Vous faites partie des rares journalistes à nous expliquer, en gros, qu’entre Obama et Trump, il n’y a pas plus de différence qu’entre le Parti socialiste et Les Républicains. Nostalgie de l’époque Duclos et du bonnet blanc et blanc bonnet ?

Jean-Loup Izambert : Avec 47,2% des suffrages exprimés, Donald Trump est le président le plus mal élu depuis Bill Clinton en 1992 dans le cadre d’un système électoral où le président n’est pas élu au suffrage universel direct mais par des électeurs présidentiels. Son électorat est majoritairement âgé, composé surtout de grands propriétaires, caractérisé par une forte présence des milieux conservateurs opposés à l’intervention de l’Etat dans l’économie, aux mesures sociales et aux impôts.

Trump est soutenu par une partie des milieux impérialistes de Washington au sein desquels se retrouvent représentants du complexe militaro-industriel, de l’armée, du renseignement, des fonctionnaires du Pentagone et des dirigeants de sociétés transnationales étasuniennes. Ses principaux soutiens viennent des cartels pétroliers, des banques et de l’industrie de l’armement. Tout comme Clinton, Trump a pu être soutenu par une partie d’entre eux en échange d’engagements en matière de politique intérieure et extérieure. Les Etats-Unis dont l’appareil d’Etat est gangréné par les réseaux de la grande finance et des lobbies de toutes sortes sont un véritable « Etat voyou ». C’est ainsi que le qualifient eux-mêmes plusieurs hauts fonctionnaires étasuniens dont William Blum, ancien haut fonctionnaire du Département d’Etat, ou, parmi d’autres, l’ancien diplomate, universitaire, Docteur en Sciences politiques et écrivain, Peter Dale Scott.

L’Etat voyou (Rogue State : A Guide to the World’s Only Superpower), par William Blum, Ed.L’Aventurine, Paris et La route vers le nouveau désordre mondial, par Peter Dale Scott, Editions Demi Lune.

La situation est néanmoins complexe car le lobby atlantiste s’est réparti les rôles au sein de l’administration et des partis Républicain et Démocrate afin d’influer sur la politique du président au profit de ses intérêts quel que soit le candidat élu. Cela explique la différence de discours qu’il peut y avoir entre des journalistes de médias conservateurs, des représentants de l’administration et le président ou quelques uns de ses proches dans des décisions de politique intérieure ou étrangère, qu’il s’agisse de l’Iran, de la Corée ou de la Fédération de Russie par exemple. C’est aussi pourquoi si Donald Trump a dénoncé les conséquences de la mondialisation financière comme les pertes d’emplois et les délocalisations en stigmatisant l’immigration mexicaine, il s’est bien gardé de s’attaquer à ses vrais responsables qui sont à Wall Street et dans les sociétés de trading qui spéculent à hauts risques sur l’économie. Que fait son administration ? Elle abroge la loi de régulation de la finance mise en place après la crise financière de 2008, réduit de 25% le budget de l’Agence de protection de l’environnement et licencie 20% de son personnel, favorise la dérégulation économique, met en place des baisses d’impôts pour les grandes fortunes et sociétés – de 35 à 15%. -, promulgue les décrets contre l’assurance-santé et l’avortement, développe l’anti-syndicalisme, attaque les sociétés françaises qui refusent de violer le droit international comme elle l’exige et attise les guerres de toutes sortes sans rien toucher du système qui a mis les Etats-Unis en faillite. Trump et Clinton sont donc bien ainsi que je l’écris dans Trump face à l’Europe les deux faces d’un même système dont la candidate du parti « démocrate » n’est qu’une version « allégée ».

Tout le reste est du baratin de communicants destiné à tromper les citoyens. Les nouvelles violations du droit international de l’administration Trump en avril dernier contre la République arabe syrienne et au mois de mai suivant contre la République islamique d’Iran, le Venezuela et des entreprises européennes montrent bien que celle-ci poursuit en les aggravant toutes les guerres de l’administration Obama. Mais, même avec l’énorme pression médiatique à laquelle les étasuniens sont soumis quotidiennement la société bouge. Par exemple, la jeunesse vote et s’engage de plus en plus dans des organisations comme ceux de Democratic socialistes of America (DSA) qui proposent des mesures socialistes pour dégager l’appareil d’Etat de l’emprise de la grande finance. Pour la première fois depuis les années 1920 des socialistes proclamés sont élus au suffrage universel dans des villes et des organisations sociales. Cela vient d’être encore récemment le cas avec l’élection de la démocrate-socialiste Ocasio-Cortez, une jeune femme du Bronx de 28 ans, diplômée de l’Université de Boston et serveuse de restaurant. Bien que disposant de très peu de moyens financiers face au candidat du parti démocrate, Joe Crowley, numéro quatre de ce parti, elle a battu celui-ci en remportant 57% des suffrages lors des élections du 14ème district de New York où il était élu depuis 1999. Il faudra voir à l’avenir comment évoluera la proposition politique de ce mouvement. Dans l’immédiat, une brèche s’ouvre dans la bipolarisation de la vie politique Républicains-Démocrates que la grande bourgeoisie avait organisée pour perpétuer son système.

« 54,3% de la population des États-Unis est aujourd’hui en voie de précarisation ou en détresse »

Riposte Laïque : Mais rien que sur la politique migratoire, sur le patriotisme économique, sur un discours identitaire, vous ne voyez vraiment aucun changement avec l’administration Obama ? Et la sortie des accords internationaux, comme ceux signé sur le climat à Paris ?

Jean-Loup Izambert : L’administration Trump a voulu renégocier plusieurs traités multinationaux : traité de libre-échange transpacifique signé par douze pays qui n’a jamais été appliqué en raison de l’opposition du Congrès US ; accord de libre-échange nord-américain (Aléna) ; accord de Paris sur le climat ratifié par 147 pays. Agissant ainsi elle désengage les Etats-Unis des négociations multi-Etats trop contraignantes pour les sociétés transnationales étasuniennes. Vous avez pu lire dans Trump face à l’Europe les témoignages que je rapporte sur le rôle des « assassins financiers » travaillant pour ces transnationales à travers le monde. Que l’administration soit républicaine ou démocrate, ils n’hésitent pas à recourir aux pires moyens afin de mettre des Etats en difficulté ou préparer des guerres au seul profit des sociétés transnationales US et de l’oligarchie.

Les Etats-Unis sont aujourd’hui un Etat insolvable, fragilisé financièrement, économiquement et socialement. Aussi, Trump tente-t-il de mettre en place des négociations bilatérales dans lesquelles son administration pense pouvoir imposer plus facilement l’hégémonie US. Aussi, le « patriotisme économique »  n’est qu’une formule vide. Les mesurettes telle la multiplication des taxes sur les produits importés aux USA comme l’aluminium ou l’acier au prétexte de protéger l’économie étasunienne en déclin non seulement ne résoudront rien mais vont contre les intérêts des grands propriétaires privés de la finance qui poursuivent la financiarisation de l’économie. C’est pourquoi l’administration Trump doit les rassurer en diminuant encore leurs impôts tout en les laissant continuer leur « économie-casino » avec les places offshore et les fonds spéculatifs.

Dans ces conditions, je ne vois pas comment les oligarques de la finance et de l’économie qui, par nature, sont complètement apatrides et ne vivent que pour leur enrichissement personnel immédiat, pourraient avoir le souci de l’intérêt général d’un pays sans y être incités ou contraints. Pour ces gens là, la patrie n’existe pas, la nation porteuse de valeurs et de citoyenneté est un obstacle à leur enrichissement, le monde rien d’autre qu’une marchandise et l’intérêt général un slogan communiste. De même, le 8 mai, l’administration Trump a retiré les Etats-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien, repris en les élargissant les sanctions contre l’Iran et tente d’imposer la loi US aux sociétés européennes. C’est une nouvelle grossière violation de la Charte de l’ONU et du Plan d’action global commun (Joint Comprehensive Plan of Action – JCPoA) entériné à l’unanimité en juillet 2015 par son Conseil de sécurité – plus l’Allemagne et l’Iran – dans la résolution 2231. L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a souligné que l’Iran respectait ses obligations au titre du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP).

On peut du reste se demander pourquoi Israël qui est l’un des très rares Etats à n’avoir pas signé le TNP et qui, de plus, refuse que ses installations nucléaires militaires soient contrôlées par l’agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), n’est pas contraint aux mêmes obligations. Cette nouvelle violation du droit international résulte sans doute des engagements donnés par Trump a quelques uns des principaux affairistes sionistes qui ont financé sa campagne électorale. De plus l’administration Trump veut encore renforcer les sanctions économiques et financières contre les entreprises et citoyens russes, ce qui est une nouvelle atteinte au droit international. Mais, désormais, la Fédération de Russie considère ces sanctions comme une attaque contre sa souveraineté politique et économique. C’est pourquoi fin mai-début juin la Douma et le Conseil fédéral ont voté un plan de contre-mesures en réponse aux sanctions illégales et inamicales des Etats-Unis. Celui-ci va être également étendu aux Etats, dont la France, qui appliquent ces directives de Washington. En moins de deux mois, l’administration Trump a ainsi porté plusieurs nouvelles attaques contre la paix et la coopération des peuples.

Par ailleurs, de nombreux documents, statistiques, analyses attestent de la poursuite de la détérioration de la situation financière, économique et sociale des Etats-Unis. Le Bureau du recensement des Etats-Unis indique que plus de 146 millions d’Etasuniens sur 321 millions figurent dans les catégories « revenu médiocre » ou « faible revenu ». Et, si l’on prend comme référence les recherches du Département des statistiques du travail étasunien, plus de 102 millions sont sans emploi. Parmi ceux-ci 94,708 millions sont exclus du marché du travail et 47 millions, soit plus que la population de l’Espagne, ne survivent que de coupons alimentaires tandis que 1,6 million d’enfants dorment dans des refuges !

Dans son étude intitulée The 2017 Distressed communities index publiée à la fin de l’année 2017 et qui dresse une situation de l’évolution des conditions de vie de la population, The Economic Innovation Group constate que la précarisation économique de la population des USA continue d’augmenter : « 54,3% de la population des États-Unis est aujourd’hui en voie de précarisation ou en détresse ». De même, le Rapport financier annuel de l’année 2017 publié en février dernier par le Département du Trésor US constate que le gouvernement étasunien a un passif sans précédent de 20 400 milliards de dollars. Selon le Trésor US, du 1er janvier 2018 au 28 mars 2018 (premier trimestre), la dette fédérale a encore augmenté de façon spectaculaire de 621 milliards de dollars. Telle est la situation des Etats-Unis que des politiciens aveugles et des journalistes ignares ou atlantistes qualifient encore, sans craindre le ridicule, de « première puissance mondiale ».

Derrière l’image et le discours de Trump

Riposte Laïque : Vous contestez le fait que sa victoire, obtenue contre l’ensemble de ce que nous appelons le système, et ses médias, soit celle d’un homme seul, soutenu par les classes populaires, contre la candidate de Wall Street ?

Jean-Loup Izambert : La « victoire » de Trump n’est en rien celle d’un homme seul comme certains médias ont tenté d’en façonner l’image. Soyons réalistes : on ne s’en prend pas à Wall Street en recevant de l’argent de milliardaires dont les sociétés transnationales sont au nombre des principaux acteurs. L’entrée de Trump à la Maison Blanche n’a été possible qu’avec le soutien de la partie la plus conservatrice de la bourgeoisie. Comme Clinton, Trump est un candidat milliardaire de Wall Street où il a ses quartiers. Il est évident qu’il n’aurait jamais obtenu le soutien de grandes institutions financières et de leurs intermédiaires comme Wilbur Ross, lié de longue date à la banque Rothschild, s’il avait proposé des mesures pour dégager l’appareil d’Etat des réseaux de la grande finance et s’était attaqué aux places offshore qui sont des acteurs essentiels de la financiarisation de l’économie.

Le soutien qu’il a obtenu des classes populaires est du à l’intense campagne de propagande mensongère et démagogique développée par le parti Républicain sur le thème d’ «America first » qui symbolisait la revendication populaire contre la crise et les guerres. La politique de l’administration Trump appert aujourd’hui à l’opposé de cette revendication. Aucune décision de l’administration Trump ne remet en cause le système de la domination des grands propriétaires privés de la finance et de l’économie sur la société, bien au contraire. Trump ne défend pas les Etats-Unis qui créent et qui produisent mais les banquiers et spéculateurs affairistes qui trafiquent tous les jours contre la vie des gens et qu’il connaît bien pour avoir été en affaire avec certains d’entre eux.

Il a bien remercié les milieux financiers qui l’ont soutenu puisque le «premier cercle » de son pouvoir est exclusivement composé de milliardaires, d’individus issus de la grande finance – notamment de la banque Goldman Sachs -, de sociétés transnationales et du complexe militaro-industriel : Gary Cohn, vice-président de Goldman Sachs est directeur du Conseil économique national, Stephen Bannon, haut conseiller et chef de la Stratégie, Carl Icahn, 43ème fortune mondiale, conseiller spécial, Steven Mnuchin, secrétaire au Trésor, Anthony Scaramucci, conseiller du président, Jared Kusner, le gendre milliardaire de Trump, conseiller spécial, Jay Clayton, ancien avocat de Goldman Sachs, dirige l’autorité des marchés financiers, l’ex-PDG d’ExxonMobil, Rex Tillerson, ministre des Affaires étrangères, Myron Bell, lobbyiste financé par Texaco, Ford et Philip Morris, ministre de l’Environnement, etc. Trump pouvait également tenter de redonner aux Etats-Unis une place plus honorable que celle dans laquelle l’administration Obama l’a enfoncée, à savoir en pleine illégalité internationale. L’affaire Skripal, les actions contre Cuba, celles pour tenter de renverser le gouvernement légal du Venezuela et d’autres en Amérique latine, les bombardements et provocations contre la Syrie ou la Turquie et les tentatives actuelles d’entraver les activités d’entreprises européennes sont à l’opposé de ses discours de campagne électorale.

Ces décisions montrent bien à quel point l’administration Trump méprise l’ONU, le droit international et le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Non seulement il n’y a pas d’arrêt de l’interventionnisme US dans les affaires intérieures des Etats mais celui-ci s’est renforcé, y compris contre l’Europe. De même, l’OTAN n’est plus « l’organisation obsolète » que Trump dénonçait pendant sa campagne électorale. Il a fait voter par le Congrès le plus important budget militaire – 700 milliards de dollars officiels ! – de l’histoire des Etats-Unis et exige maintenant des membres de l’OTAN qu’ils augmentent encore leur engagement financier. Au cours de la première année de mandat de Trump, l’armée US a largué un total de 44 096 bombes contre des peuples soit une moyenne de 120 bombes par jour… !

L’armée étasunienne lâche une bombe toutes les 12 minutes et personne n’en parle, par Lee Camp, source : Zero hedge (06/22/2018), le Saker francophone, 22 juin 2018.

Depuis leur fondation en 1776, les Etats-Unis ont consacré plus de 93% de leur existence à faire la guerre aux peuples pour imposer leur système et piller leurs richesses. Quel est donc cet Etat dont les dirigeants planifient et justifient leurs massacres à coups de mensonges répétés et de fausses informations jusqu’au sein des organisations internationales si ce n’est « le pays de la guerre »… ?! Enfin, concernant les médias, s’il est vrai que les grands médias nationaux sont la propriété des milliardaires au-travers de filiales médias de sociétés transnationales et de banques, il existe aux Etats-Unis, tout comme en Angleterre ou en Fédération de Russie, des équipes de journalistes qui enquêtent plusieurs mois, et parfois même plusieurs années, sur des faits de société. Si ceux-ci connaissent des pressions de toutes sortes, sont parfois contraints de quitter les médias où ils exercent, ils mènent un combat courageux pour briser le silence.

Les cas de Spotlight, l’équipe d’investigation du quotidien Boston Globe qui a mis à jour tout un système de pédophilie dans lequel sont impliqués des centaines de prêtres de l’église catholique romaine dans de nombreux pays et couvert par leur hiérarchie ou la dénonciation par d’autres journalistes du rôle de la CIA pour entraîner et armer des groupes terroristes sont éloquents du rôle que peuvent encore jouer les journalistes d’enquête dans la société. Ce n’est pas le cas en France où pas un seul média national – exception faite d’Afrique-Asie et de TVLibertés – n’a dénoncé le système des relations et de protections de plusieurs dirigeants français avec des criminels d’organisations islamistes que je révèle dans les deux tomes de 56 ou l’organisation et le financement de la déportation massive de populations que je rapporte dans Trump face à l’Europe.

L’enquête menée par les journalistes du Boston Globe sera en 2015 l’objet d’un très bon film réalisé par Tom McCarthy sous le titre Spotlight.

Si RT France vous désinforme, lisez La Vie internationale…

Riposte Laïque : Deux médias russes, Sputnik et Russia Today, paraissent vous ignorer totalement, alors que vos thèses devraient les intéresser. Comment expliquez-vous cela ?

Jean-Loup Izambert : Depuis l’édition du tome 1 de 56 en 2015, les rédactions en chef de Sputnik et de RT France ont reçu toute documentation, chacun des trois livres et ont été contactés, y compris par écrit, sans jamais répondre. Cette mise à l’écart vient sans doute du fait que nombre des journalistes de ces médias russes sont issus de médias français comme BFM TV au sein desquels le journalisme d’enquête n’existe pas sinon pour endormir les français sur la mort d’idoles et les coucheries de têtes couronnées. Si ces journalistes ont des difficultés à saisir la réalité des faits, ils peuvent toujours se reporter à l’interview que j’ai donnée à mon confrère Alexandre Artamonov pour La Vie internationale, la revue du ministère des Affaires étrangères de la Fédération de Russie. Editée en neuf langues avec son site Internet www.interaffairs.ru, c’est l’un des grands médias de référence en matière de politique internationale. Les lecteurs de Riposte Laïque y trouveront une courte présentation du système des « amitiés franco-terroristes » qui est censurée par la plupart des médias français tout comme par RT France et Sputnik France. (https://lang.interaffairs.ru/index.php/fr/accueil/actualit-s-faits-commentaires/item/752-specialise-dans-le-domaine-des-enquetes-et-analyses-jean-loup-izambert-est-journaliste-d-investigation)

« Les relations tissées hier expliquent les amitiés franco-terroristes d’aujourd’hui »

Riposte Laïque : Dans vos deux tomes de 56, vous expliquiez la connivence de nombre d’hommes politiques français avec des terroristes islamiques. Comment expliquez-vous que même dans les médias alternatifs, les noms que vous avez donnés ne circulent pas ?

Jean-Loup Izambert : Comme je le démontre dans 56, il ne s’agit pas de relations épisodiques avec des criminels d’organisations de la mouvance des Frères musulmans mais de tout un système de relations continues et de protections qui s’est mis en place, tout particulièrement depuis le début des années quatre-vingt dix. Ces complicités dans le temps ont conduit des dirigeants français, parmi les principaux, à violer des traités signés par la France dont le président de la République est pourtant le garant au titre de l’article 5 de la constitution. La France est aujourd’hui en pleine illégalité internationale et les crimes commis engagent la responsabilité pénale de plusieurs de ses dirigeants dans le crime le plus grave qui soit qui est le crime d’agression. Quand j’écris, par exemple, que l’Etat français est complice de groupes criminels et que François Hollande et Jean-Yves Le Drian, parmi d’autres, ont trompé les français en manipulant les médias je produis les éléments et les arguments juridiques qui prouvent ces faits.

Il est relativement aisé pour ces médias de relayer des articles déjà parus. Autre chose est de commenter un travail d’enquête et de donner la parole à l’enquêteur comme vous le faites afin qu’il s’en explique surtout quand son travail met en cause plusieurs dirigeants politiques. Ainsi que j’ai pu le dire dans une interview donnée au Saker francophone (http://lesakerfrancophone.fr/jean-loup-izambert-56-22) « vous pouvez parler des déclarations officielles du président de la République, de ministres, de procureurs, de « l’homme au chapeau », individu qui serait impliqué dans l’attentat du 22 mars 2016 à l’aéroport de Zaventem (Belgique), mais surtout pas de « l’homme aux Famas », François Hollande, qui a ordonné des livraisons clandestines de matériel militaire et d’armes à des groupes criminels. Or, mon travail met en cause le pouvoir politique : 56 dirigeants de l’Etat impliqués dans des relations suivies avec ceux d’organisations criminelles. Les relations tissées hier expliquent les amitiés franco-terroristes d’aujourd’hui. » Cela vaut pour les médias officiels mais aussi pour des médias dits « alternatifs » qui sont souvent empêtrés dans la vieille mentalité politique et un sectarisme bc-bg sous couvert de « réinformation ». Mon travail les dérange car ils stagnent encore dans la lamentable illusion de «l’opposition de gauche ». Or, je montre la collusion entre des dirigeants politiques français, de droite comme de gauche, avec les dirigeants de groupes islamistes terroristes qui assassinent, massacrent, pillent et sèment la terreur à coups de bombes.

Ces dirigeants qui prétendent lutter contre le terrorisme apparaissent ainsi comme ceux qui ont contribué à son développement. Cette vérité dérange d’autant plus que la France a commencé à subir les contrecoups de cette politique délibérée et aventureuse pilotée par Washington. Quelques uns de ces médias sont mal à l’aise car je refuse toute autocensure pour des raisons bassement partisanes. Savoir si un président ou des ministres qui protègent ou arment des criminels sont de droite ou de gauche est pour moi sans grande importance. Je travaille avec les faits débusqués sur le terrain de l’enquête, pas avec les formats du prêt-à-penser, les communiqués d’institutions ou du pouvoir, quel qu’il soit. Certains m’ont dit lorsque j’ai publié le tome 1 de 56 à la fin 2015 : « Tu devrais taper sur la droite car la gauche est au pouvoir ». Puis, plus tard, lors de la parution du tome 2 : « Tu devrais taper sur la gauche car la droite va revenir au pouvoir »… Heureusement que le ridicule ne tue pas ! Cela, c’est le journalisme de marché, celui des pisse-copies de l’asphyxiante bien-pensance parisienne qui arrangent leurs discours en fonction du pouvoir pour s’auto-médiatiser, en tirer du fric et des promotions. Ils sont les « rienologues » et les « publicistes à portefeuille » contemporains que Balzac stigmatisait avec humour en 1843 dans sa Monographie de la presse parisienne.

Macron ne peut soutenir des groupes criminels et plaider la paix

Riposte Laïque : Quel est votre regard sur la politique internationale de Macron ? Vous voyez du changement avec celle des Sarkozy et Hollande ?

Jean-Loup Izambert : Pourquoi y aurait-il un changement ? Après avoir été Secrétaire général adjoint de la présidence de la République et l’un des conseillers de François Hollande, Emmanuel Macron a été ministre de l’Economie du gouvernement Valls du mois d’août 2014 à août 2016. A ce titre, il a participé aux décisions des conseils des ministres et donc à la diplomatie du mensonge et de la terreur de ce gouvernement. Devenu président, Macron continue la même politique belliciste, n’hésitant pas, par exemple, à mentir sur une prétendue utilisation d’armes chimiques par l’armée syrienne. Vous avez pu lire dans le tome 2 de 56 comment des services de l’Elysée-Matignon ont organisé ces campagnes mensongères à la demande du pouvoir politique. Il n’y a guère que le Conseil supérieur de l’audiovisuel pour l’ignorer et s’en prendre aujourd’hui à Russia Today qui a réalisé un reportage qui ne traite pourtant même pas de ce que je révèle.

Il vient d’être démontré que plusieurs services de renseignement occidentaux, dont des français, sont impliqués dans cette tartufferie médiatique régulièrement rejouée depuis 2013. La vérité remontera à la surface avec le temps. Ainsi, par exemple, tout un réseau informel de sociétés, principalement occidentales, a exporté illégalement des substances chimiques que se sont procurées différents groupes terroristes par divers intermédiaires. Les bombardements que Macron a ordonnés sur la République arabe syrienne en violation de la constitution française comme du droit international finissent de le disqualifier complètement pour parler de la paix. Les dirigeants français qui ont soutenu diplomatiquement, militairement et médiatiquement des groupes terroristes islamistes pour renverser le gouvernement légal syrien – et qui continuent de le faire par une nouvelle violation du droit international en envoyant des militaires français soutenir des groupes irréguliers en territoire syrien – n’ont pas qualité pour être associés à un quelconque processus de paix. C’est pourquoi le ministre Macron qui a participé sans broncher à un gouvernement qui a favorisé le développement de groupes terroristes ne peut être l’année suivante le président Macron qui les combat.

Quant à l’Europe, là aussi, le discours de Macron est le même que celui de Sarkozy et de Hollande. Il répète « Europe, Europe, Europe » à longueur de médias mais reste coincé dans sa petite Europe de Maastricht oubliant que l’Europe des peuples aux 51 pays s’étend de Vladivostok à Lisbonne. Macron continue la politique catastrophique de crise et de guerre de cette Union dite « européenne ». Ainsi que je le rapporte dans Trump face à l’Europe, l’Organisation internationale du travail soulignait déjà en 2015 que sur 511 millions de citoyens « 123 millions de personnes sont actuellement exposées au risque de pauvreté au sein de l’UE (soit un quart de la population de l’Union), contre 116 millions en 2008 ».

Source : Rapport Une Europe au service de la majorité et non d’une élite, Oxfam France, 9 septembre 2015, p. 3, intervention d’Isabel Ortiz, directrice du Département de la Protection sociale à l’Organisation internationale du travail (OIT).

La situation est devenue telle que le 21 mai dernier 154 professeurs d’économie allemands ont publié dans la Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ), le quotidien allemand de référence du patronat allemand, un appel demandant au gouvernement de coalition d’Angela Merkel de rejeter le plan Macron de réforme de la zone euro et d’œuvrer au contraire pour qu’une « procédure ordonnée de sortie » de l’euro soit ajoutée aux traités européens.

Là encore, il est bien évident que si Macron avait eu la volonté politique de changer la donne il se serait opposé au diktat de Washington, dénoncerait les sanctions contre la Fédération de Russie et les entreprises françaises et envisagerait de nouvelles pistes pour travailler avec tous les pays du continent européen. Le programme du président français et du mouvement LREM enferme encore plus fortement la France dans la prison des superstructures bureaucratiques de l’Union « européenne » et de l’OTAN. Cette politique agressive est à l’opposé des réalités et d’un avenir de paix et de développement de « la maison commune européenne ».

Le débat dont le pouvoir ne veut pas

Riposte Laïque : Quel est votre opinion sur le conflit des cheminots ?

Jean-Loup Izambert :
C’est un peu comme dans la chanson de Léo Ferré : « Ils ont voté, et puis après… » D’abord, en votant pour Macron puis pour les candidats d’En Marche des français ont fait le choix de la privatisation accélérée de toute la société. Par une constitution qui n’est plus en accord avec son temps, ce pouvoir minoritaire dans le pays poursuit à marche forcée l’alignement de la France sur les Grandes orientations de politique économique, les Gopé, décidées par les fonctionnaires de la Commission « européenne » de Bruxelles. Cela veut dire que la bureaucratie va encore prospérer et que l’intérêt général des français va continuer de régresser au profit de ceux des grands propriétaires privés de la finance et de l’économie.

Ensuite, je trouve curieux d’entendre des dirigeants politiques et syndicaux nationaux discourir sur la défense du service public quand la plupart d’entre eux ont permis à Macron d’accéder au pouvoir lors des élections présidentielles de mai 2017. Les uns ont appelé à faire barrage à la candidate du Front national tandis que d’autres ont carrément appelé à voter pour lui. Ces mêmes syndicalistes n’ont pas été très virulents contre la politique du ministre Macron lorsque, ministre de l’Economie, celui-ci a organisé, par exemple, les privatisations de plusieurs aéroports. De même, ils ne se sont pas opposés à la privatisation de la société Alstom qui est l’une des plus graves atteintes portées à la souveraineté politique et économique du pays depuis 1945. Aucun agent de l’étranger n’a causé autant de dégâts à l’indépendance énergétique et à la défense nationale de la France que cette privatisation préparée depuis des années par Macron qui livre ainsi des secteurs clés de notre économie et de notre défense à l’étranger. Enfin, les problèmes se règlent d’abord dans l’entreprise et avec son environnement à laquelle hommes et femmes consacrent l’essentiel de leur existence. C’est là qu’il faut s’engager, proposer, débattre et agir. Je pense qu’une base de réflexion et d’action sérieuse existe avec les « Plans d’urgence ferroviaires locaux » que la CGT a lancés et élaborés, région par région, avec les salariés depuis un an et demi, bien avant la grève. Ceux-ci se donnent pour objectif de construire un plan d’urgence national pour réorganiser la SNCF au profit des acteurs de l’entreprise, de son environnement et de ses usagers.

La quasi-totalité des médias fait silence sur cette importante initiative syndicale nationale dont la démarche démocratique devrait être enrichie des contributions des usagers et des élus locaux. Cela est d’autant plus regrettable que le projet construit par la CGT ouvre le débat sur la réalisation d’un grand service public national des transports dans le cadre de l’Europe entière, « construit pour être « euro-compatible » ainsi que l’a souligné Laurent Brun, le Secrétaire général de la CGT-Cheminots, dans une très intéressante interview.

Laurent Brun, Secrétaire général de la CGT-Cheminots : « Les cheminots peuvent tenir », interview publiée dans Initiative Communiste, n°191-192, avril-mai 2018.

Contrairement aux fausses informations que diffusent des médias comme BFM TV, dans tous les pays où les sociétés de chemin de fer ont été privatisées, comme en Angleterre ou en Italie, cela s’est traduit par des suppressions d’emplois, une augmentation des tarifs, une vétusté du réseau, la réduction du nombre de lignes et de trains, une baisse de qualité des services, une généralisation des retards et de graves accidents. « A nous de vous faire préférer le train » disait en 1995 le slogan publicitaire de la SNCF. Mais c’est une vraie rigolade… ! Ces dirigeants se moquent du monde… !

De 2009 à 2016 les effectifs du fret SNCF sont passés de 13 000 à 6000 agents environ, des centaines de gares de triage ont été fermées, des lignes abandonnées, le réseau s’est dégradé et des retards importants touchent désormais la plupart des grandes lignes. Des services entiers ont été confiés à des prestataires privés comme Géodis et VFLI (Voies Ferroviaires Locales et Industrielles), la direction de la SNCF organisant même en interne la concurrence à son propre fret ferroviaire par des filiales de droit privé. Ces politiques ont dégradé la SNCF et porté atteinte à sa modernisation. Un exemple : Depuis le lancement du TGV en septembre 1981, il a fallu 36 ans aux énarques dirigeants de la SNCF pour ouvrir la ligne Paris-Bordeaux en juillet 2017 et relier ainsi la capitale à l’une des principales métropoles régionales… ! A titre de comparaison, il faudra moins d’une dizaine d’années de travaux aux sociétés nationales des chemins de fer russe et chinoise pour relier Moscou à Pékin en 48 heures par la plus grande ligne à grande vitesse au monde – 7700 kilomètres – dans des conditions géographiques et climatiques autrement plus difficiles. Et je ne parle même pas des investissements gigantesques évalués à plusieurs milliards de roubles ni du futur développement des territoires qui s’organisera autour de cet axe par un maillage de différents moyens de transport. L’entreprise Alstom a du reste été écartée de ce marché d’avenir en raison de sa vente au groupe étasunien General Electric. Les français peuvent en remercier Macron et son gouvernement Philippe qui continuent les sanctions illégales contre la Fédération de Russie en bénéficiant toujours du silence des mêmes syndicalistes dans cette attaque contre l’Europe, le savoir faire, la production et le commerce français.

Défendre le contrat social français

Riposte laïque : Que pensez-vous de la convergence des luttes qu’appellent quelques chefs syndicaux et politiques ?

Jean-Loup Izambert : D’autre secteurs – étudiants, enseignants, personnels de la santé, gaziers et électriciens, etc. – commencent à se mobiliser pour faire barrage à la régression économique et sociale organisée par le régime Macron. De nombreux et importants conflits sont actuellement en cours sur lesquels les médias du système pratiquent une véritable désinformation. Aux côté des cheminots, les personnels de santé rejoignent le mouvement. La lutte des personnels de la santé est vitale et devrait être soutenue par une très grande majorité de français. Là encore, exception faite de quelques rares titres, silence dans les médias ! Il faut savoir que le « Plan d’accompagnement à la transformation du système de santé » (PATSS) du gouvernement Philippe prévoit des réductions drastiques de la masse salariale : 1,2 milliards d’euros pour les quatre années à venir dont 960 millions dès cette année. Le syndicat Sud Santé annonce qu’ « au total, ce sont au moins 15 000 emplois d’hospitalier-es qui sont voués à la destruction dès cette année ! » S’y ajoute la fermeture de près d’une centaine de services d’urgence médicale qui est également programmée depuis le gouvernement Valls auquel participait Macron.

Aujourd’hui, 7 français sur 10 renoncent à se soigner pour des raisons financières, l’impossibilité de trouver un médecin ou des délais d’attente trop long… !

Source : Les Français et le renoncement aux soins, étude de la Fondation April réalisée avec l’institut BVA, 6 avril 2018, www.bva-group.com

Alors que la santé manque déjà cruellement de moyens humains, techniques et financiers, les mêmes dirigeants politiques qui réduisent encore les moyens pour la santé donnent des aides financières et exonérations fiscales à hauteur de centaines de milliards d’euros aux entreprises : de 2012 à 2017 le montant annuel moyen du soutien de l’Etat central et des collectivités locales aux entreprises se situe à plus ou moins 200 milliards d’euros selon les années !

L’argent des contribuables dans les poches des actionnaires, CGT, pôle économique, 25 septembre 2017 et Les aides publiques aux entreprises privées c’est 200 milliards d’euros ! par Daniel Roucous, L’Humanité, 5 février 2018.

Ces aides multiples et exonérations représentent près de 200 fois le budget de la Santé (1,376 milliard d’euros au budget 2018)… ! Qui empoche 90% de ce pactole sans avoir de compte à rendre de l’utilisation de l’argent des contribuables ? Les sociétés de l’indice boursier CAC40 c’est-à-dire celles qui ont engrangé en 2017 plus de 94 milliards d’euros de profits pour un chiffre d’affaire cumulé de 1252 milliards d’euros. Le grand patronat est ainsi la plus lourde charge dans le budget de l’Etat ! De plus, les dirigeants de ces sociétés qui ne cessent de faire de grands discours sur les vertus du capitalisme et les charges fiscales prétendument trop lourdes pour les entreprises sont les principaux responsables de l’aggravation du chômage, des délocalisations et fermetures d’entreprises. Toutes ces luttes défendent le contrat social français.

Hervé Sérieyx, ancien dirigeant de grande entreprise, haut fonctionnaire, universitaire et spécialiste en organisation d’entreprise, rappelle dans son ouvrage Alerte sur notre contrat social ce que beaucoup de français semblent oublier : « l’essentiel repose sur l’emploi salarié : c’est lui qui finance pour la plus large part la sécurité sociale, et donc le système de santé, les retraites et le système de solidarité générationnelle, le train de vie de l’Etat via l’impôt et donc l’ensemble des systèmes de redistribution. Cet emploi salarié au cœur de notre contrat social, dépend lui-même du destin de nos entreprises.»

Coup de gueule en urgence – Alerte sur notre contrat social, par Hervé Sérieyx, Ed. Eyrolles.

Mais, pour qu’il y ait convergence des luttes et que celles-ci se développent, s’enrichissent mutuellement vers un grand mouvement populaire majoritaire conscient de réformes à mettre en oeuvre, il faut d’abord qu’il y ait plus de luttes dans les entreprises, qu’elles soient majoritaires dans leurs secteurs et que leurs revendications soient porteuses de propositions de rupture novatrices. Enfin, si la CGT développe l’action localement et régionalement sur ces questions qui concernent tous les français, où sont les propositions des partis politiques qui donneraient justement une perspective à ces luttes ?

Des actuels dirigeants du Pcf à ceux du Rassemblement national en passant par la France insoumise, tous ces beaux parleurs sur la défense du service public et de l’entreprise publique – et même de l’entreprise privée – ont en commun, sans doute pour siéger et voter souvent ensemble à Bruxelles, de faire silence sur le débat ouvert par les militants de la CGT avec les « plans d’urgence ferroviaire ». Sans doute est-ce que pour tous ces partis, le pire danger serait que les français se parlent, débattent et se mobilisent pour changer les choses. Pourtant, n’est-ce pas là l’intérêt de la nation et du peuple dont ils n’ont de cesse de se réclamer quand se profile une campagne électorale… ?!

Attaques sans précédent contre le droit de savoir

Riposte Laïque : Comment le journaliste que vous êtes réagit-il au projet de loi de Macron contre ce qu’il appelle la « cyber-haine » ou les fausses nouvelles ?

Jean-Loup Izambert : Il y a en réalité toute une série de pressions – politiques, législatives, réglementaires, judiciaires, financières – qui s’exercent contre les journalistes d’enquête. Ces attaques contre le droit de savoir sont inhérentes à la concentration du Capital qui permet à des milliardaires de sociétés transnationales de s’approprier la quasi-totalité des médias pour en contrôler le contenu afin de protéger leurs intérêts et privilèges de classe. Aujourd’hui, des médias comme Le Monde, Le Figaro, Le Parisien, Libération, TF1 et d’autres qui reçoivent déjà des millions d’euros d’aides financières de l’Etat sont également financés par des organismes privés comme Facebook qui leur imposent des contenus multi-pays afin d’uniformiser l’information tout en la contrôlant. Je suis journaliste depuis quarante-cinq ans et c’est la première fois que de telles lois anti-démocratiques sont engagées contre l’ensemble de la presse, principalement contre les journalistes d’enquête mais au-delà contre tous ceux qui, d’une manière ou d’une autre, participent à l’information et à la connaissance dans la société.

Je pense notamment aux militants de la CGT qui formulent des propositions et luttent pour la gestion démocratique des entreprises. Le président Macron connaît bien la question de la manipulation de l’information et la diffusion de faits inexacts et trompeurs puisqu’il en est lui-même l’un des principaux propagateurs avec d’autres membres du gouvernement Philippe comme le ministre Jean-Yves Le Drian. Les exemples ne manquent pas ainsi que j’en donne un aperçu dans le tome 2 de 56. Face à tous ces mensonges d’Etat son discours sur la « protection de la vie démocratique des fausses nouvelles » appert comme un prétexte. Comme pour la santé, l’enseignement, l’agriculture, la pêche, l’énergie, la défense nationale ou les transports ces attaques contre les médias trouvent leur origine dans la politique décidée par Bruxelles. Le projet de loi Macron n’est rien d’autre que l’application à la France de la résolution de l’eurodéputée polonaise Fotyga adoptée le 23 novembre 2016 par une minorité de députés du Parlement « européen ».

Cette résolution, dont j’évoque l’historique dans Trump face à l’Europe, prévoit notamment que « la liberté d’expression et le pluralisme des médias peut être limité dans une certaine mesure (…) ». Ce texte trouve lui-même son origine dans les directives des officines des milieux impérialistes de Washington comme l’Institut McCain. En 2016 le budget du Congrès US consacré à la propagande contre l’Eurasie et le sud-est de l’Europe était augmenté de 26% pour atteindre 83 millions de dollars. Avec le même objectif et au prétexte de traquer les fausses nouvelles, la Commission « européenne » a créé en 2015 la « East Stratcom Task Force », un département de propagande anti-russe.  Celui-ci est implanté au sein du Service « européen » pour l’action extérieure (SEAE) et « concentre ses activités principalement sur les voisins orientaux (de l’UE) ». L’une de ses attributions est d’ « adapter les plans d’action à chacun des pays cible et d’assister les délégations du SEAE en optimisant la communication au sujet de leurs missions dans la région. » L’un des objectifs de cette structure est d’entretenir la séparation de l’Europe occidentale avec son entier continent, principalement de la Fédération de Russie.

Les dirigeants impérialistes craignent par-dessus tout que l’Europe se construise de Vladivostok à Lisbonne réalisant ainsi le plus vaste espace géographique, économique, financier et culturel au monde. A l’approche des élections européennes de 2019, ils ont besoin de médias sous contrôle qui entretiennent l’illusion de leur Europe fictive qui s’écroule et empêche les peuples du continent de se retrouver. Ce projet de loi empeste la loi du 5 août 1914 qui interdisait aux journalistes de publier toute autre information que celle transmise par les autorités officielles au prétexte de garantir la liberté d’expression et de ne pas démoraliser les troupes. C’est pourquoi, comme le journaliste israélien Gidéon Lévy qui appelle ses confrères à violer la loi qui punit de plusieurs années d’emprisonnement toute personne filmant les soldats d’occupation israélienne, je pense que les journalistes doivent violer toutes les mesures anti-démocratiques et contraires à l’esprit de la loi progressiste du 29 juillet 1881 qui consacre la liberté de la presse. Une autre de ces lois est celle sur le secret des affaires qui vient d’être adoptée par les parlementaires français et qui n’est également que l’application à la France d’une directive de Bruxelles de juin 2016. C’est la suite de la politique de Sarkozy qui voulait dépénaliser le droit des affaires afin de protéger un peu plus ceux qui détroussent la République en flux tendu 24 heures sur 24.

Pour faire passer une telle loi anti-démocratique, il faut que les tenants du pouvoir et leurs souteneurs financiers aient bien des choses à cacher ! Cette loi convient très bien au Rassemblement national (ex-Front national) puisque leurs élus se sont opposés à la création d’une commission d’enquête sur les « Panama Papers » et ont voté en faveur de la directive de Bruxelles instaurant le « secret des affaires ».

L’affaire dite des « Panama Papers » a été révélée en 2015 par une source anonyme et le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung (SZ). Il s’agit de milliers de documents qui contiennent une multitude d’informations sur l’organisation de l’évitement, de la fraude et de l’évasion fiscale par des entités (sociétés de conseil offshore, structures offshore liées à de groupes bancaires, cabinets d’avocats) au profit de dirigeants de pays, de milliardaires, de hauts fonctionnaires, de personnalités politiques mais aussi d’autres secteurs (économique, spectacle, sport, etc.) Curieusement, peu d’Etasuniens apparaissent dans les listes divulguées bien que les USA soient au cœur de la mondialisation financière, tout particulièrement par les réseaux offshore de leurs plus grandes sociétés financières et commerciales et par le nombre de fonds spéculatifs. Une association baptisée « Consortium International des Journalistes d’Investigation » (ICIJ) basé à Washington a affiché le document complet sur son site internet. Précision : ce « consortium international des journalistes d’investigation» est financé par de nombreuses entités privées parmi lesquelles la Fondation Ford et surtout l’Open society foundations du milliardaire George Soros…

Certains des principaux dirigeants de ce parti qui discourent beaucoup sur la nation et prétendent parler « au nom du peuple » préfèrent visiblement tenir celui-ci à l’écart de leurs comptes offshore… Face à ces attaques incessantes les journalistes dignes de notre métier doivent enquêter sur les relations politico-financières entre pouvoir politique, banquiers et des magistrats comme je l’ai fait en publiant Le krach des 40 banques et Crédit Lyonnais : la mascarade, passer au crible les comptes des sociétés transnationales et leurs liens avec des structures offshore ainsi que je m’y suis engagé en publiant Les démons du Crédit Agricole et Pourquoi la crise, travailler sur les réseaux, les montages financiers et les complicités qui permettent à des banquiers et à des dirigeants de sociétés transnationales de détourner la loi et des sommes colossales comme j’en fait la démonstration dans Le Crédit Agricole hors la loi ?, pister, comme je l’ai fait avec Pourquoi la crise, les centaines de milliards d’euros de fonds publics donnés aux sociétés transnationales qui sont les championnes de l’évitement fiscal et du chômage, s’intéresser aux relations de dirigeants politiques, de magistrats et de hauts fonctionnaires avec des membres d’organisations criminelles en pleine violation du droit français, international et de traités signés par la France comme j’en apporte la preuve dans les deux tomes de 56. Et c’est aussi pourquoi, comme mon confrère Gidéon Lévy, je dis : « Nous violerons cette loi fièrement. Nous avons l’obligation de violer cette loi, comme toute loi sur laquelle flotte un drapeau noir. Nous n’arrêterons pas de documenter. Nous n’arrêterons pas de photographier. Nous n’arrêterons pas d’écrire – de toutes nos forces.»

Nous n’arrêterons pas de filmer, nous n’arrêterons pas d’écrire, par Gidéon Lévy, Haaretz,17 juin 2018.

Partout où règne l’injustice nous devons monter à l’assaut, prendre le temps de l’enquête et de la contre-enquête et harceler le pouvoir en cause.

En finir avec la gauche atlantiste

Riposte Laïque : Comment expliquez-vous que l’ensemble de la gauche, qui prétend parler au nom des plus défavorisés, favorise une immigration de masse et l’islamisation de notre pays, dont les principales victimes sont justement d’abord les Français les plus modestes ?

Jean-Loup Izambert : La gauche est vouée à disparaître dès lors que ses dirigeants ne sont plus porteurs des valeurs nationales, progressistes et démocratiques qui animaient les penseurs et militants révolutionnaires français qui n’eurent de cesse de mettre l’espoir en chantier et d’engager leur vie pour faire de la France une terre de bonheur. Qu’est-ce que la gauche aujourd’hui et quel exemple laisse-t-elle à la génération montante ? Celle d’une association plurielle d’apparatchiks qui, pour la plupart de ses dirigeants nationaux, n’ont jamais travaillé de leur vie, des « bouffe-galette » qui, comme la plupart de ceux des partis de droite, combinent dans leur pré-carré d’élus et se disputent les directions de partis dans des simulacres de démocratie, ne connaissent pas grand-chose du monde de l’entreprise et jouent aux insoumis.

Que font-ils ces « insoumis », ces « professionnels de la politique » de cette gauche qui a abandonné la nation et les travailleurs ? Ils votent souvent avec la droite atlantiste et celle qui prétend parler « au nom du peuple » les mêmes lois rétrogrades et liberticides qui enfoncent la France dans la soumission à l’étranger, la crise et la guerre. En ne s’attaquant pas aux causes réelles de la crise et en laissant faire les guerres contre la paix des peuples, elle enchaîne le pays dans une alternance programmée avec la bourgeoisie. Le citoyen Mélenchon qui se donne des allures de révolutionnaire n’a-t-il pas fait campagne, avec son ami Benoit Hamon, pour le traité de Maastricht en 1992… ? Et n’a-t-il pas voté le 10 mars 2011 au Parlement « européen » la résolution présentée par ses amis « socialistes », verts et de droite, pour isoler la Libye, ouvrant ainsi les portes de la guerre à l’OTAN pour déstabiliser tout le Maghreb et le monde arabe… ?!

L’homme politique a, bien sûr, droit à l’erreur. Mais faire le choix de la crise et de la guerre dans deux décisions aussi capitales ne relèvent plus de l’erreur mais de choix délibérés qui conviennent parfaitement aux milieux atlantistes. Ensemble, gauche et droite ont, le 17 février 2002, relégué le franc aux oubliettes pour le remplacer par une monnaie étrangère unique ; ensemble – exception faite des élus communistes, de quelques Républicains et non inscrits – ils ont voté réunis en congrès à Versailles, le 4 février 2008, pour modifier la constitution afin de faire passer en force le traité européen de Lisbonne que les français avaient rejetée par leur vote le 29 mai 2005 ! Ensemble, ils participent à la désagrégation sociale, à l’islamisation et à la déportation de populations que vous évoquez tout comme ils s’acharnent par des tentatives répétées d’essayer d’imposer l’anglais comme langue unique dès l’école, dans les entreprises, le droit et la consommation. Pour surfer sur les médias et se disputer les votes de ce qu’ils appellent des « communautés », leur générosité calculée les conduit à donner des terrains à des imams pour construire des mosquées plutôt qu’à des créateurs d’entreprises et à des bâtisseurs de logements. Ils courtisent religieux et criminels islamistes de la nébuleuse des Frères musulmans et récupèrent dans des centres de tri sélectif financés par des milliardaires comme le yankee George Soros, les fuyards lâches, égoïstes et incultes collectés dans la lie de l’Afrique et du monde arabe.

Lire Trump face à l’Europe, par Jean-Loup Izambert, ch.7, Favoriser une immigration massive, p.151 et suivantes, IS Edition.

Macron qualifie ces couards de « concitoyens qui fuient le désespoir et la misère économique »

Discours d’Emmanuel Macron, Vatican 26 juin 2018.

Outre qu’il semble avoir une conception plutôt cul de basse-fosse de la « concitoyenneté », il diffuse ainsi une nouvelle fois une fausse information en tronquant la vérité.

Il manipule les faits en dissimulant la cause de ce « désespoir » et de cette « misère économique » qui côtoient la très grande richesse d’une petite minorité de privilégiés dans ces pays : l’interventionnisme financier, économique et militaire de quelques puissances occidentales dont les sociétés transnationales pillent depuis des décennies les richesses des peuples par la surexploitation, la corruption et la guerre. Je ne citerai pas les décennies de guerre que vous connaissez mais je rappellerai un extrait du rapport du Centre de recherche et de défense Global Financial Integrity (GFI) que je cite dans le tome 2 de 56 : Entre 1980 et 2009, l’Afrique a perdu entre 1 200 et 1 400 milliards de dollars, soit à peu près l’équivalent de son produit intérieur brut de l’année 2013. Selon les estimations de GFI, la corruption sous forme de pots-de-vin ou de malversation ne représente que 3 % environ des flux illicites, les activités criminelles telles que le trafic de drogue et la contrebande, 30 % à 35 %, et les transactions commerciales des multinationales, pas moins de 60 % à 65 % !

56, tome 2, Mensonges et crimes d’Etat, par Jean-Loup Izambert, IS Edition, ch.4, Illicit Financial Flows and the Problem of Net Resource Transfers from Africa : 1980-2009 (Les flux financiers illicites et le problème des transferts nets de ressources en provenance d’Afrique : 1980-2009), Rapport de la Banque africaine de développement et Global Financial Integrity, mai 2013.

Ces déportés ne combattent pas ce système pour construire un avenir meilleur dans leurs pays comme le ferait tout homme attaché à son peuple, à sa terre et à sa culture.

Ils désertent le combat national comme d’autres en France lors de la Seconde Guerre mondiale. La quasi-totalité d’entre eux viennent en Europe occidentale non parce qu’ils sont menacés pour leurs idées, leurs activités politiques ou syndicales mais pour quémander l’aumône aux dirigeants qui mettent leurs pays à feu et à sang… ! Ils sont candidats à la déportation et sont embarqués et débarqués comme des esclaves des temps modernes.

Lire Keep Babies Out, par Israel Shamir, The Unz Review, 23 juin 2018.

Ceux qui organisent ces déportations avec la complicité d’associations humanitaires ne sont rien d’autres que des négriers qui tirent de juteux profits du trafic de cette main d’œuvre sans papiers et sans dignité corvéable à merci. En février 2016, le directeur d’Europol, Rob Wainwright, souligna que 90 % des migrants – soit plus d’un million – entrés illégalement en Europe en 2015 ont utilisé « un service de facilitation ». Précisant que « dans la plupart des cas, ces services ont été fournis par des groupes criminels (…) réalisant des gains substantiels », le directeur d’Europol évalua entre 3 à 6 milliards d’euros le pactole engrangé par ces passeurs. Il précisa alors que « ce chiffre d’affaires va doubler ou tripler si le niveau de l’actuelle crise migratoire persiste l’année qui vient », ce qui s’est effectivement réalisé depuis.

Trump face à l’Europe, par Jean-Loup Izambert, ch.7 Favoriser une immigration massive, p.159, IS Edition et Conférence de presse de Rob Wainwright au siège d’Europol, La Haye, 22 février 2016.

Vous avez pu lire dans Trump face à l’Europe la description que je fais de ce système très organisé qui implique le plus haut niveau de l’appareil d’Etat, c’est-à-dire la présidence française, puisque celle-ci est parfaitement informée depuis 2012 de ce trafic d’êtres humains par le renseignement militaire français, qu’elle le laisse perdurer et l’encourage même.

Lire Trump face à l’Europe, par Jean-Loup Izambert, ch.7, Favoriser une immigration massive, p.151.

Macron a ainsi lui-même indiqué, en juillet 2017, prendre des dispositions afin de faciliter la venue en France de milliers de nouveaux migrants : «La France compte créer dès cet été en Libye des « hotspots », des centres d’examen pour les candidats à l’asile (…) Les gens, on va aller les chercher. Je compte le faire dès cet été avec ou sans l’Europe.»

Intervention d’Emmanuel Macron, Orléans, 27 juillet 2017.

Ne sont-ils pas la honte de la République ce président et ces élus de gauche qui font de la misère, par associations interposées, leur fond de commerce politico-médiatique quand ils délaissent dans le même temps plus de 14 millions de français sans emploi, travailleurs pauvres occasionnels et sous-employés et près de 15 millions touchés, à un titre ou à un autre, par la crise du logement …?!

Source : 22ème Rapport sur l’état du mal-logement en France 2017, Fondation Abbé Pierre, 31 janvier 2017.

La plupart des dirigeants nationaux de gauche prétendent parler au nom du peuple mais dans les faits ils n’ont ni l’ambition, ni l’imagination, ni l’audace de proposer des mesures radicales pour sortir de la crise capitaliste. Pour cela, encore faudrait-il qu’ils les élaborent avec le peuple dans un vaste débat national mais ce n’est pas le cas, bien au contraire. Ils font de beaux discours de campagnes électorales, ajustent leur écharpe de sénateur pour poser devant les médias aux côtés des travailleurs en lutte et se retrouvent ensuite bien souvent à voter avec la droite des mesures de gestion de la crise contre ces mêmes travailleurs et la nation.

Pourquoi boycotter les élections « européennes » de 2019

Riposte Laïque : Vous voulez dire que les élus de gauche ne respectent pas leurs engagements électoraux et votent souvent avec la droite contre les intérêts du peuple et de la nation ?

Jean-Loup Izambert : Oui. Je parle bien évidemment des dirigeants et élus nationaux. Les élus locaux tiennent généralement leurs engagements, même minimes, malgré des conditions rendues de plus en plus difficiles par le pouvoir central qui se décharge de toutes ses responsabilités en matière d’aménagement des territoires. Le redécoupage administratif des régions a été fait sans l’avis du peuple avec l’objectif d’enfermer les communes, cellule de base de la démocratie locale, dans le carcan d’administrations bureaucratiques dont le contrôle échappe complètement aux citoyens. Peu de Français le savent mais c’est au parlement « européen » qu’ils sont magnifiquement trompés – soyons courtois – par ces élus de gauche auxquels ils confient mandat de les représenter.

Les Français sont attachés à la paix et à l’indépendance du pays mais à l’Assemblée nationale les élus de gauche, France insoumise et « socialistes » avec ceux de droite, Rassemblement national compris, ne soutiennent pas la seule résolution qui demande le retrait de la France de l’OTAN déposée le 7 juillet 2015 par les députés communistes ; les Français sont attachés à la souveraineté et au développement de leur pays mais au Parlement « européen », déjà en 2014 les députés du Front national se joignaient lors des votes à plus de la moitié des coalitions PS et droite. Loin de leurs électeurs, les élus de gauche votent avec ceux de droite dans plus de 65% des cas… ! Ce cocufiage de masse dans lequel Macron voit un « modèle démocratique européen » est tel que l’étude de la Fondation Robert Schuman – que l’on ne peut soupçonner d’être communiste – à laquelle je fais référence souligne : « C’est parce que des élus issus d’autres forces politiques, y compris le Front de gauche et le Front national, peuvent fréquemment se rallier à ces votes que près de la moitié d’entre eux ressortent de facto de la catégorie des « majorités de consensus », et que seule l’autre moitié (c’est-à-dire un tiers) peut être classée dans la catégorie des « majorités de grande coalition » stricto sensu. »

Sources : Clivage et compromis politiques au Parlement européen : comment vote-t-on à Strasbourg ? par Thierry Chopin et Camille Lépinay, Fondation Robert Schuman (Centre de recherches français sur l’Europe), 13 décembre 2010 et Des visages sur des clivages – Les élections européennes de mai 2014, par Yves Bertoncini et Thierry Chopin, Études et Rapports, 7 mai 2014, Fondation Robert Schuman, Vote Watch Europe, et Notre Europe-Institut Jacques Delors.

Avec un mépris profond pour les peuples, les eurocrates de Bruxelles appellent cette tromperie organisée « la bonne entente des grandes coalitions »… !

Voilà pourquoi la plupart des députés « européens » ne rendent pas compte à leurs électeurs de leurs actions et de leurs votes. De fait, les dirigeants de ce que l’on appelle l’Union « européenne » ne sont rien d’autre qu’un club d’apparatchiks qui se moque des opinions des citoyens européens, sont des serviteurs abjectes de Washington et poursuivent une politique contraire aux intérêts des peuples d’Europe. Les dirigeants du Rassemblement national comme ceux de la France Insoumise ou du Pcf sont des « anti-système » de papier qui trompent les citoyens tout comme le font les dirigeants d’Italie, de Grèce ou d’Autriche. Ils brodent sur la sortie de l’Union « européenne », de l’Euro et de l’OTAN pour récupérer le mécontentement populaire et l’opposition grandissante à cette construction « européenne » mais se complaisent fort bien dans ce système en évitant de proposer toute mesure qui permettrait de réaliser ces trois objectifs et de changer de cap. Preuve en est que lorsqu’ils parviennent au pouvoir comme dans ces trois pays que je viens de citer ils ne font rien d’autre que de se coucher devant les exigences financières des hauts fonctionnaires de la Commission européenne et le diktat de la soldatesque de l’OTAN qui transforme leurs pays en paillassons pour les guerres de Washington.

Ces faits devraient conduire les citoyens à boycotter massivement la mascarade de ces élections prétendument « européennes » en 2019 afin de rendre illégitime ce parlement de dupes et ses institutions et de stopper la désagrégation de l’Europe occidentale. La Fédération de Russie, la République populaire de Chine et leurs nombreux partenaires de l’Organisation de coopération et de sécurité (OCS) n’ont pas besoin de super-parlement avec des cohortes de fonctionnaires intouchables pour se parler, promouvoir la paix et construire ensemble dans le respect des nations. Sans parlement unique, sans « eurodéputés » hors sol, sans monnaie unique et sans langue unique, les dirigeants et élus de ces pays réalisent ensemble des projets économiques, financiers, environnementaux, sociaux et culturels bien plus importants dans des conditions souvent plus complexes et malgré les multiples conflits ouverts par le lobby atlantiste.Lire Trump face à l’Europe, par Jean-Loup Izambert, IS-Edition.

Si les français se complaisent dans cette petite Europe de Maastricht de la combine et de l’outrage que les dirigeants de gauche et de droite continuent de leur imposer en déchirant systématiquement leurs bulletins de vote comme en 2008, grand bien leur fasse… ! Mais, dans ce cas, qu’ils ne viennent pas se plaindre que les principes fondateurs de la nation française que sont notre communauté de territoire, de langue et de culture continuent d’être rognés par un président issu de cette gauche qui considère, je le cite, qu’« il n’y a pas de culture française ».

Discours d’Emmanuel Macron, Lyon, 5 février 2017.

Cette affirmation grotesque et déshonorante pour son auteur est assez proche de la pensée de Joseph Goebbels, l’ancien ministre à l’Education du peuple et à la Propagande de Hitler, qui estimait en 1940 qu’ « il faut absorber la culture française dans un ensemble européen afin d’anéantir son rayonnement.»

Histoire de la collaboration, par François Broche et Jean-François Muracciole, Ed. Tallandier, p.295.

A la différence de Macron, Goebbels reconnaissait au moins l’existence de la culture française et avait bien perçu les dangers de son influence pour l’idéologie impérialiste, à l’époque allemande, aujourd’hui étasunienne. L’énarque élyséen, lui, semble ignorer la différence entre une canette de Coca-Cola et un bon Bordeaux.

« Comme des moines dans un grand bordel »

Riposte Laïque : Avez-vous d’autres projets sous le coude, Jean-Loup ?

Jean-Loup Izambert : Bien sûr. Le drame est profond, je ne peux rester spectateur et il me faut continuer d’écrire. Après ces années d’enquête et l’engagement humain et financier qu’elles m’ont imposé je ne peux me contenter d’une diffusion semi-clandestine de la trilogie de 56 et Trump face à l’Europe. Ou alors, autant faire des confitures et les ranger sur une étagère ! Je finalise donc la réalisation d’un « album de famille » des amitiés franco-terroristes qui sera un document très illustré, facile à lire et à diffuser.

D’autres projets très différents sont aussi en cours : d’abord un regard sur le siècle passé au-travers des aventures et de la biographie aussi mouvementée que pittoresque d’une centenaire; puis une satire de la société française contemporaine à laquelle je travaille avec Claude Janvier, qui est notamment l’auteur de Coup de gueule d’un jour, coup de gueule toujours.

Coup de gueule d’un jour, coup de gueule toujours, par Claude Janvier, Editions du Ver Luisant.

Juste un petit livre mordant pour dire aux Français : « T’as vu où tu vis ? » J’ai commencé également une série policière qui utilisera des faits collectés au fil de mes enquêtes et que je n’ai pu exploiter. L’une de ses originalités tiendra au fait que le personnage principal, au départ fonctionnaire de la Division des enquêtes fiscales sur les grands comptes du ministère des Finances avant de devenir enquêteur privé, mènera ses enquêtes dans les milieux de la bourgeoisie et du grand patronat. La scène de crime va sortir des banlieues pour s’installer dans les beaux quartiers et les coulisses du pouvoir où se croisent toutes sortes de marchands, de trafiquants et de tueurs. Je vais sans doute écrire cette série avec ma femme dans un style très direct qui pourrait permettre une adaptation audiovisuelle.

Par ailleurs, mon parcours professionnel, mes rencontres avec des journalistes d’enquête d’autres pays et la lecture de nombreux ouvrages comme le très intéressant livre d’Alain Chouet, La sagesse de l’espion, me poussent à écrire sur la vie du franc-tireur que doit être le journaliste d’enquête indépendant.

La sagesse de l’espion, par Alain Chouet, Ed.JC Béhar.

Nous passons l’essentiel de notre temps dans le noir en surmontant des obstacles de toutes sortes à essayer de trouver dans des monceaux de dossiers, de documentation, de recherches sur le terrain – dans des conditions souvent difficiles -, le fil d’Ariane qui va permettre de déshabiller le secret et de briser le silence. Peu de gens imaginent les conséquences qui découlent pour sa vie professionnelle et personnelle de l’engagement total du journaliste d’enquête au long cours surtout quand il fait le choix de préserver son indépendance et sa liberté d’action. Nous sommes un peu comme des moines dans un grand bordel. Cet autre travail sera dédié à ceux qui m’apportent leur soutien, lanceurs d’alerte, blogueurs, journalistes et professionnels de différents milieux mais aussi aux lecteurs, souvent anonymes, qui appellent à acheter, lire et faire connaître mon travail ou m’adressent des messages de sympathie. Ces missives du cœur sont autant d’appels à continuer et certainement l’une des plus belles satisfactions de mes années d’enquête.

Propos recueillis par Pierre Cassen

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
RODRIGUE

Concernant Trump! Je vois le discours très argumenté d’un vrai gauchiste qui a du talent, certes mais un gauchiste qui comme tous les pseudo-experts qu’il dénonce, n’est dans ce domaine qu’un usurpateur!

inikette

Si quelqu’un doute de l’esprit de liberté d’expression de Pierre Cassens, cet article en est l’ultime et définitive preuve !
Et ses questions prouvent qu’il a bien écouté jusqu’au bout cet immondice !
J’ai toujours admiré Pierre Cassens, mais là, il a gravi le GOGOLTAS !

Miguel Paton de Escalada

Des actions contre Cuba, celles pour tenter de renverser le gouvernement légal du Venezuela ………
« Le gouvernement légal du Venezuela » ??????
Ici, j´ai arrêté de lire l´articule. Je suis Vénézuélien. Il n´y a que des ignorants ou des communiste convaincus avec de très mauvaise foi, qui peuvent dire cela.
On ne peut pas faire confiance à ce qui est écrit dans l’article.

le Franc

Trump a raison, et ce qui est décrit n’est simplement que l’héritage laissé par des dizaines d’années de pouvoir exclusif laissé aux membres de l’aipac ; la guerre menée aujourd’hui est essentiellement raciale, Trump, attaqué de toutes parts par des ennemis à qui on a volé le pouvoir, et en tant que représentant du Monde Blanc, ne fait que dans l’auto-défense……juste et légitime ! ; quant à l’auteur, de « gauche » anti gauche française mais pro sanders usa, ça fait sourire.

inikette

On le pensait très fort ! Mais Ca fait du bien à lire !

Jacques Barrio

J’ai vécu15 ans aux USA comme professionel dans les médias et je ne peux pas laisser passer cet article sans réagir. M. Izambert semble avoir de bonnes connaissances sur plusieurs sujets, mais sur les USA et Trump, il est complètement, à coté de la plaque. Tout ce qu’il dit est filtré par un anti-américanisme primaire désolant. Trump est anti-systeme et un vrai patriote. L’article est bourré d’erreurs: ex: Bannon n’est plus son conseiller , Rex Tillerson n’est plus au gouvernement, etc…

inikette

Donc CONFUS comme dit Zorglub, et FAUX comme dit Barrio !
Après cà il ressemble à quoi, ce résidus de fausse couche ?
A un tas de merde ?
Ah c’était cà l’odeur !

Georges S

Mr Jean Loup Izambert Trump est candidat au prix nobel de la Paix… http://www.msnbc.com/msnbc/donald-trump-reportedly-nominated-nobel-peace-prize selon AFP
eat my shorts

Pierre Régnier

ENFIN ! UN GRAND MERCI À JEAN-LOUP IZAMBERT.

UN GRAND MERCI AU JOURNAL PATRIOTIQUE ET RÉSISTANT QUI PUBLIE CE TEXTE D’UNE PARFAITE CLARTÉ, D’UNE PARFAITE LUCIDITÉ, ET QUI REDONNE BEAUCOUP D’ESPOIR.

-V-

Pierre Régnier,
Entièrement d’accord avec vous, sauf sur la dernière partie. Ce constat de l’étendue, de la profondeur et de la puanteur du marécage dans lequel nous somme tous englués, Donald Trump inclus, n’a rien de réjouissant. En prendre conscience est toutefois nécessaire, mais cela nécessite de se débarrasser de tout esprit partisan et prendre du recul, ce qui, si j’en juge par certaines réactions, n’est pas si facile.
Grands mercis à RL pour cette publication.

Pierre Régnier

Je trouve désespérant de constater que ceux qui, en France, se réjouissent avec raison de la résistance de Trump à l’islamisation de son pays approuvent par ailleurs son mépris des autres peuples et sa volonté de servir toujours plus, comme Macron en France, l’enrichissement des plus riches et la destruction des acquis collectifs. Je trouve alors, en effet, de l’espoir dans ce texte distinguant très clairement la nécessaire résistance patriotique et la soumission à l’impérialisme capitaliste.

Colombo

la gauche vomit sa haine

louffie

Comme toi connard

Colombo

La CGT qui travaille pour la démocratie ? Ah Bon ! J’ai le souvenir d’un syndicat du livre et presse écrite qui censure, qui va même jusqu’à menacer, tabasser et détruire pour conserver son monopole, imposer son idéologie stalinienne surdosage d’un mélange de marxisme et de fascisme !
TRUMP trouble l’ordre établi, la gauche vomie sa haine, les journalistes enragent, le show-biz crie au viol, sur les écrans et dans la presse tout devient baveux, arrangé, excessif ! C’est jouissif, MERCI TRUMP !

DUFAITREZ

Bonne lecture pour les vacances ! Jamais vu aussi long !! Un record ! Coupe du Monde ! Trump gère son Pays comme une entreprise, ce que Nul n’a fait avant ! Dommage !

Marie d'Aragon

Je plussoie !
Lecture mousse costaud ! J’imprime pour mes « Vacances » !

Paskal

Les Socialistes démocrates d’Amérique dans lesquels Izambert place tant d’espoir sont les mélenchonards américains.

Georges S

Et risque fort de se retrouver en taule….. et puis Trump va peut-etre le prochain nobel de la paix..

inikette

L’avantage de l’islam est qu’il unifie les enculés sous un seul label ! D’un côté les défenseurs du bon droit et de l’autre les enculés aidant l’islam ou aidé par l’islam !

Paskal

Évidemment que l’élection de Trump n’allait pas faire tomber du ciel une nouvelle classe dirigeante, ni changer la conjoncture économique. Pas plus que l’élection de Macron.
Trump a quand même (certes tardivement) coupé les vivres aux terroristes en Syrie. Si soutenir – tactiquement – les Kurdes, c’est provoquer Erdogan, je ne vais pas lui en faire grief.
Il est d’accord avec Poutine pour faire de la lutte contre terrorisme islamiste une priorité.

patphil

trump est un nationaliste américain!
des français admirent et respectent le nationaliste, quoi de plus surprenant?
tout comme poutine qui défends son peuples, ses coutumes!

Natou

@ patphil
Je pense comme vous !
Un Trump ou un Poutine voilà ce qu’il nous faut en France ….

Parlervrai

TLDR

Charles DALGER

La majorité des lecteurs de RL aime TRUMP. Bravo !

Nous n’avons pas besoin des mensonges de JL IZAMBZERT.
Il suffit de penser au cauchemar qu’aurait été la pourriture CLINTON à la place de TRUMP.

IZAMBERT ment quand il parle de la situation intérieure des USA aujourd’hui.
Tout autant sur le plan international.

L’islamisation continuera tant que des salauds injecteront cet anti américanisme primaire.

-V-

Charles Dalger,
Rien à redire sur votre comparaison Clinton/Trump, c’est une évidence. Elle ne rend toutefois pas Donald Trump parfait et exempt de toute critique.
Une question: ne pensez-vous pas, tout de même, que l’antiaméricanisme primaire que vous dénoncez trouve en partie ses sources dans la responsabilité écrasante qu’a la « gauche » américaine sorosienne et son satellite idéologique l’UE dans l’immigration de masse et l’islamisation ?

ts du foot
-V-

SVP donnez plutôt un lien vers l’auteur original, les hautement recommendables Chroniques du Grand Jeu:

http://www.chroniquesdugrandjeu.com/rencontre-panique

Dunois

Si je comprends bien tout ce truc, étalé en long et en large, nous n’avons plus que le suicide collectif à envisager car tous les dirigeants actuels (et les futurs aussi) veulent à tous prix assassiner les peuples par tous les moyens. Mais pourquoi assassiner alors que la vie est une réalité ? Pourquoi ont-ils tant de haine envers les gens ? Pourquoi sont-ils si mauvais et si destructeurs ? Pour emporter leurs fortunes dans leurs cercueils ?

BALT

Votre point de vue n’est pas partagé, notamment concernant Trump.

Vova

Il y a quelques bizarreries dans les informations : d ‘ un côté on nous annonce que 100 millions d ‘ Américains — un gros tiers de la population — sont sans emplois . De l ‘ autre côté on prétend que le taux de chômage est descendu à 4 % , çàd. qu ‘ ils ont quasi le plein emplois . Or Trump déclare qu ‘ il veut rapatrier les emplois au pays ! Pourquoi s ‘ il y a plein emplois ?? Où est la vérité ??

Georges S

Vova voici un lien du labor statistic. Le chômage est bien de 4%. En fait il est monté en juin car beaucoup de gens qui n’ont pas de vacances se mettent au chomdu, façon socialiste
https://data.bls.gov/timeseries/LNS14000000

Anton

Trump, Merkel, Macron, etc., (et tous leurs prédécesseurs) ne sont que des marionnettes au service du NOM qui se met en place dès 1918 et surtout depuis 1945 à partir des USA. Et ce n’est pas Trump (qui a mis sur ordre « son » ambassade à Jérusalem) ni Obama, ni Busch, ni Clinton, ni Carter, etc. qui dirige (ou ont dirigé) les USA. Et de plus en plus de gens de par le monde savent ou se doutent qui est derrière le miroir et déclenchent toutes les guerres ou révolutions depuis 100 ans…

Dubreuil

Tu veux sûrement parler d Hitler et de son idéologie nazie qu’ il rêvait d étendre a toute la planète pour 1000 ans?

Natou

@ Dubreuil
Je pense que OUI comme vous par rapport au com de Anton …

jan le Connaissant

Article beaucoup trop long !!!!!!

Brizzzite

non trop court !!!!!

Nemesis

A lire ce texte c’est la désespérance la plus complète … Il y a une odeur de pourriture qui flotte sur notre pays et qui émane de nos politiques.

Section Martel 2018

On cherche surtout a faire entrer le desespoir et le decouragement chez les patriotes de notre peuple.

Zorglub

1- c’est très long 2- confus 3- thèse et anti thèse mélangés , on y comprend plus rien. A par qu’il n’aime pas TRUMP , que les Syndicats ne servent à rien , et que droite et gauche c’est pareil.J’arrête car avec les quelques mots qu’on nous autorise , on ne peut rien développer.

Georges S

My thoughts exactly (mes pensees exactement) Post Scriptum je suis Américain vivant en France et pro-Trump pour de nombreuses de ses réformes pas toutes mais presque)

Natou

@ Georges $
Me too ?

Georges S

American living in France??? Where?

Natou

In Bordeaux ?

Georges S

Caddy corner from me I’m Lorraine a small town called Piennes.. P. S.: I’m on VK

Georges S

Marrant en écrivant le post précédent je n’avais pas réalisé que je portais un T-shirt avec la carte des USA et les mots de la Constitution imprimés dedans avec les couleurs Red White and Blue

Natou

@ Georges$
?

Georges S

jean lou quelques statistiques du jour: https://tradingeconomics.com/united-states/unemployment-rate 4% de sans emploi..
quand au welfarecomment image?w=940

Georges S

Un article con comme macron lui-meme … je n’ai jamais lu auparavant…… vous devriez écrire pour cnn

Ange

Votre limitation à 500 caractères pour les commentaires est frustrante! Ça fait de vous au plus un Twitter un peu amélioré. Je vous suggère de doubler ce chiffre. Je comprends que certains soient enclins à des loghorrées verbales, mais 500, c’est vraiment trop peu. Par ailleurs, quand vous répondéz qu’un commentaire a été approuvé sans donner le moindre lien vers la page où il se trouve, à quoi ça sert? Et pour finir, pourquoi ne pas permettre à vos lecteurs d’approuver (ou pas) les commentaires

Section Martel 2018

la limitation etait il y a un mois de plus de 800 caracteres…. RL n’a plus les moyens de payer un service serveur partagé?

wika

D’accord avec vous, Ange.
Le précédent système autorisait 800 caractères,
Et quand quelqu’un nous répondait on recevait un mail renvoyant à l’article dont il s’agissait, ce qui n’est plus le cas. On est juste prévenu d’une réponse, mais à quel article ? Mystère

Ange

Ce système est débile et n’encourage pas la participation. S’il souhaitent faire des émules, et ils le devraient, RL a intérîet à changer de système. En plus, il serait judicieux d’ajouter la possibilité pour les lecteurs d’approuver ou de désapprouver un commentaire, comme le font tant d’autres sites en ligne.

Ange

Quel extraordinaire ramassis d’inanités! Je n’ai pas pu aller au-delà de la moitié de ce vomissement verbal d’un gauchiste simpliste qui ne fait que répéter des slogans sans la moindre susbstance. J’ai particulièrement apprécié ses accusations répétées selon lesquelles Trump violerait le droit international à gauche et à droite. Ah oui? Quel droit international? Quelles conventions? Et dans ces conventions, quels articles exactement? C’est un des arguments préférés des gauchistes de tous poils!

Fleur de Lys

je n’ai pas pu lire l’intégralité de sa logorrhée gauchisante et soporifique
d’ailleurs quand on prend le temps de consu la biographie sur wikipédia de ce journaleux qui n’a rien à envier à ceux que nous détestons on apprend que ce Mr est un ancien collaborateur régulier du mensuel économique et financier Les Échos, de VSD ainsi que de L’HUMANITE, (s’est tout dire !)
https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Jean-Loup_Izambert&oldid=147622227

inikette

Comme vous Ange, j’ai craché sur cette salope à 1/4 !
Pourquoi LR se commet-il dans la publication de telles merdes !
Ce mec est un prostitué pro-musulman vendant sa soupe de merde.

BERNARD

Pouvez-vous faire une synthèse en 100 lignes, car là on s’y perd, et il y a des arguments contradictoires, mais je reconnais un bel effort.. souvenez vous ; ce qui se conçoit bien s’énonce aisément, et les mots pour le dire arrivent aisément (Nicolas Boileau-Despréaux)
votre article mélange tout, et même un chatte n’y retrouverait pas ses petits.

Brizzzite

Oui Bernard , Vous ètes l’exemple emblématique de ces personnages qui m’aime pas lire .Au dela de deux phrases votre semblant de cerveau s’embrouille :et ne comprend plus rien !

Mercier

Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement. Mais la suite est juste.

Victor Hallidée

Très longue interview, passionnante, qui ouvre des fenêtres de compréhension mais aussi des questions, des doutes… Sur Trump, sur le RN, l’Itale, l’Autriche, mais aussi la CGT, le PC… La corruption des « élites » soixante huitardes les mène assurément au crime. Mais il faut donner un peu de temps à ceux qui s’y opposent. Il ne faut jamais oublier non plus que la politique ne peut être qu’une côte mal taillée. Vouloir faire le Bien à toujours mené dans les faits à la politique du pire.

lucide

. MERCI A RISPOSTE LAIQUE
Pouvez-vous au moins laisser un tel article pendant UNE SEMAINE afin qu’on puisse en faire profiter les autres. Cet article nous éclaire quand même sur le devenir du monde, d’un monde qui risque de SUBIR ENCORE DES GUERRES.Cela dit pour ce qui nous préoccupe au sujet de nos nations européennes et leur sauvegarde, on se demande comment contrer les plans des pervers voyous mondialistes, vu leur « réussite sur le plan de la désinformation des citoyens. IMMENSE TACHE..

Spipou

Oui ! Article très intéressant ! Un peu fouillis, mais à relire en plusieurs fois et par morceaux pour assimiler toutes les informations.

Pierre Régnier

Il ne faut pas seulement laisser longtemps lisible sur RL ce très important article, il faut aussi en encourager la lecture très largement autour de soi.

totoche

Le premier article intelligent de Riposte Laïque depuis sa création. C’est la coupe du monde qui vous fait tourner la tête ?

Yves ESSYLU

Totoche et Izambert deux inutiles formatés par le marxisme

totoche

Le véritable Ulysse, lui, ne se complait pas dans les verbigérations pitoyables de dreuz, véritables écuries d’Augias qui répugneraient même une Circé…

Yves ESSYLU

c’est pas un article c’est une logorrhée épistolaire, réponse sur Dreuz
https://www.dreuz.info/?s=realit%C3%A9+sur+trump

totoche

« Ulysse à l’envers » (Essylu): que ça vole haut sur dreuz… Essylu ne craint il pas de sombrer avec les sirènes néo-cons ?

Yves ESSYLU

Tu a choisi le bon pseudo pour une telle profondeur d’absence de réflexion
tu a le niveau d’ un « mariiiine viiiite »

Paul Blobel

Je pensais à un autre mot que logorrhée à propos de cet article qui aurait aussi un suffixe en « rhée  » .
Cet izambert est une grosse gauchiasse .

Anne-Marie G

Que peut-on tirer pour ce qui nous occupe, la sauvegarde de nos identités et de nos cultures de ces critiques contre Trump et sa politique ? Rien, encore plus de démoralisation. Eh bien, jusqu’à preuve que je me trompe, je préfère ceux qui essaient de faire quelque chose comme Trump, qui doit être un grand maso pour feindre d’être le grand méchant alors qu’il est comme Obama et Clinton que porter aux nues l’ONU qui préconise l’entrée en Europe d’ici 2025 de 150 millions d’immigrés !

Victor Hallidee

Je m’accorde à votre point de vie Anne-Marie G.

Anne-Marie G

Merci de m’en faire part, je suis généralement aussi de votre avis !

Spipou

Anne-Marie, quand Trump dit que les plus grands ennemis des Etats-Unis sont l’Europe, la Russie et la Chine, c’est-à-dire à peu près tout le reste du monde, je me pose quand même quelques questions !

Section Martel 2018

L’europe aide les terroristes islamistes = ennemis
La chine espionne le reste du monde = ennemis
La russie espionne mais doit etre traitée officiellement comme les deux precedents car officieusement, russes et ricains ont le meme objectif

Anne-Marie G

Spipou, il s’agit probablement d’une phrase tirée de son contexte par un larbin médiatique du mondialisme, car quand il est allé en Pologne, il a tenu un discours en faveur des valeurs occidentales, discours aussi intéressant que celui du leader de la Liga, mais comme c’était Donald, personne n’a daigné s’y intéresser. Cette phrase désignait l’UE, l’ennemie du monde occidental puisqu’elle veut détruire l’Europe en la métissant avec l’Afrique.

Mercier

Oui……mais. Que des chances pour la France. La crème et la cerise sur ……le bateau….